18 juin 2017

USA : Les membres du Conseil VIH / SIDA démissionnent pour protester contre Donald Trump

Classé dans : Sante — dominique @ 14:43

vihSix membres du Conseil consultatif présidentiel sur Le VIH / sida (PACHA) a démissionné cette semaine pour protester contre l’ apathie de Donald Trump à l’égard de l’épidémie et ses tentatives de réduire l’accès aux soins de santé des personnes vivant avec le VIH / sida.
Le PACHA, Presidential Advisory Council on HIV/AIDS, est une commission formée par le président Bill Clinton en 1995, pour fournir des recommandations sur la réponse du gouvernement américain à l’ épidémie de sida . Le président George W. Bush et le secrétaire Tommy G. Thompson ont renouvelé la charte du Conseil le 19 juillet 2001.
Scott Schoettes, directeur de projet sur le VIH chez Lambda Legal , a écrit dans Newsweek pourquoi lui, et cinq de ses collègues, ont décidé de quitter le PACHA . « L’administration Trump n’a pas de stratégie pour remédier à l’épidémie continue de lutte contre le VIH / sida. Elle ne cherche pas à recueillir des commentaires des experts pour formuler une politique de lutte contre le VIH, et surtout, entraîner une législation qui nuira aux personnes vivant avec le VIH ce qui arrêtera les avancées importantes réalisées dans la lutte contre cette maladie « .
Schoettes cite plusieurs incidents qui ont montré que Trump ne se préoccupe pas de la politique sur le VIH / sida, y compris son refus de rencontrer les défenseurs du VIH pendant sa campagne, et déplore la suppression du site Web du Bureau du programme national de lutte contre le sida lors de son entrée en fonction .
Schoettes est préoccupée par les tentatives de Trump de retirer l’accès aux soins de santé des pauvres et de la classe ouvrière en abrogeant la Loi sur les soins abordables (ACA).
Avant l’ACA, de nombreuses personnes atteintes du VIH ne pouvaient même pas se faire soigner parce que être séropositif n’était pas suffisant pour accéder à Medicaid. Il fallait que la personne déclare un sida pour être considéré comme handicapé et obtenir une couverture.

17 juin 2017

Canada : L’Alberta pourrait interdire les thérapies de convertion

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Sante — dominique @ 17:52

therapie de convertionL’Alberta pourrait devenir la troisième province canadienne à bannir les thérapies visant à convertir de jeunes homosexuels et transgenres.
Un groupe de l’Université de Lethbridge, dans le sud de la province, a lancé une campagne dimanche dernier pour demander au gouvernement d’interdire ces thérapies comme l’ont déjà fait le Manitoba et l’Ontario.
Jenn Takahashi, du groupe de recherche en intérêt public de l’Université de Lethbridge (LPIRG) déplorent que les thérapies de conversion soient très répandues dans le sud de la province, où la religion est omniprésente.
Son groupe a lancé une campagne dimanche dernier pour demander au gouvernement albertain d’interdire ces pseudo-thérapies qui ne reposent sur aucune base scientifique.
Selon elle, certains thérapeutes pratiquent ces thérapies sur des enfants d’à peine 5 ans et les abus physiques et mentaux sont la norme plutôt que l’exception. « Le plus troublant, c’est que ces thérapeutes font partie d’un ordre professionnel et que certains de leurs services sont remboursés par la province », explique-t-elle.
« Peu de gens le savent, mais les médecins avaient encore le droit d’offrir des thérapies de conversion au Québec jusqu’à tout récemment », déclare le psychothérapeute et professeur en travail social de l’Université McGill Bill Ryan.
Selon lui, bien que certaines provinces ont des valeurs plus conservatrices, c’est un phénomène qu’il qualifie de dangereux et que l’on observe partout au pays.
Les séquelles peuvent être graves, allant de la dépression au suicide.
Ces thérapies sont d’ailleurs condamnées par l’Association américaine de psychiatrie, qui a déjà établi par le passé que l’homosexualité n’est pas une maladie.
Le groupe de l’Université de Lethbridge a pour sa part indiqué que plusieurs députés leur avaient signifié qu’ils souhaitaient présenter leur requête à l’Assemblée législative l’automne prochain, lors de la reprise des activités.

30 mai 2017

Maroc : La PrEP bientôt distribuée

Classé dans : Sante — dominique @ 16:09

truvada_0Alors que près de 24.000 Marocains vivent avec le VIH, et que plus de la moitié d’entre eux l’ignorent, le Maroc s’apprête à lancer un nouveau traitement préventif, afin de réduire les risques de propagation du sida, notamment chez les populations à risque, comme les prostitué(e)s ou les homosexuels,
La PrEP sera distribué auprès de personnes ciblées à Agadir, Marrakech et Casablanca, villes qui regroupent 51% des cas de VIH toutes populations confondues.
La PrEP, qui consiste en la prise quotidienne d’un traitement antirétroviral (à base de tenofovir disoproxil fumarate) est considéré comme aussi utile que le préservatif, pour prévenir l’infection.
Selon une enquête réalisée en 2013 auprès de Marocains de 15 à 24 ans, la moitié des personnes interrogées disaient ne pas avoir utilisé de préservatif lors de leur dernier rapport sexuel .
Intégrée au plan stratégique national de lutte contre le VIH/sida, pour la période 2017-2021, la PrEP sera disponible « prochainement » sur le territoire marocain. Elle sera distribuée, dans un premier temps, aux homosexuels et aux professionnel(le)s du sexe, où la prévalence du VIH est respectivement de 5% et de 2% contre 0,1% seulement dans la population générale.
Concernant le coût du traitement, la PrEP sera accessible en version générique au Maroc. Une boîte, valable pour un mois, coûtera l’équivalent de 5 dollars par patient, soit 60 dollars (un peu moins de 600 dirhams) par an. « En France, le même traitement coûte 500 dollars la boîte, soit 100 fois plus cher. 

12 mai 2017

Les trithérapies ont augmenté l’espérance de vie de 10 ans en Europe et en Amérique du Nord

Classé dans : Sante — dominique @ 15:41

sida campagneLes trithérapies ont augmenté l’espérance de vie de 10 ans en Europe et en Amérique du Nord
L’espérance de vie des patients infectés par le virus du sida en Europe et en Amérique du Nord a augmenté d’environ 10 ans depuis l’introduction des trithérapies en 1996, selon une étude publiée jeudi dans la revue britannique The Lancet HIV.
73 ans chez les hommes et 76 chez les femmes: c’est l’espérance de vie d’un patient de 20 ans qui a commencé son traitement à partir de 2008 et n’est pas décédé durant la première année, selon cette étude.
Soit presque autant que la population générale (78 ans en moyenne, hommes et femmes confondus). Cela correspond à une augmentation de 10 ans chez les hommes et 9 ans chez les femmes.
Les combinaisons d’antirétroviraux, ou trithérapies, ont commencé à être utilisées en 1996. Elles associent trois substances ou davantage pour empêcher le virus VIH de se reproduire et stopper les dommages qu’il cause au système immunitaire.
Cette étude se base sur les données de 88.504 patients de 18 pays d’Europe et d’Amérique du Nord qui ont entamé un traitement par antirétroviraux entre 1996 et 2010.
La comparaison de ces données montre que le nombre de morts durant les trois premières années du traitement est moins élevé chez les patients qui l’ont débuté entre 2008 et 2010 que chez ceux qui l’ont entamé entre 1996 et 2007.
L’étude souligne que ces améliorations sont moins visibles chez les patients qui ont été infectés à la suite d’une injection de drogue.
L’une des réserves de l’étude tient dans le fait que ses résultats ont pu être affectés par des changements de comportements au fil du temps, notamment car les patients qui ont commencé leur traitement ces dernières années sont moins nombreux à avoir été infectés à la suite d’une injection.
En outre, « les estimations sur l’espérance de vie sont basées sur des taux de mortalité et il y a peu de données disponibles pour les patients les plus âgés », relève l’étude.

10 mai 2017

Sida : élimination du virus du Sida chez des souris

Classé dans : Sante — dominique @ 7:26

sidaLors de l’infection par le VIH, un ADN viral s’insère dans le génome de la cellule, sous la forme d’un provirus. Dans un modèle de souris, des chercheurs ont réussi à éliminer cet ADN proviral en utilisant l’édition du génome (CRISPR-Cas9).
À l’heure actuelle, les médicaments contre le VIH empêchent le virus de se répliquer mais il reste un réservoir latent dans l’organisme. Si le patient arrête son traitement, la maladie risque de se développer. Le VIH est un rétrovirus qui intègre un ADN (le provirus) dans le génome des cellules hôtes. Or les médicaments ne peuvent pas l’enlever du génome des cellules infectées. L’objectif de ces travaux était donc de supprimer ces séquences du VIH en utilisant l’édition génomique, une technique de génie génétique qui modifie le génome.
Dans un article paru dans Molecular Therapy, les scientifiques décrivent la méthode qu’ils ont employée. Ils ont utilisé un virus AAV comme vecteur. Celui-ci apportait des ARNs guides associés à la protéine Cas9 pour couper le provirus du VIH-1 dans le génome de cellules infectées. L’efficacité de ce système a été testée dans trois modèles animaux différents.
L’ADN du provirus est retiré des cellules infectées par édition du génome
L’efficacité a d’abord été démontrée dans des cellules de souris transgéniques dans lesquelles le génome du VIH-1 était intégré. Ensuite, les chercheurs ont utilisé des sujets infectés par le virus EcoHIV (le virus murin équivalent au VIH). Grâce à leur vecteur AAV, le génome viral avait disparu dans différents tissus (foie, poumons, cerveau, rate). Enfin, des souris ont été « humanisées » avec des cellules immunitaires humaines et infectées avec le VIH-1. Le génome viral était absent dans la rate, les poumons, le cœur, le côlon et le cerveau après une seule injection du vecteur en intraveineuse.
Pour les chercheurs des universités de Temple et de Pittsburgh aux États-Unis, cette méthode d’édition du génome « offre un traitement prometteur pour le VIH-Sida ». La prochaine étape consistera à reproduire ces résultats chez des primates, avant, éventuellement, d’envisager des essais cliniques chez l’Homme.

2 mai 2017

Le vaccin contre le papillomavirus proposé aux gays

Classé dans : Sante — dominique @ 18:20

vaccinLe vaccin contre le papillomavirus, jusque-là conseillé aux jeunes filles de 11 à 14 ans ou de 15 à 19 ans en « rattrapage », sera désormais proposé aux jeunes hommes de moins de 26 ans ayant des relations homosexuelles, selon le dernier calendrier vaccinal du ministère de la Santé.
Cette injection, qu’il vaut mieux avoir effectuée avant de commencer sa vie sexuelle, a pour but de prévenir contre les virus sexuellement transmissibles, qui pourraient causer des lésions précancéreuses.
Or, les hommes ayant des relations homosexuelles auraient 20 fois plus de chances de contracter un cancer de l’anus que les hommes ayant uniquement des relations hétérosexuelles, note Le Monde, qui rapporte l’information.
Le vaccin permettrait également de prévenir contre les verrues génitales et les rares cancers du pénis, note L’Obs.
L’association Aides a demandé que la mesure soit étendue à tous les jeunes hommes, considérant que « demander à un garçon de moins de 15-16 ans de se déterminer sur ses préférences sexuelles est compliqué », rapporte Le Monde.

28 avril 2017

Condom to bareback, la nouvelle pratique sexuelle dangereuse

Classé dans : Sante — dominique @ 6:51

preservatif-utiliserUne étude publiée dans le prestigieux Columbia Journal of Gender and Law met en lumière une nouvelle pratique sexuelle dangereuse en plein boom aux États-Unis: le « stealthing ». Cette pratique, que l’on trouve sur les site pornos sous le titres codom to bareback, constatée aussi bien dans la communauté hétérosexuelle qu’homosexuelle, consiste à retirer le préservatif en plein rapport sexuel sans en informer son partenaire.
 Selon l’étude, il existe des forums en ligne où les hommes échangent anecdotes et conseils, et se vantent d’avoir retiré leur préservatif pendant un rapport sexuel. Ils y expliquent que pouvoir ainsi « étaler leur semence » est leur droit le plus légitime en tant qu’individus mâles.
 L’auteure de l’étude, la juriste Alexandra Brodsky, a confié au Huffington Post qu’elle avait commencé à travailler sur le sujet en 2013, après avoir constaté que plusieurs de ses amies avaient eu la même expérience. Dans son rapport, la scientifique se base notamment sur une doctorante de son entourage qu’elle nomme Rebecca et qui aurait été victime de « stealthing » pendant sa première année à l’université. Elle lui aurait confié avoir entendu de nombreux camarades de classe évoquer en avoir été victime, sans toutefois oser utiliser le terme de viol.
 Outre le sentiment d’humiliation et de honte qu’elle provoque chez ceux qui en sont victimes, cette pratique présente de nombreux dangers en ce qu’elle expose le partenaire à un risque de tomber enceinte ou contracter des maladies sexuellement transmissibles sans qu’il en ait été averti.
  »Les victimes de stealthing décrivent le retrait non-consenti du préservatif comme une menace corporelle et une blessure dans leur dignité. C’est comme si on leur disait: ‘Tu n’as pas le droit de prendre tes propres décisions en matière de sexe. Tu ne mérites pas ma considération.’ »
 Pour le moment, la loi américaine ne permet pas de poursuivre les auteurs dans la mesure où le rapport est initialement consenti.

18 avril 2017

Chine : Des distributeurs de tests de dépistage HIV à l’université

Classé dans : Sante — dominique @ 15:34

Rapid-HIV-Test-Strip-Whole-Blood-TestAfin d’endiguer la progression de l’épidémie de Sida en Chine, l’Université de Médecine de Harbin a décidé d’aider les jeunes à ne pas contracter la maladie. Pour ce faire, un système simple a été mise en place : des distributeurs automatiques de tests de dépistage du Sida. Une manière de s’auto dépister, mais avec des résultats réalisés par les équipes médicales de l’Université.
Les étudiants qui s’inquiéteraient d’avoir le Sida peuvent, pour 4,35 dollars, récupérer l’équipement pour faire le test. Ils doivent ensuite déposer le prélèvement urinaire dans la machine elle-même et pourront connaître les résultats du test sur le site web dédié via un code unique. Les urines sont analysées par un laboratoire en partenariat avec l’association chinoise de contrôle et prévention des MST et du Sida.
En France, il n’existe pas encore de système de ce type. Le test de dépistage du Sida et des autres MST est toutefois totalement gratuit dans les CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic) répartis sur tout le territoire. Les pharmacies vendent également pour une dizaine d’euros des tests à faire chez soi, mais ces derniers ne remplacent pas totalement un test en bonne et due forme.
Le test de dépistage du VIH, par le fluide oral ou encore par l’urine, n’est qu’un test préliminaire. Un résultat « positif » aux anticorps devra être confirmé par un test de dépistage par prélèvement sanguin. Le test de dépistage du VIH, par le fluide oral ou encore par l’urine est autorisé au Canada et son efficacité est satisfaisante. Par contre le test sanguin demeure le test de dépistage privilégié.

17 avril 2017

USA: Le Nouveau-Mexique interdit la thérapie de «la guérison des homosexuels»

Classé dans : infos,internationnal,Sante — dominique @ 13:46

new mexiqueLe Nouveau – Mexique est devenu le sixième état des États-Unis ( à l’ exception de Washington DC, la capitale fédérale)  à interdire les dangereuses et inutiles « thérapies réparatrices » pour les mineurs.
Le sénateur ouvertement homosexuel Jacob Candelaria avait été l’un de ceux qui ont imposé l’interdiction de la pratique avec G. Andres Romero (à la Chambre des représentants)
Avec cette interdiction, tous les «spécialistes» offrant de telles pratiques risquent de perdre leur licence.
Le Sénat du Nouveau-Mexique avait voté pour interdire la soi-disant thérapie de conversion pour les homosexuels, les bisexuels et les transgenres.
Le vote en faveur du projet de loi 121 du Sénat (SB121) était convaincant 32-6. La législation a été transmise à la Chambre des représentants, qui est contrôlée par les démocrates (38 démocrates contre 32 républicains). «Lorsque vous êtes un jeune enfant catholique hispanique qui grandit à Albuquerque et les gens utilisent des mots horribles pour vous décrire, en même temps dans votre visage et derrière votre dos … ça fait mal. C’est l’abus. Et j’espère que nous n’adopterons pas l’hypothèse que la seule forme d’abus est la violence physique », commenta le sénateur homosexuel.
La Chambre des représentants, où la majorité démocrate est plus serré, a approuvé par 44 voix pour et 23 contre le 7 avril dernier ce texte .
Tous sauf un des représentants démocrates (Patricio Ruiloba) ont voté en faveur du texte, tout comme 9 républicains. Le vote, en fait, a montré la division qui existe chez les républicains dans les zones urbaines par rapport aux zones rurales. 

26 mars 2017

Sidaction

Classé dans : Sante — dominique @ 17:00

sidaction En France, la moitié des lycéens et étudiants ne se fait jamais dépister lors d’un changement de partenaire, selon une enquête santé menée par la SMEREP ( Etude OpinionWay pour la SMEREP réalisée du 29 avril au 25 mai 2016 auprès d’un échantillon de 507 étudiants représentatif des étudiants français et d’un échantillon représentatif de 707 adhérents SMEREP (Ile-de-France))  auprès des étudiants et lycéens français, qui révèle les comportements à risque des jeunes concernant leur sexualité.
Certains par manque d’information, certains par choix, là où d’autres s’estiment suffisamment informés.
Selon l’enquête de la SMEREP, plus de la moitié des lycéens et étudiants ne portent pas systématiquement le préservatif lors de relations sexuelles.
Près de trois millions d’euros étaient récoltés dimanche en fin de matinée pour le Sidaction, opération médiatique annuelle d’appel aux dons pour la prévention et la recherche contre le sida, qui se poursuit jusqu’à la fin de la journée.
Ce chiffre est « en légère baisse par rapport à l’année dernière » à la même heure, ont confié les organisateurs. « Mais nous ne sommes pas inquiets : on a encore toute la journée, on espère que les donateurs seront au rendez-vous » pour cette 23e édition. L’édition précédente avait permis la collecte de 4,21 millions d’euros. Lancé vendredi, le Sidaction va se poursuivre jusqu’à dimanche à minuit, il est relayé comme chaque année à la radio et la télévision. Environ 1,7 million d’euros ont été collectés pendant une émission spéciale samedi soir sur France 2, ont souligné les organisateurs.

12345...60

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS