13 septembre 2018

The Inn Crowd : Jim Parsons va produire une série sur un couple gay pour NBC

Classé dans : Series,TELE — dominique @ 18:42

The Inn Crowd : Jim Parsons va produire une série sur un couple gay pour NBC dans Series jim-parsons-todd-spiewak-e1536860366391NBC va lancer un nouveau projet : The Inn Crowd !
La comédie s’inspirerait de l’article du même nom rédigé par Tony Horwitz publié dans le New Yorker le 29 Mars 1999.
Lauréat du prix Pulitzer, Tony Horwitz raconte dans son article comment Patrick O’Connell et Reinhardt Lynch ont déclenché une polémique avec leur auberge dans la petite ville de Little Washington, dans le comté de Rappahannock en Virginie: la population avait en effet le choix entre soutenir l’établissement qui aide les commerces locaux en attirant des stars ou s’opposer au projets d’expansion du couple.
A l’origine de ce beau projet : David Holden (Young & Hungry). Il en est le créateur, le scénariste et le producteur exécutif. A ses côtés, dans l’équipe de production, on retrouve Jim Parsons (Big Bang Theory) et son mari Todd Spiewak avec lequel il travaille déjà sur le spin-of de Big Bang Theory: Young Sheldon (ils en sont respectivement co-producteur et producteur exécutif). Erik Norshop, autre co-producteur de Young Sheldon, sera également de la partie

25 août 2018

Le producteur de « Queer As Folk » développe une série sur l’épidémie du sida dans les années 1980 en Angleterre

Classé dans : Series,TELE — dominique @ 18:05

Le producteur de D’après le site de TETU, le producteur de «Queer As Folk» développe une série sur l’épidémie du sida dans les années 1980.
Intitulée « The Boys », Russell T. Davies a imaginé une série dramatique en cinq épisodes, sur la vie de jeunes hommes britanniques et homosexuels, confrontés à l’épidémie du sida dans les années 1980.
« Cela n’a presque pas été fait à la télévision. La première série britannique montrant un homme homosexuel porteur du VIH a été diffusée l’année dernière », explique le producteur au site d’information britannique RadioTimes. C’est la chaîne anglaise Channel 4 qui a acheté le projet.
Ritchie, Roscoe et Colin, vivent durant les années 1980, dans la capitale britannique. En 1981, tous les trois quittent leur maison à l’âge de 18 ans, pour aller vivre à Londres remplis d’espoir, d’ambition et de joie. Mais ils vont rapidement se trouver confrontés à un fléau que le monde ignore, le virus du Sida. La série montrera comment leurs vies vont changer, année après année.

6 août 2018

Belgique : Un romancier enquêteur et gay à la télé

Classé dans : Series,TELE — dominique @ 15:27

Belgique : Un romancier enquêteur et gay à la télé dans Series tumblr_inline_pd1mtm6rQT1uj37u4_540Adaptation du roman « Murder Games », de James Patterson, la série « Instinct » présente des éléments déjà vus ailleurs, notamment dans « Castle » ou « Mentalist ». Dans son premier épisode, on fait la connaissance du Dr Dylan Reinhart, un ancien agent et espion de la CIA qui mène désormais une vie tranquille de professeur et écrivain à New York. Mais un jour, la police de la ville, et précisément la détective Liz Needham, lui demande de l’aider à coincer un tueur en série.
Vous le constatez, voilà une base plutôt classique, mais ce qui l’est moins, c’est le fait que Reinhart soit homosexuel. Il est le premier personnage central gay d’une série mise à l’antenne par une grande chaîne généraliste américaine (CBS) en « prime time », donc à l’heure où l’audience est maximale. En 2018, il ne faudrait ni souligner ni saluer ce « détail », qui devrait passer inaperçu, mais a convaincu le génial Alan Cumming d’interpréter Reinhart.
A l’écran, son personnage est marié à un homme, comme le comédien écossais de 53 ans, qui est ouvertement bisexuel. Pendant huit ans, il a eu une épouse, l’actrice Hillary Lyon, puis une petite amie, Saffron Burrowns, ensuite un compagnon, le directeur de théâtre Nick Philippou, et enfin, il a dit oui à l’illustrateur Grant Shaffer début 2012. La parfaite parité ! « Il m’a semblé particulièrement indiqué de jouer Reinhard au moment où les gays, aux Etats-Unis, sont à nouveau persécutés et voient leurs droits encore bafoués », nous a-t-il déclaré. « Par son silence, notre Président (Trump, qu’il ne nomme pas) laisse complètement faire les actes de violence perpétrés à l’encontre de la communauté LGBT (Lesbiennes-Gays-Bisexuels-Transgenres). Ça ne pouvait donc pas mieux tomber qu’une télé populaire arrive ainsi avec un personnage homo très sain, qui a réussi sa vie et son mariage. »
Et d’ajouter : « En général, dans les fictions qui mettent en scène des gays, tout tourne autour de leur identité sexuelle, laquelle, le plus souvent, pose un problème… Ici, je le répète, ce n’est pas le cas du tout. Et l’homosexualité de Reinhart est peut-être la quatrième ou cinquième chose intéressante à son sujet. » Ses vestons de sport ne sont pas mal non plus ! Dans le premier épisode, le dandy en change une bonne dizaine de fois. Il nous a confirmé qu’il s’était bien amusé avec le créateur Dan Lawson, qui lui avait déjà taillé des tonnes de costumes dans « The Good Wife », où il était le directeur de campagne trouble Eli Gold.
La belle Serbe Bojana Novakovic alias Liz a également commenté l’élément « gay » de son co-équipier de télé. « Comme il est clair dès le départ que rien ne se passera entre Liz et Dylan, on fait de la place pour autre chose, et c’est très excitant. Car les gens n’arrêtent pas de se demander, du coup, ce qui va leur arriver. Et puis, entre eux, les blagues et plaisanteries fusent ! » Et le cocktail fonctionne : même si l’audience a un peu baissé aux Etats-Unis entre le début et la fin de la première saison, une deuxième a été commandée par CBS. Accroche-toi, Dylan !
« Instinct », ce soir à 20h20 sur RTL-TVI.

27 juillet 2018

« Miguel » : Canal+ s’offre la série israélienne récompensée à Canneséries

Classé dans : Series,TELE — dominique @ 15:35

Selon Variety, le groupe Canal+ s’est offert la série israélienne Miguel , primée à Canneseries – la chaîne cryptée était le partenaire – par le prix d’interprétation à l’ensemble du casting, où figurent Ran Danker (Tu n’aimeras point), Raul Mendez (Sense8, Narcos)…
Créée par Tom Salama et Daphna Levin, la série est tirée de l’histoire vraie de son créateur Tom Salama qui a adopté plusieurs enfants
Miguel raconte la rencontre difficile entre un jeune israélien Tom (Dan Ranker), homosexuel de 23 ans, et le petit garçon qu’il recueille au Guatemala. Le bambin Miguelito Sojuel est bluffant. L’équipe l’a trouvé en faisant une balade à bateau. Le bambin ne parlait ni anglais et ni espagnol mais à très vite appris à jouer. Vu dans Sense8 et Narcos, Raul Mendez, un des acteurs sud-américains qui participe à la série, confiait au Figaro «voir dans ces victoires israéliennes le signe de l’audace et la créativité» et espérait que «cela donnerait des idées à ses compatriotes producteurs mexicains».

22 juillet 2018

Netflix: un des personnages principaux de la série animée ‘Voltron’ est Gay

Classé dans : Series,TELE — dominique @ 14:28

Netflix: un des personnages principaux de la série animée 'Voltron' est Gay  dans Series tumblr_inline_pc9ru5E3HR1uj37u4_540  

Netflix a étonné les fans du dessin animé « Voltron: Legendary Defender  » au San Diego Comic-Con en révélant que l’un des personnages principaux de la série animée à succès est un homme gay.
Lauren Montgomery a révélé que le personnage principal Shiro aura un « autre significatif » appelé Adam dans la prochaine saison sept.
Les membres de la distribution et Lauren Montgomery ont dévoilé un clip, « A Little Adventure », le premier épisode de la septième saison de la série. L’épisode présente un flashback montrant le chef d’équipe Shiro, qui pilote le Black Lion, avec son autre significatif, Adam.

19 juillet 2018

« C’est quoi cette question ? », le programme court contre les préjugés à voir sur TF1

Classé dans : TELE — dominique @ 15:42

Des personnes en fauteuil roulant ou atteintes de trisomie 21, des banlieusards et des homosexuels répondent sans tabous pour lutter contre les préjugés: C’est le principe de
« Les jeunes femmes sont-elles libres en banlieue ? Si vous aviez une baguette magique, deviendrez-vous hétéro ? Est-ce que vous comprenez tout ce qu’on vous dit ? Pouvez-vous faire l’amour et avoir des enfants ? »: C’est le genre de questions indiscrètes, politiquement incorrectes, naïves ou dérangeantes auxquelles des personnes acceptent de répondre en toute franchise, face caméra.
« C’est quoi cette question ? » est programmé les week-ends à 11H55 jusqu’au 19 août, à 20H30 du 4 au 26 août et en semaine à 13H30 du 6 au 24 août. Des horaires avoisinant ceux des JT, afin de garantir des audiences élevées. Les épisodes seront également diffusés dès le 21 juillet sur le site MyTF1.
Ce module court, inspiré de « You can’t ask that », lancé sur la chaîne australienne ABC en 2016, est produit par Capa pour TF1 Initiatives, programme lancé l’an dernier pour accélérer les efforts du groupe TF1 en faveur de la diversité.
En outre, il fait suite à la diffusion en 2017 et 2018 de fictions en prime time mettant en scène une jeune trisomique (« Mention particulière ») des enfants handicapés (« Les Bracelets rouges ») ou encore un personnage transgenre (« Louis(e) ».
« TF1 et toutes les chaînes ont un rôle à jouer dans la société pour montrer les différences, mais par le passé, on a été timides et on a eu tort, on ne l’a pas suffisamment affirmé », a expliqué à l’AFP Arnaud Bosom, directeur général adjoint du groupe chargé des relations humaines et de la responsabilité sociale et environnementale.
En lançant « C’est quoi cette question? », « on a voulu casser les préjugés et les clichés, et, pour être plus positifs, valoriser ce qui fait nos différences, y compris celles qui sont rarement mises en avant », avec « un côté poil à gratter », a-t-il déclaré, ajoutant que le programme pourrait s’élargir à l’avenir à d’autres thèmes.

1 mai 2018

ARTE : fiertés, la mini-série sur 30 ans de luttes LGBTI

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,TELE — dominique @ 16:26

ARTE : fiertés, la mini-série sur 30 ans de luttes LGBTI  dans Cinema-DVD gay et lesbien fierte-e1525188224655Arte diffuse le 3 mai une série exceptionnelle signée Philippe Faucon : « Fiertés », sur le destin d’un personnage homosexuel de 1981 à nos jours.
« Fiertés »est une série de trois téléfilms de 52 minutes qui sera diffusée jeudi 3 mai sur Arte et qui retrace avec sensibilité et pudeur le destin d’un personnage gay lors des quatre dernières décennies : de la dépénalisation de l’homosexualité consécutive à l’élection de Mitterrand en 1981 jusqu’à l’adoption, en 2013, de la loi Taubira consacrant le mariage pour tous.
Ce personnage, c’est Victor, enfant d’une famille des milieux populaires, politiquement progressiste, mais inconsciemment marquée au fer rouge par les « préventions » envers l’homosexualité, considérée au mieux comme une honte et au pis comme une maladie. En trois époques – 1981, 1999, 2013 -, Philippe Faucon met en scène Victor dans l’affirmation de son identité, dans ses amours et dans ses rapports sociaux complexes, lui, qui, progressivement, s’affranchit de ses origines modestes pour devenir un bobo des quartiers branchés de la capitale… C’est l’occasion pour le cinéaste d’évoquer sans didactisme les événements et les métamorphoses d’une époque : les archaïsmes du début des années 1980 et leur persistance, la violence de la maladie avec l’apparition du sida, le combat des minorités sexuelles pour la reconnaissance de leurs droits.
Remarquablement mis en scène et interprété – entre autres acteurs par Samuel Theis, Frédéric Pierrot et Stanislas Nordey -, « Fiertés » radiographie avec délicatesse l’histoire singulière d’un personnage qui s’inscrit dans les tumultes de son temps. Et confirme la place éminente de Philippe Faucon dans le paysage du cinéma français.
FIERTÉS
De Philippe Faucon
Avec Samuel Theis, Stanislas Nordey, Frédéric Pierrot… 3 × 52 min. Diffusion des trois épisodes sur Arte le 3 mai à 20 h 55.

3 avril 2018

« Fiertés » : une fresque familiale sur l’homosexualité

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 15:15

01 fierteArte présentera, le jeudi 3 mai prochain dès 20h55, sa nouvelle fiction en 3 x 52 minutes, Fiertés.
Née de la collaboration de José Caltagirone et Niels Rahou avec Philippe Faucon, la mini-série dresse le portrait de trois destins sur plusieurs décennies. De la dépénalisation tardive de l’homosexualité au début des années 80, dans la foulée de l’élection de François Mitterrand, à l’adoption de la loi Taubira – sur le mariage pour tous – en 2013, le cinéaste aborde une fois encore des thématiques qui lui sont chères, comme le combat pour les droits des minorités sexuelles. Au premier plan de ce récit émouvant et plein de finesse, Samuel Theis (Un village français), Stanislas Nordey (directeur du Théâtre National de Strasbourg) et Frédéric Pierrot (Les Revenants) constituent le trio de tête d’un casting de choix auréolé par les participations de Chiara Mastroianni, Jérémie Elkaïm et Emmanuelle Bercot.
L’intrigue démarre au printemps 1981. Victor (Benjamin Voisin), 17 ans, prépare son bac entre sa petite amie et le chantier sur lequel il travaille les week-ends. Un jour, il noue une relation amoureuse secrète avec Selim (Sami Outalbali), le fils du contremaître. Après les avoir pris sur le fait, Charles (Frédéric Pierrot), le père, rejette aussitôt la responsabilité sur Selim qu’il licencie. Au lycée, la rumeur et les sarcasmes se répandent à l’encontre de Victor. Perdu et blessé, le jeune homme s’efforce de refouler ses désirs et finit par s’aventurer un soir vers un lieu de rencontres entre hommes. Il y rencontre Serge (Stanislas Nordey), un militant de la cause gay de vingt ans son aîné. Leur relation va peu à peu obliger Victor à assumer son homosexualité. Charles, contrairement à sa femme, exige que son fils choisisse entre eux et Serge…
Scarlett Production / 13 Productions Victor (Benjamin Voisin) confronté à l’incompréhension de son père (Frédéric Pierrot) et au silence de sa mère (Emmanuelle Bercot).
La mini-série de Scarlett Production et 13 Productions entend rendre hommage à toutes les personnes qui se sont battues, au fil des décennies, pour pouvoir aimer qui elles voulaient. Sans honte. Pour être acceptées dans un premier temps, puis traitées à égalité. Honorée du Prix de la meilleure série au dernier festival des créations télévisuelles de Luchon, Fiertés sera accessible sur la plateforme arte.tv du 26 avril au 17 mai, et disponible en DVD/VOD à compter du 25 avril.

22 janvier 2018

Que vaut The Assassination of Gianni Versace, la saison 2 d’American Crime Story ?

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 17:38

ricky 3On ne sait pas où il trouve le temps de produire tout ça, de réaliser tout ça, de penser tout ça, mais Ryan Murphy réussit encore une fois à nous bluffer. Le créateur de Nip/Tuck et autre American Horror Story livre avec The Assassination of Gianni Versace une nouvelle histoire criminelle envoûtante, pour ne pas dire impressionnante. Après un seul épisode, on est comme subjugué.
L’histoire, pourtant, est celle qu’on annonçait depuis des mois et des mois. Celle de Gianni Versace, le célèbre designer italien assassiné sur les marches de sa Villa de Miami par le tueur en série, Andrew Cunanan. Pourquoi ce meurtre ? Qui était vraiment Versace ? Et comment le FBI a sombré en traquant le psychopathe ? Voilà ce que va nous raconter Murphy pendant 9 épisodes, avec son style inimitable et une « production value » à tomber par terre.
Judy Becker et Jeffrey Mossa ont fait un travail remarquable dans la direction artistique et les décors, pour reproduire l’opulence dorée du monde de Versace, totalement éblouissant, dans un premier épisode aux allures de fresque italienne, magistralement mise en lumière par Ryan Murphy. La scène d’ouverture, notamment, a de quoi vous laisser sans voix !
Il faut dire que ce que le créateur et réalisateur valorise ici, c’est une certaine atmosphère et – forcément – le style ! Il a aussi soigné sa structure narrative, qui nous balade entre le passé (1990) et le présent (1997). Moins linéaire, moins formaliste que la saison 1, The Assassination of Gianni Versace a quelque chose de plus poétique, tout en conservant l’aspect captivant d’une sordide affaire criminelle.
Alors certes, cette saison 2 d’American Crime Story ne pourra – de toute façon – pas être au même niveau que The People vs OJ Simpson, véritable chef d’oeuvre du petit écran, acclamé en 2016. Rien ne sert de comparer. En revanche, elle en est certainement un digne successeur. D’abord parce que Murphy a encore su s’entourer et semble avoir fait une bonne pioche, en reprenant Darren Crissde Glee. Le jeune acteur fait tout bonnement froid dans le dos dans la peau du tueur, d’un calme et d’une intensité glaciale, qui rappelle par moment Christian Bale dans American Psycho. Edgar Ramirez apporte un charisme et une présence indéniable à Versace, et Penelope Cruz – même si elle galère visiblement un peu entre accent espagnol et accent italien – livre une Donatella brute, méprisante, touchante, insaisissable. Et on le sait déjà, toute la réussite de cette deuxième saison reposera sur leurs épaules, comme le succès de la première reposa très largement sur celles de Sarah Paulson, David Schwimmer et Cuba Gooding Jr.
American Crime Story : The Assassination of Gianni Versace, chaque mercredi soir sur la chaîne américaine FX et en France à partir du mars, sur Canal + Séries.
Source première

15 janvier 2018

« My Beautiful Laundrette » va devenir une série américaine

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 16:36

0111111  

Le film britannique My Beautiful Laundrette, réalisé en 1985 par Stephen Frears  et qui valut une nomination aux Oscars à Daniel Day-Lewis, sera, peut-être adapté en série
C’est Kumail Nanjianiqui  s’est fait connaître en tant qu’acteur et écrivain qui pourrait écrire la future adaptation télévisée de  » My Beautiful Laundrette  » en cours de développement chez Super Deluxe appartenant à Turner .
Alec Berg (« Silicon Valley ») et Hanif Kureishi (auteur de l’original « Laundrette ») produiront avec Stephen Gaghan (« Traffic ») produiront la série. La mise en série de « Laundrette » sera basée sur le film indépendant de 1985 .
Le synopsis : Omar, jeune pakistanais de la banlieue sud de Londres, prend la gérance d’une vieille laverie automatique appartenant à son oncle Nasser. Il est aidé de Johnny, un loubard repenti qui devient son amant et doivent affronter l’homophobie et le racisme. Quand son cousin Salim blesse un membre de l’ancien gang de Johnny, une bagarre éclate…
Oscar du meilleur scénario pour Hanif Kureishi, ce film, prévu initialement pour la télévision, remporta un succès inattendu à sa sortie et changea la carrière de ses auteurs, propulsant Stephen Frears au pinacle des réalisateurs. Cette petite production filmée en 16 mm, au titre peu évocateur, ne raconte pas vraiment une histoire mais nous invite à partager quelques instants de vie dans une banlieue défavorisée de Londres au sein de la communauté pakistanaise.
C’est le studio Super Deluxe, qui s’est fait un nom en créant des vidéos irrévérencieuses destinées aux jeunes (un peu comme Golden Moustache en France), propriété du groupe américain Turner, qui produira ce projet. Super Deluxe diffuse déjà des projets sur Netflix, Facebook et Sundance Now, les nouveaux réseaux de distribution numérique de films. Dans leur catalogue, on trouve notamment des films LGBTfriendly, comme Bayard and me, un docu-court sur Bayard Rustin, activiste américain pour les droits civils et contre le racisme, très proche de Martin Luther King. Dans les années 80, il avait adopté son partenaire Walter Neagle afin de le protéger juridiquement, comme certains couples gays ont parfois été obligés de le faire.

12345...45

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS