21 février 2009

samedi matin pour commencer le week end

Classé dans : photos — dominique @ 10:39

581.jpg  548.jpg  541.jpg

info gay :Roberto Benigni dénonce l’homophobie au festival de la chanson italienne de San Remo

Classé dans : infos — dominique @ 10:29

Le comédien Roberto Benigni a défendu l’homosexualité en direct à la télévision italienne, juste avant qu’une chanson très polémique sur le sujet ne soit entonnée devant seize millions de spectateurs.

La 59e édition du Festival de la chanson de San Remo – organisé du 17 février au 21 février, au Théâtre Ariston – n’a pas encore commencé qu’on se penche sur cette institution italienne, l’air un peu inquiet : passera-t-elle le cap des 60 ans ? Pour l’aider à reprendre un peu de vigueur et redonner un coup de fouet à l’Audimat de la Rai qui le retransmettra, rien de tel qu’une bonne polémique.

 Celle du millésime 2009 met aux prises le chanteur Giuseppe Povia, Milanais âgé de 36 ans, et la communauté homosexuelle italienne. Vainqueur en 2007, il est venu chanter une chanson Luca era gay (Luca était homosexuel) qui a déjà fait couler beaucoup d’encre dans la presse transalpine.  En cause, cet imparfait, « était » qui laisserait supposer que l’homosexualité serait une maladie dont on peut se remettre comme d’une mauvaise grippe.

Le réseau italien de l’association Arcigay, en pointe sur la question des discriminations faites aux homosexuels, a déjà prévu de « marcher » sur San Remo pour faire entendre ses récriminations. Grâce à un journaliste du quotidien de centre gauche, La Repubblica, qui a pu l’écouter en avant-première, on en sait un peu plus sur la teneur de cette chanson. Luca, le jeune garçon dont il est question, est malheureux. Ses parents se sont séparés, il vit dans une atmosphère féminine et joue à la poupée. Un jour, il rencontre un homme plus âgé que lui, qui lui fait découvrir le sexe et l’amour. Puis, lors d’une soirée, il tombe amoureux d’une jeune femme de son âge. Happy End et bonheur retrouvé. Et le refrain de souligner : « Luca era gay, e adesso sta con lei » (« Luca était homosexuel/Désormais il est avec elle »). Povia s’inspire, dit-il, de sa propre expérience.

la bombe POVIA a été désamorcée par le grand comédien Roberto Benigni qui ouvrait le festival. A la fin d’un discours qui a duré près d’une heure, Benigni a abandonné son ton comique habituel pour aborder de manière incisive et péremptoire le thème de la condition homosexuelle. « Imaginez si l’histoire avait été l’inverse et si ce qui s’est produit s’était produit à l’encontre des hétérosexuels : si un homme avait été interné en camp de concentration parce qu’il aimait une femme, qu’aurions-nous dit ? » ( « « Pensate se la storia fosse stataall’inverso , e se fosse successo agli eterosessuali : se un uomo fosse stato messo in un campo di concentramento perché amava una donna cosa avremmo detto? ».) « Les gays ne sont pas des péchés, c’est la stupidité qui est un péché. Les homosexuels ont été persécutés dans les camps de concentration au seul motif qu’ils aimaient une personne. Pensez donc si chacun de nous venait à être torturé pour la seule faute d’être tombé amoureux. C’est une absurdité ! C’est incroyable qu’on parle encore des homosexuels . L’amour rassure plus que la foi ( « I gay non sono peccati, il peccato è soltanto la stupidita’. « Gli omosessuali sono stati seviziati nei campi di concentramento perché amavano una persona. Pensate se ognuno di noi venisse torturato solo per la colpa di essersi innamorato. E’ un’assurdità. E’ incredibile che si parli ancora degli omosessuali. L’amore rassicura più della fede ».) Benigni a encore rappelé « toutes ces choses que les gays nous ont données au fil du temps ; je pourrais citer au moins 500 homosexuels célèbres » .(  » le tante cose che i gay ci hanno d onato negli anni. P o trei citare almeno 500 omosessuali celebri »)

Ensuite Benigni s’est mis à réciter avec tout le talent qu’on lui connaît une des lettres passionnées écrites par Oscar Wilde à son amant Bossie (Lord Alfred Douglas), extraite du recueil De Profundis .  …Toute la salle s’est alors levée pour une standing ovation

 

(more…)

la collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé présentée au public à Paris

Classé dans : Art culture litterature — dominique @ 10:15

La collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé est vendue la semaine prochaine à Paris, à l’occasion d’enchères attendues par les collectionneurs du monde entier attirés par la réunion en 50 ans d’oeuvres majeures.

La collection d’œuvres d’art du couturier français Yves Saint Laurent et de son compagnon Pierre Bergé, présentée pour la première fois au public européen à Londres, est « un large éventail du meilleur, tout simplement« , a jugé jeudi 29 janvier le président de Christie’s Europe. Cette collection de plus de 700 œuvres, dont quelque 280 sculptures, est estimée entre 200 et 300 millions d’euros mais les spécialistes de la maison d’enchères anticipent un résultat bien supérieur à l’issue des trois journées de vente au Grand Palais à Paris du 23 au 25 février. Environ soixante-dix trésors de la collection, confectionnée pendant cinquante ans, ont traversé la Manche pour être présentés pour la première fois au public européen, du 30 janvier au 4 février.

« C’est la plus importante exposition que nous ayons jamais organisée au cours de mes vingt-deux ans dans cette société« , a confié le patron de Christie’s Europe Jussi Pylkanen, lors de la présentation à la presse. Ils « possédaient une superbe collection, avec un étonnant éventail de différentes périodes« . « C’est un large éventail du meilleur, tout simplement« , a-t-il estimé, ajoutant que tous les objets étaient « d’une qualité digne de musées dans tous les domaines« . Pour illustrer le caractère « exceptionnel » de l’événement, la maison d’enchères avait rassemblé jeudi la crème de ses spécialistes, en pâmoison devant des objets de rêves, ainsi que les patrons de ses activités en France et aux États-Unis. 

Yves Saint Laurent et Pierre Bergé ont acquis des perles comme Les coucous, tapis bleu et rose d’Henri Matisse (1911), « un trésor absolu« , a jugé Thomas Seydoux, directeur en Europe du département « Tableaux impressionnistes et modernes ». « Il est en parfait état (…) tel que Matisse l’a terminé« . Il s’est également délecté devant le lot 37 : une bouteille d’eau de toilette « Belle haleine » et son coffret, œuvre de Marcel Duchamp. « Nous n’avons jamais vendu un vrai Duchamp de la période Dada« . Cet objet « fantastique, très rare » est estimé entre 1 et 1,5 million d’euros.

 

20 février 2009

info gay : Un prêtre défie son évêque et l’église

Classé dans : infos — dominique @ 19:00

Un prêtre catholique australien, démis de ses fonctions pour avoir béni des couples homosexuels et permis à des femmes de prêcher, a annoncé vendredi qu’il braverait l’autorité de son évêque, en continuant à célébrer la messe.Le père Peter Kennedy de la paroisse St Mary de Brisbane, dans l’est de l’Australie, a indiqué qu’il attendait «une église pleine à craquer» destinée à montrer l’hostilité des paroissiens à la décision de l’évêque, John Bathersby.«Je pense qu’il m’a congédié de façon injuste et la communauté est d’accord avec moi. Alors je reste inflexible et il ne peut rien y faire», a déclaré le père Kennedy à l’AFP. «Je ne sais pas ce qui va se passer mais nous allons continuer notre liturgie comme nous en avons l’habitude», a-t-il également indiqué depuis l’église où il officie depuis 28 ans.Le prêtre septuagénaire a reconnu qu’il avait enfreint les régles de l’église mais il a fermement défendu ses positions, estimant qu’elles étaient conformes aux voeux du Vatican que chaque fidèle participe activemment à la liturgie.«Nous prenons cela très au sérieux et les femmes qui ont souhaité prêcher ont été les bienvenues à notre messe», a-t-il déclaré, qualifiant au passage l’église catholique de «plus grand club masculin de la planète».Le prêtre a également avoué avoir béni une dizaine d’unions gays et lesbiennes dans l’église St Mary. «Nous ne les avons pas mariés mais nous avons fait une bénédiction», a-t-il précisé.L’évêque Bathersby a indiqué qu’il avait démis le père Kennedy de ses fonctions d’administrateur de la paroisse St Mary parce que ce dernier avait ignoré ses mises en garde.

beaux mec

Classé dans : photos — dominique @ 18:42

beaux mec dans photos 1799    1798 dans photos

noir et blanc

Classé dans : photos — dominique @ 18:33

noir et blanc dans photos 1797

court métrage : La petite mort de François Ozon

Classé dans : courts metrages — dominique @ 18:08
 http://video.google.com/videoplay?docid=-733074160337821045          L’origine de cette expression remonte au XVIe siècle, à l’époque d’Ambroise Paré , cet homme qui a appris sur le tas l’anatomie humaine et la chirurgie, que ce soit sur des cadavres à l’Hôtel-Dieu ou bien sur des hommes encore vivants, au cours de batailles.
A cette époque, « la petite mort » désignait la syncope ou l’étourdissement, mais aussi et surtout les frissons nerveux.
En ce qui concerne l’évanouissement court, on peut effectivement l’assimiler à une ‘petite’ mort, contrairement à la ‘grande’, la vraie, la définitive.
Les heureux Hommes qui ont déjà vécu ça, savent que l’orgasme provoque, de manière plus ou moins fugace, des symptômes proches de ce que désignait autrefois la locution (le ‘grand’ frisson).
C’est pourquoi le langage érotique se l’est appropriée puis nous l’a transmise

dans les vestiaires

Classé dans : Sportifs — dominique @ 17:30

1102.jpg    1103.jpg

dans les vestiaires dans Sportifs 1179

pref mag N° 31

Classé dans : Art culture litterature — dominique @ 16:26
 pref mag N° 31  dans Art culture litterature screenshot_041          Il y a cinq ans naissait Préférences mag qui, à la suite d’un procès perdu concernant le droit des marques, allait devenir Pref mag. le N°31 sera en kiosque le 25 fevrier

Aprés le nouveau Têtu  le lecteur gay a maintenant Préf mag, qui, lui aussi, fait peau neuve avec son édition du 25 février.Moins connu et moins « commercial » que son aîné, Préf poursuit un chemin courageux et téméraire en matière de presse spécialisée en se proposant d’offrir un magazine gay « indépendant et exigeant ». En cinq ans, le titre a fait son trou et a conquis un lectorat à part à la recherche d’un magazine gay « différent ». « Libre et indépendant », comme il se revendique, Préf a fait le choix de traiter – tous les deux mois – de manière approfondie des sujets de société à travers de grands dossiers à côté de la mise en lumière d’artistes et créateurs proches de la sensibilité gay.

« À un moment où l’apport intellectuel novateur du militantisme gay et de ses figures emblématiques ont cédé le pas à l’exploitation marchande ou à un retour à la norme, ce numéro 31 est consacré à la mise en lumière des événements qui ont marqué, durant quatre décennies, l’histoire des combats homosexuels pour les libertés », explique le rédacteur en chef. 

L’éditot : Il y a cinq ans naissait Préférences mag qui, à la suite d’un procès perdu concernant le droit des marques, allait devenir Pref mag.
C’était une gageure un peu folle de se lancer sans moyens dans l’aventure d’un magazine gay bimestriel indépendant et qui soit un vrai magazine de qualité.
L’équipe a relevé le défi, pourtant le contexte n’était, et n’est toujours pas, des plus confortables.
Cinq ans c’est l’âge de raison pour un magazine et nous sommes à présent installé dans l’histoire gay française.
Cinq ans, c’est déjà presque le début de l’adolescence en cette époque de précocité ;o)
Nous avons donc décidé de faire un lifting quinquennal pour vous offrir un nouveau PREFmag toujours plus, créatif, moderne et impactant, tout en gardant la touche artistique qui fait la différence avec les autres magazines Gays.
La forme change, mais nous mettons toujours le fond au premier plan, loin du superficiel.
Pour ce numéro nous remettons un peu les pendules et les mémoires à l’heure sur ce qui a été l’histoire gay de ces 40 dernières années, à travers cinq étapes marquantes de cette histoire commune
.

PREF mag fait voler en éclats tous les tabous et tous les conformismes autour de la question de genres en jetant un regard décalé et éclairé sur tous les choix de vie. Contre tout modèle normatif, PREF jette un regard Altersexuel sur l’homme et sa place dans la société. Sa formule renouvelée s’inscrit dans un désir de se rapprocher des lecteurs pour créer une  connivence,  une communauté d’esprit et d’affection. Pref Mag a pris en compte, à travers de nouvelles rubriques, de refléter les émotions, les moments de vie et les besoins concrets que peuvent exprimer les gays.


 

baux mecs

Classé dans : photos — dominique @ 10:38

1649.jpg  1697.jpg    1708.jpg

1...25802581258225832584...2671

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS