4 juillet 2018

mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 4:35

mecs nus dans photos tumblr_pbclzmxdlD1w9dakwo1_400tumblr_pbclzmxdlD1w9dakwo3_500 dans photostumblr_pbclzmxdlD1w9dakwo4_400

soutien massif de la communauté LGBT en faveur de la gestation pour autrui (GPA) et de procréation médicalement assistée (PMA)

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 3:16

couple avec enfantUn sondage réalisé par l’IFOP pour l’Association des Familles Homoparentales (ADFH) révèle le soutien massif de la communauté LGBT en faveur de la gestation pour autrui (GPA) et de procréation médicalement assistée (PMA).
Pour l’IFOP, la part d’adultes affirmant une orientation sexuelle ou une identité de genre minoritaire s’élève à 4 millions dont 1,6 million d’homosexuel(le)s et 2,4 millions de bisexuel(le)s.
L’enquête met également en lumière l’adhésion massive de cette population aux revendications portées par les associations en matière de PMA et de GPA. 80% des personnes LGBT adhèrent au principe d’élargissement de procréation médicalement assistée aux couples de femmes homosexuelles. Un consensus partagé par l’ensemble de la communauté malgré des intérêts politiques opposés. « Si l’adhésion à cette idée est massive chez les LGBT proches des formations de gauche (83% chez les sympathisants LFI, 87% chez les sympathisants PS), elle est aussi largement soutenue par les LGBT de droite (66% chez les sympathisants LR, 74% chez les sympathisants FN). » Et cette décision ne fait pas seulement l’unanimité chez les minorités ! « Ce soutien n’a toutefois rien de spécifique aux minorités sexuelles : les deux tiers des Français soutiennent également la mesure qui constitue une des principales promesses électorales d’Emmanuel Macron » indique François Kraus, directeur du pôle genre et santé sexuelle de l’IFOP.
La gestation pour autrui est également une mesure fortement plébiscitée par les personnes LGBTI, « 71 % des personnes interrogées souhaitent que les couples d’hommes puissent recourir à la GPA » indique l’enquête. Ce chiffre vient contraster avec l’opinion du reste de la population française chez qui l’adhésion à cette mesure reste minoritaire (48%). « C’est le dernier sujet d’homoparentalité qui partage encore l’opinion » précise François Kraus, selon France Info. Si certaines décisions ne sont pas partagées par l’ensemble de la société les mentalités semblent progressivement évoluer en faveur des minorités !

Europe : l’homophobie est toujours là

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 2:07

big-homophobie-mr-qUn article d’Euroefe.
Les écueils législatifs et les agressions sont les problèmes les plus visibles auxquels fait face la communauté LGBT en Europe. Les difficultés rencontrées se multiplient dans les pays d’Europe de l’Est.
En Italie, la proposition de loi pour définir le délit d’agression homophobe est bloquée depuis 2013, et ce malgré les plaintes du collectif LGBT qui affirme que, selon une enquête du portail www.gay.it, 52 % d’entre eux ont subi des agressions dans leur vie.
Le nouveau ministre italien de la Famille et du Handicap, Lorenzo Fontana, membre du parti d’extrême droite la Ligue, a déclenché l’ire des LGBT en assurant que « les familles formées par des homosexuels n’existent pas. »
En France, 53 % des LGBT disent avoir déjà été victimes d’une agression à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, selon l’enquête publiée par l’observatoire de l’homophobie.
Dans certaines rues, Paris a décidé d’installer de manière permanente des passages piétons des couleurs de l’arc-en-ciel du drapeau gay. Certains ont été peints pour la Gay pride du samedi 30 juin et ont dû être repeints après avoir été vandalisés.
Nombres de pays d’Europe occidentale se reposent sur leurs lauriers en ce qui concerne les droits des homosexuels et ne prennent pas les mesures nécessaires pour les transsexuels et intersexués.
Au Royaume-Uni, le gouvernement a prévu de présenter cette semaine le plan d’action pour améliorer les droits de la communauté LGBTI, mais malgré cette reconnaissance, elle est toujours victime de discrimination et de harcèlement, comme le démontre un sondage publié par Pride in London.
Selon une enquête, 12 % des hommes et 17 % des femmes homosexuels au Royaume-Uni l’ont dit à leur famille. Un pourcentage qui monte à 46 % dans le cas des bisexuels et à 40 % pour les asexuels, les « queers », les pansexuels ou polysexuels.
stop-homophobieAu Portugal, les données les plus récentes viennent d’un rapport que les agressions homophobes enregistrées en 2017 par la plateforme ILGA Portugal selon lequel les principales agressions sont les insultes et les menaces (39 %), suivies de la violence domestique, le harcèlement, les agressions ou tentatives d’agression et les discriminations dans l’accès aux soins.
En République d’Irlande, le collectif LGBT jouit d’une grande visibilité, en partie parce que le Premier ministre, le démocrate-chrétien, Leo Varadkar, est le premier chef de gouvernement ouvertement gay de son histoire.
Leo Varadkar a dirigé le 25e anniversaire de la décriminalisation de l’homosexualité ce mois-ci, lors duquel il s’est excusé au nom de l’État pour les politiques discriminatoires du passé, tout en rappelant que d’autres mesures devaient encore être prises pour faire progresser les droits.
L’Allemagne a enregistré un total de 313 crimes contre l’orientation ou l’identité sexuelle l’année dernière, dont 74 étaient des agressions violentes, selon le rapport de police de 2017.
Dans 99 des crimes contre la communauté LGBT, l’auteur était d’extrême droite, bien que dans la plupart des cas (189) aucune motivation idéologique spécifique n’ait été établie.
En Belgique, selon le Centre pour l’égalité des chances, 84 cas de discrimination ou de violence fondés sur l’orientation sexuelle ont été signalés en 2017.
Aux Pays-Bas, premier pays d’Europe à légaliser le mariage homosexuel, 75 % de la population est désormais « tolérante » et a une attitude « plus respectueuse » et « positive » envers les homosexuels, selon l’Office de planification sociale et culturelle (SCP).
Cependant, les Néerlandais ont encore des « difficultés » à assister, par exemple, à un baiser entre deux hommes ou femmes dans un espace public, indique le SCP, qui porte à 29 % le pourcentage de la population qui considère ce geste comme « offensant ».
En Hongrie, la Constitution de l’ultraconservateur Viktor Orbán exclut la possibilité du mariage homosexuel et fait de la défense des « valeurs familiales traditionnelles » et du « christianisme » un élément fondamental de son programme.
homophobieEn Croatie, les organisateurs de la Gay pride à Zagreb ont mis en garde contre les critiques croissantes et les attaques verbales virulentes des groupes conservateurs liés à l’Église catholique.
Des Gay pride ont été organisées ces dernières années sans incident, mais ont aussi été ponctuées de haine : lors d’un carnaval d’enfants dans une ville croate en février de cette année, la photo d’un livre pour enfants mettant en scène une famille homosexuelle a été brûlée devant des centaines de personnes.
En Serbie, malgré des améliorations juridiques, avec la dépénalisation de l’homosexualité en 1995, les préjugés, la discrimination et les tabous sont très présents dans une société où l’Église orthodoxe a une grande influence.
Selon l’étude d’une ONG, 23 % de la population LGBT a été victime d’une agression physique et la plupart ont été victimes de harcèlement verbal.
à lire sur https://www.euractiv.fr/

la Gay Pride a bien eu lieu à Istanbul

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 2:02

La Gay Pride a bien eu lieu dans la capitale turque dimanche. Un millier de personnes se sont rassemblées place Taksim malgré l’interdiction des autorités.
video : https://www.francetvinfo.fr

Grande Bretagne : des logements réservés aux étudiants LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 1:47

lgbt6L’université de Sheffield, au Royaume-Uni annonce qu’elle va fournir des logements réservés aux étudiants LGBT afin de leur fournir un « espace sûr » pour qu’ils « soient eux-mêmes ».
L’établissement a déjà reçu trente demandes pour douze chambres et prévoit d’étendre son offre dès l’an prochain.
La nouvelle a tout de suite créé la polémique. De nombreuses personnes se sont indignées, dénonçant une ghettoïsation des étudiants LGBT.
Dans le Times, Simon Thompson, le directeur de la société «Accomodation for Students», a dénoncé la décision de l’université de Sheffield. «L’université consiste à ouvrir des horizons et à rencontrer des gens de cultures différentes, de milieux différents, de sexualités différentes. [...] C’est un désavantage si ces personnes se ferment et ne se socialisent pas avec les hétérosexuels. Cela me semble être une folie», a-t-il dénoncé.
Pour l’université de Sheffield, il ne s’agit pas de ségrégation. Ce logement servira «d’espace sûr pour que les étudiants soient eux-mêmes», a déclaré le porte-parole de l’établissement au Times, ajoutant que les appartements LGBT étaient situés juste à côté d’autres bâtiments d’hébergement non-LGBT, afin d’éviter toute séparation.
Aux États-Unis, certains établissements tels que Georgetown, la plus ancienne université catholique du pays, ont également ouvert des appartements réservés aux étudiants LGBT.

mercredi

Classé dans : infos,photos — dominique @ 0:52

260310_sexart_ 150 mec nu 0153 231215- beau mec nu 01

3 juillet 2018

Grande Bretagne : un plan pour « améliorer la vie » des personnes LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 17:46

lgbtLe gouvernement britannique a dévoilé mardi un plan pour « améliorer la vie » des personnes LGBT visant notamment à mettre fin aux « thérapies de conversion », développées pour changer l’orientation sexuelle d’un individu.
Ce plan, doté d’un budget de 4,5 millions de livres (5,08 millions d’euros), a été élaboré à partir des résultats d’une enquête menée par le Bureau gouvernemental des égalités auprès de 108.000 personnes se définissant comme homo, bi ou transsexuelles, et qui a montré qu’elles étaient la cible de préjugés au quotidien.
Mesure phare de ce plan, le gouvernement veut « éradiquer la pratique abjecte des thérapies de conversion ». D’après son enquête, 7% des membres de la population LGBT se sont vus proposer une telle thérapie et 2% l’ont suivie.
Ces thérapies de conversion sont conduites dans une majorité de cas (51%) par des groupes religieux, et, dans une moindre mesure, par des professionnels de santé ou un proche (respectivement 19% et 16% des cas), selon l’enquête.
Le plan gouvernemental prévoit également la nomination d’un « conseiller national santé LGBT », pour réduire « les inégalités de santé » dont souffre la population LGBT et répondre à leurs « besoins spécifiques ».
L’exécutif veut enfin s’attaquer aux agressions à caractères homo, bi ou transphobes, en améliorant la formation des policiers. Des programmes de lutte contre les comportements violents ou discriminatoires dans les établissements scolaires seront aussi mis en place.
Selon l’enquête du Bureau gouvernemental des égalités, sur les douze derniers mois, 40% des personnes LGBT ont subi une agression verbale ou physique à cause de leur orientation sexuelle.
Le gouvernement a par ailleurs annoncé le lancement prochain d’une consultation pour réformer et compléter le « Gender Recognition Act », qui offre aux personnes transgenre une reconnaissance officielle du genre auquel elles s’identifient.

Autriche: le «troisième sexe» en voie d’être reconnu

Classé dans : infos — dominique @ 17:33

drapeau-transgenre-450x275La Cour constitutionnelle autrichienne a ordonné aujourd’hui que les personnes ne souhaitant pas s’identifier comme homme ou femme puissent désormais en avoir le droit dans leurs démarches administratives, un nouveau pas vers la reconnaissance d’un « troisième sexe » en Europe.
Accédant à la demande d’un militant intersexe connu sous le nom d’Alex Jürgen, la Cour a invoqué la Convention européenne des droits de l’Homme pour exiger du législateur qu’il introduise la notion de « divers », « inter » ou « autre » dans l’état civil. « Pour la première fois de ma vie, j’ai le sentiment d’être reconnu pour ce que je suis. Tel que je suis né », a indiqué dans un communiqué Alex Jürgen, qui souhaite taire sa véritable identité.
Saluée par l’opposition sociale-démocrate, libérale et écologiste, la décision de la Cour a été vivement critiquée par le parti d’extrême droite FPÖ, au pouvoir, qui l’a qualifiée de « totalement incompréhensible » et a jugé qu’elle soulevait « de nombreux problèmes, notamment concernant le service militaire ou l’âge de la retraite ».
La Cour a souligné que l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’Homme garantissait un « droit à une identité sexuelle individuelle » et protégeait « en particulier les gens avec une identité sexuelle alternative ». En novembre, l’Allemagne avait été le premier pays européen à voir sa justice demander la création d’un « troisième sexe », suivi en mai par les Pays-Bas.

Jean-Claude Van Damme répond à ceux qui l’accusent d’homophobie après ses propos sur le mariage gay chez Ruquier

Classé dans : infos — dominique @ 17:24

    Marlène Schiappa      

Accusé d’homophobie après ses propos sur le mariage gay samedi soir dans « On n’est pas couché », Jean-Claude Van Damme se défend.
« Les femmes se marient, les hommes se marient, les chiens se marient, tout le monde se marie… Et tout le monde divorce »: le passage de Jean-Claude Van Damme dans « On n’est pas couché » samedi soir a fait polémique. Il s’est expliqué sur ses propos maladroits ce mardi matin sur CNews.
« Ils n’ont rien compris. On ne peut plus s’amuser à la télé. Un, je n’ai rien contre les homos. Deux, je n’ai rien contre les femmes. Trois, j’ai rien contre les chiens », a-t-il lancé face à la caméra de Jean-Marc Morandini.
Accusé d’homophobie, JCVD a assuré qu’il n’avait rien contre les homosexuels. « Ne vous inquiétez pas les gars. La vie est belle. Toutes ces rumeurs, ce sont des choses que l’on crée à la télé. On veut peut-être me faire du mal. Je ne suis pas du tout contre le mariage gay », a-t-il déclaré avant d’ajouter: « Je n’ai jamais dit que j’étais contre les homosexuels ».
L’acteur belge en a également profité pour répondre aux quelques téléspectateurs qui ont signalé son passage au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA): « Mon cousin est homosexuel, les deux meilleurs amis de ma mère sont homosexuels. Plein de gens autour de moi sont homosexuels », s’est-il justifié. « [Les gens] pensent ce qu’ils veulent. Je les emmerde! J’adore tout le monde. Je suis un être humain qui donne la liberté à tout le monde ».

YouTube s’excuse auprès de la communauté LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 16:55

youtubeYouTube, la plateforme de vidéos en ligne de Google, a présenté ses excuses aux personnes LGBTQ (lesbiennes, gay, bi, trans, queer).
Dans une série de tweets postés le dernier jour du mois des fiertés, la plateforme explique avoir eu « des problèmes » qui ont entraîné la démonétisation des vidéos sur certaines thématiques LGBTQ. « Nous avons eu des problèmes, et nous avons laissé tomber la communauté LGBTQ – des publicités inappropriées, et des préoccupations sur la manière dont nous mettons en place notre politique de monétisation. Nous en sommes désolés, et nous voulons faire mieux », écrit l’entreprise.
Depuis plusieurs semaines, les créateurs de vidéos LGBTQ reprochent au site d’appliquer des restrictions d’âge sur leurs vidéos et de les empêcher de les monétiser. Les vidéos contenant les mots « trans » ou « transgenre » dans leur titre ne pouvaient notamment pas afficher de publicité. « Lorsque nous entendons des inquiétudes sur la façon dont nous mettons en œuvre notre politique de monétisation, nous les prenons au sérieux et apportons les améliorations nécessaires », assure YouTube dans ses tweets.
D’après plusieurs créateurs, la monétisation des vidéos sur les thématiques LGBTQ a été réactivée. YouTube avait déjà été obligé de s’excuser auprès des mêmes créateurs il y a quelques mois pour les avoir moins mis en avant que les autres.

1...34567...2738

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS