20 octobre 2018

Paris Match condamné pour avoir publié une photo du cadavre d’une prostituée transsexuelle

Classé dans : justice — dominique @ 14:05

Meurtre de Vanesa Campos : cinq suspects mis en examen dans infos tumblr_inline_pe5n1fQNXe1uj37u4_540L’hebdomadaire Paris Match a été condamné jeudi à Nanterre à 12 000 euros de dommages et intérêts pour avoir publié une photo du corps nu de Vanesa Campos, une prostituée transgenre tuée en août dans le bois de Boulogne.
Dans son numéro du 6 septembre, Paris Match avait publié un article titré « Les nuits fauves du bois de Boulogne » qui s’ouvrait sur une photo du cadavre de Vanesa Campos, tuée par balle dans la nuit du 16 au 17 août alors qu’elle tentait d’empêcher plusieurs hommes de dépouiller un client dans ce haut lieu de la prostitution parisienne.
Le juge des référés du tribunal de grande instance de Nanterre a condamné la société Hachette Filipacchi, propriétaire de l’hebdomadaire, à verser la somme à titre provisionnel à la sœur de la victime, Maruja Campos Vasquez, pour « atteinte au droit au respect de la vie privée ».
Paris Match a également été condamné à verser 3 000 euros à la plaignante au titre du remboursement des frais de justice.

18 octobre 2018

Tarbes : L’indulgence du tribunal pour les agresseurs d’homosexuels

Classé dans : homophobie,infos,justice — dominique @ 8:18

policeSept hommes et une femmes de 20 à 24 ans condamnés à des peines allant de prison 6 mois avec sursis à 3 ans de prison ferme.
Ils répondaient principalement de vols avec violences. Onze faits visant le plus souvent des hommes homosexuels attirés via un site internet de rencontre dans des endroits isolés de Tarbes et ses alentours. Les faits se sont déroulés entre mars et septembre 2017.
Cette journée a été marquée par Patrick, une des victimes. Il a choisi de venir sans avocat. Il a donc plaider sa cause le matin. Il a demandé l’euro symbolique pour son préjudice moral, comme pour faire la leçon à ses agresseurs.
Les peines sont somme toute clémentes. La présidente a même parlé d’indulgence au moment du délibéré. Même l’avocat de celui qui a été condamné à 3 ans ferme est satisfait.
Il parle d’une « peine mesurée », qui prend en compte l’âge de ces prévenus. Trois d’entres eux étaient poursuivis pour extorsion en raison de l’orientation sexuelle des victimes. Autrement dit : homophobie. Cette infraction a été retenue par le tribunal. Me Jacques Bertrand a tenté en vain de convaincre le tribunal que ce n’était pas le cas. A noter qu’un des huit hommes a été relaxé au bénéfice du doute.

16 octobre 2018

Tarbes : Neuf personnes jugées pour avoir agressé des homosexuels

Classé dans : homophobie,justice — dominique @ 17:50

policeHuit hommes et une femme comparaissent depuis ce mardi devant le tribunal correctionnel de Tarbes pour une série de vols avec violence. Ils sont accusés d’avoir tendu des traquenards à huit hommes en postant des annonces sur un site internet gay.
Onze agressions en tout, commises entre mars et septembre 2017 à Tarbes, Laloubère, Séméac, Barbazan-Debat, Bagnères, Laloubère, Oursbelille et Ibos. Une bande qui a pris pour habitude de prendre des rendez-vous d’un soir avec des homosexuels sur le site internet de rencontres  coco.fr.
Les victimes étaient alors contraintes par la violence à faire des retraits d’argent liquide.
Ces faits de violences étaient accompagnés de propos homophobes. « Tu n’as pas honte d’être pédé ? Nous, les gens comme toi, on les aime pas. Si tu vas chez les flics on pourra te retrouver ». Les agresseurs menacent d’aller trouver la famille ou l’employeur de la victime. La police est persuadée que d’autres victimes ont encore peur et ne se sont pas manifestées.
voir plus sur https://www.francebleu.fr

20 septembre 2018

GPA :Une adoption plénière accordée à l’époux du père biologique

Classé dans : homoparentalité,justice — dominique @ 16:19

gpaLa cour d’appel de Paris a fait droit mardi à la demande d’adoption plénière et non simple de jumelles nées en 2011 d’une GPA au Canada, où celle-ci est légale, a annoncé à l’AFP l’avocate du couple d’hommes, Caroline Mecary.
Dans ses arrêts dont l’AFP a obtenu copie, la cour a confirmé en tous points les jugements rendus en novembre 2016 par le tribunal de grande instance de Paris, qui avait déjà prononcé cette adoption plénière.
L’adoption « simple » ne gomme pas l’origine de l’enfant, à la différence de l’adoption dite « plénière » qui est irrévocable et rompt les liens de filiation entre la famille biologique de l’enfant et l’enfant.
En juillet 2017, dans une décision qui avait fait jurisprudence, la Cour de cassation avait ouvert la voie à la reconnaissance légale de deux parents en France pour les enfants nés d’une GPA à l’étranger, reconnaissance devant toutefois passer par une procédure d’adoption « simple » – et non « plénière » – par le conjoint du parent biologique.
Dans ses décisions rendues cette semaine, la cour d’appel de Paris a notamment considéré que la demande d’adoption, qui consacre les « liens filiaux » entre l’époux du père biologique et les fillettes, était « conforme à l’intérêt de l’enfant ».
Elle a par ailleurs estimé qu’il n’y avait pas lieu de recueillir le consentement de la mère porteuse, celle-ci ayant renoncé à tout droit de filiation avec les enfants et ne figurant pas sur les actes de naissance canadiens des fillettes, sur lesquels seul le père biologique est mentionné.
« La mère porteuse ne figure pas sur l’acte de naissance, donc en droit elle n’existe pas », a souligné Me Mecary.
Régulièrement saisie dans des procédures liées à la GPA, la Cour de cassation doit examiner vendredi deux demandes distinctes de transcription à l’état-civil français d’actes de naissance d’enfants nés de cette procréation à l’étranger.

19 septembre 2018

Nîmes : arrestations en cours suite à des agressions homophobes

Classé dans : homophobie,infos,justice — dominique @ 15:54

Des perquisitions sont en cours dans des appartements du centre-ville de Nîmes, selon Objectif Gard.
Information confirmée à France 3 par Eric Maurel, le procureur de la République de Nîmes. Il s’agit d’arrestations de jeunes, pour la plupart des mineurs, qui sont liées aux différentes agressions d’hommes gays frappés et détroussés ces derniers jours à Nîmes.
Cinq agressions similaires ont été enregistrées depuis une dizaine de jours par les services de la sûreté départementale du Gard, avec à chaque fois le même mode opératoire et des rencontres sur le même site de rencontres homosexuelles.
Un jeune appât se faisant passer pour un homosexuel se rendait au rendez-vous en essayant de voler la victime.
Des faits qui sont survenus dans des appartements, des voitures, mais aussi dans un hôtel de Nîmes. Plusieurs jeunes seraient impliqués dans les agressions.

10 août 2018

Costa Rica :L’interdiction du mariage homosexuel déclarée inconstitutionnelle

Classé dans : infos,internationnal,justice,mariage - union civile — dominique @ 16:31

unionMercredi, la Cour suprême du Costa Rica, petit pays d’Amérique centrale, a déclaré inconstitutionnelle l’interdiction du mariage entre partenaires de même sexe et ordonné au parlement de modifier la loi.
Elle a, de surcroît, ordonné au Parlement, composé de nombreux chrétiens évangéliques conservateurs de modifier la loi en ce sens.
L’Assemblée législative est instamment priée, (…) dans un délai de 18 mois (…), de mettre en accord le cadre juridique national” avec les mariages de personnes du même sexe, selon le texte de la Cour suprême du Costa Rica.
Ce jugement entérine une autre décision de justice prise le 9 janvier dernier et affectant toute l’Amérique latine. La Cour interaméricaine des droits de l’Homme (Cour IDH) avait alors exhorté les pays du continent à modifier leur législation afin de reconnaître le mariage entre conjoint du même sexe.
Le président de gauche élu en avril dernier, Carlos Alvarado, favorable au mariage gay, s’est félicité de cette décision.
Le juge Fernando Castillo, seul magistrat à avoir voté contre, a expliqué que l’interdiction des mariages gay était maintenue durant 18 mois mais tomberait automatiquement au bout de ce délai, faute de nouvelle loi du Parlement.
Cette disposition a été critiquée par la communauté LGBT locale.
« Qu’une institution de l’Etat reconnaisse qu’il existe une discrimination et, en même temps, permette à cette discrimination de se poursuivre durant 18 mois, c’est une aberration juridique, a estimé Margarita Salas, une militante LGBT.

24 juillet 2018

Israël : L’Etat favorable à l’inscription des deux pères sur les certificats de naissance

Classé dans : homoparentalité,infos,internationnal,justice — dominique @ 21:02

couple gay avec un bebeL’Etat favorable à l’inscription des deux pères sur les certificats de naissance
Le procureur-général a noté l’opposition de Deri, mais il a affirmé que ne pas inscrire les noms des deux pères dans le cas d’une adoption par un couple
Dans une réponse de l’Etat faite à la Haute-cour de justice, le procureur-général a déclaré lundi que dans le cas où deux hommes adoptent un enfant ensemble, ils doivent être inscrits comme les pères sur le certificat de naissance.
Toutefois, cette réponse, envoyée par le biais d’un communiqué de presse par le ministère de la Justice, a noté que le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, dont le ministère est responsable du recensement de la population, estimait que seul un père doit être enregistré.
Dans la réponse – entraînée par une plainte déposée par deux hommes qui voulaient voir leurs deux noms inscrits sur les documents de naissance de leur enfant adopté – le procureur-général a maintenu que ne pas permettre aux couples homosexuels de s’inscrire en tant que parents serait discriminatoire et aurait une conséquence négative sur les intérêts de l’enfant.
Dans les cas d’une adoption pleine et entière, lorsque l’enfant est totalement séparé de ses parents biologiques et transféré dans une nouvelle famille, les deux pères devront être inscrits sur le certificat de naissance et pas seulement l’un d’entre eux, a statué le procureur général.
Cet avis a été livré alors que les passions se sont enflammées sur la question des parents LGBT, vingt-quatre heures après que les militants dans tout le pays ont organisé une grève pour protester contre une loi sur la GPA qui refuse aux hommes homosexuels le droit au recours à une mère porteuse pour avoir des enfants. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes et plus de 100 000 personnes ont rejoint une manifestation sur la place Rabin de Tel Aviv contre cette législation, qui a été approuvée mercredi.
Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri assiste à une réunion de la Commission des finances à la Knesset à Jérusalem le 27 février 2018. (Flash90)
« Le procureur-général est d’avis qu’empêcher l’enregistrement des deux parents dans un tel cas porte préjudice aux meilleurs intérêts de l’enfant adopté, à l’égalité entre les couples hétérosexuels et homosexuels et aux enfants adoptés au sein de telles familles, sans justification probante », a dit le communiqué.
La réponse a noté que Deri, qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, estimait pour sa part que les deux pères ne doivent pas être inscrits sur le certificat de naissance, ce dernier venant – entre autres – refléter la situation factuelle de l’enfant au moment de sa venue au monde.
Même si les certificats de naissance ne peuvent être altérés d’aucune façon, il y a des exceptions à cette règle dans le cas des adoptions et du recours à des mères porteuses pour protéger la confidentialité des parents d’origine et des enfants.
Deri a fait savoir dans un communiqué qu’il était défavorable à l’inscription de deux pères parce que « c’est une question de valeurs morales qui font l’objet d’une controverse publique au sein de la société israélienne et cette décision doit être prise dans l’arène démocratique ».
Le procureur-général a pour sa part souligné que le sujet débattu n’était pas le droit pour les couples homosexuels à s’inscrire en tant que parents dans le registre de la population ou sur les papiers d’identité de l’enfant – ce qui est déjà considéré comme légal – mais plutôt un problème d’interprétation de la législation et de son application égalitaire.
Les couples homosexuels sont autorisés à procéder à une adoption dans la loi israélienne mais, en pratique, seuls quelques-uns ont adopté des enfants au cours des neuf dernières années. En recours, certains couples gay ont adopté des bébés dans d’autres pays.
La suppression d’un amendement dans une loi, la semaine dernière, qui autorisait le recours aux mères porteuses pour les couples homosexuels a entraîné une vive colère au sein de la communauté LGBT du pays. L’organisation-cadre des associations gays, la Agoudat, a organisé dimanche une grève nationale qui a été suivie par des dizaines de milliers de personnes.
Cette loi permet aux femmes célibataires de recourir à la GPA mais pas aux hommes, ce qui, dans les faits, empêche les couples homosexuels de faire appel à une mère porteuse en Israël pour avoir un enfant.
source : https://fr.timesofisrael.com/

20 juin 2018

Philippines: la Cour suprême examine la légalisation du mariage gay

unionLa Cour suprême des Philippines a commencé à examiner les arguments en faveur du mariage gay.
La plus haute juridiction a été saisie par deux couples homosexuels qui se sont vu refuser le droit de se marier. Ils lui demandent d’abolir une loi de 1987 qui stipule que les mariages doivent être entre un homme et une femme.
L’audience s’est ouverte mardi et l’affaire devrait traîner en longueur.
Mais d’après les spécialistes, la décision de la cour revêtira une grande importance.
Avec le Vatican, les Philippines, où 80% des 100 millions d’habitants sont catholiques, sont le seul endroit au monde où le divorce est illégal. L’avortement est également interdit, en grande partie à cause de l’influence de l’Eglise.
Les plaignants ont cependant trouvé un allié en la personne du président Rodrigo Duterte, qui a exprimé son soutien pour le mariage gay.
Le président Duterte s’est heurté de front à l’Eglise qui critique sa guerre meurtrière contre le trafic de drogue.
En mai, les partisans du président à la Chambre des représentants ont approuvé la légalisation du divorce mais il est peu vraisemblable que le texte franchisse la rampe du Sénat.
Les dirigeants de l’Eglise sont vent debout contre la légalisation du divorce, du mariage gay et de l’avortement. L’Eglise a cependant perdu un long combat contre une loi sur la contraception et ses financements publics. 

24 avril 2018

Condamnation de la femme qui avait insulté un couple gay dans un supermarché

Classé dans : homophobie,justice — dominique @ 15:02

1La jeune femme qui avait insulté un couple gay dans un supermarché de Rueil-Malmaison le 3 mars dernier a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 5.700 euros d’amende par le tribunal de grande instance de Nanterre.
 1.350 euros au titre de dommage et intérêts pour préjudice moral à chacune des victimes et de surcroît 1.500 euros aux deux associations LGBT qui s’étaient constitué partie civile dans le procès.
 L’affaire a été jugée par le tribunal correctionnel de Nanterre hier pour « injures publiques en raison de l’orientation sexuelle » et « menaces de mort ».
 La femme qui souhaitait passer devant eux à la caisse les a insultés en les traitant de « sales gros pédés, tarlouzes et pédales » qui n’ont « pas le droit de vivre en France ».
 Elle avait poursuivi en s’exclamant: « en Algérie, les mecs comme vous on les égorge » puis a appelé quelqu’un de son entourage pour lui dire « qu’il y avait deux clients pédés qui ne méritaient pas de vivre et qu’il fallait les buter ».
 Ni les clients et ni le personnel du magasin Carrefour, témoins de la scène, dont un vigile de sécurité, n’ont réagi, mais les deux hommes avait saisi la justice, soutenus notamment par SOS homophobie.
 Sans doute consciente des risques encourus devant la justice, la prévenue s’était défendue de toute homophobie mettant ses propos injurieux sur le compte la fatigue et sa grossesse.
  »Je ne les ai pas insultés car ils sont homosexuels. Si c’était un gros, j’aurais dit sale gros ! Une blonde, sale blondasse ! Et avec une personne normale, j’aurais réagi pareil », a-t-elle soutenu à la barre

10 février 2018

PMA : La CEDH juge la plainte d’un couple de femmes contre un hôpital de Toulouse, irrecevable

Classé dans : homoparentalité,justice — dominique @ 8:47

femme coupleLa Cour européenne des droits de l’homme a rejeté une plainte pour discrimination d’un couple homosexuel. Les deux femmes mariées s’étaient vues refuser l’accès à la PMA par un hôpital de Toulouse en 2014.
Les juges européens ont rejeté leur plainte, estimant qu’elles n’avaient pas épuisé tous les recours du droit français.
Selon la CEDH, les deux femmes auraient d’abord dû saisir les juridictions administratives « d’un recours en annulation pour excès de pouvoir de la décision du CHU de Toulouse ». « Il n’y avait aucune chance que cela aboutisse », a répliqué l’avocate du couple Caroline Mecary. « La Cour a botté en touche ».
Le couple, marié depuis quatre ans, souhaite voir ce refus de l’hôpital reconnu comme une violation du droit au respect de la vie privée et familiale et au principe d’interdiction de la discrimination par les juges européens.
« Nous n’avons pas d’autre choix que de nous exiler pour fonder notre famille alors même qu’après l’accouchement, la loi française nous autorise à adopter notre propre enfant », a déclaré l’une des plaignantes. « Il est temps que la France sorte de cette hypocrisie ».
Le couple avait saisi la CEDH en 2015 pour « une discrimination fondée sur l’orientation sexuelle ». L’hôpital n’avait pas répondu à leur demande d’information concernant une PMA avec insémination artificielle, justifiant que « la loi Bioéthique actuellement en vigueur en France n’autorise pas la prise en charge des couples homosexuels ».
Une loi qui devrait être revue par le Parlement à l’automne 2018. Sur Twitter, l’avocate des jeunes femmes Caroline Mecary a interpellé le président de la République. « Emmanuel Macron doit maintenant faire ce qu’il a promis : ouvrir la PMA à toutes les femmes », a-t-elle déclaré.

12345...25

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS