9 février 2018

JO 2018 : L’athlète Pita Taufatofua défile torse nu… et huilé

Classé dans : photos,Sportifs — dominique @ 16:45

pita3 pita1 pita2

L’athlète Pita Taufatofua a (de nouveau!) fait sensation lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang. Seul représentant des Tonga, l’homme de 34 ans a porté son drapeau torse nu comme il l’avait fait il y a deux ans aux Jeux de Rio.
Les images de Pita Taufatofua à Rio avaient fait le tour du monde en 2016. L’homme avait surpris tout le monde en défilant en pagne traditionnel, le torse complètement huilé.
Deux ans plus tard, l’athlète tongien a répété ce rituel, mais cette fois-ci, il a dû braver le froid, puisqu’à Pyeongchang. La température se situait vendredi soir tout juste en dessous du point de congélation.
À l’occasion de ces jeux, Pita Taufatofua prendra part au 15 km libre en ski de fond, alors qu’il s’est qualifié à la toute dernière seconde. À Rio, il avait représenté son pays en taekwondo. Il a par contre été rapidement éliminé au premier tour.. 

15 janvier 2018

Mathieu Bastareaud cité pour des propos homophobes

Classé dans : homophobie,infos,Sportifs — dominique @ 14:30

bastareaudMathieu Bastareaud a été épinglé sur Twitter pour avoir tenu des propos injurieux envers un joueur de Trévise, dimanche, lors d’un match de Coupe d’Europe.
« Bastareaud est soupçonné d’avoir insulté un joueur de Benetton Rugby à la 80e minute du match », a annoncé l’European Professional Rugby Club dans un communiqué diffusé dimanche dans la soirée.
Le Rugby Club Toulonnais s’est facilement face à Trévise (36-0) en Coupe d’Europe, en empochant le bonus offensif avec ses cinq essais. Mathieu Bastareaud a inscrit l’un d’eux, le troisième, mais l’international français s’est surtout signalé par un dérapage homophobe.
Après une altercation avec Sebastian Negri, Bastareaud a ainsi traité l’international italien né au Zimbabwe de « Fucking Faggot »(Putain de tapette). Un écart de conduite qui a échappé à la vigilance du corps arbitral, mais pas aux caméras. Au début de la séquence, certains internautes entendent Negri traiter Bastareaud de « Fucking gay », mais ses paroles sont moins audibles.
L’EPCR a rapidement indiqué qu’une enquête allait être ouverte et que le Commissaire à la Citation allait rendre ses conclusions après revisionnage de la rencontre. Selon le Guardian, pour ce type d’insultes discriminatoires, Bastareaud risque entre 6 et 12 matches de suspension. Il pourrait ainsi manquer le Tournoi des VI Nations avec les Bleus.
Dans la soirée, Bastareaud a présenté ses excuses via Twitter. « Bonsoir tout le monde. Je tiens à m’excuser de ma réaction aux insultes du joueur italien. J’ai mal réagi en répondant à sa provocation, j’en suis sincèrement navré pour les personnes que j’ai pu blesser », a déclaré l’international français.

8 janvier 2018

USA : le patineur gay Adam Rippon ira aux JO

Classé dans : Sportifs — dominique @ 7:23

adam-rippon-1024-2Adam Rippon, le patineur artistique américain de Pennsylvanie aux États-Unis, s’est qualifié pour les JO de Pyeongchang .
Il est champion des Quatre continents en 2010, et champion des États-Unis en 2016.
Il a dévoilé son homosexualité en octobre 2015 .
Malgré une décevante quatrième place aux championnats américains de patinage artistique samedi soir, Rippon a été sélectionné pour rejoindre Nathan Chen et Vincent Zhou à Pyeongchang le mois prochain.
Le skieur acrobatique américain Gus Kenworthy qui est sorti publiquement en 2015, un an après avoir remporté l’argent aux Jeux olympiques de 2014 à Sotchi, saura ce mois ci s’il participera aux JO
Un troisième athlète gay, le lugeur John Fennell , était également en lice pour une place au sein de la Team améraine, mais un mauvais fonctionnement de la luge a réduit ses chances de se qualifier en décembre.

2 janvier 2018

Brésil: un championnat de foot pour les joueurs LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Sportifs — dominique @ 14:40

1Au Brésil, pays le plus de titré de la Coupe du monde, le foot est roi. Ce sport est traditionnellement associé à la virilité: un jeu pour les hommes hétéros ou les insultes homophobes sont courantes.
Il est mal vu pour les femmes  de jouer et elles sont souvent ridiculisées quand elles le font.
Pour les personnes LGBT, le football c’est encore plus simple, ce sport n’est pas pour eux.
Pourtant, u nouveau championnat de football est né il y a un mois, la Champions LiGay do Brasil. La LiGay est la première ligue brésilienne qui voit s’affronter des équipes de football dont tous les joueurs sont gay ou trans.
L’initiative vient d’une association LGBT fan de foot. Le premier club gay a été créé à Rio, il s’appelle le BeesCats Soccer Boys.
L’équipe a été fondée en mai par André Machado, originaire de Sao Paulo, qui avait joué avec une équipe gay dans sa ville natale et qui se sentait frustré de ne pouvoir jouer quand il a déménagé à Rio.
Le premier jour d’entraînement, quinze spectateurs avait fait le déplacement. Au quatrième jour, ils étaient 150 à assister à l’entraînement.
Six mois, après la naissance de ce premier club, on compte aujourd’hui 16 clubs de foot gay au Brésil, tous composés de joueurs gay ou trans. Mieux encore, les BeesCats de Rio ont rejoint le championnat amateur de Rio. Fait marquant, ils ont été très bien accueillis par les organisateurs.
Sur Facebook en revanche, la nouvelle de leur participation a soulevé quelques commentaires hostiles voire même des menaces de mort. Ce qui n’intimide pas plus que ça les joueurs gays, qui se voient comme les joueuses de foot qui, elles aussi, ont mis du temps à se faire accepter.
Le seul vrai problème de la LiGay, c’est l’absence de ses supporters. Il y a quelques mois, en effet, une banderole arc-en-ciel déployée dans un stade avait suscité des bagarres. Difficile dans ces conditions de venir soutenir une équipe gay sans prendre le risque de se faire casser la figure. Pour le moment.
source : https://www.facebook.com/ligaybr/

10 décembre 2017

Suisse :le coming out d’un arbitre

Classé dans : coming out,Sportifs — dominique @ 8:56

pascal_erlachnerPascal Erlachner, actuel arbitre de Super League et en charge de matchs de Challenge League depuis 2010, a fait son coming-out dans une interview fleuve donnée au Blick de dimanche. «Je l’ai fait parce que l’homosexualité reste un énorme tabou dans le football, indique celui qui vit chez ses grands-parents à Wangen avec son ami. J’espère que cela stimulera la discussion. Si vous ne parlez pas d’un sujet, on est dans une impasse. Et la stagnation, c’est la régression.»
L’arbitre de 37 ans ne craint pas les réactions qui ne manqueront pas de se produire quand il retrouvera les stades dès le week-end prochain. «Pour moi et mes proches, mon homosexualité est juste normale. Je suis solide, comme ma relation, et ma famille est géniale, a-t-il dit. Je me sens très à l’aise au milieu des arbitres et j’ai d’excellents collègues. Ceux qui m’aiment, m’apprécient, le font pour ce que je suis. Je peux être là et dire ‘Oui, je suis gay, et alors?’»
Pascal Erlachner est aussi curieux de la réaction que sa sortie va provoquer dans le milieu. «Je ne peux pas plaire à tout le monde et je n’en ai pas envie. Il y a encore beaucoup de gens qui souffrent que l’homosexualité soit ainsi étouffée. Surtout dans le football. Si seulement un seul joueur de foot ou un arbitre pouvait être aidé par mon expérience… Mon engagement public aura alors porté ses fruits.»
«Je n’espère pas être traité différemment, a souhaité celui qui a attendu ses 30 ans pour franchir le pas auprès de sa famille. Je n’aimerais pas qu’on se dise, ‘Ah voilà Erlachner, voilà l’arbitre gay’… Je me réjouis des prochains matchs et j’essaierai d’y faire respecter les règles comme elles sont écrites.»
Les règles, justement, risquent potentiellement de changer quelque peu pour lui. Comment réagira-t-il si un joueur le prend à parti pour son orientation sexuelle? «Je ne pense pas que ‘gay’ soit un gros mot, a-t-il indiqué dans le journal zurichois. Mais si on me dit ‘Schwule Sau’ ou ‘Schwuchte’ alors ce sera carton rouge. Mais je ne crois pas que les joueurs en arriveront là. Bien sûr, certaines fois, il y a des joutes verbales… Mais le plus important, c’est de se serrer la main après le match et le respect mutuel. J’ai aussi fait des erreurs dans le passé.»
Quand le Blick lui demande s’il connait des joueurs homosexuels, il répond «Bien sûr, mais ce n’est pas à moi de rendre cela public. Chacun décide de la manière dont il veut gérer sa vie. Mais quand quelqu’un me demande conseil, je raconte volontiers mon histoire. J’ai réalisé qu’en faisant ça je pouvais potentiellement aider les autres.» 

4 décembre 2017

La campagne Rainbow Laces est de retour

Classé dans : homophobie,Sportifs — dominique @ 17:25

780x580-youtube-oLg-27Mi0qk-la-premier-league-britanica   

15 novembre 2017

Grande Bretagne : le foot s’engage contre l’homophobie

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Sportifs — dominique @ 17:27

eflLe football anglais s’est déjà engagé pour la cause LGBT
Cette fois ci, il va plus loin à travers une nouvelle action dans le cadre de la campagne Rainbow Laces, du nom des fameux lacets arc-en-ciel qu’ont arboré les joueurs de Premier League ces dernières années.
La ligue anglaise de football (EFL) a en effet annoncé que les poteaux de corner des matchs de la deuxième à la quatrième division nationale seraient équipés de drapeaux de la communauté LGBT du 25 novembre au 3 décembre.
Le patron de l’EFL, Shaun Harbey, s’en est réjoui.
« Nous sommes fiers de soutenir à nouveau la campagne Rainbow Laces de Stonewall pour cette saison. Assurer un environnement accueillant et sécurisé pour les supporters reste notre priorité, mais l’EFL veut également fournir une expérience positive à tous en dehors du terrain. »
Même si la Premier League ne se joint pas aux trois échelons inférieurs dans cette démarche, l’élite du foot anglais a signé un partenariat de trois ans avec Stonewall et déjà opté pour les brassards de capitaine et aux filets couleur arc-en-ciel.

26 octobre 2017

Grande Bretagne : un ancien directeur de club affirme qu’au moins vingt joueurs sont gays

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Sportifs — dominique @ 16:20

david haighL’ancien directeur du club Leeds United, ouvertement homosexuel, David Haigh, estime qu’il y a au moins 20 footballeurs gays en Angleterre, mais c’est « probablement une sous-estimation grossière ».
L’ancien chef d’Elland Road, qui a travaillé au club entre 2013 et 2014, a révélé qu’il a eu plusieurs joueurs homosexuels qui lui ont parlé de leur sexualité – mais qui avaient peur de faire leur coming out.
Il ajoute que cela ne sert à rien de lancer une chasse aux sorcières qui n’aidera personne. Il les invite néanmoins à faire leur coming out « ensemble » car les supporters accepteraient cette « sortie » collective .
L’ancien directeur pense même qu’il pourrait y avoir un avantage commercial pour les joueurs qui sortent même si actuellement les jeunes stars «font des publicités avec des sponsors et être gay est encore un handicap» .
«Le football a besoin qu’ils s’ouvrent publiquement. Ceux qui le feraient seraient courageux, mais ils auraient beaucoup de soutiens» soutient il .

18 octobre 2017

Australie : Une joueuse transgenre interdite de ligue féminine de football

Classé dans : Sportifs,Trans — dominique @ 1:22

hannah-mouncey-aflw-trans-footballUne joueuse de football australien (Australian Rules) transgenre n’a pas été autorisée à jouer dans la ligue féminine élite en raison de l’avantage physique dont elle dispose par rapport à ses adversaires, a décidé mardi la Fédération de football australien (AFL).
Hannah Mouncey, qui a par le passé évolué en équipe nationale messieurs de handball, ne pourra donc pas participer à la séance de recrutement des jeunes joueuses (draft) de la Ligue féminine élite de football australien (AFLW).
La jeune femme est particulièrement athlétique: elle mesure 1,90 m et pèse 100 kilos et avait éveillé l’intérêt de plusieurs équipes. La ligue a précisé s’être basée sur la législation de l’Etat de Victoria pour trancher.
L’instance a souligné avoir consulté différentes parties avant de statuer, dont la commission des sports australienne, des groupes de soutien aux personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes), ainsi que l’agent d’Hannah Mouncey.
« Nous remercions Hannah pour son ouverture et sa coopération », a noté la directrice de l’AFL pour l’inclusion et la politique sociale, Tanya Hosch. « Elle a pris part à un processus qui va contribuer de manière substantielle au développement des politiques et procédures de l’AFL vis-à-vis des transgenres pour les futurs joueurs au niveau élite. »
L’AFL est entrée dans l’histoire cette année en montant une ligue féminine semi-professionnelle, considérée comme pionnière en matière d’inclusion.
La décision rendue mardi ne concerne que la saison à venir: Hannah Mouncey sera autorisée à présenter une demande à la draft l’année prochaine. Tous les cas seront tranchés de manière individuelle, en fonction des circonstances, a précisé Tanya Hosch.
« Si je reste très déçue par la décision de l’AFL concernant ma participation à la draft, je la remercie pour la manière sincère dont elle a approché ma situation », a indiqué Hannah Mouncey dans un communiqué.
Le syndicat des joueurs de l’AFL, qui a épaulé la jeune femme durant tout le processus, a demandé à la fédération de mettre en place des lignes directrices claires pour aider les joueurs transgenres qui voudraient jouer au niveau élite à l’avenir. « Aucun athlète ne devrait être plongé dans une telle incertitude concernant son éligibilité à une compétition élite à seulement quelques jours de la draft », a regretté le syndicat dans un communiqué.
source E-llico.com

10 octobre 2017

Royaume Uni : Le Charlton Athletic montre la voie en devenant le premier club à partager son nom avec une équipe LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Sportifs — dominique @ 15:46

charltonEn août, Charlton Athletic a annoncé qu’ils seraient le premier club de football professionnel du pays à prêter son nom à une équipe de foot LGBT.
Bexley Invicta a été créé en 2011 et joue dans la London Unity League (troisième division anglaise) mais à partir de cette saison, ils seront connus sous le nom de Charlton Invicta, officiellement affilié au club, prenant le nom de Charlton et jouant à domicile sur leur terrain d’entraînement.
Le clib pro est devenu le premier à partager son nom avec une équipe de foot LGBT: d’autres clubs ne sont pas allé aussi loin  (les Queens Park Rangers ont un partenariat avec les Titans de Londres, par exemple), mais aucun autre n’a prêté son nom.
Une véritable avancée pour le football selon Gary Ginnaw, joueur et entraîneur de l’équipe, interrogé par le Guardian :
« J’ai 34 ans, et je n’ai pas joué au football depuis mes 18  jusqu’à mes 31 ans. Je ne me sentais pas moi même. Je n’ai jamais senti que je pouvais être moi-même et jouer au football. Je sais à quoi ressemblent les équipes de la ligue du dimanche: vous allez au pub, les gens vous demandent si vous avez une petite amie, ou dises: «Regardez-la, elle est en forme. Vous vous sentirez mal à l’aise d’être vous-même. Je ne voulais pas vivre dans le mensonge avec mes coéquipiers, donc j’ai tout simplement évité ce milieu. J’aurais aimé connaître des clubs ouvert à tous le monde il y a 10 ans, parce que j’aurais sauté sur l’occasion. »
Ce mois-ci, ils ont joué leur premier match à domicile, sous les couleurs de Charlton, ils ont battu les Titans de Londres 4-0.
Invicta n’est pas une équipe exclusivement gay: en fait, seulement un tiers de ses joueurs sont homosexuels. Le but est de fournir une équipe où les personnes LGBT se sentent les bienvenues là où elles ne pourraient pas le faire ailleurs. « Nous sommes ici pour tout le monde », dit Ginnaw. « Mais une chose que nous devons comprendre, c’est que si vous n’acceptez pas les personnes LGBT, vous ne serez probablement pas en accord avec le club et son éthique et ce que nous essayons d’atteindre. »
Nick Coveney, joueur de l’équipe, raconte dans les colonnes du Guardian l’importance de regrouper tout ce monde dans le même vestiaire, pour arrêté de lier foot et homophobie
« C’est très intéressant d’être en relation avec un gay passionné par le foot. On se rend compte qu’il existe aussi des préjugés de la part de la communauté gay sur ce monde du ballon rond. La plupart crachent sur le football, parce qu’ils savent que l’homophobie y est importante, et que certains ont vécu une très mauvaise expérience. »
Mais, après avoir vu une publicité pour Invicta dans un supermarché, il a rejoint le club cet été. Peu importe qu’il ait peu d’expérience de jeu ou qu’il ait un peu de travail à faire avant d’entrer dans l’équipe: ce qui importe, c’est qu’il a été accueilli dans un sport qu’il considérait auparavant comme hostile à son identité .
« L’une des choses que j’ai trouvé très intéressant c’est d’être en relation avec un gars qui est vraiment passionné par le football parce que le genre de préjugés sur le football existe également dans la communauté gay. Il y a presque une aversion pour le football, parce que l’homophobie a été une partie problématique de l’expérience des gens. « Des clubs comme Invicta peuvent changer les attitudes des deux côtés.
« L’homophobie est un gros problème » explique Michael Seeraj, responsable de l’égalité et de la diversité du quartier de Charlton, qui s’est lui aussi confié au Guardian Nous voulions fournir une structure professionnelle et des possibilités pour les joueurs LGBT, mais aussi regarder ce que nous pouvions faire dans un cadre plus large pour la lutte contre l’homophobie. »

12345...79

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS