• Accueil
  • > Recherche : photo nu hom

19 septembre 2018

Paris : Après une agression homophobe, un comédien publie une photo de son visage tuméfié

Classé dans : infos — dominique @ 15:32

Paris : Après une agression homophobe, un comédien publie une photo de son visage tuméfié dans infos 14

Arnaud Gagnoud, comédien de 27 ans, a choisi de diffuser sur les réseaux sociaux la photo de son visage meurtri suite à l’agression homophobe dont il a été victime mardi 18 septembre dans le 20e arrondissement de Paris.
Arnaud Gagnoud a choisi de partager ce mercredi 19 septembre une photo de son visage tuméfié pour témoigner de la violence d’un moment qu’il redoutait depuis longtemps: se faire agresser parce qu’il est gay.
« Une agression homophobe violente en pleine rue. Je savais qu’un jour je devrais faire ce choix: prendre une photo et la publier ou ne pas la publier. Avec les conséquences que cela aura dans les deux cas. Je ne savais juste pas quand cela aurait lieu. C’est donc aujourd’hui », écrit ce jeune comédien sur Instagram avant de raconter cette épreuve.
« Un groupe de trois jeunes, postés à une vingtaine de mètres, nous a vus. Ils nous ont interpellés. Comme nous les avons ignorés, ils se sont rapprochés. Un flot d’insultes homophobes sortaient de leur bouche. Ils exigeaient que nous quittions ‘leur quartier’ où ‘y a pas de PD ici’. Comme nous avons refusé de partir, les insultes sont devenues plus graves, plus haineuses. Puis un quatrième les a rejoints. Un gamin qui paraît avoir 12 ans. Et c’est lui qui a appelé des renforts. Un scooter avec nos cinquième et sixième agresseurs. Insultes, bousculades, menaces. On ne cède pas. Le chauffeur du scooter détache son casque, le retire et me frappe avec. Deux coups portés à la tête. » raconte t’il
Les spectateurs du théâtre encore présents viennent au secours du couple, font partir les agresseurs et mettent les deux hommes agressés à l’abri. Arnaud Gagnoud précise dans son post que son compagnon n’a pas été blessé ; mais que lui souffre d’un « traumatisme facial, avec ecchymose et œdème périorbitaire ». Il a dû se faire faire sept points de suture et s’est vu prescrire plusieurs jours d’ITT.

17 septembre 2018

Limoges : agression transphobe

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 6:48

sos-homophobieEn juillet 2013, Mylène, une transgenre, était assassinée à son domicile, en banlieue de Limoges. Cinq ans après, Ajda a été menacée de mort devant un supermarché limougeaud dans l’indifférence générale, notamment de la police.
Le 6 août 2018, Ajda, étudiante trans réfugiée politique d’un pays du Caucase, fait ses courses dans un supermarché de Limoges. Sur le parking, un homme en voiture commence à l’insulter et à la menacer : « PD, tafiole, je te baise, je t’encule ».
Alors qu’elle prend son téléphone pour appeler la police, il la menace de mort, s’écriant « je te ferai la peau ». Puis il exprime son sentiment de totale impunité : « PD, si je te tue, je ne risque rien ».
Finalement, l’homme tente de lui foncer dessus avec sa voiture. Par chance, le véhicule ne fait que la frôler mais la victime souffre de plusieurs blessures, constatées par le CHU de Limoges, entraînant plusieurs jours d’interruption totale de travail (ITT).
La victime finit par se réfugier dans le supermarché où son agresseur la suit avant, par chance, de quitter les lieux. L’agresseur est filmé par les caméras de vidéo-surveillance du supermarché et la victime a eu le réflexe de prendre en photo la plaque d’immatriculation de la voiture.
Le lendemain de l’agression, la victime dépose plainte à l’hôtel de police de Limoges. L’officier de police judiciaire retient l’infraction « d’insultes non-publiques à raison de l’orientation sexuelle ». Ni le caractère évidement public des insultes transphobes tenues sur un parking de supermarché, ni les coups et blessures constatées par le CHU, ni les menaces de mort, ni la tentative de meurtre à l’aide d’une voiture n’ont été retenus par les services de police.
Un mois plus tard, la victime n’a aucune nouvelle de la police et aucune enquête ne semble avoir été conduite. Les films des caméras de surveillance du centre commercial n’ont pas été réquisitionnés, et la photo de la plaque d’immatriculation du véhicule de l’agresseur ne semble pas avoir été exploitée.
SOS homophobie dénonce l’inaction des services de police de Limoges dans cette affaire et exprime tout son soutien à Ajda.
L’association demande à ce qu’une enquête soit ouverte dans les plus brefs délais pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cette agression transphobe. L’association se réserve le droit de se porter partie civile.
(Source SOS homophobie)

12 septembre 2018

Roumanie :Le Sénat ouvre la voie à un référendum contre le mariage gay

Classé dans : homophobie,infos,mariage - union civile — dominique @ 15:33

unionLe Sénat roumain a adopté mardi un amendement constitutionnel définissant le mariage et la famille comme étant exclusivement réservés aux couples hétérosexuels.
Cette décision ouvre la voie à un référendum en faveur duquel des groupes conservateurs et homophobes avaient recueilli près de trois millions de signatures il y a deux ans.
Selon le texte adopté par les élus, et qui devrait figurer dans la Loi fondamentale en cas de oui au référendum, le mariage représente « l’union entre un homme et une femme » et non pas « entre époux », comme le prévoit actuellement la Constitution.
« La famille est basée sur le mariage librement consenti entre un homme et une femme », devrait désormais déterminer la constitution roumaine.
107 députés ont voté en faveur de l’amendement établissant cette restriction, 13 contre et sept se sont abstenus. Ainsi, le projet a atteint la majorité des deux tiers nécessaire au Sénat.
La législation roumaine n’autorise pas le mariage gay mais, selon les adversaires de cette initiative, une interdiction dans la Constitution rendrait difficile, voire impossible, tout changement, à terme, de la loi en faveur des couples homosexuels.
Une « Coalition pour la famille », alliance d’organisations religieuses et réactionnaires, soutenue par l’Église orthodoxe roumaine, bataille depuis 2017 pour un référendum inscrivant dans la constitution l’interdiction du mariage gay (photo).
Celui-ci devrait avoir lieu le 7 octobre prochain, a déclaré Liviu Dragnea, président de la Chambre des députés qui a déjà approuvé le principe de ce référendum.
Une majorité pour l’interdiction du mariage est attendue selon les sondages réalisés. Seul un cinquième des Roumains se décalre en faveur d’un traitement égal des personnes LGBT vis-à-vis du mariage. Un chiffre qui fait de la Roumanie un des pays les plus homopobes de l’Union européenne avec la Bulgarie et la Lettonie.
L’organisation LGBT MozaiQ qui avait vainement demandé au Sénat de ne pas modifier la Constitution parle d’une « attaque contre la communauté LGBT » et a tenu mardi soir une manifestation de protestation à Bucarest. Elle a rappelé que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies avait recommandé que le pays rejette le référendum et introduise des partenariats civils.
La Roumanie, membre de l’Union européenne depuis 2007, n’a dépénalisé l’homosexualité qu’au début des années 2000.

6 septembre 2018

Une publicité pour la Manif pour tous accompagnant le journal « La Croix » fait polémique

Classé dans : homoparentalité,presse — dominique @ 15:36

 Une publicité pour la Manif pour tous accompagnant le journal Ce jeudi 6 septembre, une partie des abonnés de La Croix ont reçu avec leur quotidien une publicité de la Manif pour tous, comme l’a fait remarquer sur Twitter le directeur de la rédaction du média Explicite , Emmanuel Goubert.
Dans un tweet accompagné d’une photo du document accompagnant le journal, le journaliste a partagé son étonnement:
La Croix, contactée par ses soins, lui précise qu’il s’agit d’une ‘publicité’ envoyée à une partie des abonnés seulement, en fonction de régions, avec le journal du jour ».
Cette publicité de la Manif pour tous évoque leur souci de « la protection de l’enfant » qui naîtrait sans un père et une mère et cible tout particulièrement la possible législation de la procréation médicale assistée (PMA).
Dans un communiqué l’Association des journalistes LGBT fait part « de sa colère et de son inquiétude ».
« Dans un contexte particulièrement difficile pour les personnes LGBTI, sur fond d’augmentation des actes homophobes et transphobes en France, de déclarations accablantes du Pape, et en plein débat sur l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules, la diffusion d’un tract de propagande anti-familles homoparentales par un quotidien national interroge sur sa déontologie, sa capacité à offrir à son lectorat des informations fiables sur ces sujets d’actualité cruciaux et son engagement contre les discriminations. Il jette par là même le discrédit sur le travail de ses journalistes. », explique l’association, avant d’ajouter: « Plus largement, l’Association des journalistes LGBTI, s’inquiète de voir des médias servir d’antenne de distribution de tracts d’organisations politiques quelles qu’elles soient en leur ouvrant leurs fichiers d’abonné.e.s. »

3 septembre 2018

Pologne : un stand LGBT vandalisé

Classé dans : infos — dominique @ 18:47

Cinq personnes ont attaqué et détruit une exposition de la fierté LGBTI lors d’une foire dans une petite ville de Pologne.
Szczecin est une petite ville du nord-ouest de la Pologne qui organisera un défilé de la fierté le 15 septembre.
Les organisateurs du groupe local LGBT Lambda Szczecin ont organisé cette exposition aux côtés du groupes de défense des droits, Equality on Waves.
La foire était censée être un événement inclusif et familial.
«Il y aura des gâteaux, des salades, des livres, des jeux, une exposition de photos et d’autres attractions …», a écrit Lambda Szczecin sur Facebook avant cette fête
Ils ont décoré leur stand avec des drapeaux et des parapluies aux couleurs de la Pride pour l’événement .
Vers 14 heures, alors que tout ce passait bien depuis le matin, cinq personnes sont arrivées et ont commencé à démolir les décorations arc-en-ciel. Deux minutes plus tard, ils avaient détruit toute la vitrine et effrayé de nombreux participants.
Certains témoins ont décrit les hommes comme des «hooligans du football». Mais certains commentateurs en ligne ont soupçonné qu’ils étaient membres du camp radical de l’aile droite (ONR). ONR a fait ses preuves en matière de rhétorique anti-LGBTI.
La police est à la recherche des auteurs présumés qui feront probablement face à des accusations mineures.
«Si des délinquants sont capturés, ils seront probablement accusés de hooliganisme», a déclaré le Dr Piotr Godzisz, responsable des crimes haineux à  Varsovie.
«Très probablement, il ne seront surement pas poursuivi pour la motivation homophobe. »
Avant le festival de la fierté de Szczecin, Lambda Warsaw organise des activités de formation pour les prestataires de services d’aide aux victimes. Ils collectent actuellement des fonds pour payer la formation .
Les organisateurs du festival de la gay pride espèrent que l’événement contribuera à améliorer l’acceptation des LGBT dans la ville.
«Nous croyons que tout le monde est différent, mais que tout le monde est égal. Nous croyons en l’amour avant tout. Si vous partagez cette foi, aidez-nous à changer le monde en mieux », a écrit le groupe sur Facebook.

28 août 2018

UN HASHTAG POUR FUSTIGER L’HOMOPHOBIE DU PAPE FRANÇOIS

Classé dans : infos — dominique @ 18:30

UN HASHTAG POUR FUSTIGER L'HOMOPHOBIE DU PAPE FRANÇOIS dans infos dlrdbpnxcaamhciEn réaction à la recommandation du pape François, qui encourageait les enfants avec des penchants homosexuels à consulter, une militante féministe et LGBT a lancé #NiPapeNiPsychiatre.
Alice Coffin a donc initié le hashtag ce mardi 28 août, en l’accompagnant d’une photo d’elle enfant et de la légende : «Moi, enfant à tendances homosexuelles, qui ne connut ni pape, ni psychiatre».
Dimanche 26 août, le pape avait en effet déclaré dans l’avion qui le ramenait d’Irlande à Rome : «quand cela se manifeste dès l’enfance, il y a alors beaucoup de choses à faire par la psychiatrie pour voir comment les choses se présentent. La situation est différente quand cela se manifeste après vingt ans».
Ces paroles avaient créé l’étonnement, à cause de la psychiatrisation de l’homosexualité, de la part d’un souverain pontife qui laissait plutôt transparaître jusque là des positions progressistes. 

23 août 2018

Marina Foïs répond aux commentaires homophobes sur l’une de ses photos

Classé dans : infos — dominique @ 16:54

Marina Foïs répond aux commentaires homophobes sur l'une de ses photos dans infos marinafoisLundi 20 août, Marina Foïs a partagé sur sa page Instagram un moment de répétition   une photo des répétitions d’une pièce de théâtre dans laquelle elle jouera en 2019.
Elle a du faire face à de nombreux commentaires homophobes en raison des hommes en maillot s’étreignant sur le cliché.
Parmi les messages reçus on pouvait lire: « honteux », « Au secours », « Retirez immédiatement cette photo où je demande à Instagram de vous bloquer »…
L’actrice a donc décidé de répondre à ses messages haineux en postant une seconde photo dans le but de faire réagir les internautes. Mais pour une raison encore inconnue, la première photo publiée à l’origine sur Instagram par l’actrice a depuis été supprimée du réseau social.
Sur ce deuxième cliché qu’elle a publié ce mercredi 22 août, on reconnaît Romain Duris embrassant de force Marina Foïs, la main sur sa gorge. Cette dernière s’est fendue d’un message très clair en guise de légende de la photo: « Aurais-je autant de commentaires sur ce post 100% hétéro? ».

22 août 2018

Mounir Mahjoubi explique pourquoi il a accepté de poser avec son compagnon dans « Paris Match »

Classé dans : infos — dominique @ 16:33

Le secrétaire d'Etat Mounir Mahjoubi pose dans Paris Match avec son compagnon dans infos tumblr_inline_pc0o1rDeuQ1uj37u4_540À 34 ans, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique a posé, mi-juillet, dans Paris Match avec son compagnon. « C’est en [faisant ça] que je vais permettre dans quelques années que tout le monde s’en foute », explique-t-il.
« Si mon exemple peut aider des jeunes qui ont, aujourd’hui, l’âge que j’avais à l’époque, à se dire qu’ils sont absolument normaux, alors c’est génial. »
« Nous, on a grandi dans les années 1990 à moment où les personnes homosexuelles n’étaient nulle part, raconte-t-il. Elles n’étaient pas représentés. Moi, je savais que je préferais les garçons, mais je n’avais pas de gay dans ma famille, pas dans les amis de ma famille. On n’en connaissait même pas dans le quartier, il n’y en avait pas à la télé. Donc je pensais à un moment que j’étais le seul. » Mounir Mahjoubi raconte en être venu à se demander s’il était « normal ».
Pour une personnalité publique comme lui, réaliser cette séance photo et évoquer son orientation sexuelle dans un magazine à grand tirage revêtait une importance toute particulière. « Le dire, c’est avoir immédiatement de l’impact et c’est participer à ce phénomène de normalisation. » « Je vois des réactions de gens qui se moquent de nous et je trouve ça génial, assure-t-il. Qui se moquent de nous parce qu’on est trop bourgeois, parce qu’on a l’air de trop poser… Ça, ça veut dire qu’on commence à avoir cet impact, qui est que des gens nous ont vu, des parents, des jeunes, et se sont dit : ‘Bah, ça a l’air très habituel cette histoire. »

20 août 2018

Canada : La « marche des Fiertés » de Montréal rend hommage aux victimes de répression

Classé dans : infos — dominique @ 20:26

Canada : La Près de 10.000 personnes ont défilé sous le soleil dimanche à Montréal lors de la traditionnelle marche des fiertés, ouverte par le Premier ministre Justin Trudeau et marquée par une minute de silence en hommage aux victimes de répression dans le monde.
M. Trudeau était entouré de son épouse Sophie Grégoire Trudeau, vêtue d’une robe verte, et de l’acteur canado-polonais Antoni Porowski, qui joue notamment dans la série à succès Queer Eye.
Plusieurs centaines de milliers de personnes, selon les organisateurs, ont acclamé un cortège des fiertés haut en couleurs, qui a mis les femmes à l’honneur et observé une minute de silence pour les LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et queers) victimes de répression dans certains pays.
La « Gay Pride » de Montréal accueillait notamment Kennedy Olango, un militant de la cause LGBT au Kenya, où l’homosexualité est sévèrement punie.
M. Olango a appelé à l’aide le gouvernement de M. Trudeau pour faire évoluer les mentalités dans son pays: « s’il vous plait, aidez-nous à réaliser nos rêves, je sais que ce n’est pas facile », a-t-il plaidé lors d’un point presse avant le défilé.
« Peut-on arrêter de parler de tolérance? », a pour sa part demandé M. Trudeau lors du point presse. « Nous devons parler d’acceptation, nous devons parler d’ouverture, nous devons parler d’amitié. Nous devons parler d’amour, pas seulement de tolérance ».
La Marche des fiertés de Montréal est l’une des plus importantes du Canada, attirant chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes selon les organisateurs. La police, jointe par l’AFP dimanche, s’est refusée à toute estimation.
Justin Trudeau avait fait sensation en 2016 en ouvrant la « Gay pride » de Toronto, une première pour un chef de gouvernement canadien. ‘ photo facebook)

2 août 2018

USA :un jeune homme gay récolte 75.000 dollars pour aller à l’université

Classé dans : homophobie — dominique @ 6:04

USA :un jeune homme gay récolte 75.000 dollars pour aller à l'université dans homophobie seth-e1533186221363Seth Owen, un adolescent de Floride, valedictorian de son école ( titre académique attribué aux meilleurs étudiants des écoles et universités américaines) , 17 de moyenne générale (4,16 GPA), capitaine de l’équipe de natation, président des élèves en seconde, trésorier en première, n’a qu’un rève : aller à l’université . Mais ses parents profondément religieux l’ont chassé de leur maison et ont juré de ne pas dépenser un centimes pour payer l’université.
Ils ont renié leur fils parcequ’ils avaient découvert que Seth était gay et qu’il avait refusé de poursuivre « une thérapie de conversion », un programme controversé destiné à « le transformer »
Les parents de Seth Owen ont découvert qu’il était gay en seconde. «J’étais en train d’étudier et mon père a décidé de regarder dans mon téléphone», témoigne le jeune homme. Le père trouve une photo de l’adolescent en train de tenir la main d’un garçon.
Les parents de Seth – et leur église – croient fermement dans une obéissance filiale, et son père a menacé Seth lui affirmant qu’il serait dans ses droits bibliques de le lapider pour désobéissance.
Alors qu’il était accepté à la prestigieuse université de Georgetown, Seth Owen a appris qu’il ne pourrait recevoir de bourse, le montant a été calculé par rapport aux revenus de ses parents. Or ils ont coupé les ponts avec leur fils en raison de son homosexualité.
L’étudiant essaie d’expliquer à Georgetown son changement de situation, le fait qu’il ne soit pas aidé financièrement par ses parents, mais l’université refuse de réévaluer le montant de la bourse. Seth doit alors endosser seul 20.000 dollars de frais de scolarité –une année dans cet établissement coûte environ 57.000 dollars (48.900 euros). Cette université est sa seule option, il a déjà refusé toutes ses autres affectations.
L’une de ses professeures, Jane Martin, décide alors de créer une cagnotte en ligne sur Gofundme, avec un objectif de 23.000 dollars (19.600 euros). Après six semaines et 750 donations, elle atteint 50.000 dollars (43.000 euros). Depuis la parution de l’article sur NBC, elle dépasse les 75.000 dollars (64.000 euros).
Si l’Université de Georgetown décide finalement de réévaluer la bourse de Seth Owen, lui et sa professeure offriront l’argent à un autre adolescent qui a vécu la même chose. Car le cas de Seth est loin d’être isolé. Selon les chiffres du Williams Institute, 700.000 personnes LGBTQ âgées de 18 à 59 ans ont dû se plier à une «thérapie de conversion». D’après les estimations de l’institut, 57.000 adolescents (13-17 ans) risquent de subir ce type de thérapie avant leurs 18 ans. De plus, 40% des jeunes SDF aux États-Unis seraient à la rue à cause de leur orientation sexuelle et du rejet de leur famille –ce chiffre pourrait être sous-estimé. Plus des deux tiers des adolescents et adolescentes LGBTQ ont éprouvé un sentiment de rejet de la part de leur famille après leur coming out.

12345...76

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS