19 octobre 2017

La plus vieille tortue du monde est gay

Classé dans : infos — dominique @ 17:29

1Jonathan est une tortue géante des Seychelles qui est née en février 1832 sur l’atoll d’Aldabra. Jonathan vient de fêter ses 185 ans. De ce fait, cette tortue est potentiellement la plus ancienne créature terrestre encore vivante aujourd’hui. L’animal a été transporté en 1882 de Aldabra vers l’île britannique Saint-Hélène.
Une des premières photos de Jonathan a été prise en 1902, on la voit à côté d’un prisonnier de guerre des Boers et d’un garde.
En 1991, 1es vétérinaires ont pensé que Jonathan avait besoin d’une compagne et c’est ainsi que  ‘Frederica’ est arrivé .
Ils ont pu observé de nombreuses tentatives d’accouplements mais les deux tortues n’ont jamais eu de descendance .
Après trois décennies, les vétérinaires savent maintenant pourquoi le couple n’a jamais eu de jeunes.
Alors que Frédérica avait une lésion sur sa carapace,  il s’est avéré que la tortue était en fait un mâle.
Il a donc été renommé Frédéric, selon le Times .
Encore un cas d’homosexualité qui va choquer les anti gays.
Jonathan est pratiquement aveugle, n’a plus d’odorat, mais galope encore très bien. Il suit un régime strict à base de fruit et légume et est en très bonne santé. Le couple a encore de longues années devant lui, car cette espèce animale peut vivre jusqu’à 250 ans.

Tadjikistan: 367 homosexuels présumés sommés subir des «tests»

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:52

homo-sexualite-drapeauAprès les rafles en Tchétchénie russe et plus récemment en Azerbaïdjan, la menace se renforce contre les gays et lesbiennes du Tadjikistan. Les autorités de cet Etat autoritaire d’Asie centrale (8,5 millions d’habitants coincés entre la Chine et l’Afghanistan) auraient dressé une liste de 367 homosexuels présumés devant subir des «tests» pour éviter «la propagation de maladies sexuellement transmissibles», rapporte l’AFP. Pas moins de 319 hommes et 48 femmes sont qualifiés de «vulnérables» par les autorités.
L’information émane d’une publication du Ministère public tadjik, qui souligne que les noms ont été recueillis à la suite d’«opérations» conduites l’an dernier, et baptisées «moralité» et «purge».
L’homosexualité n’est pas formellement illégale, mais elle est très largement rejetée dans la société musulmane conservatrice tadjike. Comme dans d’autres Etats d’Asie centrale, des militants locaux ont dénoncé des formes de harcèlement et d’extorsion de la part de la police. En 2005, plusieurs centaines d’homosexuels présumés y auraient été arrêtés.
source : 360.ch

La délégation aux Outre-mer de l’Assemblée nationale s’engage contre les discriminations

Classé dans : infos — dominique @ 15:41

discrimitationLa délégation, qui a auditionné Frédéric Potier, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), a décidé d’établir « un grand livre », qui regroupera notamment les discriminations raciales et les discriminations LGBT (lesbiennes, gaies, bi et trans).
Le président de la délégation, le député de Guadeloupe Olivier Serva (LREM), avait dans un premier temps proposé un rapport « pour faire la lumière sur la situation des personnes LGBT outre-mer ». Lui, à qui il avait été reproché d’anciens propos homophobes qu’il a depuis regrettés, a rencontré lundi différentes personnalités engagées contre les discriminations des LGBT.
Mais le député de Martinique Serge Letchimy (Nouvelle gauche) a demandé « un rapport plus large sur tous les problèmes de discrimination ». « La France a fait un pas », a dit le député, en saluant « pour la première fois une telle diversité des députés à l’Assemblée nationale », mais « a-t-elle pris conscience du drame que nous vivons ? » a-t-il demandé.
La députée MoDem du Val-de-Marne Maud Petit a souligné qu’il faudrait également s’intéresser aux « attaques xénophobes envers des personnes d’autres territoires », comme les Haïtiens ou ceux originaires de l’île de Sainte-Lucie aux Antilles. D’autres ont évoqué les Mahorais à la Réunion, ou les Comoriens à Mayotte.
Interrogé sur le nombre d’actes de discriminations recensés en Outre-mer, Frédéric Potier a souligné qu’il était « très faible ». « La parole est encore tabou, les personnes n’osent pas porter plainte », a-t-il expliqué, regrettant « un volet statistique beaucoup trop faible ». Il a insisté sur la nécessité d’améliorer l’accueil des victimes, et de « faire émerger davantage d’actions sur le terrain ». La Dilcrah a financé des lignes d’écoutes pour les victimes de LGBT-phobie, à La Réunion et en Guyane, a-t-il expliqué.
Pour la députée (LREM) de Mayotte Ramlati Ali, « il faut faire ce rapport sur les LGBT, même si ça va être très difficile, parce que c’est tabou ». Mais dans une île où « tout le monde connaît tout le monde », « les gens LGBT sont très seuls et très malmenés. Il faut qu’on ait les moyens de les aider »

mecs nus

Classé dans : photos — dominique @ 15:29

19101702 19101704 19101701

USA : La Californie reconnaît officiellement l’existence d’un «troisième genre»

Classé dans : infos — dominique @ 15:26

theorie du genreDimanche dernier, le 15 octobre, le gouverneur californien Jerry Brown a ratifié le «Senate Bill 179», aussi appelé «Gender Recognition Act», qui instaure un 3e genre.
Désormais, les Californiens auront le choix entre trois options sur leurs documents d’identité officiels: «masculin», «féminin» ou «non binaire».
Cette loi a été co-écrit par la sénatrice démocrate de San Diego, Toni Atkins, et le sénateur démocrate de San Fransisco, Scott Wiener.
La principale opposition au projet est venue du California Family Council, qui a dénoncé, dans un tweet, une loi «incroyablement tragique».
«SB 179 sème le danger et la confusion. Les personnes qui souffrent de dysphorie de genre doivent être aimées, mais on ne doit pas leur mentir. La biologie n’est pas du bigotisme.»
Avec cette décision, la Californie s’inscrit à son tour dans la déjà longue liste des territoires ayant reconnu, d’une manière ou d’une autre, la notion de troisième genre. En Allemagne, une loi datant de janvier 2013 dispose ainsi que «si l’enfant ne peut être désigné ni de sexe masculin, ni de sexe féminin, son état-civil est inscrit dans le registre des naissances sans une telle mention». En avril 2014, la Haute cour australienne et la Cour suprême indienne ont reconnu «qu’une personne [pouvait] être autre qu’homme ou femme» et ont donc autorisé l’enregistrement d’un genre non spécifique.

Tanzanie: 12 personnes arrêtées dans un hôtel de Dar es Salaam

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:16

afrique gayDouze homosexuels présumés, parmi lesquels deux Sud-Africains et un Ougandais, ont été arrêtés dans un hôtel de Dar es Salaam, a annoncé mercredi la police tanzanienne, soulignant qu’elle les interrogeait avant de les déférer devant un tribunal.
Il n’a cependant pas précisé la date de l’arrestation. « La loi tanzanienne interdit cet acte aux gens de même sexe, c’est une violation de la loi dans notre pays », a martelé le chef de la police de Dar es Salaam, Lazaro Mambosasa,, expliquant que parmi les 12 personnes arrêtées, figurait le gérant de l’hôtel Peacock. « Nous l’avons arrêté pour interrogatoire. C’est en connaissance de cause qu’il a mis une salle à leur disposition ».
« Je prie les Tanzaniens de continuer à nous donner des informations, comme cela s’est passé à l’hôtel Peacock, pour que nous agissions à temps », a ajouté le commandant de police.
Vingt personnes accusées d’homosexualité, dont douze femmes, avaient été arrêtées en septembre dans un hôtel de l’archipel autonome de Zanzibar, qui fait partie de la République unie de Tanzanie.
Selon la police à Zanzibar, ces personnes suivaient une formation de l’ONG internationale Bridge Initiative Organization, officiellement enregistrée par le gouvernement de Zanzibar pour dispenser des programmes d’éducation à la lutte contre le sida.
En février, la Tanzanie avait ordonné la fermeture de certains centres de santé spécialisés dans la lutte contre le sida, les accusant de promouvoir l’homosexualité, une décision critiquée par les États-Unis.
Le gouvernement tanzanien a par ailleurs promis d’expulser les étrangers défendant les droits des homosexuels.

Egypte : Les arrestations continues

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,justice — dominique @ 6:17

gay egypteLes forces de sécurité ont fait des descentes dans les cafés du centre-ville du Caire et plusieurs tribunaux ont infligé de lourdes peines de prison.
Selon un militant des droits de l’homme, depuis l’organisation d’un concert de rock le mois dernier durant lequel certains membres du public avaient déployé le drapeau de la communauté LGBT, plus de soixante personnes homosexuelles ont été arrêtées . 20 personnes ont été condamnées à des peines de six mois de prison et quatre autres à trois ans.
Plusieurs établissements de la communauté LGBT ont été fermés.
On dénombre de nombreux passages à tabac et autres mauvais traitements. Des activistes des droits de l’homme ont également dénoncé l’application d’examens anaux forcés par les forces de l’ordre.
De nombreux mouvements internationaux de défense des droits de l’homme dénoncent depuis un certain temps l’attitude du gouvernement égyptien exigeant la fin de la répression. Les Nations Unies ont qualifié ces raids anti-homosexuels en Egypte ainsi que les violences semblables en Azerbaïdjan et en Indonésie de violation du droit international.
Cette opération coup de poing est le dernier exemple en date de la vague de répression envers les libertés politiques et sociales du gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi. On constate une véritable recrudescence des exécutions extrajudiciaires et des arrestations d’opposants politiques. Des centaines de sites internet ont également été fermés.
Selon les activistes des droits des homosexuels, cette campagne est une manière de détourner l’attention des problèmes économiques et politiques du pays.
En Egypte, la population est majoritairement conservatrice, rappellent les militants. Musulmans et chrétiens considèrent l’homosexualité comme un péché. 95 % des citoyens estimeraient que l’homosexualité est inacceptable, selon un sondage de Pew Research de 2013.
L’homosexualité n’est pas illégale mais les autorités s’en prend à cette communauté en s’appuyant sur une loi anti-prostitution des années 60 qui condamne la débauche, comportement considéré propre à l’homosexualité par les tribunaux.
Depuis quatre ans,  environ 550 personnes homosexuelles ont été arrêtées.

USA : l’ancien PDG de Rentboy.com condamné à 6 mois de prison

Classé dans : infos — dominique @ 0:32

jeffreyL’ancien PDG de Rentboy.com,  a été condamné à une peine de prison ce lundi 16 octobre Il sera libéré vers le 16 avril 2018 .Il purge sa peine dans un établissement correctionnel fédéral de sécurité à Otisville, New York.
Rappel des faits : Jeffrey Hurant et 6 de ses employés ont été arrêtés en août 2015. C’était lors d’une opération d’infiltration menée à Manhattan par la sécurité intérieure et la police de New York. L’objectif avoué de l’opération était de rendre la ville «plus sûre».
L’affaire avait suscité l’indignation de défenseurs des droits des homosexuels en raison de la nature curieusement ciblée de la répression. Ils estimaient que la plainte était anormale, car elle comportait des faits qui n’ont rien à avoir avec l’affaire.
L’année dernière, Hurant a plaidé coupable aux accusations de promotion de la prostitution.
Condamnés en août 2017, les procureurs avaient accusé le site Web d’être le «plus grand service de prostitution masculine en ligne des États-Unis».
De plus, le juge de district américain Margo Brodie lui a également ordonné de suivre un programme de traitement psychiatrique et de payer une amende de 7 500 $. Elle a également ordonné la dissolution de sa compagnie Easy Rent Systems Inc, qui fait face à une accusation de complot de blanchiment d’argent.
Certains croient que Hurant a été visé parce qu’il dirigeait un site souvent utilisé par des hommes gays et bisexuels.
Cette croyance s’ajoute au fait que de nombreux sites d’escortes féminines sont encore en activité, la publicité étant achetée et vendue sur Internet.
«Cette affaire m’a empêché de dormir pendant plusieurs nuits», a déclaré Brodie. Elle a également révélé qu’elle avait reçu plus de 70 lettres qui soutenaient l’ancien PDG et le site Web. Dans sa décision, Brodie a affirmé qu’elle croyait que le site avait été lancé avec de bonnes intentions.
Hurant a doublé sa conviction qu’il «faisait de bonnes choses pour de bonnes personnes», comme son fonds de bourses d’études pour les travailleurs du sexe.
En 2015, les arrestations ont fait l’objet de critiques immédiates de la part d’avocats, de militants des droits humains et de prostitués
Même le New York Times avait noté dans un éditorial que le site, fondé en 1996, représentait une alternative sure au travail de rues et protègeait contre les proxénètes. Le média avait ajouté que les autorités fédérales devraient passer plus de temps à combattre les vrais crimes, la traite des êtres humains et l’exploitation sexuelle, au lieu de s’intéresser à des faits aussi anodins.

jeudi

Classé dans : photos — dominique @ 0:14

18101707 17101714 17101715

18 octobre 2017

USA : Une affiche demandant aux étudiants LGBTI de se suicider est légale

Classé dans : infos — dominique @ 19:29

USA : Une affiche demandant aux étudiants LGBTI de se suicider est légale dans infos suicide_flyer_poster-e1508351347654A l’Université de Cleveland, des affiches placardées demandent aux étudiants LGBTI de se suicider.
Malgré la monstruosité de ces affiches, il n’y a rien d’illégal dans tout ça,  en vertu de la politique de «liberté d’expression» de l’université.
A coté d’un dessin représentant un pendu, trois statistiques concernant les personnes LGBTI sont affichées:
-34% des personnes trans tentent de se suicider.
-30% des suicides sont liés LGBT
-et plus de 40% des personnes bi pensent au suicide.
Son message: «Suivez vos collègues pédés».
Ces affiches  ont été faites par un groupe appelé «Fascist Solutions». Les dépliants montrent également des images de nationalistes blancs.
Ils sont apparus le même jour que le centre LGBT du campus a ouvert ses portes.
Les étudiants ont été choqués par les tracts circulant sur le campus, ce qui a incité le président Ronald Berkman à répondre.
En affirmant que l’Université était pleinement engagé auprès des minorités sexuelles, elle s’engageait également à respecter le premier amendement de la constitution, même en ce qui concerne les questions controversées où l’opinion est divisée », a t’il déclaré
«Nous continuerons à protéger la liberté d’expression afin que toutes les voix puissent être entendues »
Une réponse qui ne satisfait pas les étudiants :
«Il est temps de prendre position pour vos étudiants. Ce n’est pas une question de liberté d’expression quand il est dit littéralement aux étudiants de se tuer!» dit l’un des étudiants
Berkman a envoyé un email  ou il afirme qu’il était «personnellement outragé» par les affiches.
«Je reconnaîs qu’hier j’ai échoué à exprimer mon indignation personnelle», écrit-il .
«Bien que je trouve le message de cette affiche répréhensible, le cadre juridique actuel concernant la liberté d’expression rend difficile la prévention de la diffusion de ces messages.»

12345...2590

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS