12 juin 2017

Elections législatives : Une série de candidats anti-LGBT balayés au 1er tour

Classé dans : politique — dominique @ 16:01

En_marche_logoLa République en Marche est en bonne voie pour obtenir une forte majorité à l’Assemblée Nationale le 18 juin prochain.
Le parti du nouveau président est arrivé largement en tête du 1er tour des élections législatives balayant nombre d’anciens députés issus des partis traditionnels. Et, parmi eux, une série de candidats anti-LGBT.
Ainsi, Henri Guaino, Jacques Myard, et Jean-Frédéric Poisson sont-ils éléiminés de la course pour le second tour.
Deux candidats issus de la Manif pour tous sont également élliminés : Anne Lorne et Sébastien Pilard, ancien président de Sens Commun.
Autre figure homophobe, Nicolas Dhuicq devra affronter un second tour difficile.
Philippe Gosselin et Marc Le Fur, tous deux opposants au mariage pour tous, sont en ballotage incertain.
Les candidats ouvertement gay ou gay friendly n’ont pas tos pour autant connu le succès.
Franck Riester est arrivé en tête dans la 5ème circonscription de Seine et Marne et devrait conserver son mandat.
Son collègue écologiste Sergio Coronado est par contre en très mauvaise posture dans sa circonscription des Français de l’étranger en Amérique Latine.
Le sénateur socialiste Luc Carvounas arrive second dans la 9ème circonscription du Val de Marne et va devoir batailler ferme pour l’emporter.
Le député PS gay-friendly Erwann Binet qui a été rapporteur de la loi sur le mariage pour tous a quant à lui été éliminé dans la huitième circonscription de l’Isère.
A Paris, Patrcick Bloche, rapporteur de la loi sur le PaCS est en ballotage défavorable pour le second tour.
Signalons encore qu’en Guadeloupe, Olivier Serva, qui a tenu des propos homophobes en 2012, mais a été investi par La République en Marche en2012 arrive en tête avec de fortes chances de l’emporter.

10 juin 2017

TETU : les 80 candidats à la députation qui sont contre les droits des LGBT

Classé dans : homophobie,infos,politique — dominique @ 9:56

lgbtTÊTU a listé au moins 80 candidats à la députation qui ont tenu des propos ouvertement homophobes pendant les débats sur le mariage pour tous, voté contre les droits des personnes LGBT ou activement soutenu la Manif pour tous.
80 potentiels futurs députés, sur les 577. Si ce n’est pas un chiffre affreusement élevé, cela reste tout de même alarmant en 2017. Cela montre surtout que les partis politiques qui les ont investis ne considèrent toujours pas la défense des droits des personnes LGBT comme une priorité dans leur programme, ni les propos homophobes comme des raisons valables de les exclure de leurs rangs. Si la grande majorité d’entre eux se représentent, d’autres sont candidats pour la première fois.
Le travail de TÊTU s’est appuyé sur l’enquête de Buzzfeed qui a fouillé les profils des candidats FN, sur l’Observatoire des déclarations homophobes de Libération, ainsi que sur le travail de recherche du compte twitter @AvisDefavorable.

En plus des 225 députés ayant voté contre la loi Taubira qui légalisait le mariage et l’adoption pour tous en 2013, au moins 23 élus les Républicains ont tenu de graves propos pendant les débats à l’Assemblée nationale et sont pourtant à nouveau investis par le parti de droite.
Tous leur propos homophobes ont été retrouvés par le compte Twitter @AvisDefavorable et par la rédaction de TÊTU.

A lire sur TETU

6 juin 2017

Investiture maintenue pour le candidat REM en Guadeloupe malgré ses propos homophobes

Classé dans : homophobie,infos,mariage - union civile,politique — dominique @ 14:36

En_marche_logoLa République en marche a confirmé vendredi l’investiture pour les élections législatives à Olivier Serva, qui se présente en Guadeloupe, malgré des propos homophobes tenus en 2012 lors du débat sur le mariage gay.
Olivier Serva, candidat dans la 1re circonscription de Guadeloupe, avait  été mis en cause cette semaine pour avoir tenu des propos homophobes en 2012 sur un plateau de télévision, lors d’un débat autour du Mariage pour tous.
Il avait notamment qualifié l’homosexualité « d’abomination ». « Suite aux excuses présentées par Olivier Serva relatives aux propos qu’il avait tenus en 2012 – propos qu’il a regrettés et retirés dans un communiqué en date du 31 mai – son investiture a été maintenue », a indiqué la République en marche.

L’ambiance est électrique ce 24 octobre 2012 sur le plateau de l’émission Buzz Première.  Pour débattre de la loi sur le Mariage pour tous, la prod a pensé à deux francs-tireurs qui n’ont pas la langue dans leurs poches. D’un côté David Auerbach Chiffrin, porte-parole de Total Respect , une association de lutte contre l’homophobie. De l’autre Olivier Serva, Président du mouvement politique local Eko Zabym.
Entre les deux protagonistes, le ton monte rapidement. Dès sa première prise de parole, Oliver Serva, farouchement opposé au mariage homosexuel, s’emporte « Être tolérant, ce n’est pas accepter l’intolérable. Pour le chrétien que je suis, quand je lis la Bible, il est écrit qu’un homme qui couche avec un homme ou une femme avec une femme, c’est une abomination. »
Trois minutes plus tard, il s’exclame : « Bien sûr que c’est un péché [le mariage homosexuel]. La Bible le dit. »
« L’homosexualité est un choix, une préférence sexuelle qui est de l’ordre privé », déclare-t-il. Selon lui « la société guadeloupéenne n’est pas prête » pour le Mariage pour tous :il s’agit d’une loi « en catimini par quelques lobbys qui influencent les députés »

« Ce sont des propos que je regrette profondément et qui ne correspondent plus à mes convictions », avait déclaré Olivier Serva à l’AFP.
La République en marche a pour l’heure retiré l’investiture à deux candidats : Pierre Cabaré (1re de Haute-Garonne), qui n’avait pas déclaré sa peine d’inéligibilité d’un an en 2003; Charles Gélin (5e de Charente Maritime) « suite aux propos violents qu’il a tenus sur les réseaux sociaux sur Israël ».

 

22 mai 2017

Gérald Darmanin revient sur ses prises de position antérieures sur le mariage pour tous

Classé dans : politique — dominique @ 15:55

darmaninGérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics depuis mercredi, a répondu aux critiques sur ses prises de position antérieures, CSG et mariage pour tous en tête, dans un entretien accordé à la Voix du Nord.
Il explique dans une interview accordée à La Voix du Nord, publiée ce dimanche 21 mai, rester un homme de droite, fidèle à ses convictions.
Il se présentait comme le défenseur de la baisse d’impôts et ce sera finalement lui qui sera chargé d’instaurer l’augmentation de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) voulue par Emmanuel Macron. « Ce n’est pas trahir mes convictions que de défendre ce projet-là », affirme-t-il au quotidien régional, en précisant que « la CSG est un bon impôt, juste et sans niches » et qu’ « au final, les Français auront un gain de pouvoir d’achat car, en échange d’une hausse de 1,7 point de CSG, il y aura moins de cotisations sociales. »
Pour lui, il n’y a pas de doute : « Ce gouvernement sera celui de la baisse de l’impôt sur les sociétés et de la baisse des charges. »
Autre sujet chaud : le mariage pour tous. A La Voix du Nord, il répond n’avoir jamais adhéré à la Manif pour Tous. « J’ai voté contre ce texte car j’étais partisan de l’union civile. Evidemment, aujourd’hui il ne faut pas remettre en cause le mariage homosexuel. » En tant que maire, il avait également affirmé qu’il refusait de marier deux personnes du même sexe. Une déclaration qu’il juge aujourd’hui « abrupte » et qu’il « regrette si elle a pu blesser ». 

18 mai 2017

Gerard Darmanin rattrapé par ses tweets anti mariage pour tous

Classé dans : homophobie,infos,mariage - union civile,politique — dominique @ 6:33

darmaninL’arrivée au gouvernement de Gérald Darmanin, qui s’est opposé à l’ouverture du mariage agace, surtout qu’il a été nommé le jour de la lutte mondiale contre l’homophobie.
Emmanuel Macron veut que « chacun puisse aimer librement », « Contre la haine, nous lutterons pour que chacun puisse aimer librement. Je serai le garant d’une France ouverte et tolérante ».
Cette déclaration du président sur tweeter à l’occasion de la journée mondiale contre l’homophobie aurait pu être bien accueillie s’il n’avait pas invité Gérald Darmanin à rejoindre son gouvernement quelques heures plus tôt, se sont désespérés des internautes.
Après la nomination d’Édouard Philippe à Matignon, Macron a poursuivi mercredi son pari sur la recomposition politique en choisissant des ministres de gauche, du centre et de la droite. Parmi eux, les Républicains Bruno Le Maire, qui se voit confier Bercy, et Gérald Darmanin, qui va au Bugdet. Problème pour les défenseurs de la cause LGBT: ce dernier s’est vigoureusement opposé à l’ouverture du mariage pour tous.
Plusieurs utilisateurs de Twitter ont répondu au président en repartageant des tweets ou déclarations publiques de Darmanin datant de 2012 et 2013, dans lesquelles il s’opposait à l’égalité entre les couples de sexe opposé et de même sexe:
La position de l’homme politique de 34 ans, élu maire de Tourcoing en 2014, n’a pas échappé non plus à la maire de Paris.
Au milieu des nombreux messages partagés dans la journée pour montrer que « Paris est fière de défendre les droits des personnes #LGBTI », Anne Hidalgo a retweeté la déclaration du nouveau ministre qui promettait en 2013 qu’il ne « célébrerait pas personnellement de mariages entre deux hommes et deux femmes » s’il accédait à la mairie.
Une critique claire à laquelle Gérald Darmanin a répondu: « Chère Anne Hidalgo, le mariage pour tous est la loi de la République pour tous: je l’ai déjà dit, il n’est pas question de la remettre en cause ».
En 2014, au micro de Jean-Jacques Bourdin, il réclamait pourtant encore que la loi soit supprimée. Alors porte-parole de la campagne de Nicolas Sarkozy, il affirmait: « la loi Taubira sera abrogée, réécrite profondément »

17 mai 2017

Le directeur des jeunes du FN favorable à une interdiction de la “propagande gay” comme en Russie

Classé dans : homophobie,infos,politique — dominique @ 6:07

FNLe Lab a repéré sur Sud Radio une intervention de Julien Rochedy, président du Front national de la jeunesse et candidat du Front national à Montélimar.
Julien Rochedy, directeur du Front national de la jeunesse et candidat frontiste pour les élections municipales à Montélimar (Drôme), était l’invité d’un débat sur l’antenne de Sud Radio, mercredi. Il s’est déclaré favorable à une loi interdisant la « propagande homosexuelle », identique à celle qui est actuellement en vigueur en Russie :  « Ce que j’en sais, c’est que la loi interdit la propagande LGBT à l’école. A priori, oui j’aimerais cela. Et dans les rues et sur les murs aussi, pourquoi pas. Vous délirez complètement aussi sur la Russie. Les homosexuels seraient tués en Russie, je ne sais pas quoi, j’ai entendu des trucs… »
Au mois de juin 2013, le président Vladimir Poutine a promulgué une loi interdisant la « propagande pour les relations sexuelles non traditionnelles devant mineur », prévoyant de fortes amendes pour les contrevenants et, pour les étrangers, elle peut les conduire à être emprisonnés pour quinze jours, avant d’être expulsés manu militari. Cette loi a provoqué un tollé général auprès de la communauté internationale.
La gay pride a été interdite à Moscou, pour les 100 ans à venir.

7 mai 2017

présidentielle

Classé dans : politique — dominique @ 6:36

emmanuel-macron-et-marine-le-pen-au-deuxieme-tour

faut-il vous faire un dessin? 

4 mai 2017

Appel à voter Macron des trois grandes autorités juive, protestante et musulmane

Classé dans : politique,religion — dominique @ 17:17

religionLes trois principales autorités religieuses juive, protestante et musulmane, le grand rabbin de France Haïm Korsia, le pasteur François Clavairoly et le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Anouar Kbibech ont appelé jeudi « au vote républicain pour Emmanuel Macron », dans une déclaration « d’une même voix ». »Nous, profondément attachés aux principes républicains de notre devise ‘liberté, égalité, fraternité’, comme aux valeurs universelles d’accueil, d’ouverture à l’autre et de solidarité, invitons les Français à se mobiliser (…) pour faire triompher, par la voie des urnes, la France généreuse, tolérante et ouverte sur le monde », ont écrit les trois responsables, à trois jours du second tour de la présidentielle.
D’ »une même voix », rappeler les « fondements humanistes »
« Parce qu’il ne suffit plus aujourd’hui de ‘faire barrage au Front national’, il est indispensable de rappeler, et d’une même voix, les fondements humanistes qui nous animent et pour lesquels nous oeuvrons quotidiennement », ont-ils souligné, en précisant: « Créer du lien, des moments de partage, venir en aide aux personnes les plus démunies ou esseulées, là est le coeur de notre mission, que nous souhaitons pouvoir continuer à mener sereinement dans notre pays ».Pour ces dignitaires religieux, « rien n’est supérieur à la paix et seul le vote républicain pour Emmanuel Macron garantit une France forte de toute son histoire, confiante dans son avenir et dans sa capacité à rayonner dans le monde ». »Bien conscients que nos fonctions nous obligent à la neutralité politique, mais avant tout citoyens responsables, nous appelons donc clairement à voter pour Emmanuel Macron dimanche », ont-ils conclu.

Débat présidentiel : 2h30 d’invectives entre Macron et Le Pen

Classé dans : politique — dominique @ 7:02

le penLes deux candidats se sont affrontés avec une violence inédite dans une joute confuse, dont Emmanuel Macron semble être sorti vainqueur.
Selon un premier sondage Elabe pour BFM TV, l’avantage a été à Emmanuel Macron : il a été jugé le plus convaincant par 63 % des téléspectateurs interrogés, contre 34 % davantage convaincus par Marine Le Pen.
L’enjeu était d’importance. Car si les sondages donnent Emmanuel Macron vainqueur le 7 mai, avec 59 ou 60 % des voix, 18 % des personnes certaines ou quasi certaines d’aller voter dimanche n’expriment aucun choix à ce stade, selon un autre sondage Elabe publié mardi.
Dès les premières minutes, le ton était donné. C’est la candidate du Front national qui a donné le « la », ouvrant 2017, le débat par une attaque frontale contre le candidat d’En marche !. Avec une stratégie : en faire le responsable du bilan de François Hollande : « M. Macron est le candidat de la mondialisation sauvage, de l’ubérisation, de la précarisation, du communautarisme, de la guerre de tous contre tous », « tout cela piloté par M. Hollande à la manœuvre », a lancé Mme Le Pen à son adversaire, qu’elle appelle « M. le ministre de l’Économie, M. le conseiller de M. Hollande ».
La grande prêtresse de la peur, elle est en face de moi !
« Vous n’êtes pas la candidate de l’esprit de finesse » ni « de la volonté d’un débat démocratique équilibré et ouvert », a rétorqué M. Macron, après avoir écouté sa rivale mains jointes sous le menton, les yeux braqués dans les siens. À son « esprit de défaite », il a opposé « l’esprit de conquête » qu’il veut incarner.
Mme Le Pen a présenté son « arrogant » adversaire comme « à plat ventre » face à ses maîtres supposés. « La France sera dirigée par une femme », « moi ou Mme Merkel », a-t-elle lâché.
Alors qu’en 2002 Jacques Chirac avait refusé le débat face à Jean-Marie Le Pen, qualifié au second tour à la surprise générale, Emmanuel Macron avait tenu à livrer un match. 

3 mai 2017

Christiane Taubira: le vote en faveur d’Emmanuel Macron est un « acte de raison »

Classé dans : politique — dominique @ 15:38

taubiraCe mardi 2 mai, l’ex-garde des Sceaux, Christiane Taubira a détaillé les raisons de son vote en faveur du candidat d’En Marche! dans une vidéo diffusée par Konbini. Elle déclare :
Je viens à vous pour vous inviter à aller voter dimanche 7 mai et à voter [Emmanuel] Macron. Je ne vous parle pas d’adhérer à son programme, moi-même je n’y adhère pas et en matière électorale l’adhésion est affaire de premier tour. Je ne vous propose pas de vous laisser envoûter. Moi-même je préfère les arguments aux incantations. Je ne vous dirai pas non plus que si vous n’y alliez pas, ce sera l‘apocalypse, ça ressemblerait à du chantage. Même si à coup sûr le FN rendrait la société française plus vulnérable, plus divisée plus meurtrie. L’Europe plus faible, le monde plus dangereux. Je ne vous invite pas à un geste d’enthousiasme, mais à un acte de raison. […] Vous pouvez faire du vote de dimanche si vous êtes nombreux et visibles non un acte d’allégeance ou une délégation mais l’affirmation de votre présence et de votre volonté. Mon propos est totalement libre : aucun contact, aucun calcul. Je n’offre rien, je ne demande rien. Mon seul souci, c’est vous, c’est nous, ce que nous entendons être et ce que nous entendons être au monde.
Un peu plus tôt dans la journée, Christiane Taubira avait déjà appelé à voter pour le candidat d’En Marche! « sans arrangement, pacte ni faux-semblant » dans une tribune au Monde.
L’ex-ministre de la Justice, qui avait soutenu le candidat du PS Benoît Hamon pendant la campagne, avait délivré des arguments en faveur des électeurs de gauche tentés par l’abstention, un vote blanc ou nul :
Il s’agit de dire qui nous sommes et ce que nous comptons faire de nous-mêmes et avec les autres dans les années qui percent. Il s’agit de savoir si nous nous retirons de nous-mêmes sur la pointe des pieds. Cette fois, l’avenir ne se joue pas entre deux candidats. C’est de réappropriation qu’il s’agit. Nous ne déléguons pas. Nous signifions. Qu’importe qu’ils en soient conscients ou non. Il s’agit pour nous de décider.
Pour Christiane Taubira, il ne s’agit pas pour autant de réaliser un front républicain contre le FN. « Aussi, n’en appelons-nous pas à un front républicain. Ni arrangement ni pacte ni faux-semblant », a-t-elle souligné. Partie du gouvernement de Manuel Valls fin janvier 2016 après un « désaccord politique majeur » sur la déchéance de nationalité, l’ancienne ministre s’en était prise plusieurs fois au candidat Emmanuel Macron, voyant en lui « un pur produit du système » ou un exemple de « l’hémiplégie française ». 

12345...127

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS