13 janvier 2020

mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 16:56

1601180225011807  04111702

9 janvier 2020

mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 17:48

220418041104180419031801

18 décembre 2019

des mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 16:58

des mecs nus dans photos 7650878bbaf1c91af18213e6e67709f16debb381 8ad06c5236cc623426c3f3a6b80fa7616708c178 dans photos tumblr_py9nj99eV41vmjz7so1_r2_540

Source : 

Les hommes gays regardent plus de porno

Classé dans : infos — dominique @ 16:35

26081703 mec nuSelon des chiffres dévoilés par l’institut de sondage Ifop, 39% des homosexuels, bis et hétéros curieux consomment des films x au moins une fois par semaine, contre 14% chez les hétérosexuels. Plus d’un interrogé sur dix explique également regarder du contenu quotidiennement (essentiellement les moins de 25 ans, environ 33%).
Outre les films pornographiques «classiques», la pratique des webcams semble également prendre de l’ampleur. Près d’un gay sur deux a déjà vu quelqu’un «s’exhiber devant une webcam», contre 20% chez les hétérosexuels.
François Kraus, directeur du pôle Genre, sexualités et santé sexuelle de l’Ifop explique ces chiffres : «pour des hommes qui souffrent souvent d’isolement ou de l’impossibilité d’assumer publiquement leurs préférences sexuelles, ces plateformes d’échanges constituent des espaces de sociabilité virtuels offrant des possibilités de découverte de soi, d’exploration sexuelle ou d’expression de fantasmes sexuels souvent difficilement avouables dans la vie réelle».
Cette consommation va de pair avec la pratique de la masturbation. Ainsi, 62% des gays, bis et hétéro curieux déclarent se masturber au moins une fois par semaine (un peu moins de 50% chez les hétérosexuels). 

17 décembre 2019

Hallmark présente ses excuses pour avoir retiré une publicité avec un mariage lesbien

Classé dans : infos — dominique @ 18:27

beau mec 18051721L’entreprise de cartes de voeux Hallmark a présenté ses excuses ce dimanche, et a annulé le retrait de quatre spots publicitaires mettant en scène un mariage lesbien de sa chaîne de télévision.
Ces vidéos, diffusées depuis le 2 décembre, faisaient la publicité de Zola, un site d’organisation de mariage, et mettaient en scène deux fiancées s’embrassant lors de leur mariage. La chaîne américaine Hallmark, connue pour ses comédies romantiques et ses films de Noël, était sous le feu des critiques ce week-end, cédé à la pression d’un groupe conservateur, One Million Moms, et retiré ces publicités.
Le PDG de l’entreprise Hallmark, Mike Perry, a déclaré dans un communiqué :
« L’équipe de Crown Media [la maison-mère de la chaîne Hallmark] s’est tourmentée sur cette décision, car nous avons vu le mal qui a été causé malgré nous. Simplement dit, ils pensent que [le retrait de la publicité] était la mauvaise décision. (…) Nous sommes vraiment désolés pour le mal et la déception que cela a causé… Via notre marque, nous continuerons à chercher des moyens d’être plus inclusifs et de célébrer nos différences. Nous continuerons à chercher des moyens d’être plus inclusifs »
Sarah Kate Ellis, la présidente de l’organisation GLAAD, une association de veille médiatique sur les questions LGBTQ, a félicité le retour de cette publicité :
« La décision de la chaîne Hallmark de corriger son erreur envoie un message important aux personnes LGBTQ et représente une perte majeure pour les organisations extrémistes comme One Million Moms, dont la seule raison d’être est de blesser les familles comme la mienne. »
Crown Media Family Networks avait d’abord cédé à des plaintes de groupes conservateurs, dont One Million Mom, qui avait annoncé sur son site avoir parlé avec le PDG de Crown Media Bill Abbot. « L’appel nous a donné l’opportunité de confirmer que la chaîne Hallmark restera un réseau sûr et familial. Loué soit le Seigneur ! », écrit le groupe conservateur, qui avait lancé une pétition contre ces spots TV.
Après le retrait des publicités, un porte-parole de Hallmark avait affirmé au New York Times que les « démonstrations publiques d’affections » étaient contre la politique de la chaîne. Toutefois, d’autres publicités pour Zola mettant en scène des couples hétérosexuels dans une situation similaire n’ont pas été retirées.
Face à cette censure du mariage lesbien, l’entreprise Zola avait décidé de ne plus diffuser ses publicités sur la chaîne Hallmark. Mike Chi, directeur du marketing de Zola, avait déclaré à The Hollywood Reporter : « Tous les baisers, les couples et les mariages sont des célébrations de l’amour à égalité, et nous ne diffuserons plus de publicités sur Hallmark. »
Les communautés LGBTQ américaines, et de nombreuses célébrités, avaient appelé au boycott de Hallmark ce dimanche. Netflix en avait profité pour signifier son soutien aux communautés LGBTQ +, et pour rappeler qu’un film et une série romantique récentes de la plateforme montrent des couples lesbiens.
Des personnalités comme l’animatrice et humoriste lesbienne Ellen DeGeneres; le montréalais William Shatner, acteur et interprète du Capitaine Kirk dans Star Trekd’, ou l’actrice principale de la série Wynona Earp Kat Barrell avaient également pris la parole sur Twitter pour dénoncer la décision de la chaîne Hallmark.

9 décembre 2019

des mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 17:32

image image des mecs nus dans photos e3323c12e7ae92e965121735609671bd3e0e7127

5 décembre 2019

Mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 18:04

image image image

3 décembre 2019

La Cour d’appel de Rennes reconnaît la filiation de six enfants nés par GPA à l’étranger

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 16:27

couple avec enfantLa cour d’appel de Rennes a ordonné la transcription des actes de naissance de six enfants nés par GPA (gestation pour autrui) au Mexique et aux États-Unis au nom de l’intérêt de l’enfant, selon six arrêts.
Dans ces six arrêts du 25 novembre, la cour d’appel de Rennes reprend à chaque fois les mêmes motivations pour six enfants, nés de couples homosexuels et hétérosexuel, entre 2010 et 2016 au Mexique et aux Etats-Unis.
L’instance souligne qu’il s’est écoulé depuis la naissance de ces enfants entre trois et neuf années « durant lesquelles l’enfant a été exposé au risque de perdre le seul parent titulaire de l’autorité parentale ou de subir la séparation du couple ».
Le parent à l’égard duquel la filiation n’a pas été établie ne pouvait alors « faire valoir aucun droit ni supporter aucune obligation envers l’enfant qu’il a pourtant élevé depuis de longues années et dont le développement harmonieux est conditionné par le maintien de relations effectives avec ses deux parents », écrit la cour.
« Imposer dans le cas d’espèce, le recours à la procédure d’adoption, alors que l’enfant a subi » entre trois et neuf « années de procédure, le plaçant dans une situation juridique particulièrement insécurisante, porterait une atteinte disproportionnée à son droit au respect de sa vie familiale », ajoute la juridiction.
L’avocate Caroline Mecary a salué une « belle victoire » dans un communiqué. « C’est une première, après que la Cour de cassation a le 4 octobre dernier, jugé qu’il fallait accepter la transcription totale pour les jumelles Mennesson », a-t-elle ajouté.
Après des années de combat, le couple Mennesson avait obtenu début octobre de la Cour de cassation l’entière transcription des actes de naissance de leurs jumelles nées par GPA aux Etats-Unis il y a 19 ans, une décision inédite, taillée sur mesure pour ce cas devenu emblématique. La reconnaissance de la paternité de Dominique Mennesson, père biologique, était acquise.
Mais jusqu’à présent, la jurisprudence de la Cour de cassation ne permettait pas une telle transcription s’agissant de Sylvie Mennesson, »mère d’intention », qui a désiré et élevé les enfants mais n’en a pas accouché: elle préconisait seulement la solution de l’adoption.
Dans ses arrêts du 25 novembre, la cour d’appel de Rennes « a fait prévaloir l’intérêt de l’enfant sur la défense de l’interdit de la GPA. Elle a fait un choix juste que les politiques ont été incapables de faire durant ces 20 dernières années », a estimé Me Mecary.
La cour confirme ainsi plusieurs jugements du tribunal de Nantes, compétent en matière d’état-civil pour toute la France du fait de la présence à Nantes du service national qui lui est consacré.

2 décembre 2019

mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 16:32

image image

Une sextape déclenche une vague de haine homophobe sur Twitter

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 16:16

big-homophobie-mr-qUne vidéo publiée sur les réseaux sociaux montrant deux hommes en plein rapport sexuel a provoqué mardi et mercredi dernier une vague de commentaires homophobes sur Twitter et forcé un jeune homme de Noisiel (Seine-et-Marne) à fuir la France, selon l’association Urgence Homophobie.
Reconnu par les autres habitants de cette ville de grande banlieue parisienne, le jeune homme « a quitté la France et s’est mis en sécurité à l’étranger, d’après ses proches », a expliqué à l’AFP la porte-parole de l’association Marine Giner-Dufour.
Depuis mardi, le mot-clé #Noisiel a été partagé plusieurs milliers de fois et a fait l’objet de très nombreux commentaires homophobes sur Twitter. Des réactions qui ont provoqué la colère de plusieurs associations et de quelques membres de la classe politique.
Le candidat LREM à la mairie de Paris, Cédric Villani, a notamment fait part sur Twitter de son « immense sentiment de dégoût en découvrant la déferlante de tweets homophobes » liés à cette histoire. « Le jeune homme qui en est victime doit avoir tout notre soutien », a-t-il ajouté.
Au-delà des réactions, les associations de défense des personnes LGBT « veulent des actes », a insisté Marine Giner-Dufour. Malgré l’adoption en cours d’une loi contre le cyberharcèlement, qui prévoit notamment d’imposer aux plateformes internet et aux réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, de retirer sous 24 heures tout propos haineux, « le changement n’est pas assez rapide », a-t-elle estimé.
« Twitter ne fait absolument pas son travail : la vidéo a été supprimée sur le compte principal (qui l’a publiée), mais elle a été reprise par d’autres comptes et elle tournait encore ce midi », a-t-elle dénoncé. « Il faut des mécanismes qui rappellent aux gens que partager ce genre de vidéos, c’est passible de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende. »
En 2018, les personnes LGBT ont signalé 231 agressions physiques à SOS Homophobie, un record historique après une augmentation de 66% sur un an. Et Internet reste « le premier lieu d’expression des LGBTphobies », avait déploré l’association lors de la remise de son rapport annuel en mai.

12345...337

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS