17 septembre 2018

Bruno Julliard, le premier adjoint à la maire de Paris, a démissionné

Classé dans : politique — dominique @ 15:48

Bruno Julliard, le premier adjoint à la maire de Paris, a démissionné dans politique tumblr_inline_pf7fs526E21uj37u4_540Bruno Julliard, le premier adjoint d’Anne Hidalgo,a annoncé sa démission et s’est confié dans un entretien au Monde.
Il critique notamment les choix et la méthode d’Anne Hidalgo. A la manière de Nicolas Hulot, Bruno Julliard espère que son départ sera un « sursaut ».
« C’est un choix douloureux, pris en conscience. Depuis plusieurs mois, de vifs désaccords d’orientation et de méthodes de gouvernance nous ont éloignés. Anne Hidalgo m’a proposé de prendre la direction de sa campagne dans la perspective des élections municipales de 2020. J’ai pris, cet été, le temps de la réflexion avant de lui annoncer ce matin que je déclinais sa proposition. Ma démission est la suite logique de cette décision. Au lieu de s’ouvrir et d’engager le dialogue avec les Parisiens pour surmonter les difficultés actuelles, c’est le repli sur l’Hôtel de ville et le déni de sa part qui l’ont trop souvent emporté.
Le redressement nécessiterait des inflexions que je ne peux parvenir à entraîner, pas même à suggérer. Notre complémentarité initiale est devenue une incompatibilité. Je n’y crois plus. Je ne veux pas faire semblant ».
Le premier adjoint à la maire de Paris, Bruno Julliard, a donc décidé de quitter ses fonctions. Il aurait mûri ce choix pendant tout l’été. Bruno Julliard a prévenu Anne Hidalgo ce lundi 17 septembre, dans la matinée.
Bruno Julliard avait été le porte-parole d’Anne Hidalgo aux municipales de 2014. Il a refusé la proposition de la maire de Paris de devenir son directeur de campagne pour les futures élections municipales de 2020.
Il a  tenu à préciser qu’il ne souhaitait pas se présenter lui-même pour cette future échéance électorale :
« Aujourd’hui, une page se tourne. Après dix années de responsabilité dans l’exécutif parisien, je vais désormais réfléchir à un autre avenir professionnel. Ma démission ne répond à aucune stratégie personnelle, aucun plan caché. Je n’imagine pas sacrifier la sincérité de mes convictions pour le confort d’un mandat. Je sais que mon départ suscitera de l’incompréhension et de la déception dans nos rangs. Mais j’espère qu’il permettra un sursaut, que ma décision apportera un éclairage et une prise de conscience utiles. Il est urgent de mettre un terme aux manifestations intempestives des seules ambitions individuelles. Ce qu’attendent les Parisiens, ce sont des propositions concrètes pour améliorer leur cadre de vie ».
Bruno Julliard a dénoncé une gestion inefficace et solitaire de la part d’Anne Hidalgo.

15 août 2018

USA : Christine Hallquist, première candidate transgenre à un poste de gouverneur

Classé dans : infos,internationnal,politique,Trans — dominique @ 16:27

USA : Christine Hallquist, première candidate transgenre à un poste de gouverneur dans infos tumblr_inline_pdidluXDru1uj37u4_540Christine Hallquist a remporté mardi soir la primaire démocrate au poste de gouverneur du Vermont selon des résultats partiels cités par des médias américains et deviendrait, en cas de victoire en novembre prochain, la première femme transgenre élue gouverneure aux Etats-Unis.
Mais sa victoire à l’élection de novembre n’est pas assurée: son adversaire républicain sera le gouverneur sortant Phil Scott. Il a largement remporté sa primaire selon des résultats partiels diffusés par des médias.
En 2015, « Christine a pris la décision, après des années à le garder en elle, de devenir elle-même, une femme transgenre, devenant le premier dirigeant dans le pays à entamer sa transition alors en poste », précise une courte biographie disponible sur le site internet de sa campagne. Christine Allquist était alors dirigeante d’une entreprise.
« Travailler pour s’assurer que le Vermont reste un endroit spécial, inclusif et progressiste », « est ce qui motive Christine pour avoir l’honneur et l’opportunité de servir les gens du Vermont en tant que prochaine gouverneure », conclut la biographie.
En novembre dernier, une autre femme transgenre avait remporté une victoire historique. Danica Roem était devenue la première personne ouvertement transgenre à intégrer le parlement d’un Etat américain, la Virginie.

13 août 2018

Tunisie : manifestation contre le projet de loi sur les libertés

Classé dans : infos,internationnal,politique,religion — dominique @ 14:22

Tunisie : manifestation contre le projet de loi sur les libertés  dans infos marche-egalite-successorale-tunisieA l’appel de la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution, des milliers de personnes ont manifesté ce samedi contre un projet de loi visant l’égalité successorale, la dépénalisation de l’homosexualité et d’autres réformes sociétales.
Prêt de 7.000 personnes ont manifesté à Tunis contre les projets du gouvernement visant à renforcer les droits des femmes et des minorités, notamment des homosexuels, samedi dernier, à l’appel de la Coordination nationale pour défendre le Coran et la Constitution, un rassemblement islamiste.
Des participants de tout le pays ont assisté à un rassemblement devant le parlement, dont de nombreux religieux.
Les manifestants ont brandi des pancartes telles que « Non pour changer les paroles divines » et « Les Tunisiens respectent les enseignements de l’Islam ».
D’autres orateurs ont affirmé que les projets gouvernementaux violaient la Constitution et qu’une famille composée d’un homme et d’une femme avec des enfants était le noyau de la société.
Le rassemblement voulait contester le projet de loi du président Béji Caïd Essebsi qui prévoit des réformes du droit des femmes et des homosexuels. Une « Commission sur les libertés individuelles et l’égalité », créée par le président Essebsi, a présenté en juin un rapport préconisant en particulier la dépénalisation des rapports entres hommes qui restent très réprimés en Tunisie, même depuis la révolution.
La Commission conseille l’abolition complète de l’article 230, qui sanctionne les relations homosexuelles d’une peine allant jusqu’à trois ans de prison.
Ce lundi, plusieurs associations ont appelé à des rassemblements à Tunis pour exprimer leur soutien aux réformes envisagées. 

23 juillet 2018

Affaire Benalla : Morano colporte un hoax totalement bidon et homophobe

Classé dans : homophobie,infos,politique — dominique @ 16:41

Affaire Benalla : Morano colporte un hoax totalement bidon et homophobe dans homophobie morano-benallaL’affaire Benalla, du nom de l’ancien chargé de mission de Macron accusé de violences, a permis au hommes politiques et aux commentateurs de partager des articles et des caricatures prêtant une romance homosexuelle aux deux hommes.
Nadine Morano se distingue à nouveau à l’occasion de l’affaire Benalla. Elle a tweeté une info totalement bidon et homophobe à propos des relations entre le cogneur du 1er mai et Macron . A l’occasion de la récente Marche des Fiertés, elle avait déjà diffusé un montage à visée homophobe qui lui vaut une plainte d’associations (voir ici http://info-antiraciste.blogspot.com/2015/10/morano-petites-sanctions-de-sarkozy.html …)
L’article partagé par Madame Morano n’a jamais existé. Le journaliste prétendument auteur de l’article cité par Morano, Cédric Pietralunga, a tenu a rectifié la vérité.
La députée européenne a depuis supprimé son tweet.
Mais on peut aussi s’indigner de la réaction du rédacteur en chef du service politique de Paris Match, Bruno Jeudy.
Interrogé sur l’affaire, vendredi au micro de RMC, il n’a pas hésité :
« Sauf à découvrir que M. Benalla était plus qu’un proche du Président de la République, mais ça on n’en sait rien ».
Réaction immédiate sur le plateau : « Plus qu’un proche c’est tendancieux comme expression ! », lui lance un invité. « J’ai dit : ‘on ne sait pas’, reprend Jeudy. On verra si c’est plus qu’un proche… On ne connait pas exactement les liens de M. Benalla avec… », continue-t-il 

30 juin 2018

Macron et le mariage gay

Classé dans : mariage - union civile,politique — dominique @ 13:30

union
source : https://www.huffingtonpost.fr/

20 juin 2018

Philippines: la Cour suprême examine la légalisation du mariage gay

unionLa Cour suprême des Philippines a commencé à examiner les arguments en faveur du mariage gay.
La plus haute juridiction a été saisie par deux couples homosexuels qui se sont vu refuser le droit de se marier. Ils lui demandent d’abolir une loi de 1987 qui stipule que les mariages doivent être entre un homme et une femme.
L’audience s’est ouverte mardi et l’affaire devrait traîner en longueur.
Mais d’après les spécialistes, la décision de la cour revêtira une grande importance.
Avec le Vatican, les Philippines, où 80% des 100 millions d’habitants sont catholiques, sont le seul endroit au monde où le divorce est illégal. L’avortement est également interdit, en grande partie à cause de l’influence de l’Eglise.
Les plaignants ont cependant trouvé un allié en la personne du président Rodrigo Duterte, qui a exprimé son soutien pour le mariage gay.
Le président Duterte s’est heurté de front à l’Eglise qui critique sa guerre meurtrière contre le trafic de drogue.
En mai, les partisans du président à la Chambre des représentants ont approuvé la légalisation du divorce mais il est peu vraisemblable que le texte franchisse la rampe du Sénat.
Les dirigeants de l’Eglise sont vent debout contre la légalisation du divorce, du mariage gay et de l’avortement. L’Eglise a cependant perdu un long combat contre une loi sur la contraception et ses financements publics. 

19 juin 2018

GayLib rejoint le Mouvement radical

Classé dans : politique — dominique @ 14:44

GayLib rejoint le Mouvement radical dans politique gaylibLe mouvement LGBT de centre droit GayLib rejoint le Mouvement radical, fusion des ex-PRG et radicaux valoisiens, a annoncé lundi ce dernier dans un communiqué.
« La débâcle de la primaire puis de la présidentielle et le récent glissement fait vers la droite à travers le ‘slogan’ de l’UDI faisant tendre à une nouvelle UMP de moindre taille, nous sont difficiles à accepter. Les conditions politiques ne sont plus réunies », écrit GayLib dans un communiqué.
« Fidèle à son engagement en faveur des libertés et des droits des personnes LGBTI, le Mouvement Radical / Social-Libéral est fier d’accueillir GayLib en son sein », écrit de son côté le mouvement politique présidé par Sylvia Pinel et Laurent Hénart.
« En accueillant son premier organisme associé, notre mouvement montre la volonté d’élargissement et d’ouverture de la famille radicale », ajoute le Mouvement radical, annonçant sa présence aux côté de GayLib lors la Marche des Fiertés de Paris le 30 juin.
Ce mouvement groupusculaire, qui a compté dans ses fondateurs l’actuel responsable Front national Sébastien Chenu, a successivement été intégré à l’UMP puis à l’UDI. 

11 juin 2018

Jean-Marie Le Pen sera jugé mercredi pour des propos sur les homosexuels

Classé dans : homophobie,infos,politique — dominique @ 15:41

lepen jean marieJean-Marie Le Pen sera jugé ce mercredi à Paris pour provocation à la haine ou à la violence et pour injure publique.
Il est cité à comparaître par le parquet de Paris pour trois séries de propos sur les homosexuels.
En mars 2016, dans son «Journal de bord» vidéo publié sur son blog, l’ancien président du Front Nationnal avait affirmé: «Je crois que la pédophilie, qui a trouvé ses lettres de noblesse… interdites, mais tout de même, dans l’exaltation de l’homosexualité, met en cause toutes les professions qui approchent l’enfance et la jeunesse».
Puis en décembre 2016, interrogé par des journalistes du Figaro sur la représentation des homosexuels au sein du FN, il avait estimé que «les homosexuels, c’est comme le sel dans la soupe: s’il n’y en a pas assez c’est un peu fade, s’il y en a trop c’est imbuvable».
L’association Mousse, qui lutte contre les discriminations homophobes et sexistes, avait porté plainte après ces deux sorties, «provocations inacceptables à la haine d’autrui et à la haine de soi», selon son avocat, Etienne Deshoulières.
L’ex-dirigeant frontiste est également poursuivi pour avoir commenté en avril 2017 les obsèques du policier tué dans un attentat jihadiste sur les Champs-Elysées, Xavier Jugelé, au cours desquelles son compagnon s’était exprimé.
«Je pense que cette particularité familiale doit être tenue à l’écart de ce genre de cérémonie, qui gagnerait d’ailleurs à plus de discrétion», avait lancé M. Le Pen dans le même «Journal de bord».
Etienne Cardilès, compagnon de Xavier Jugelé, s’est constitué partie civile. Il «attend une condamnation ferme de propos haineux tant envers un policier mort au service de la nation, que d’une communauté à laquelle est nié le droit d’exprimer publiquement sa peine», a indiqué son conseil, Thibault de Montbrial.
Jean-Marie Le Pen «n’a rien contre les homosexuels», affirmait en février son avocat, Me Frédéric Joachim. «Il revendique surtout son droit à exprimer une opinion, il a d’ailleurs une représentativité pour le faire en tant que parlementaire».
Le cofondateur du Front national, qui fêtera ses 90 ans dans quelques jours, sera présent devant la 17ème chambre correctionnelle, selon son avocat. Initialement prévu en février, le procès avait été reporté.
En mars, Jean-Marie Le Pen avait assuré dans le magazine gay Friendly n’être «pas du tout» homophobe. «D’ailleurs, la plupart de mes collaborateurs sont homosexuels», déclarait l’ancien candidat à la présidentielle.

11 avril 2018

François Hollande regrette de ne pas avoir légalisé la PMA pour les couples de femmes

Classé dans : homoparentalité,politique — dominique @ 17:37

François-HollandeDans un livre intitulé Les leçons du pouvoir (Stock), qui vient de paraître, François Hollande revient sur ces cinq années à la présidence de la République.
Il évoque son regret de ne pas avoir fait voter la PMA. Il explique ne pas l’avoir inclus dans son programme — même s’il rappelle s’être prononcé en sa faveur dans un entretien à Têtu, car il « pressentait la dureté de la bataille qui allait s’engager pour le mariage et l’adoption ».
« A l’époque, l’adjonction de la PMA au projet, outre qu’elle requérait l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique, obligeait à anticiper la révision des lois bioéthiques. Son ajout à la loi aurait alimenté la propagande des opposants au mariage pour tous, qui auraient utilisé l’argument de l’ »engrenage fatal », qui va de la reconnaissance des droits des homosexuels à la Procréation médicalement assistée et à la gestation pour autrui, laquelle pose des problèmes éthiques autrement plus délicats, avec la « marchandisation des corps », que je refuse. J’ai préféré d’abord gagner la bataille du mariage et de l’adoption pour tous, avant d’aller plus loin» explique t’il .
« Je m’en suis néanmoins voulu d’avoir manqué d’audace », admet il « Les femmes homosexuelles qui veulent enfanter sont encore soumises à un parcours d’obstacles injustifié, doublé d’une injustice sociale puisque seules les plus favorisées peuvent en bénéficier à l’étranger. »
Il conclut: « Il s’agit là de l’amour filial. Comment peut-on encore se mettre en travers de cette évolution? » La réponse à cette dernière question se trouve dans les quatre dernières années de son quinquennat.

2 avril 2018

Costa Rica : le candidat pro-mariage gay élu président

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile,politique — dominique @ 17:27

1Le candidat de centre gauche Carlos Alvarado a largement remporté la présidentielle au Costa Rica, au terme d’une campagne marquée par de profondes divisions sur le mariage gay et la place de la religion.
Avec 60,74% des voix, selon des résultats portant sur 95,58% des votes annoncés officiellement dimanche soir, cet ex-ministre du Travail de 38 ans devance au second tour son adversaire, le pasteur évangélique Fabricio Alvarado, 43 ans, qui a obtenu 39,3%.
Les deux hommes n’ont pas de lien de parenté bien que portant le même patronyme.
A l’annonce du résultat, les partisans de Carlos Alvarado massés sur une place de la capitale ont hurlé de joie, agitant drapeaux jaunes et rouges aux couleurs du Parti action citoyenne (PAC), formation au pouvoir créée en 2000 et qui remporte ainsi sa deuxième présidentielle consécutive.
Le débat sur le mariage gay s’était imposé dans l’élection. Fervent défenseur des droits de l’homme, Carlos Alvarado a affiché son soutien au mariage homosexuel –actuellement interdit dans le pays– auquel s’opposait son adversaire, également ancien député et candidat du parti Restauration nationale (RN, lié aux églises néo-pentecôtistes). Les deux rivaux étaient au coude-à-coude dans les sondages.
L’évangélique était arrivé en tête au premier tour, se détachant du peloton des 13 candidats grâce à une prise de position très ferme contre le mariage entre personnes de même sexe après une récente décision de justice qui affecte tout le continent.
Le 9 janvier, la Cour interaméricaine des droits de l’Homme (Cour IDH), institution émanant de l’Organisation des Etats américains (OEA), avait exhorté les pays de la région à reconnaître le mariage homosexuel, marquant une évolution majeure en Amérique latine. Le candidat évangélique s’était dit prêt à retirer son pays de la Cour.
Carlos Alvarado, élu pour quatre ans, est favorable à la laïcité de l’Etat dont il prône plus d’intervention dans l’économie. Il a déclaré vouloir « unir » le pays pour le faire « aller de l’avant ».

12345...131

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS