9 février 2019

Irlande : Une entreprise condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,mariage - union civile,politique — dominique @ 17:45

mariage gayUne entreprise de conception et d’impression a été condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil de cet homme avec son partenaire de longue date.
Cela fait suite à une décision historique de la Commission des relations de travail (WRC) qui a établi que l’entreprise Beulah Print and Design a fait preuve de discrimination à l’encontre de Jonathon Brennan (33 ans) en raison de son orientation sexuelle lorsque celle ci a refusé d’imprimer les invitations.
Le juge Orla Jones a ordonné à la société  de verser la somme de 2 500 euros à Brennan pour la discrimination visée à l’article 3 de la loi sur l’égalité de statut.
Dans l’affaire, Brennan a contacté Beulah Print and Design en mars 2015 pour l’impression des invitations à la cérémonie du partenariat civil avec son partenaire, John Kierans (39 ans).
Cependant, Brennan a déclaré lors de l’audience au WRC qu’il était « choqué et gêné » lorsque Beulah a refusé de prendre l’affaire, car il avait fait affaire avec Beulah pendant quatre ans avant mars 2015 pour son salon de coiffure et n’avait jamais eu de problème avec eux.
Brennan a déclaré à l’audience que le copropriétaire de Beulah lui avait dit qu’il ne pouvait pas imprimer les invitations, car lui et son partenaire commercial étaient des chrétiens croyant en la Bible, ne croyaient pas en l’homosexualité et ne soutenaient pas le mariage homosexuel.
Brennan a déclaré que Beulah lui avait dit qu’ils refuseraient de la même toute demande pour imprimer des photos d’une femme nue en raison de leurs croyances religieuses.
Brennan a dit à Beulah qu’ils avaient été heureux de prendre son argent pour d’autres commandes, mais pas lorsqu’il s’agissait d’invitations pour son partenariat civil.
Brennan a déposé sa plainte pour discrimination le 29 avril 2015 et lors de l’audience devant la WRC, le copropriétaire de Beulah a expliqué qu’il avait déjà refusé d’imprimer d’autres formes d’imprimerie lorsqu’il s’était opposé à son contenu en raison de ses convictions religieuses.
Le copropriétaire de Beulah a déclaré que le 4 mars 2015, il pensait que Brennan comprenait et acceptait ce qu’il avait dit et qu’il était ensuite allé lui serrer la main, mais Brennan ne lui avait pas rendu la pareille.
Beulah a déclaré à la WRC que le refus de ce service n’était pas dû à l’orientation sexuelle de Brennan, qui lui avait déjà fourni des services d’impression pour son entreprise de coiffure et ne s’opposait pas à lui fournir un service d’impression, mais s’opposait à fournir un service d’impression en ce qui concerne de quelque chose qui était contraire à leurs croyances.
Beulah a déclaré qu’il s’agissait de l’objet de la demande et non de la personne qui avait demandé le service.
union Beulah a déclaré que par le passé, elle refusait d’imprimer des affiches pour un événement de strip-teaseur dans un pub et refusait également d’imprimer des éléments pornographiques, ces demandes étant contraires à leurs convictions religieuses.
Beulah a déclaré qu’ils auraient refusé la même demande si celle-ci avait été faite par une personne d’orientation sexuelle différente et que l’entreprise compte de nombreux clients homosexuels
Dans ses conclusions, Jones a déclaré que Beulah avait confirmé à l’audience que son service d’invitation au mariage était accessible aux couples hétérosexuels. Il était donc clair que Brennan aurait pu utiliser ce service s’il avait été un homme hétérosexuel.
Le Juge Jones a constaté que Beulah avait refusé un service à Brennan qui était librement disponible pour les couples hétérosexuels.
Elle a dit qu’il était clair que quelles que soient les raisons pour lesquelles Beulah avait refusé de fournir à Brennan le service d’invitation de mariage, Brennan aurait pu accéder à ce service sans le fait qu’il soit un homme gay.
Elle a conclu: «Je suis donc convaincue qu’en refusant de fournir le service au plaignant, l’intimé a fait preuve de discrimination à son égard en raison de son orientation sexuelle. »
Dans une déclaration sur les résultats de la WRC, Beulah déclare qu’ils ont rejeté les conclusions de la WRC : «Nous avons simplement agi conformément à la lumière de notre propre conscience en tant que disciples du Christ».
La société a déclaré ne pas avoir refusé le service de Brennan «en raison de son identité ou de la manière dont il a choisi de vivre. En effet, nous étions heureux de le servir par le passé et continuerions volontiers à le servir à l’avenir».
«Nous sommes absolument clairs, et avons maintenu dès le départ, que nous ne discriminions pas notre client en refusant de concevoir et d’imprimer une invitation à un mariage de même sexe.»
«Au fil des ans, nous avons refusé de nombreux emplois uniquement parce qu’ils étaient clairement opposés à notre foi chrétienne.» a ajouté le représentant de la société.
«Nous ne sommes pas contre les personnes qui choisissent de pratiquer l’homosexualité, mais en tant que chrétiens convaincus de la Bible, nous ne pouvons pas, en toute conscience, imprimer des invitations pour des unions de même sexe.
«Si l’État dicte ce qu’une personne peut croire ou ne pas croire et exige la conformité en matière de choix moraux personnels, nous empruntons le chemin de l’intolérance vers le totalitarisme». ont ils conclu

1 février 2019

Japon: La ville de Chiba reconnaît légalement les couples de même sexe

Classé dans : internationnal,mariage - union civile — dominique @ 14:46

Japon: La ville de Chiba reconnaît légalement les couples de même sexe dans internationnal japonLa ville japonaise de Chiba a officiellement reconnu les couples de même sexe.
Chiba, qui abrite un million de personnes, a délivré des certificats à quatre couples de même sexe mardi 29 janvier, selon le journal japonais The Mainichi.
Les documents permettront aux couples d’accéder à de nombreux droits réservés jusqu’alors aux personnes mariées, tels que demander un logement social en tant que couple et rendre visite à un proche à l’hôpital.
Plus d’une douzaine de villes et de municipalités se sont mobilisées pour légaliser les unions homosexuelles au Japon, où le mariage homosexuel n’est toujours pas légal.
Pour pouvoir prétendre à un certificat, les couples doivent avoir au moins 20 ans, ne pas être mariés et habiter à Chiba ou projeter de s’installer dans la ville, à l’est de Tokyo.
Chiba est la dernière grande ville du pays à reconnaître les couples homosexuels, après que Fukuoka ait institué la reconnaissance légale l’année dernière . Fukuoka, avec une population de 1,5 million d’habitants, était la deuxième plus grande ville du Japon à reconnaître les couples de même sexe, après que Sapporo reconnaisse légalement les couples de même sexe en 2017. Sapporo reconnaît également les relations qui impliquent au moins une personne non binaire.
Au moins onze couples de même sexe vont intenter un procès au gouvernement japonais le mois prochain dans le but de légaliser le mariage de même sexe. La poursuite conjointe sera déposée devant quatre tribunaux de district à Nagoya, Osaka, Sapporo et Tokyo. Elle affirmera que l’incapacité des couples japonais du même sexe à se marier dans le pays viole leur droit constitutionnel à l’égalité et à la liberté du mariage. Les avocats des plaignants ont déclaré que cette action en justice était la première au Japon à demander la reconnaissance des mariages de même sexe.

16 janvier 2019

Le mariage homosexuel en baisse

Classé dans : infos,mariage - union civile — dominique @ 9:47

union gayEn 2018, on a célébré 235 000 mariages, dont 229 000 mariages hétérosexuels et 6 000 mariages homosexuels (7 200 en 2017). Le « rattrapage » observé juste après la légalisation du mariage gay en 2013 semble s’effacer : on observe une baisse du nombre de mariages homosexuels et une légère augmentation des mariages hétérosexuels depuis deux ans. En 2016, 194 000 Pacs ont été conclus, dont 7 000 entre personnes du même sexe.

6 janvier 2019

Suisse : un référendum contre la loi anti-homophobie

suisseL’Union Démocratique Fédérale, le parti politique suisse qui se dit le défenseur des valeurs chrétiennes, a décidé de lancer le référendum contre la révision de la norme pénale antiraciste. Le Parlement a adopté lors de la session d’hiver une modification du Code pénal qui interdit légalement l’homophobie au même titre que le racisme ou l’antisémitisme.
Le parti a pris cette décision lors de son assemblée des délégués samedi à Olten. La loi constitue une atteinte fondamentale à la liberté d’expression, écrit l’UDF dans son communiqué. Des opinions légitimes seront à l’avenir criminalisées et la nouvelle disposition entraînera une avalanche de plaintes.
La norme antiraciste, approuvée par le Parlement, sera étendue à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Elle vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI). Cette proposition est partie d’une initiative parlementaire de Mathias Reynard (PS/VS).
Cette modification était demandée de longue date par de nombreux organes internationaux des droits humains ainsi que plusieurs organisations de la société civile suisse. La coalition «Pour les êtres humains-contre la discrimination» avait envoyé une lettre aux parlementaires juste avant la session d’hiver 2014.
Lors des débats, les Chambres avaient finalement renoncé à inclure le critère d’identité de genre, qui devait permettre de protéger les personnes transgenres ou au sexe non déterminé. Il a été jugé trop flou.
L’UDF a également adopté son mot d’ordre pour la votation fédérale du 10 février. Elle recommande le non à l’initiative Stop mitage des Jeunes Verts. La mesure phare de ce texte prévoit que toute nouvelle parcelle à bâtir doit être compensée par le dézonage d’une parcelle de valeur équivalente ailleurs.

3 janvier 2019

Hong Kong : deux hommes contestent l’absence de loi sur le mariage gay

Classé dans : infos,internationnal,justice,mariage - union civile — dominique @ 17:57

unionDeux hommes habitant Hong Kong ont contesté juridiquement la décision de la ville de ne pas autoriser les mariages entre personnes du même sexe.
Lors d’une audience qui s’est tenue jeudi 3 janvier, il a été révélé qu’un étudiant de 21 ans et un militant de 31 ans avaient présenté deux contestations juridiques distinctes, faisant valoir que la Haute Court n’avait pas le droit d’interdire aux couples de même sexe de se marier.
Ils ont tous deux fait valoir que le fait de ne pas être autorisés à se marier violait leur droit à l’égalité en vertu de la Charte des droits et de la mini-constitution de la ville .
L’avocat Hectar Pun Hei SC, qui représente les deux requérants, a déclaré que l’ordonnance sur le mariage et l’ordonnance sur les affaires matrimoniales étaient «incompatibles» avec les lois sur les droits de l’homme, car elles ne reconnaissaient que le mariage entre un homme et une femme.
L’avocat affirme que le tribunal devrait réinterpréter la définition du mariage en tant qu ‘«union volontaire pour la vie de deux personnes».
Bien que d’autres contestations judiciaires relatives aux visas de conjoint et à l’absence de partenariats civils aient été soumises à la Haute Cour, il s’agissait de la première fois ou la question centrale était de savoir si les couples de même sexe devaient être autorisés à se marier.
À l’heure actuelle, les mariages entre personnes de même sexe sont toujours illégaux et la ville ne reconnaît pas les mariages entre personnes de même sexe.

31 décembre 2018

Canada :Un évêque gay épouse son compagnon en la cathédrale de Toronto

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 10:18

Canada :Un évêque gay épouse son compagnon en la cathédrale de Toronto dans infos tumblr_inline_pklgfkpVVz1uj37u4_540L’évêque Kevin Robertson a épousé son partenaire Mohan Sharma à la cathédrale Saint-James, dans la ville canadienne de Toranto .
M me Susan Bell, évêque du diocèse de Niagara, a présidé la cérémonie qui a eu lieu le 28 décembre.
Le diocèse de Toronto a publié un communiqué félicitant le couple :
Le diocèse de Toronto félicite Mgr Kevin Robertson et M. Mohan Sharma, qui se sont mariés aujourd’hui à la cathédrale Saint-James en présence de leurs deux enfants, de leurs familles et de nombreux amis, dont l’archevêque Colin Johnson et l’évêque Andrew Asbil.
Les évêques Kevin et Mohan, qui forment un couple depuis 2009, ont vu leur relation bénite en 2016 selon les directives pastorales du diocèse de Toronto et sont maintenant mariés en vertu des dispositions relatives au mariage de ces mêmes directives. (source http://www.toronto.anglican.ca)
L’union du couple donne un coup de pouce aux chrétiens LGBTI désireux de voir plus d’égalité au sein de leur religion.
Cependant, le mariage homosexuel en général continue d’être une question épineuse et controversée au sein de l’église chrétienne.

19 décembre 2018

Cuba : le mariage homosexuel ne figurera pas dans la nouvelle Constitution

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 11:41

cubaLes homosexuels devront encore attendre avant de pouvoir se marier à Cuba. Le pays a renoncé à inscrire dans sa nouvelle Constitution des changements ouvrant la voie au mariage gay, a indiqué mardi 18 décembre un représentant du gouvernement. La décision résulte de l’opposition d’une majorité de citoyens ayant été consultés sur ce sujet.
La proposition initiale était de définir le mariage comme l’union « entre deux personnes » en remplacement de la formule actuelle figurant dans la Constitution de 1976 et le décrivant comme l’union « entre un homme et une femme ».
Le projet de nouvelle Constitution a été soumis au débat citoyen, dans chaque quartier voire entreprise entre août et novembre. Le sujet portant sur le mariage homosexuel a été le plus débattu.
« Sur les 192 408 avis exprimés, 158 376 proposent de remplacer la proposition (figurant dans le texte) par (la formulation) actuellement en vigueur », a indiqué l’Assemblée nationale sur Twitter.
Compte-tenu de cette situation, la Commission chargée de la rédaction du texte propose de retirer du projet de Constitution la formule proposée « afin de respecter toutes les opinions. Le mariage est une institution sociale et juridique. La loi définira le reste des éléments », a ajouté l’Assemblée.
Le nouveau projet, avec les modifications apportées, sera soumis au vote de l’Assemblée nationale le 21 décembre avant de faire l’objet d’un référendum le 24 février 2019.

6 décembre 2018

Mexique : un couple mexicain gay voit son mariage américain enfin reconnu

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 10:39

Mexique : un couple mexicain gay voit son mariage américain enfin reconnu  dans infos tumblr_inline_pjb6pwV1tj1uj37u4_540Daniel Berezowsky et Jaime Chávez Alor se sont rencontrés au lycée dans leur pays d’origine, le Mexique, il y a plus de dix ans, mais les deux hommes n’étaient n’étaient encore que des amis.
Ils ont seulement commencé à se fréquenter après s’être retrouvés sur Facebook en 2012.
La semaine dernière, Berezowsky, spécialiste en communication de l’organisation de défense des droits humains Shift, et Chávez Alor, avocat du Centre Vance pour la justice internationale, sont devenus le premier couple homosexuel à avoir un mariage célébré à l’extérieur du Mexique et reconnu par la loi mexicaine.
Le consul général du Mexique a célébré le mariage dans sa résidence de Manhattan devant environ 25 membres de la famille et amis du couple.
Peu de temps après leur mariage, le consulat du Mexique a publié un communiqué leur souhaitant tout le bonheur possible  et soulignait la pertinence de cet événement, qui « ouvre la voie aux couples mexicains du même sexe qui souhaitent se marier légalement à en mariage dans une ambassade ou un consulat de notre pays.  »
Le mariage est considéré comme une victoire majeure pour les Mexicains vivant à l’étranger qui souhaitent épouser une personne du même sexe et faire reconnaître leurs inions par leur pays d’origine.
Berezowsky, 32 ans, et Chávez Alor, 31 ans, qui vivent maintenant à New York, ont déclaré que la route qui les séparait de leur grand jour n’était pas facile. Les deux hommes, tous deux citoyens mexicains, ont passé plus de six mois à tenter d’obtenir une licence de mariage auprès du consulat général du Mexique à New York, mais cela à d’abord été refusés. Bien que les couples de même sexe puissent se marier légalement à Mexico et dans plusieurs des 31 États du pays, les mariages de même sexe ne sont pas légaux au regard du code fédéral mexicain.

3 décembre 2018

Taïwan: Le référendum contre le mariage gay ne remet pas en cause sa légalisation selon les autorités

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 10:42

mariage gayLe référendum tenu à Taiwan en faveur de l’interdiction du mariage homosexuel ne remet pas en cause une décision de justice en faveur de l’égalité, a déclaré un haut responsable de l’île.
72% des électeurs ont voté en faveur de l’interdiction des mariages homosexuels lors d’un référendum organisé le 24 novembre à l’issue d’un processus de pétition publique.
Cependant, des responsables taïwanais ont déclaré que le résultat ne remédiait pas à une décision de justice de 2017 émanant de la Cour suprême selon laquelle les couples homosexuels devraient avoir le droit de se marier.
Le secrétaire général du Judicial Yuan, Lu Tai-lang, a déclaré que les référendums ne peuvent pas être utilisés pour renverser les opinions émises par la cour constitutionnelle du pays, qui est l’autorité suprême en matière de droit.
Le mariage gay pourrait donc être légaliser dans l’île prochainement.

2 décembre 2018

Le pape François se dit «inquiet» de la «mode» de l’homosexualité dans l’Eglise

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile,religion — dominique @ 15:19

catho gayDans un livre d’entretiens intitulé La force d’une vocation paru ce samedi 1er décembre en Italie, le pape François, prend position sur la « question très grave » de l’homosexualité.
« Dans nos sociétés, il semble même que l’homosexualité soit à la mode et cette mentalité, d’une certaine manière, influe aussi sur la vie de l’Église », estime le religieux argentin, en expliquant que la question l’inquiète.
Le Saint Père avait pourtant tendu la main à la communauté gay lors de son élection en 2013. Il avait notamment reçu des couples homosexuels et lancé la fameuse phrase : « Qui suis-je pour juger ? ».
Un document datant de 2005 interdit formellement l’accès à la prêtrise à tout homme présentant des tendances homosexuelles. Mais, en raison du faible nombre de vocations, l’Église ferme souvent les yeux.
Dans ce livre d’entretiens, qui sera traduit en dix langues, le souverain pontife demande aux responsables de séminaires de renforcer leur contrôle sur la question. En août dernier, l’ancien archevêque de Buenos Aires avait incité les parents d’enfants homosexuels à recourir à la psychiatrie. Ses propos avaient provoqué un tollé.

12345...192

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS