19 février 2018

Canada : un Sénégalais porte plainte contre congrégation pour agressions sexuelles

Classé dans : religion — dominique @ 16:32

pretre-696x393Un Sénégalais a intenté une poursuite judiciaire contre une congrégation catholique établie au Québec, lui réclamant 1,4 million $ pour des agressions sexuelles dont il aurait été victime dans les années 1980 dans ce pays africain.
L’avocat du plaignant, Max Silverman, a dit que la congrégation avait l’intention de contester la juridiction de la cour du Québec pour régler ce dossier. La cause doit être entendue l’automne prochain.
Selon le plaignant, désigné dans les documents juridiques sous les initiales NBS, un membre des Frères du Sacré-Coeur,une congrégation laïque masculine de droit pontifical qui se consacrent à l’éducation de la jeunesse, aujourd’hui décédé, l’aurait agressé sexuellement de 1984 à 1987, dans une école de la congrégation à Kaolack, au Sénégal.
NBS soutient que le directeur de l’école a commencé à l’agresser alors qu’il n’était âgé que de 12 ans. Le religieux est mort en 2017 à l’âge de 92 ans.
Dans un premier temps, raconte le plaignant, Courteau (l’agresseur) l’aurait caressé en lui disant qu’il était joli.
«Au cours des deux années qui ont suivi, Frère Courteau a commis des gestes inappropriés contre le plaignant. Tous constituaient des agressions sexuelles et des abus», peut-on lire dans les documents remis à la cour.
La cause défendue par Me Silverman n’est pas la seule impliquant les Frères du Sacré-Coeur. En novembre, la Cour supérieure du Québec a autorisé une action collective de 15 millions $ contre la congrégation. Au moins 18 religieux sont accusés d’avoir agressé des élèves au Collège Mont-Sacré-Coeur, à Granby. Les événements se seraient déroulés pendant plusieurs décennies.
NBS vit au Sénégal. Il a demandé l’anonymat, car il craint pour sa vie si des compatriotes apprenaient qu’il a été agressé, a dit Me Silverman.
«Il existe au Sénégal une véritable culture d’homophobie, au point qu’un jeune homme est considéré comme un homosexuel et sa vie est en danger s’il a été victime d’une agression d’un autre homme, même si cela n’est pas de sa faute», a souligné l’avocat.
L’article 3135 du Code civil du Québec stipule qu’une «autorité du Québec peut, exceptionnellement et à la demande d’une partie, décliner cette compétence si elle estime que les autorités d’un autre État sont mieux à même de trancher le litige».

8 février 2018

USA: Un tribunal donne le droit de refuser un gâteau de mariage à des homosexuels

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile,religion — dominique @ 15:55

1Un tribunal de Californie a reconnu le droit d’une pâtissière de refuser de vendre un gâteau de mariage pour un couple d’homosexuelles, au moment où une décision de la Cour Suprême est attendue sur un cas similaire. Un gâteau pas encore confectionné.
Un tribunal de Bakersfield, dans la région conservatrice du centre de la Californie, a souligné dans un jugement rendu lundi soir qu’ »aucun pâtissier n’a le droit de mettre ses produits dans une vitrine publique, d’ouvrir sa boutique puis refuser des ventes pour des questions de race, religion, genre ou identité sexuelle ».
« La différence ici est que le gâteau en question n’a pas encore été cuisiné » et que l’État de Californie, qui a engagé les poursuites, « veut forcer la pâtissière Cathy Miller à utiliser ses talents pour créer un gâteau qu’elle n’a pas encore fait tout en sachant que son oeuvre sera affichée pour célébrer une union que sa religion interdit ».
Les plaignantes Eileen et Mireya Rodriguez contestent toutefois avoir demandé un gâteau spécialement conçu. Elle disent être allées goûter des gâteaux pour leur mariage le 17 août 2017 et ont été reçues par une employée de Tastries, la pâtisserie de Cathy Miller, et avoir commandé un modèle de gâteau existant, sans demander d’inscription ou décoration particulière.
Le 26 août, elles sont revenues toutes deux accompagnées d’autres personnes à la pâtisserie, et Cathy Miller, s’excusant, les a orientées vers un concurrent, Gimme Some Sugar, affirmant ne pas approuver les mariages entre personnes de même sexe, car, note la décision du tribunal, Cathy Miller « est une chrétienne pratiquante » et qu’elle croit que « des unions homosexuelles enfreignent l’ordre biblique selon lequel le mariage est entre un homme et une femme ».

5 février 2018

Costa Rica : le candidat évangélique en tête de la présidentielle

Fabricio-alvarado-450x300Le pasteur évangélique Fabricio Alvarado est arrivé en tête dimanche du premier tour de l’élection présidentielle au Costa Rica, selon des résultats partiels, et poursuivra sa croisade anti-mariage gay jusqu’au second tour, le 1er avril.
Le député évangélique est arrivé en tête du premier tour avec 24,9 % des suffrages, selon des résultats portant sur près de 75 % des bureaux de vote.
Le président sortant, le centriste Luis Guillermo Solis, ne pouvait briguer un second mandat du fait de la loi. Le candidat de son parti, Carlos Alvarado Quesada, est donné en deuxième position avec un score provisoire de 21,4 %.
Aucun de ces deux candidats n’ayant obtenu plus de 40 % des votes, un second tour les opposera le 1er avril prochain.
Au cours de la campagne, Fabricio Alvarado a su imposer son opposition à l’ouverture du mariage aux couples homosexuels comme thème central du débat. Alors qu’il n’était crédité que de 3 % des intentions de vote à son entrée en lice, ce pasteur évangélique et chanteur âgé de 43 ans, a bondi dans les sondages pour sortir finalement en tête du premier tour.
« Nous avons conquis les cœurs des gens », a-t-il dit dans la journée. « Le Costa Rica sait que nous défendrons ses enfants, que nous défendrons la famille. Et rien n’importe plus que la famille. »
Unique député du Parti de la Restauration nationale, Fabricio Alvarado a notamment dénoncé la décision, le 9 janvier, de la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) exhortant les pays d’Amérique latine à reconnaître le mariage gay.
Il a estimé que cette décision, marquant une évolution sociétale majeure dans la région, violait la souveraineté du Costa Rica, pays conservateur et à majorité chrétienne d’environ 4,9 millions d’habitants. « Il faut se dresser devant ceux qui veulent écraser les valeurs de la famille », a-t-il dit lors du dernier débat de la campagne.

Deux militantes LGBT refusées au Vatican

Classé dans : homophobie,religion — dominique @ 6:41

catho gayLes organisateurs d’une conférence sur la place de la femme dans l’Eglise ont décidé de déplacer leur réunion du Vatican à la Curie générale des Jésuites à Rome,
Selon la directrice de l’association, la raison est le refus du cardinal Kevin Farrell, préfet du Dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, d’inviter deux militantes LGBT.
Organisée pour la première fois en 2014, la manifestation Voices of Faith (Voix de la Foi) a lieu au sein de la Casina Pio IV du Vatican, siège de l’Académie pontificale des Sciences, chaque année au mois de mars depuis quatre ans.
L’événement est programmé pour coïncider avec la célébration du 8 mars de la Journée internationale de la femme, et attire généralement des conférenciers de divers horizons pour donner des témoignages et parler sur un thème spécifique.
Les organisateurs ont transféré la conférence 2018, intitulée « Why Women Matter », àà la Curie générale des Jésuites, après que deux oratrices n’aient pas reçu l’approbation du Vatican: Mary McAleese, ancienne présidente d’Irlande, et Ssenfuka Juanita Warry, qui dirige un association à but non lucratif pour les catholiques LGBT en Ouganda.
Selon Chantal Gotz, fondatrice et directrice générale de VoF, la liste des orateurs devait être approuvée par le Cardinal Farrell avant que la conférence puisse être planifiée. Quand il a retourné une liste de noms approuvés, McAleese et Warry n’étaient plus dessus.
Selon un communiqué de presse du 2 février de VOF, l’ancien président irlandais McAleese « n’est pas une étrangère au Vatican, ayant occupé le poste le plus élevé dans la fonction publique dans un pays à prédominance catholique ».
« Elle est connue pour son soutien indéfectible aux droits des homosexuels et des femmes et a souvent parlé publiquement de ses frustrations avec sa foi catholique. »
McAleese a déjà plaidé pour le mariage homosexuel, accusant l’Église catholique d ‘«hypocrisie» pour sa position sur le mariage. Elle a également plaidé publiquement en faveur de l’ordination des femmes à la prêtrise, en opposition aux enseignements de l’Église exprimés dans l’ Ordinatio Sacerdotalis du pape Jean-Paul II .
Warry est également une militante active sur les questions liées à l’homosexualité.

30 janvier 2018

Suisse : la photo d’un couple gay nu, dans une publication religieuse suscite la polémique

Classé dans : homophobie,internationnal,religion — dominique @ 16:08

1Une photo montrant un homme nu, les bras en croix, enlacé par un autre homme nu, réalisé par l’artiste suédoise Elisabeth Ohlson Wallin, accompagne un dossier publié dans «Réformés», le mensuel romand de l’église protestante, au sujet de l’accueil des personnes homosexuelles dans les paroisses.
Des centaines de lecteurs ont fait part de leur indignation au journal, écrit «24 heures» mardi. D’après un responsable du site du journal, ceux-ci sont majoritairement issus du milieu évangélique.
Le co-rédacteur en chef de la publication, Gilles Bourquin, a  publié une réponse détaillée aux différentes critiques reçues: «Cette photographie montre la dignité de la relation homosexuelle. Il y a de la noblesse dans ces deux corps qui se touchent avec tendresse», écrit-il sur son site.
Beaucoup reproche à la publication «d’inciter les jeunes à devenir homosexuels». Gilles Bourquin rétorque: «Nous n’avons aucune volonté d’inciter qui que ce soit à devenir autre qu’il n’est. Il s’agit par contre d’instaurer le respect des personnes LGBTI, en découvrant que ce sont des personnes ordinaires.»
Pour d’autre chrétiens, la position de l’homme rappelant la crucifixion serait une insinuation selon laquelle le Christ serait homosexuel. «Cette interprétation va trop loin. L’évocation de la crucifixion renvoie aux persécutions dont sont victimes les LGBTI dans plusieurs pays du monde», répond le journaliste et théologien.
Pour Gilles Bourquin, le cliché suscitait ces commentaires à dessein. «Cette image a pour but de nous interroger: Pourquoi sommes-nous choqués en regardant deux hommes allongés l’un contre l’autre, exprimant ainsi leur amour?», conclut-il. 

28 janvier 2018

USA : Un adolescent trans se bat pour échapper à ses parents qui veulent le forcer à suivre une thérapie de conversion

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion,Trans — dominique @ 15:03

trransUn procureur de Cincinnati, dans l’Ohio , demande à un juge de laisser un jeune transgenre de 17 ans vivre avec ses grands-parents afin d’échapper à ses parents transphobes .
Le procureur adjoint Don Clancy a déclaré à la cour que l’adolescent « vacille au bord des idées suicidaires » à cause de la façon dont il a été traité par ses parents.
Ces derniers le forçaient à passer six heures par jour dans une pièce à écouter des versets bibliques . Ils lui refusent de s’habiller comme il le voudrait et de prendre des hormones.
Quand il a commencé à exprimer des pensées suicidaires en 2016, ses parents l’ont emmené en thérapie à l’hôpital pour enfants de Cincinnati. Plus tard, ils l’ont sorti parce qu’ils «s’opposaient toujours à la question de la transition» et les thérapeutes de l’Hôpital pour enfants avaient diagnostiqué chez le garçon une dysphorie de genre et étaient en faveur de sa transition.
Il y a plusieurs semaines, le garçon a envoyé un courriel à un site téléphonique anti suicide et raconte que ses parents ont refusé de l’emmener à la thérapie « à moins qu’elle soit basée sur le Christianisme. »
D’après une enquête,  le père a dit à l’adolescent qu’il devrait juste se suicider.
« Un parent raisonnable », a déclaré Clancy, « ne dirait jamais à son propre enfant de se tuer parce qu’ils allaient en enfer de toute façon. »
Le garçon a emménagé avec ses grands-parents, qui lui apportent leur soutien, et il veut qu’ils aient la garde de l’enfant afin qu’il puisse suivre un traitement médical approprié que ses parents refusent.
Les parents ont passé la majeure partie du procès à argumenter que les gens ne peuvent pas être transgenres, et ont fait appel un témoin qui a témoigné que «une petite cabale de lobbyistes et de politiciens a inventé le terme« dysphorie de genre »… et le traitement pour cela.
Leur avocat a soutenu que les thérapeutes de l’Hôpital pour enfants «faisaient plus qu’expérimenter les enfants pour faire avancer leur carrière ou renforcer leur réputation», et que l’adolescent ne devrait pas faire de transition, mais plutôt obtenir une «thérapie pour régler les problèmes sous-jacents». euphémisme pour la thérapie de conversion .
Les parents conviennent que l’adolescent devrait rester avec ses grands-parents, mais ils veulent l’empêcher d’obtenir un traitement hormonal. L’adolescent ne veut pas attendre une autre année et ne veut pas que ses parents aient ce pouvoir sur lui.
« Ce que nous voulons, dans les prochains mois vers le mois de mai, est un plan pour l’obtention d’un diplôme d’études secondaires, tout au long du plan d’été et d’automne pour une entrée au collège », a déclaré l’avocat des grands-parents. « Nous ne voulons pas planifier un enterrement. »

22 janvier 2018

Israël : la présence d’un rabbin à un mariage homosexuel choque

Classé dans : infos,internationnal,religion — dominique @ 18:08

homo-696x392Le Roch yeshiva (doyen d’une académie talmudique) de Maale Adumim (une implantation juive et une ville située en Cisjordanie occupée par les Israéliens depuis sa conquête après la guerre des Six-Jours en juin 1967),a réagit suite au mariage d’un couple d’hommes et selon laquelle le rabbin Benny Lau a assisté. Il a affirmé que le fait de se rendre au mariage de deux hommes est la même chose que déclarer une rébellion envers Dieu et Sa Torah.
Le rabbin Yitzhak Shilat a attaqué la participation du rabbin Benny Lau à ce mariage d’un couple gay. Benny Lau  dirige la synagogue Ramban dans le quartier de Katamon à Jérusalem et il est chercheur à l’Institut Israélien de la Démocratie.
‘J’ai été choqué de lire’, écrivait-il dans une lettre qu’il a publié à l’ouverture de la réunion : ‘Un homme qui sert comme rabbin à Jérusalem s’est rendu au mariage de deux hommes, ce qui justifie l’acte et même considère ce mariage par une déclaration publique.’
‘La déclaration publique de la Torah est la suivante :’ Vous ne ferez rien en tant qu’acte de la terre d’Egypte’, dit-il.’ Quels sont ils ? L’homme avec un homme et une femme avec une femme, un homme avec sa fille…(Safra, après, Frsta H)’.
La semaine dernière, le rabbin Lau a confirmé qu’il avait assisté au mariage d’une connaissance qui a épousé son partenaire.
Cependant, il a expliqué pourquoi il a également pris part à un événement : “L’idée que deux personnes cherchent à faire une union conjugale, est à mes yeux un sauvetage de la vie contre la mort, pas moins. Vivre seul est comme un décret de mort et on doit faire tout son possible pour sortir de cette mort.”
En outre, le rabbin Lau qui en dépit d’encourager une relation entre deux hommes car cela peuvent les conduire à des actes interdits, a affirmé qu’à son avis, laisser un homme dans la solitude est plus grave car cela peut les amener à se suicider.
Sur le risque du suicide chez la communauté LGBT, le RochYechiva de la yeshiva de Ma’aleh Adumim a dit que ” l’excuse de sauver de la mort et sauver des vies n’est pas une excuse et il est acceptable à partir de ces deux perspectives : 1. Car la solitude d’une personne n’est pas solutionnée par une cérémonie du mariage, mais plutôt par le lien affectif, qui n’exige pas de cérémonies, et personne ne mourra s’il ne se marie pas.”
Enfin, il a souligné la grande Mitsva d’aimer, soutenir et renforcer les gens avec des inclinations différentes, mais aussi de les aider et de les faire vivre une vie de Torah avec les mitsvot, même si dans certains domaines, cela sera plus difficile”.

15 janvier 2018

Religion :le vice-président de la Conférence épiscopale allemande souhaite l’accueil des couples homosexuels

Classé dans : mariage - union civile,religion — dominique @ 19:37

franz joseph bodeMgr Franz-Josef Bode, évêque d’Osnabrück depuis 1995, et vice-président de la Conférence épiscopale allemande a donné un entretien au journal Neue Osnabrücker Zeitung, et il a jugé qu’il était important d’ouvrir le débat sur deux questions qui divisent les catholiques : la bénédiction des couples homosexuels et le diaconat pour les femmes.
Sur les couples homosexuels :
« Je crois qu’il faut discuter de ce problème plus en détail à l’intérieur de l’Église » parce que, a-t-il ajouté, cela ne sert à rien « de continuer à maintenir le silence » sur ces thèmes. Après avoir souligné que le mariage est différent, Mgr Bode a estimé qu’il est cependant nécessaire d’entreprendre un parcours qui favorise la bénédiction des couples homosexuels :
« On peut penser, par exemple, à une bénédiction qui ne doit pas être confondue avec une cérémonie de mariage. » a t’il ajouté
« Comment leur rendre justice ? Comment les accompagner pastoralement et liturgiquement ? »
« Nous devons, a-t-il déclaré, réfléchir au problème de comment juger la relation entre deux personnes homosexuelles. N’y a-t-il pas en eux quelque chose de positif, et de bon et de juste, qui nous demandent d’être plus justes ? »
« Ce que tout le monde peut voir : dans les relations lesbiennes et gays l’amour est vécu quotidiennement. »
Sur le diaconat, Mgr Bode a émis des idées tout autant progressives :
« Je crois que la Conférence épiscopale doit réfléchir encore plus sur ce thème, parce que la question est plus complexe que l’on croit ».

11 janvier 2018

Italie : funérailles communes pour un couple gays

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,mariage - union civile,religion — dominique @ 17:48

alex et lucaUn couple de jeunes gays, Alex Ferrari et Luca Bortolaso, 21 ans tous les deux, en vacances à Ferrara di Monte Baldo, une commune prés de Verrone, sont morts ensemble dans leur sommeil dans la nuit du 2 janvier dernier. Ils ont été intoxiqués par du monoxyde de carbone qui s’est dégagé de braises qui se consumaient dans un seau dans leur chambre.
Ce couple qui vivait ensemble, a été été enterré ensemble, à l’église l’Église ce qui provoque la colère des catholiques les plus intégristes .
« Où est le problème s’ils sont homosexuels ? » a demandé le prêtre don Mariano Lovato, le modérateur de l’unité pastorale de la ville d’Arzignano où ont eu lieu les funérailles dans l’église Saint Jean-Baptiste.
« Ce sont deux jeunes qui sont morts et comme chrétiens ils ont droit à des funérailles eux-aussi, comme tous les chrétiens. Les parents les ont demandées et nous, nous respectons la volonté des familles. Puis comme ils sont morts dans le même accident, c’est juste faire ainsi. Quand deux personnes meurent dans le même accident, bien souvent on fait les funérailles ensemble. De plus l’église de San Bartolo, celle de la communauté d’Alex, est décidément trop petite. »
Les curés respectifs des deux jeunes hommes n’ont émis aucune opposition à ces funérailles communes qu’ils ont d’ailleurs concélébrées.
« Je ne vais pas critiquer, juger. Ce sont deux vies qui ont disparu. Ce sont des tragédies qui impliquent les vies de jeunes, qui concluent de manière imprévue leur existence. Pour nous chrétiens, il y a seulement la prière. Que croyez-vous ? Que ces ont les premières funérailles d’homosexuels que nous faisons ? J’ai fait tant de funérailles de personnes homosexuelles, connues ou non. Ce sont deux jeunes hommes, et il est juste qu’ils aient des funérailles eux-aussi. »
Ce que reproche certains ?
« La décision de célébrer les funérailles d’Alex et Luc, » a déclaré Don Alessio Graziani, porte – parole de l’évêque, répond à une demande de leur famille et l’Église en cette période de deuil immense veut être près d’eux avec des mots de la foi. Face à la mort de deux jeunes, chaque commentaire semble au moins inapproprié. Nous respectons la douleur des familles et amis de ces deux garçons et prions avec eux et pour eux en  faisant confiance à Dieu qui seul connaît vraiment le cœur de chaque personne ».

9 janvier 2018

Australie : le seul imam ouvertement gay veut ouvrir la première mosquée accueillant les personnes LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 16:47

nurNur Warsame, le premier et seul imam ouvertement gay d’Australie, veut ouvrir la première mosquée accueillant les personnes LGBTI.
Ce lieu  sera également un centre d’aide et un espace sans danger pour la jeunesse australienne. «La chose la plus essentielle dont nos jeunes ont besoin est un logement sûr et abordable. Pour que des jeunes aient une transition en douceur, ils ne peuvent pas rester dans l’environnement à l’origine de leur traumatisme», a-t-il expliqué, mardi 9 janvier, au média ABC News.
«J’ai déjà dû héberger sept personnes dans mon appartement une pièce, parce que c’était une question de vie ou de mort pour eux», a-t-il ajouté.
La mosquée pourrait être située dans le centre de Melbourne.
Anciennement à la tête d’une des plus grandes mosquées de Melbourne, Nur Warsame a été mis sur le côté par la communauté musulmane après son coming-out en 2010.
En 2016, il avait confié souffrir d’être victime de l’islamophobie et de l’homophobie.
L’homme d’origine somalienne a révélé sa lutte pour réconcilier sa foi et son identité sexuelle pendant des décennies – et à un moment donné, il a tenté de se suicider après avoir subi des années de traumatisme. «Réconcilier la spiritualité et la sexualité est un voyage très difficile» avouait il
« C’est dégoûtant, parce que vous souffrez de l’islamophobie, de la part de la communauté non-musulmane et même de la communauté LGBT, et de l’homophobie des deux », avait-il dit.

12345...65

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS