16 novembre 2017

Têtu de nouveau en difficulté

Classé dans : presse — dominique @ 1:56

1Le magazine Têtu est de nouveau en difficulté. Le numéro prévu en septembre paraît seulement  en version numérique.
Malgré l’optimisme affiché par les repreneurs, la nouvelle version de Têtu en kiosque n’a pas trouvé so public : Seuls 12.000 exemplaires en moyenne du magazine se vendent
Le numéro prévu en septembre n’est pas sorti en kiosque . Il paraît aujourd’hui, réactualisé, mais uniquement en version numérique payante.
« Actuellement, nous étudions des solutions stratégiques afin d’accélérer le développement de la marque dans les meilleures conditions possibles », annonce l’éditeur actuel.
  Faites comme moi : Acheter le numéro 216 en ligne.
Sommaire du numéro 216 de TÊTU en ligne : « S’aimer au grand jour »
Un hommage à Pierre Bergé, un Premier ministre gay, le couple à l’épreuve de la rue, la révolution Grey Pride, les geeks de la LGBTech… La rédaction est fière de vous présenter le numéro 216 de TÊTU en ligne.
Ce numéro 216 a été pensé durant l’été, tandis que vous feuilletiez probablement le 215 les doigts de pieds en éventail. Il était prêt pour septembre, il a été repoussé à octobre, et le voilà au mois de novembre en version numérique. La rédaction a vécu à bord de montagnes russes mais est heureuse d’enfin vous présenter le numéro 216 de TÊTU.
Depuis le retour du magazine en kiosque en mars dernier avec le numéro 213, vous avez été plus de 12 000 à nous lire à chaque fois. Nous vous en remercions. Et vous présentons nos excuses pour ces mois de silence durant lesquels vos lettres, mails et harangues sur les réseaux sociaux nous ont mis du baume au cœur.
Après le premier report du numéro 216, nous l’avons actualisé en ajoutant par exemple un dossier exclusif sur le mécénat de Pierre Bergé, premier patron de TÊTU, mort le 8 septembre dernier. Toute une série d’amis, d’artistes et de collègues ont accepté de lui rendre hommage dans nos pages : Line Renaud, Ségolène Royal, Bruno Julliard, Thomas Doustaly, Abdellah Taïa, Pascal Houzelot, Jean-Jacques Augier…
Les sujets de ce numéro sont intemporels ; ainsi de notre enquête illustrée sur la manière dont les homos font couple dans l’espace public. Rencontrez l’asso Grey Pride qui fédère de plus en plus d’adhérent.e.s, faites la connaissance de ces LGBT qui bossent dans la tech pour changer le monde…
 Lire le communiqué de la direction de TÊTU.

Belgique : Ciné Télé Revue met en Une un présentateur télé belge et son compagnon

Classé dans : presse — dominique @ 1:02

01Le magazine Cine Tele Revue met en Une pour la première fois un animateur télé et son compagnon.
Thomas Van Hamme, très peu connu en France, mais tr_s connu en Belgique a en effet accepté de poser avec son compagnon.
Voilà comment la rédactrice en chef Johanna Pires explique cette couverture dans l’édito du magazine:
« En couverture de votre Ciné-Télé-Revue cette semaine, un couple. Une histoire. De l’amour. Pourtant, cette une n’est pas loin d’être historique. Si les personnalités du cinéma et de la télévision ont souvent privilégié notre magazine pour partager leur intimité, c’est la première fois que nous consacrons notre couverture à deux hommes amoureux.
Un « symbole » pour l’animateur Thomas Van Hamme, qui a fait son coming-out il y a quelques années déjà, mais ne s’était jamais affiché aussi ouvertement avec Jean, son compagnon depuis 15 ans. Un acte militant dans un monde où la tolérance et les droits des homosexuels sont en net recul. Thomas n’est pas le seul homme de média à avoir « osé » (comme je déteste ce verbe !).
Laurent Ruquier avait été l’un des premiers à le faire sur scène, dans son spectacle « Enfin gentil », en 1997. Depuis d’autres ont suivi, comme Marc-Olivier Fogiel, Stéphane Bern ou encore Frédéric Lopez, qui l’avait confié spontanément, en pleine émission, sur France 2, non pas par « désir de s’afficher », mais par refus du mensonge. Pour changer les mentalités. Pour qu’un jour, ce type de une ne soit plus exceptionnelle. Et qu’on y voie juste un couple. Une histoire. De l’amour. »

27 octobre 2017

A lire : «L’homophobie est la marque de tous les régimes autoritaires»

Classé dans : presse — dominique @ 6:47

tchechenie_russie_lgbtA Paris pour deux jours, Igor Kochetkov, cofondateur de l’association russe LGBT Network livre à Libé des éléments sur la dernière vague de répression contre les homosexuels en Tchétchénie.
Que savez-vous de la disparition du chanteur Zelimkhan Bakaev dont s’est émue la presse ces derniers jours ?
Nous savons que le 8 août, Zelimkhan Bakaev a été violemment arrêté par les forces de l’ordre à son arrivée à Grozny. En août, en Tchétchénie, il y a eu une nouvelle vague de répression contre des hommes homosexuels ou présumés du show business. Il y a trois semaines la chaîne officielle des autorités, GroznyTV, a ensuite diffusé une vidéo montrant Bakaev dans un appartement situé selon eux en Allemagne. Or cette vidéo est «fake». De plus, nous savons de sources diplomatiques qu’il ne s’est pas rendu en Europe. Cependant, l’information de sa mort, publiée dans plusieurs médias internationaux, n’est pas avérée.
Cette disparition est-elle le signe de l’intensification de la répression ?
L’échelle de la répression est moindre qu’en début d’année, mais la purge continue et doit nous alerter. Je ne peux rien dire de plus sur le profil des victimes parce qu’elles courent toujours un grand danger.
Quelle a été l’ampleur de la répression anti-LGBT cette année ?
Cela fait des années que le pouvoir tchétchène pratique détentions et exécutions arbitraires. C’est l’ampleur du phénomène depuis février qui est sans précédent. Comme il n’y a pas eu d’enquête officielle, il est impossible de savoir le nombre exact de victimes. Nous estimons à plusieurs centaines le nombre d’hommes arrêtés, détenus et torturés en raison de leur orientation sexuelle.
Combien de personnes ont-elles pu être exfiltrées depuis la Tchétchénie et vers quels pays ?
Depuis avril, nous avons exfiltré 80 personnes depuis la Tchétchénie vers le reste de la Russie. Un quart de ces hommes ont été arrêtés, détenus, torturés puis libérés par la police locale. Les autres nous ont demandé de l’aide parce que leurs amis (…)
 Lire la suite sur Liberation.fr

31 août 2017

le guide Spartacus va passer en numérique

Classé dans : presse — dominique @ 17:18

1Conséquence des graves difficultés économiques de groupe allemand Bruno Gmünder GmbH, le célèbre guide gay « Spartacus » va être cédé au groupe de médias « Blu » de Berlin.
Celui-ci reprendra les marques « Spartacus International Gay Guide », « Spartacus Traveler » ainsi que le domaine m-maenner.de.
« blu » est l’éditeur de cinq magazines Metropolis à Berlin, Hambourg, Francfort-sur-le-Main, Munich et Cologne, ainsi que le titre de style de vie « Mate ».
Si « Spartacus Traveler » continuera à exister sous sa forme actuelle, le repreneur annonce que « Spartacus », le guide de voyage gay, publié depuis 1970, n’aura plus d’édition imprimée et sera exploité en numérique et sous forme d’une application

23 août 2017

Stéphane Bern présente pour la première fois son compagnon Lionel en Une de Paris Match

Classé dans : people,presse — dominique @ 16:02

berneC’est dans la prochaine édition de Paris Match à paraître demain que Stéphane Bern présente pour la première fois son compagnon, Lionel, avec qui il prend la pose en Une.
Le magazine a été reçu dans la propriété du couple située dans la province du Perche, dont les travaux viennent de s’achever, ainsi
que la réhabilitation du musée de Thiron-Gardais.
L’animateur de France 2 explique: « Je voulais laisser une trace. Je sais qu’il ne restera rien de mes émissions de radio, de télé, que mon nom ne dira rien aux générations futures. Restera l’œuvre d’une vie. Maintenant que les travaux sont achevés, j’ai très envie de profiter de cet endroit au maximum. J’essaie d’y venir au moins un week-end par mois. »
Et d’ajouter: « Ce qui ne m’a pas empêché, cet été, d’ouvrir au public le musée et les jardins, conçus par le paysagiste Louis Benech.
« J’ai l’impression d’avoir été pris de longues années dans un tourbillon, une spirale infernale. Maintenant, je souhaite faire uniquement des choses qui me correspondent. J’ai remplacé mes déjeuners par une heure de sport et n’accepte pratiquement plus de dîners mondains. », confie-t-il.
Et d’évoquer Thiron-Gardais: « François Bonneau, le président du conseil régional, m’a demandé d’être le parrain de tout ce qui se fait dans le Val-de-Loire. Auparavant, j’adorais partir quatre jours en Grèce. Maintenant, je préfère mille fois être à la campagne, où je deviens un acteur de la vie sociale et culturelle avec l’impression d’être un citoyen engagé. »

17 août 2017

Hanouna revient sur la polémique du canular homophobe

Classé dans : people,presse — dominique @ 15:53

Exclu-Public-Cyril-Hanouna-sa-couverture-inattendue-pour-un-magazine-gayPour la 1re fois depuis la polémique, Cyril Hanouna s’est confié à Paris Match.
En vacances dans sa maison cannoise, Cyril Hanouna a accepté de répondre aux questions des journalistes.
L’animateur de 42 ans avait reçu 20.000 plaintes du CSA et écopé d’une amende de 3 millions d’euros pour ce énième écart de conduite. « Qu’on me qualifie d’homophobe m’a mis en colère », se défend celui qui ne met « pas à l’antenne un mec parce qu’il est noir, juif, arabe ou gay mais parce qu’il est bon ! Ce canular n’avait pas lieu d’être, je me suis excusé publiquement très vite. C’est du passé ».
Selon l’animateur – dont la société de production affiche un chiffre d’affaires de 59 millions d’euros -, il y a eu « une grosse manipulation ». Il dénonce un mauvais canular qui visait à attiser des braises afin de le fragiliser lui, son émission, sa société et Vincent Bolloré. « On a fait un joli tir groupé » , dénonce-t-il. Des critiques qui, loin de l’affaiblir, n’ont fait que renforcer sa détermination pour l’année prochaine, peut-on lire.
« Si demain je ne fais plus que 200.000 téléspectateurs, tout le monde me trouvera très sympathique » , déplore le trublion du PAF dans les pages de Paris Match à qui il a accordé une interview exclusive. « C ’était d’ailleurs le cas il y a plusieurs années et je faisais la même chose. Les intérêts industriels en jeu sont tels que toutes les critiques envers l’émission s’apparentent à de la guerre économique. Le gros du public de Touche pas à mon poste ne regarde plus la télévision, il est sur le Net, sur YouTube ou les réseaux sociaux. Chaque soir, nous le ramenons dans le giron télévisuel. Cela donne à tout ce qu’on dit, à tout ce qu’on fait, une puissance incroyable. Nous avons su créer une vraie famille. »

2 août 2017

Jordanie : le seul webzine LGBT+ menacé de censure

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,presse — dominique @ 14:57

Jordanie : le magazine My Kali  ne reçoit pas de menaces de mort comme cela a été indiqué dans les médias internationaux dans presse 0122Lundi, la députée jordanienne Dima Tahboub, issue des rangs des Frères Musulmans (IAF — جبهة العمل الإسلامي), a déposé une plainte à l’encontre de My.Kali, unique média LGBT+ de Jordanie .
Pour cette députée, ouvertement opposée à toutes formes de droits pour les homosexuels en Jordanie, le média LGBT représentait «un prosélytisme dangereux pour les valeurs d’un des rares pays de la région à ne pas pénaliser l’homosexualité».
Elle a donc utilisé l’article 49 de la loi de la presse pour s’attaquer à My.Kali et exiger son extinction. L’article 49 concerne la licence et les droits du magazine, pas sa ligne éditoriale.
Devenu une référence dans le monde arabe, le magazine serait désormais interdit, en effet le gouvernement a en effet pris la décision de bannir le webzine LGBT+ .
Le e militant gay Khalid Abdel-Hadi a l’idée du magazine en 2007 à la suite d’un article dans la presse islamique qui le traitait publiquement de « pervers ».
Il paraît d’abord uniquement en anglais, afin de garder une certaine confidentialité dans le monde arabe. Le magazine ayant acquis une longévité et devant les demandes, My.Kali sort à partir de 2016 également en langue arabe.
En 2016, le magazine est accusé sur internet de « saper les traditions et la culture jordanienne » et de « chercher à répandre l’homosexualité ». Il est aussi menacé d’être interdit s’il est publié en version papier sans autorisation.
« Le magazine a pour mission de maintenir une visibilité et d’être une voix récurrente, forte et puissante de la communauté LGBTI+ au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. À travers le magazine, nous promouvons l’acceptation, l’individualité, et des perspectives différentes sur le genre et la sexualité. Ce webzine reflète la difficulté d’être à la fois arabe et une personne LGBTI+».( Wikipedia)

19 juillet 2017

Têtu magazine : retour difficile

Classé dans : presse — dominique @ 6:19

tetuLe magazine TETU, revenu en kiosque en mars 2017, vient de publier son numéro de l’été : « PROMENONS-NOUS ! ».
La reparution imprimée du magazine Têtu s’avère difficile. Selon les chiffres donnés par l’éditeur le premier numéro de la nouvelle formule s’est vu à 16.000 exemplaires et le suivant à 13.000.
Des chiffres plutôt faibles au regard de la notoriété du titre et des records atteints au plus haut du magazine qui flirtait avec les 50.000 exemplaires.
Des changements au sein de l’équipe éditrice sont prévus : Julien Maquaire et Yannick Le Marre, fondateurs de la société Idyls, propriétaire de la marque Têtu, ont fait savoir au site Yagg qu’ils allaient quitter la tête de l’entreprise d’ici la fin de l’été.
Christophe Vialle leur succèdera avec la difficile mission de faire évoluer le magazine et l’exploitation de la marque vers la rentabilité.
Passé entre plusieurs mains, Têtu n’est jamais parvenu à atteindre le seuil de la rentabilité en plus de 20 ans d’existence.
Têtu a été fondé en 1995 par Didier Lestrade et Pascal Loubet, avec l’argent de Pierre Bergé, qui est resté propriétaire du titre pendant dix-huit ans. Jean-Jacques Augier l’a racheté en 2013, mais face aux difficultés du titre, l’homme d’affaires a dû placer la société éditrice du titre en redressement judiciaire. Faute de repreneur, l’entreprise a été liquidée le 25 juillet 2015. La marque Têtu a ensuite été rachetée par Julien Maquaire et Yannick Le Marre, avec leur entreprise Idyls, en novembre de la même année

28 juin 2017

Cyril Hanouna en couverture d’un magazine gay

Classé dans : presse — dominique @ 5:58

Exclu-Public-Cyril-Hanouna-sa-couverture-inattendue-pour-un-magazine-gayQuelques semaines après la diffusion d’un canular qui piégeait des homosexuels dans TPMP, la polémique n’est pas encore retombée. Accusé d’homophobie, Cyril Hanouna est maintenant pris pour cible par un magazine LGBT.
Pour son 10ème numéro, Garçon Magazine a décidé de taper un grand coup. Et c’est Cyril Hanouna qui a été choisi pour faire la couverture du tirage d’été. Loin d’être un honneur, cette une choc montre Cyril Hanouna, avec du ruban adhésif (aux couleurs du drapeau gay) collé sur les lèvres. Une façon de censurer l’animateur star de C8, qui est au coeur d’un gros scandale depuis des semaines.
Le 18 mai dernier, lors du prime de son émission, TPMP, il s’était amusé à piéger des jeunes homosexuels au téléphone, après avoir publié une annonce racoleuse qui promettait un tête-à-tête avec un homme « musclé ». Le canular avait aussitôt fait l’objet de nombreuses plaintes devant le CSA et les sponsors avaient tourné le dos à la chaîne.
Depuis, le gendarme de l’audiovisuel s’est prononcé sur deux autres séquences de TPMP datant de 2016, et a sanctionné l’émission de 3 semaines sans publicité, en juin. Toutefois, aucun jugement n’a encore été rendu concernant les accusations d’homophobie… pour le moment.
En couverture de Garçon magazine, en tout cas, on a déjà condamné l’animateur.
Pour introduire un dossier sur l’homophobie à la télévision, la rédaction a titré : « Cyril Hanouna est-il homophobe ? Touche pas à nos droits ! » ou encore « Cyril les gays en ont MARRE ! »
Ce 27 juin, pas de réponse de l’intéressé. Et pour cause, c’est Julien Courbet qui animait le talk show, en l’absence de son patron.
source :  Public.fr.

1 mai 2017

Emmanuel Macron torse nu en Une d’un magazine gay

Classé dans : presse — dominique @ 13:59

GM9-cover-sd-219x300Le magazine gay Garçon a décidé de le mettre en Une de son nouveau numéro, disponible en kiosque à partir du 29 avril. Mais au lieu de choisir une banale photo du candidat, la rédaction a préféré faire un photomontage où l’on voit son visage sur un corps de mannequin torse-nu. A côté, se trouve une citation, cette fois-ci bien réelle: « la communauté LGBT trouvera toujours en moi un défenseur ».
Contacté par Mashable, le rédacteur en chef du magazine, qui est également l’auteur de l’article sur Emmanuel Macron, s’est expliqué suite à cette Une polémique. « Il faut de temps en temps oser! », a expliqué Christophe Soret tout en reconnaissant qu’il pouvait « y avoir confusion dans l’esprit de certains » sur l’homosexualité du candidat à cause de la mention du dossier sur le coming-out en couverture. « Mais on dit clairement qu’il n’est pas gay, les choses sont claires dans l’article », a-t-il ajouté.
Et concernant le côté juridique, rien d’inquiétant à l’horizon: les publications semblent être protégées. « Nous avons le droit de faire un montage si on précise dans l’article que c’est un montage. Et de toute façon, le magazine est hébergé au Royaume-Uni, on dépend du droit anglais », a-t-il expliqué.
L’équipe d’Emmanuel Macron n’a pas tardé à réagir à ce photomontage. Sibeth Ndiaye, l’attachée de presse d’Emmanuel Macron, a expliqué au site Mashable : Utiliser son image sans son autorisation, ce n’est pas très élégant, ce n’est pas très agréable.

12345...14

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS