23 novembre 2017

Le PS francilien reproche à Valérie Pécresse de subventionner une association « anti-IVG et homophobe »

Classé dans : infos — dominique @ 17:17

Le PS francilien reproche à Valérie Pécresse de subventionner une association Ce mercredi 22 novembre, la commission permanente du conseil régional d’Île-de-France a fait adopter une subvention de 5.000 euros à l’Association famille catholique 92 dans le cadre de la politique de « soutien aux familles ».
Une subvention adoptée sans les voix des alliés centristes UDI et MoDem. Dans un communiqué, le groupe socialiste et républicain accuse la présidente Valérie Pécresse d’être allée chercher les voix du Front national pour « subventionner les associations anti-IVG et homophobes ».
Les subventions ont été attribué à La Maison de Marthe et Marie, une structure qui aide les femmes enceintes en difficulté en leur proposant un hébergement en « colocation solidaire » à Paris, et à la fédération des Associations familiales catholiques des Hauts de Seine (AFC92).
L’AFC92 est « connue pour ses prises de position controversées et un activisme ouvertement en contradiction avec des principes républicains comme le droit à l’IVG ou la lutte contre l’homophobie », a déploré le groupe Alternative écologiste et socialiste dans un communiqué,
Le PS francilien s’insurge que la région subventionne une association qui, « sur son site internet, mentionne clairement l’opposition à la loi Taubira sur le mariage pour tous ou encore à la loi Coutelle concernant le délit d’entrave à l’IVG » et qui « considère que l’Éducation nationale est ‘illégitime à dispenser des cours de vie affective et sexuelle’ ».
Le conseiller régional socialiste Yannick Trigance annonce que son groupe va saisir Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité entre les femmes et les hommes, pour « vérifier ce qu’il se passe » au sein de l’association AFC92. Le PS francilien va également solliciter le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer sur les cas d’ »Espérance Banlieues ».

« Chasse à l’homme en Tchétchénie », un reportage à voir dans « Envoyé spécial »

Classé dans : TELE — dominique @ 16:22

tchetchenieEnvoyé Spécial diffuse jeudi soir de rares témoignages d’homosexuels victimes de la « purge » lancée par les autorités tchétchènes et qui ont réussi à fuir leur région.
« J’ai peur, toujours. Je ne suis en sécurité nulle part, je sais qu’ils peuvent envoyer des gens pour venir me chercher. Ils ont déjà tué des gens en Europe. » Azamat témoigne de dos, le visage caché par une casquette. Réfugié en France, il fait partie des homosexuels rencontrés par France 2 pour le documentaire « Chasse à l’homme en Tchétchénie », diffusé jeudi soir dans l’émission Envoyé Spécial. Des témoignages rares et circonstanciés de la « purge » lancée par les autorités de cette république musulmane de la région du Caucase, dans le sud de la Russie.
Des arrestations arbitraires. Amazat a été interpellé en pleine rue à Grozny, la capitale tchétchène, au mois de mars. « Un véhicule noir s’est approché de moi, des policiers en sont descendus. Ils m’ont assis au milieu, on a roulé pendant 25 minutes, on est arrivés devant une enceinte très haute avec un mur de briques rouges et des barbelés », raconte-t-il. « Quand j’ai compris pourquoi on m’avait arrêté, j’ai eu vraiment peur. »
Comme la plupart des victimes de cette violente campagne de répression, Azamat a été dénoncé par un ancien amant, probablement sous la torture. « D’autres ont été identifiés lorsque les policiers ont fouillé dans les téléphones portables de ceux qu’ils avaient déjà arrêté », explique Elise Menand, la journaliste qui a réalisé le documentaire, interrogée par Europe1.fr. Devant sa caméra, Azamat explique qu’il a tenté de faire croire aux policiers qu’il pensait avoir été interpellé pour terrorisme. « Parce que c’est pire d’être gay que d’être terroriste », souffle-t-il.
« Des fils électriques, des pinces en métal ». Sacha, en France depuis 4 mois, témoigne lui des violences subies après son arrestation, également sous couvert d’anonymat. « Ils ont posé une petite caisse sur la table, il y avait des fils électriques, des pinces en métal. Ils m’ont mis ces pinces sur les doigts et ils ont commencé à augmenter l’intensité du courant. Je sentais toutes les courbes de mon corps, tous mes os. J’avais la sensation qu’ils étaient broyés. » Une autre victime décrit « une cellule pleine de sang », des coups portés jusqu’à l’évanouissement et une fellation forcée sous les yeux des policiers.
Pour illustrer ces scènes, Elise Menand a eu recours à des dessins, reproduisant exactement les détails décrits par les victimes. « On avait de très longues interviews, très détaillées. Je n’ai fait que changer les visages », explique-t-elle. Les victimes interrogées ont toutes été relâchées après quelques jours de tortures. « La police a dit à mes proches ‘c’est votre honte, c’est à vous de régler le problème’ », se souvient Sacha. « J’ai réussi à fuir tout de suite la Tchétchénie, je pense que ma famille m’aurait tué et enterré en cachette sinon. »
« Ils ne revendiquaient aucun droit ». Au-delà de ces témoignages poignants, le visionnage du documentaire d’une trentaine de minutes, pour lequel l’équipe d’Envoyé Spécial a effectué plusieurs voyages en Russie, souligne le caractère arbitraire de la purge. « Il y a la torture, les coups. C’est toujours très dur à entendre. Mais ce qui m’a marquée, c’est surtout de voir à quel point ces gens ne vivaient pas leur homosexualité en Tchétchénie », souligne Elise Menand. « Certains envoyaient seulement des messages à un ami. Un autre mangeait une pizza avec un autre homme de temps en temps. Ils ne revendiquaient aucun droit. Aucun. »
« C’est la logique d’un régime totalitaire », résume devant la caméra le responsable d’un réseau LGBT de Saint-Pétersbourg, qui dénonce ces exactions depuis le printemps et aide à exfiltrer les victimes. « Pour exister, il a besoin d’ennemis, intérieurs et extérieurs. En Tchétchénie, ils s’en sont pris aux femmes qui ne portaient pas le foulard, puis à celles qui ne le portaient pas comme il fallait, puis à ceux qui conduisaient en état d’ébriété. Maintenant, c’est les homos. » D’après les décomptes des ONG interrogées par les journalistes, la « purge » a déjà fait des dizaines de morts.
Envoyé Spécial, « Chasse à l’homme en Tchétchénie », un reportage d’Elise Menand, Philippe Maire et Benoît Sauvage. Jeudi 23 novembre à 21h, France 2.

21 novembre 2017

Nigeria : La police arrête le responsable d’un groupe réservé aux hommes sur un campus universitaire

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:47

1La police nigériane a arrêté Ralph Duro, le président d’un groupe réservé uniquement aux hommes, à l’université d’Ado Ekiti, qui fait face à des accusations d’homosexualité découlant d’une opération d’infiltration policière anti-gay.
Plus tôt dans l’opération de police anti-gay, en mai 2016 dans la zone Adebayo d’Ado Ekiti, la police a arrêté deux jeunes hommes [Salami O. et Olu Deji] soupçonnés d’être homosexuels. Ils ont été identifiés comme membres d’un groupe d’hommes exclusifs à l’Université d’Ado Ekiti.
Au début, ils ont nié les accusations d’homosexualité qui ont été portées contre eux, en disant que c’était une installation. Apparemment, ils ont tous deux été torturés par la police pour les forcer à avouer.
Ils ont également été confrontés à la preuve d’un agent d’infiltration (nom non publié) qui avait rejoint le groupe, prétendant être gay. À ce moment-là, les deux jeunes hommes ont cessé de nier les allégations.
Dans leurs confessions, ils ont admis avoir appartenu à un groupe « secret entièrement masculin » par lequel ils rencontraient des hommes qui leur donnaient de l’argent en échange de relations sexuelles.
Ils ont également nommé le parrain du groupe, Victor Osanyintuyi, qui est toujours en liberté, et au moins six membres du groupe, y compris Ralph Duro.
Il a été arrêté le 21 octobre chez lui, hors campus. Il aurait été contraint de fournir plus de détails sur les commanditaires, les activités et les membres du groupe, y compris sur Akin Olushola, Bashir Apkon, Victor Sunday, Femi Ola et le professeur Segun Benson.
La loi nigériane prévoit des peines d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans pour une «exposition publique de relations amoureuses entre personnes de même sexe» et pour appartenance à une «organisation homosexuelle».
Source : https://76crimes.com/ 

20 novembre 2017

Tunisie : L’association Shams dénonce des propos homophobes de Borhen Bsaïes

Classé dans : infos — dominique @ 21:35

bsaiesL’association Shams, défendant les homosexuels, dénonce des propos homophobes de Borhen Bsaïes, le conseiller politique du parti Nidaa Tounes, qu’elle qualifie de populistes et rétrogrades.
Invité samedi 18 novembre 2017, par Naoufel Ouertani, à l’émission ‘‘Labes’’, sur El-Hiwar Etounsi, il a déclaré que la Tunisie a mieux à faire que de faire la promotion des homosexuels au prétexte de défendre les libertés individuelles, en déplorant que certains œuvrent pour légaliser le mariage gay (entre hommes ou entre femmes) en Tunisie.
En réaction à ces propos, Me Mounir Baatour, président de Shams, a confié à Kapitalis qu’il est très remonté contre les déclarations de Bsaïes qui, d’une part, sont erronées, et, d’autre part, entravent les efforts des associations défendant les droits de la communauté LGBT en Tunisie.
Me Baatour a indiqué que personne ne fait la promotion de l’homosexualité en Tunisie, ni n’appelle à la légalisation du mariage gay. «Les défenseurs des homosexuels appellent à ne plus persécuter, torturer et emprisonner les Tunisiens sur la base de leur orientation sexuelle et il s’agit là, effectivement, de liberté individuelle et de respect de l’être humain comme stipulé par la déclaration universelle des droits de l’homme», a-t-il expliqué, tout en se disant extrêmement déçu qu’un membre important d’un parti dirigeant puisse tenir un pareil discours.
«Bsaïes est plus rétrograde que les islamistes mêmes, dont certains, à l’instar de Lotfi Zitoun, sont en phase avec notre combat, estimant que les homosexuels ne doivent pas être emprisonnés», a déclaré le président de Shams, en ajoutant que Borhen Bsaïes a tenu un discours populiste, sans se soucier de l’impact qu’il pourrait avoir sur l’opinion publique.

USA : Wess Goodman, le représentant de l’Ohio homophobe, draguait sur Craigslist

Classé dans : infos — dominique @ 17:46

goodmanwesleyWesley Goodman, membre de la chambre des représentants de l’Ohio, opposé au mariage gay et qualifiant de « non-naturelle » l’homosexualité, a démissionné après avoir été surpris en plein rapport sexuel avec un autre homme dans son bureau.
Ce rapport sexuel aurait eu lieu il y a plusieurs semaines et la démission de Wes Goodman est survenue après que le chef d’état-major de l’Ohio House, Mike Dittoe, ait appris l’incident, selon le rapport du Dispatch.
On apprend que le politicien aurait cherché du sexe sur Craigslist.
Celui qui se décrivait comme un conservateur chrétien avec des valeurs familiales aurait envoyé et répondu à des petites annonces de rencontres en ligne, en utilisant l’alias « Brady Murphey ».
D’après Cleveland.com , le politicien marié aurait envoyé des messages sexuellement suggestifs à des collègues conservateurs qu’il a rencontrés sur Capitol Hill.
En 2015, M. Goodman a été accusé d’avoir invité un adolescent, le fils d’un donateur républicain, dans sa chambre d’hôtel.
Comme l’a rapporté le Washington Post, l’adolescent s’est réveillé vers 4 heures du matin pour trouver M. Goodman en train de baisser le zip de son pantalon et le garçon s’est ensuite enfui.

Australie : dégradation d’une fresque de George Michael

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:03

georgeUne fresque peinte sur un mur dans la banlieue ouest de Sydney a été la cible, une nouvelle fois, de détériorations volontaires. Cette peinture mettait en scène le chanteur George Michael portant une écharpe arc-en-ciel autour de son cou.
Scott Marsh et le groupe stereogamous ont représenté George Michael dans une immense peinture murale en son honneur.
Ils ont créé cette fresque à Sydney au coin de Bray Street et Concord Street, sur la maison de Jonny Seymour, juste en bas de la route à l’entrée du Sydney Park.
Dans un post sur Facebook, stereogamous écrivait: « Voici Saint George, Saint Patron des Parcs la nuit. Se souvenir de cet amant et militant qui veille sur nous tous. »
Peinte quelques semaines seulement après la disparition du chanteur britannique le 25 décembre dernier, la fresque était devenue un lieu très visité par les fans de George Michael. « Certains laissaient même des fleurs, des cartes et des bougies au pied du mur « , explique l’auteur de la fresque Scott Marsh, au HuffPost Australie. Le jeune artiste avait baptisé son œuvre : « Saint George » pour que les homosexuels aient eux aussi un Saint auquel se vouer.
La fresque avait déjà été vandalisée en Octobre  quand des Vandales ont défiguré la fresque avec des œufs et tagué des insultes homophobes .
Une nouvelle fois l’oeuvre a été attaquée par un groupe d’anti-mariage gay qui, dans la nuit du 17 au 18 novembre, a littéralement saccagé ce « Saint George », le recouvrant de peinture noire sur plus de la moitié de sa surface.
L’homme à l’origine de cet acte de vandalisme a rapidement été interpellé par la police. Il est âgé de 23 ans et comparaîtra devant un tribunal local le 7 décembre prochain.
Suite à cette dégradation, de nombreux locaux se sont mobilisés dans la soirée du 18 novembre. Leur idée? Combler tout cet espace noir avec leurs messages d’amour, de paix et de tolérance. Un des habitants locaux venus admirer la « nouvelle » fresque expliquait ceci au HuffPost Australie: « C’est un acte qui divise, mais nous n’allons pas envenimer la chose. Nous allons rester forts et nous allons faire quelque chose autour de l’amour plutôt que de prôner la haine. »
Sur le mur, on peut lire entre autre: « L’amour vaincra », « Trop tard, on a gagné » ou encore « Non à la haine et à l’intolérance ».

des hommes nus

Classé dans : photos — dominique @ 15:43

26101701 26101704 27101701

18 novembre 2017

USA : Un homme politique anti-homosexualité surpris en plein rapport sexuel avec un autre homme

Classé dans : infos — dominique @ 14:21

goodmanwesleyUn membre de la chambre des représentants de l’Ohio, la branche législative de l’état américain, Wesley Goodman, connu pour ses « valeurs traditionnelles », opposé au mariage gay et qualifiant de « non-naturelle » l’homosexualité, a démissionné de son mandat mercredi, pour « comportement inapproprié avec un autre homme », selon plusieurs médias américains.
Le républicain Wesley Goodman, 33 ans, aurait été surpris dans son bureau en plein rapport sexuel consenti avec un autre homme. Il a reconnu les faits dans un communiqué, présentant ses excuses à ses anciens soutiens.
« Je regrette sincèrement que mes choix et mes actions m’ait empêché de servir mes électeurs et notre état d’une manière qui reflète les meilleurs idéaux du service public », a-t-il assuré dans un communiqué.
Anti-avortement, opposé à l’Obamacare, opposant au mariage gay, et décrivant l’homosexualité comme ‘non-naturelle’, Wes Goodman avait déjà été accusé d’avoir voulu abuser d’un jeune de 18 ans en 2015, alors en pleine campagne pour le poste qu’il occupait jusqu’à mercredi.
Ses anciens supporters se demandent aujourd’hui pourquoi ils n’ont pas été avertis de son comportement.
« Nous en avons marre que des gens au courant ne fassent rien. Si certains savaient, ils avaient l’obligation de dire quelque chose », a assuré au Washington Post, Thomas Zawstowski, le président de l »Ohio Citizens Pac’, un groupe conservateur soutien de Wesley Goodman.

17 novembre 2017

Australie : Un imam compare l’homosexualité à la pédophilie

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:50

gay islamEn Australie, alors que le citoyens viennent de voter pour le mariage gay, un imam fondamentaliste a tenu des propos chocs sur l’homosexualité, l’assimilant à la pédophilie ou à l’inceste.
Le gouvernement s veut maintenant adopter une loi en faveur du mariage homosexuel avant la fin de l’année.
À Sydney, un prédicateur musulman fondamentaliste a tenu des propos polémiques au sujet de l’homosexualité la décrivant comme un pêché pire que l’adultère.
L’homme a poursuivi : « Si vous arrivez au point où vous acceptez l’homosexualité, qu’est-ce qu’il n’y a pas à accepter? », a-t-il déclaré avant d’assimiler l’homosexualité aux humains ayant des relations sexuelles avec des animaux « Si les hommes peuvent être ensemble, pourquoi ne pas aller avec un animal? » a t’il lancé
Il a également liée l’acceptation par la société de l’homosexualité à la pédophilie. « Si l’homosexuel dit : ‘C’est naturel parce que je suis né comme ça’ Le pédophile peut aussi dire ‘Je suis né comme ça, j’aime les jeunes enfants.’ » 

Aveyron: Un spectacle censuré dans des établissements privés car jugé pro LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 7:34

1Dans un communiqué, la compagnie toulousaine L’An 01 s’indigne de devoir annuler les représentations de leur pièce « X, Y et moi ? » une pièce de théâtre sur l’égalité hommes-femmes, prévues  dans des collèges et lycées catholiques…
La troupe, qui a déjà joué une cinquantaine de fois son spectacle a publié un communiqué mercredi pour dénoncer un courrier « l’interdisant de se produire dans plusieurs lycées privés de l’Aveyron »n une  décision prise en concertation avec le diocésain de l’Enseignement Catholique»..
La compagnie a précisé à «20 Minutes» que, pour l’heure, sept représentations ont été annulées.
« Sous le prétexte d’une fausse conférence autour de la couleur rose et de son histoire au fil des siècles, nous souhaitons, avec humour et provocation, proposer une redistribution des rôles et des codes masculins et féminins », explique sur son site la Cie L’An 01, la troupe toulousaine qui a créé cette pièce il y a un an.
Depuis, les comédiens sillonnent leur région pour la jouer et échanger avec le public, lors d’une heure de débat autour de la question « A quand une réelle égalité femmes / hommes ? » Ils ont déjà joué cette pièce une cinquantaine de fois«
Selon la Cie L’An 01, la « polémique grandissante » à laquelle il est fait allusion est une publication du site Riposte Catholique au sujet de la pièce. Son titre : « Le lobby LGBT fait son entrée dans l’enseignement catholique de l’Aveyron ».
Le site, reproduit le synopsis du spectacle et montre un visuel composé d’une partie de l’affiche de X, Y et moi ? Et du logo de Pride Toulouse, une association LGBTQ  qui organise un festival lors duquel la Cie L’An 01 a joué sa pièce.
Le but de la publication de Riposte Catholique, qui n’expose aucun argument : faire « croire que le festival serait l’auteur de ce spectacle », selon la troupe théâtrale. Et donc sous-entendre que le contenu du show relèverait d’une prétendue propagande. Contre Info et Le Salon beige,  se font également l’écho de la pièce, le dernier en parlant d’ «intervention pro-gender  dans les collèges ».
« Aucune de ces personnes [impliquées dans la décision d’annuler les représentations] n’a vu le spectacle malgré nos invitations », déplore la compagnie. Avant la diffusion de cette publication liant X, Y et moi ? au « lobby LGBT », le spectacle n’avait jamais fait de vagues, insiste la troupe, qui l’a créé avec le soutien plusieurs acteurs institutionnels tels que Département de Haute-Garonne et la Mairie de Toulouse.
La Cie L’An 01, qui a affirmé à 20 Minutes que sept représentations ont été annulées, étudie les recours possibles avec l’appui de la MJC de Rodez qui organise le festival Nov’Ado, dans le cadre duquel étaient prévues les dates remises en cause dans les établissements privés.

12345...416

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS