18 octobre 2017

Australie : Une joueuse transgenre interdite de ligue féminine de football

Classé dans : Sportifs,Trans — dominique @ 1:22

hannah-mouncey-aflw-trans-footballUne joueuse de football australien (Australian Rules) transgenre n’a pas été autorisée à jouer dans la ligue féminine élite en raison de l’avantage physique dont elle dispose par rapport à ses adversaires, a décidé mardi la Fédération de football australien (AFL).
Hannah Mouncey, qui a par le passé évolué en équipe nationale messieurs de handball, ne pourra donc pas participer à la séance de recrutement des jeunes joueuses (draft) de la Ligue féminine élite de football australien (AFLW).
La jeune femme est particulièrement athlétique: elle mesure 1,90 m et pèse 100 kilos et avait éveillé l’intérêt de plusieurs équipes. La ligue a précisé s’être basée sur la législation de l’Etat de Victoria pour trancher.
L’instance a souligné avoir consulté différentes parties avant de statuer, dont la commission des sports australienne, des groupes de soutien aux personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes), ainsi que l’agent d’Hannah Mouncey.
« Nous remercions Hannah pour son ouverture et sa coopération », a noté la directrice de l’AFL pour l’inclusion et la politique sociale, Tanya Hosch. « Elle a pris part à un processus qui va contribuer de manière substantielle au développement des politiques et procédures de l’AFL vis-à-vis des transgenres pour les futurs joueurs au niveau élite. »
L’AFL est entrée dans l’histoire cette année en montant une ligue féminine semi-professionnelle, considérée comme pionnière en matière d’inclusion.
La décision rendue mardi ne concerne que la saison à venir: Hannah Mouncey sera autorisée à présenter une demande à la draft l’année prochaine. Tous les cas seront tranchés de manière individuelle, en fonction des circonstances, a précisé Tanya Hosch.
« Si je reste très déçue par la décision de l’AFL concernant ma participation à la draft, je la remercie pour la manière sincère dont elle a approché ma situation », a indiqué Hannah Mouncey dans un communiqué.
Le syndicat des joueurs de l’AFL, qui a épaulé la jeune femme durant tout le processus, a demandé à la fédération de mettre en place des lignes directrices claires pour aider les joueurs transgenres qui voudraient jouer au niveau élite à l’avenir. « Aucun athlète ne devrait être plongé dans une telle incertitude concernant son éligibilité à une compétition élite à seulement quelques jours de la draft », a regretté le syndicat dans un communiqué.
source E-llico.com

10 octobre 2017

Grece : l’Église orthodoxe de Grèce s’oppose à la loi sur le changement de sexe

Classé dans : religion,Trans — dominique @ 16:03

1Le Saint-Synode de l’Église orthodoxe de Grèce s’est réuni le 7 octobre sous la présidence de l’archevêque d’Athènes Jérôme et a examiné, entre autres, la loi sur le changement de sexe, adopté récemment en première lecture par le Parlement grecque .
L’Église de Grèce a exprimé ses positions à ce sujet :
« Le sexe est un héritage sacré donné à l’homme et contribue à la base de la complémentarité psychosomatique dans le mystère de la vie et de l’amour. En ce sens, il n’est pas sujet à changement, mais il est un don divin à l’homme, que celui-ci doit valoriser pour sa sanctification.» (…)
« Le projet de loi proposé suscite des émotions dans la société, attaque l’institution sacrée de la famille, contredit les bonnes mœurs et le sens commun, et avant tout détruit la personne. Au lieu de diminuer la confusion et les désordres mentaux, elle les accentuera et donnera naissance à un dangereux phénomène social, particulièrement lorsqu’il créera également une situation explosive dans les écoles.»
«Le Synode fait un appel final au monde politique dans son intégralité pour élever sa responsabilité et sa mission au-dessus des idéaux politiques, des préjugés et de la référence à des droits incontrôlés, et pour retirer le projet de loi, tout en montrant un intérêt similaire pour résoudre les problèmes les plus sérieux qui frappent notre société, notre nation et le peuple. Or, on ne fait que renforcer les tensions, les divisions et l’absurdité, au lieu de contribuer à l’édification spirituelle de nos citoyens.»
De son côté, le métropolite d’Étolie Cosmas a déclaré dans une lettre ouverte aux députés du Parlement hellénique :
« Vous promouvez une loi qui nie le Dieu-Trinité et Créateur et profère des blasphèmes à Son égard. Cette nouvelle loi est non naturelle, elle empiète sur l’identité psychosomatique de la personne, favorise la dépravation, et son but est de contrecarrer la personne dans sa voie sur la sanctification et déification. Les os de nos saints et de nos héros (pour la libération de la Grèce) tremblent ! Le grand libérateur de la Grèce et égal-aux-apôtres saint Cosmas d’Etolie et nos autres saints pleurent… ».

7 octobre 2017

USA : Les transgenres ne sont plus protégés au travail par la loi anti-discrimination

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Trans — dominique @ 18:19

Donald Trump Campaigns In Colorado Ahead Of Presidential ElectionL’administration Trump vient de revenir sur la politique protégeant les travailleurs transgenres contre les discriminations au travail.
Les personnes transgenres ne sont désormais plus protégées au travail par la loi anti-discrimination mise en place par Barack Obama en 2014.
En effet, le procureur général Jeff Sessions a annulé l’interdiction de la discrimination fondée sur « l’identité de genre en elle-même », jeudi 5 octobre.
Le « Civil Rights Act », aussi appelé « Anti-Discrimination Act » de 1964, a marqué un tournant dans la législation américaine. Cette loi stipule que toute discrimination basée sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l’origine est interdite.
En Juillet, le ministère a écrit une lettre à une cour fédérale de New York qui dit que la loi anti-discrimination de 1964 ne s’applique pas à des employés virés à cause de leur orientation sexuelle. Cela contredit en tout point la politique de l’ »Equal Opportunies Commission », pour laquelle le président Obama a précisé que la discrimination basée sur l’orientation sexuelle était interdite.
Selon un document révéle par BuzzFeed, Jeff Sessions a déclaré: « l’interdiction du titre VII sur la discrimination fondée sur le sexe englobe la discrimination entre les hommes et les femmes, mais ne comprend pas la discrimination fondée sur l’identité de genre en elle-même , y compris le statut transgenre ».
Le ministre de la Justice ne manque pas de cynisme quand il précise un peu plus loi dans son mémo que « le ministère de la Justice doit et continue d’affirmer la dignité de toutes les personnes, y compris les personnes transgenres. Rien dans le présent mémorandum ne doit être interprété pour tolérer les mauvais traitements sur la base de l’identité de genre ».
Cette mesure est la dernière en date d’une série d’attaques contre l’égalité des personnes trans, après notamment l’interdiction de servir dans les forces armées.

5 octobre 2017

Une transgenre à l’assaut d’une élection américaine

Classé dans : Trans — dominique @ 17:43

danicaDanica Roem est candidate démocrate du 13e district de Virginie et pourrait la propulser première élue transgenre de cet Etat républicain. L’ancienne journaliste ne souhaite pas entrer en politique en tant que symbole LGBT mais désire au contraire voir reconnaître ses qualités de terrain, sa connaissance des dossiers qu’elle a affinée en couvrant durant neuf ans l’actualité locale pour le journal Gainesville Times..
Elle a d’ailleurs interviewé à maintes reprises le délégué Bob Marshall, devenu son adversaire politique depuis qu’elle a créé la surprise en remportant l’investiture démocrate dans le 13e district.
Le vainqueur de l’élection du 7 novembre ira siéger deux ans à l’Assemblée générale de la Virginie, à Richmond.
M. Marshall occupe ce siège depuis 26 ans, ayant été élu 13 fois. Le septuagénaire républicain refuse de débattre avec Danica Roem ou de la désigner par le pronom « elle ».
Cet opposant au mariage homosexuel a même défendu un projet de loi visant à obliger les personnes transgenres à utiliser les toilettes correspondant à leur sexe de naissance.

25 septembre 2017

Le transsexualisme ne devrait plus être un trouble mental dans la version 2018 de la Classification internationale des maladies de l’OMS.

Classé dans : infos,Sante,Trans — dominique @ 16:08

transLe transsexualisme devrait être requalifié en «incongruence de genre» dans la version 2018 de la Classification internationale des maladies de l’OMS. Le fétichisme ou le transvestisme pourraient quant à eux en être retirés.
Le transsexualisme figure toujours en bonne place sur la liste officielle des maladies psychiatriques, tout comme les «perversions» sexuelles, sous le nom moins connoté de troubles paraphiliques.
La société, pourtant, a évolué sur les questions touchant aux comportements sexuels et au genre. De sorte que la révision de l’une des principales classifications utilisées par les professionnels de santé à travers la planète, annoncée pour 2018, pourrait bien aboutir à une tout autre conception de ces particularités.
L’homosexualité n’est plus considérée comme un trouble mental –depuis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) l’a rayé de sa liste en 1990
L’instance faisant autorité en médecine à l’échelle de la planète continue néanmoins à ranger le fait d’être né homme et de se considérer comme femme, ou bien l’inverse, dans cette catégorie. Mais la réflexion pour l’en retirer est aujourd’hui très avancée.
La onzième révision de la classification de l’OMS, la CIM (CIM-11), est en cours d’écriture depuis dix ans Elle devra être approuvée par l’Assemblée mondiale de la Santé en mai 2018, à Genève (Suisse). Et prévoit pour la première fois un chapitre consacré aux «problèmes relatifs à la santé sexuelle». Son introduction est notamment défendue par l’Association mondiale pour la santé sexuelle (en anglais, WAS), qui regroupe des milliers de sexologues de différents pays, y compris la France.
L’un des enjeux de ce nouveau chapitre est de retirer certains diagnostics liés à la sexualité et au genre du chapitre consacré aux troubles mentaux. Avec l’objectif d’éviter de stigmatiser davantage des populations qui le sont déjà –tels les transgenres, en adéquation avec la mission de défense des droits humains menée par l’ONU.
Aux côtés de l’Association professionnelle mondiale pour la santé transgenre, l’Association mondiale pour la santé sexuelle milite pour que l’OMS inclut, dans le futur chapitre relatif à la santé sexuelle, le diagnostic «d’incongruence de genre».
Ce nouveau terme, à comprendre comme une dissonance de genre, est proposé dans une volonté de dé-stigmatisation. Il viendrait remplacer celui de troubles de l’identité sexuelle, actuellement répertorié dans la dixième révision de la CIM (CIM-10), approuvée en 1990. Ces troubles, dont le transsexualisme fait partie, sont aujourd’hui classés parmi les troubles de la personnalité et du comportement.

3 septembre 2017

Grande Bretagne : Un adolescent transgenre se suicide

Classé dans : Trans — dominique @ 17:54

Transgender-boy-kills-himself-after-coming-outLeo Etherington, né Louise, venait de faire son coming-out auprès de sa famille. Le jeune adolescent britannique de 15 ans avait tout d’abord révélé son homosexualité à ses proches avant de leur expliquer qu’il était transgenre car il était plus à l’aise dans la peau d’un garçon que dans celle d’une fille.
La famille de Leo l’a immédiatement soutenu mais malgré la compréhension et le support de ses proches, le jeune homme s’est suicidé en mai dernier.
C’est son père, Martin, qui a retrouvé le corps sans vie de Leo. Alors que son fils ne venait pas manger après qu’il l’ait appelé, l’homme est allé le retrouver dans sa chambre. Il a alors découvert l’adolescent pendu. Martin Etherington a tenté de ranimer Leo mais malheureusement, il est arrivé trop tard. « Je l’ai entendu jouer de la musique dans sa chambre et puis il n’y a plus eu de bruit, je pensais qu’il faisait ses devoirs. Je pouvais voir à la couleur de son visage et à la température de sa peau qu’il était mort. », a-t-il expliqué dans un communiqué paru cette semaine.
L’adolescent aurait laissé une lettre de suicide mais son contenu a été gardé secret. Cependant, Leo n’avait jamais caché qu’il était furieux contre le règlement de son école qui refusait qu’il change officiellement de prénom sur les registres avant ses 16 ans.
Martin Etherington a révélé que son fils avait demandé à ses proches de l’appeler Leo. C’est le père de l’adolescent qui avait pris l’initiative d’évoquer le sujet après avoir écouté une émission à la radio.
Le père de Leo avait même accepté que l’adolescent se fasse opérer afin de changer de sexe quand « le temps serait venu ». S
i pour le frère du jeune homme il avait été plus difficile d’accepter que Leo soit transgenre, Martin Etherington avait fait le nécessaire pour que son fils se sente bien dans sa peau. source mirror.co.uk

2 septembre 2017

Grèce: un nouveau texte de loi pour les transgenres

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Trans — dominique @ 13:12
Crédits Photo -- Louisa Goulia-Maki, Aris Messinis

Crédits Photo — Louisa Goulia-Maki, Aris Messinis

Un texte de loi en préparation permettrait personnes transgenres de faire reconnaître leur identité sans avoir recours à une opération de leurs organes génitaux. Mais la nouvelle législation comporte encore des failles qui inquiètent les organisations non gouvernementales.
L’organisation de défense des droits de l’homme Amnesty Internationale, tout comme les Associations Color Youth et l’Association grecque de soutien aux personnes transgenres regrettent qu’elle continue d’exclure les personnes de moins de 17 ans, ainsi que les réfugiés et migrants. Selon elles, le texte prévoit qu’un juge continue de prendre la décision finale en décidant sur des critères d’apparence, ce que dément le ministère de la Justice qui explique qu’il se basera uniquement sur la volonté de la personne qui en fait la demande. Et enfin, ces associations dénoncent le fait que les personnes qui veulent faire reconnaître légalement leur changement de genre soient obligées de divorcer, sans possibilité d’ajouter la modification au certificat de naissance des enfants.
En grêce, le mariage gay n’étant pas autorisé en Grèce, impossible donc d’autoriser une personne à changer de genre sur ses papiers et à rester marier.
Cela reviendrait selon elle à reconnaître de facto le mariage gay alors que seul le pacte civil est accessible aux personnes de même sexe en Grèce .
Le premier ministre Alexis Tsipras a déclaré qu’il allait s’attaquer à la question du mariage homosexuel. Ce projet de loi doit d’abord passer devant le Parlement.

10 août 2017

USA : Des militaires transgenres poursuivent Trump en justice

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Trans — dominique @ 14:57

armeeCinq femmes transgenres employées par l’armée américaine ont lancé des poursuites contre le Président Donald Trump et le Pentagone à la suite de la récente annonce par le Président que les personnes transgenres ne pourraient plus travailler dans l’armée.
Dans ces poursuites lancées mercredi devant un tribunal fédéral, les cinq plaignantes – de l’armée de l’air, des garde-côtes et de l’armée de terre – évoquent les incertitudes au sujet de leur avenir, y compris en ce qui concerne un éventuel renvoi ou si elles vont perdre leurs droits post-militaires c’est à dire leur retraiter.
La plainte vise MM. Trump et Mattis ainsi que plusieurs autres hauts responsables militaires. Elle a été déposée par le Centre national pour les droits des lesbiennes (NCLR) et l’Alliance gay et lesbienne contre la diffamation (GLAAD). Aucune des plaignantes n’est identifiée.
Selon la plainte, remettre en vigueur l’interdiction est contraire à la Constitution. D’après les estimations, de 1.320 à 15.000 personnes transgenres servent dans l’armée américaine sur 1,3 million de militaires en service actif.
Depuis l’annonce présidentielle il y a deux semaines, la Maison Blanche n’a pas précisé au Pentagone la marche à suivre par conséquent la politique d’acceptation des personnes transgenres reste en place à ce stade.

26 juillet 2017

USA : Donald Trump a décrété que les personnes transgenres ne pourraient pas intégrer l’armée

Classé dans : homophobie,Trans — dominique @ 15:53

Donald Trump Campaigns In Colorado Ahead Of Presidential ElectionDonald Trump a annoncé ce mercredi sur Twitter que les personnes transgenres ne pourraient désormais plus intégrer l’armée américaine.
« Après consultation avec mes généraux et experts militaires, sachez que le gouvernement américain n’acceptera et n’autorisera plus d’individus transgenres à servir à quelque poste que ce soit dans l’armée américaine. Nos forces armées doivent être concentrées sur la victoire décisive et écrasante, et ne peuvent pas être accablées par le poids des gigantesques coûts médicaux et de la perturbation que la présence de personnes transgenres entraînerait. Merci »
Aux États-Unis, l’armée s’était en effet engagée depuis septembre 2016 à prendre à sa charge les frais médicaux des personnes transgenres. Chelsea Manning, ancienne militaire emprisonnée pour avoir fait fuiter des documents confidentiels de l’armée, en avait bénéficié, poussant le gouvernement à ensuite généraliser la prise en charge – qui comprend le suivi psychologique, le traitement hormonal et éventuellement l’opération chirurgicale de changement de sexe.
Cette prise en charge n’est toutefois pas automatique : elle concerne les personnes transgenres atteintes de dysphorie de genre (trouble de l’identité de genre), un mal-être qui peut conduire à des dépressions ou autres troubles mentaux. De plus, le Pentagone avait demandé un rapport sur le coût de cette réforme au groupe indépendant Rand Corp. avait estimé que les coûts pour l’armée s’élèveraient à 3 à 4 millions de dollars, un montant négligeable comparé aux 6 milliards de dollars dépensés chaque année pour la santé des membres des forces armées américaines.
Le 1er juillet, le secrétaire américain à la défense James Mattis avait déjà prolongé de 6 mois le délais que l’administration Obama s’était fixé pour approuver ou non le recrutement de personnes transgenres dans l’armée.
Quant à la « perturbation » engendrée, le Williams Institute rappelle que 15 500 personnes transgenres sont déjà engagées dans l’armée américaine
D’après Rand Corp. en 2016, cette prise en charge n’aurait « aucun effet sur la motivation des troupes à partir au combat ». Entre temps, personne ne s’est plaint de la réforme.

8 juillet 2017

Grande Bretagne : l’ancien champion cycliste Robert Millar devient Philipa York

Classé dans : Sportifs,Trans — dominique @ 16:09

philippaRobert Millar, l’ex-cycliste britannique, meilleur grimpeur du Tour de France en 1984, est devenu, à 58 ans, Philippa York.
Une révélation un peu imprévue dévoilée par Cyclingnews, site avec qui il collaborait depuis quelques années. « Cyclingnews voudrait vous présenter Philippa York, contributeur régulier du site depuis des années qui écrivait avant sous le nom de Robert Millar ».
Dans son texte, elle se réjouit. « Les questions d’identité sexuelle ne souffrent plus de l’ignorance et de l’intolérance, il y a une meilleure acceptation, une meilleure compréhension ».
Issue d’une famille modeste de Glasgow il est devenu cycliste professionnel à force d’utiliser son vélo pour ses déplacements.
Il va faire carrière de 1980 à 1995. Trois fois champion de Grande-Bretagne (1978, 1979, 1995), il va surtout montrer ses prédispositions dès que la route s’élève et remporter cinq étapes dans les trois grands tours.
Trois sur le Tour de France, dont il devient même le meilleur grimpeur lorsqu’il finit 4e du général en 1984, une dans le Giro et une dans la Vuelta. En 1995, après avoir essentiellement couru pour des formations françaises, Millar raccrochera le vélo à 37 ans, trois jours après son dernier titre national.
Retiré d’un peloton qui, indifférent, n’ignorait pas grand-chose de son choix de vie, Millar était depuis resté dans son milieu de cœur et il livrait pour différents médias ses analyses sur le cyclisme et les courses d’aujourd’hui.

12345...7

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS