26 avril 2017

Roumanie: La justice européenne doit se prononcer sur le mariage gay

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 6:05

union gayLa Cour de justice de l’Union européenne va devoir statuer sur la légalité du mariage entre personne du même sexe dans un cas de jurisprudence inédit en Roumanie.
L’activiste LGBT roumain Adrian Coman et son partenaire américain Robert Claibourn Hamiliton ont obtenu un certificat de mariage en Belgique en 2010. Leur histoire s’est compliquée en 2012, quand le couple a tenté de déménager en Roumanie.
Les services d’immigration ont refusé de reconnaître leur mariage en vertu de la loi. Les deux hommes ont donc réagi en poursuivant en justice le gouvernement roumain pour avoir violé leur droit à la liberté de circulation dans l’UE.
En 2016, la Cour constitutionnelle roumaine a remis l’affaire entre les mains de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE). Si c’est maintenant au tour de la CJUE de statuer, les groupes qui s’opposent au mariage gay comptent bien faire entendre leur voix.
« La Cour ne devrait pas compromettre le respect de la compétence nationale et la diversité culturelle en disant aux États membres que leurs dispositions nationales ne comptent pas », a indiqué Sophia Kuby, directrice du groupe de défense européen Alliance Defending Freedom International (ADF International) une organisation qui défend « le droit des personnes à vivre pleinement leur foi ».
Pour le groupe, le caractère sacré du mariage va de pair avec la souveraineté nationale. « De nombreux pays européens reconnaissent et protègent le mariage comme une union entre un homme et une femme dans leurs lois et leurs constitutions respectives, comme ils en ont le droit », a ajouté Sophia Kuby.
« Si la Cour inclut dans la définition des ‘époux’ les partenaires de même genre, la compétence nationale sera bafouée », a déclaré Adina Portaru, conseillère juridique pour ADF International et avocate principale pour l’intervention des tiers. Elle a ajouté que si la CJUE forçait la Roumanie à amender son droit national pour reconnaître officiellement les relations gay, elle considèrerait cela comme un « affront au processus démocratique national ».
« Les notions-clés du droit de la famille, à savoir la définition des termes ‘époux’, ‘membre de la famille’ et ‘mariage’ relèvent de la compétence des États membres de l’UE. Les directives européennes en la matière vont d’ailleurs dans ce sens », a-t-elle continué.
L’homosexualité a été dépénalisée en 2000 en Roumanie, mais l’aversion pour les couples gay semble toujours de mise dans le pays. Adrian Coman et Robert Claibourn Hamiliton ont en effet affirmé éviter de se tenir la main en Roumanie par peur de remarques hostiles.

24 avril 2017

Grande Bretagne : des femmes lesbiennes agressées par un groupe de 15 hommes

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 6:53

lesbienneUne groupe de 15 hommes a sauvagement attaqué à la sortie d’un pub du Portsmouth (sud Grande-Bretagne) 8 lesbiennes qui quittaient le pub Blue Anchor à Portsmouth .
Les femmes âgées de 25 à 32 ans qui n’ont pas voulu révéler leur identité se sont fait, dans un premier temps, insulté par leurs agresseurs.
5 des femmes ont été sérieusement blessées .
L’une des victimes a perdu 7 dents et a eu sa mâchoire fracturée.
Ils se sont ensuite acharnés sur l’une des plus âgées, la rouant de coups, lui donnant même un coup de pied à la tête.
Les femmes n’ont pas voulues révéler leur nom, mais on raconté cette agression à gaystarnews
Un porte-parole de la police de Hampshire a déclaré: «Nous enquêtons sur une altercation entre deux groupes vers 11 h 25 le 16 avril.
Trois hommes, 25, 26 et 27, de Londres, ont été arrêtés pour suspicion d’agression occasionnant des lésions corporelles réelles, rapporte The News .
Les victimes souhaitent poursuivre en justice leurs agresseurs .

22 avril 2017

Russie : Le président de la Tchétchénie veut éliminer la communauté gay

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 13:35

president-tchetchene-Le président de la Tchétchénie a lancer un avertissement pour les homosexuels dans la région rapporte PinkNews.
Le vice-ministre britannique des Affaires étrangères a révélé la menace terroriste du leader tchétchène tout en posant une question urgente sur la situation au Parlement.
Sir Alan Duncan, ministre d’État aux Affaires étrangères, sous Boris Johnson, a déclaré au Parlement: «Les groupes de défense des droits de l’homme déclarent que des campagnes et des homicides anti-gay sont orchestrés par le chef de la République tchétchène Ramzan Kadyrov. Il a mené d’autres campagnes violentes dans le passé, et cette fois il dirige ses efforts vers la communauté LGBT. Des sources ont déclaré qu’il voulait que la communauté LGBT soit éliminée avant le début du Ramadan».
Le ministre a ajouté: «De tels commentaires, attitudes et actions sont absolument méprisables».
Le Ramadan commence le 26 mai cette année et est très suivi en Tchétchénie, qui est une région essentiellement musulmane.
Ces allégations ont été soutenues par des groupes de défense des droits de l’homme et ont amené le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, le Royaume-Uni et les États-Unis à demander que le Kremlin fasse l’objet d’une enquête.
Le secrétaire d’État des Affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni, Boris Johnson, qui est homosexuel lui-même, a qualifié les abus déclarés des hommes homosexuels de «totalement barbares» et «méprisables» dans une déclaration formulée aux Communes.
M. Duncan a révélé qu’il a parlé directement à son homologue Vladimir Titov, vice-président de la Russie, pour condamner la Fédération de Russie en matière de violations des droits de l’homme contre les personnes LGBT.
Les représentants de l’ambassade britannique ont également parlé directement à leurs homologues russe pour aborder le problème.
Cependant, un porte-parole de Vladimir Poutine a déclaré que le président russe n’avait aucune raison de croire que les attaques soient authentiques.

Iran : 30 hommes suspectés de « comportement homosexuel » arrêtés

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 13:10

lgbtLa police iranienne a arrêté et torturé physiquement plus de 30 hommes suspectés de « comportement homosexuel » lors d’ une fête privée, ce jeudi 20 avril.  Ils auraient été transféré à la prison Dastgerd d’Ispahan, au sud de Téhéran, selon l’association canadienne « Iranian Railroad for Queer Refugees » (IRQR), qui vient en aide aux réfugiés iraniens LGBT.  Âgé de 16 à 30 ans, ils sont accusés de « sodomie, possession avec consommation d’alcool et d’utilisation de médicaments psychédéliques » Certaines personnes ont réussi à s’échapper et ont pu alerter l’ONG canadienne . «Quelques personnes ont réussi à s’échapper et nous avons reçu des informations selon lesquelles il y avait plusieurs personnes hétérosexuelles parmi les personnes arrêtées» précise l’association
« Les familles des personnes arrêtées ont été informés que leurs enfants étaient en prison pour sodomie. Il a également été rapporté que les prisonniers seront envoyés au Département de droit de Esfahan pour faire un « test de la honte » qui consiste à faire un examen anal pour vérifier s’ils avaient oui ou non eut des relations sexuelles anales ».
Ils encourent la peine capitale, par application de la charia en vigueur dans le système judiciaire iranien, si l’« examen anal » réclamé par le tribunal confirment des « preuves » de leur « conduite immorale ».
En Iran, aujourd’hui encore, être gay est un crime, et beaucoup d’ enfants sont punis de la peine de mort uniquement en raison de leur homosexualité .
C’est est une réalité douloureuse qui existe et doit être connue.
Le Président de la République islamique d’Iran Mahmoud Ahmadinejad a déclaré: « Nous croyons que l’ homosexualité est contraire à l’esprit humain et à l’ humanité . » 

21 avril 2017

Nigeria: arrestation de 53 personnes accusées d’avoir organisées un mariage gay

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 6:27

nigeriaMercredi 19 avril, 53 Nigérians sont passés en première audience devant la Cour de Justice de Zaria, dans l’Etat de Kaduna au Nigeria. Les accusés sont des hommes âgés de 20 à 30 ans pour la plupart étudiants. Ils ont été arrêtés après la dénonciation d’un employé de l’hôtel, où se tenait un mariage gay.
Les accusés ont tous plaidé non-coupable et ont été libérés sous caution par le juge Auwal Musa Aliyu, qui a ajourné le procès au 8 mai.
Ils sont poursuivis pour conspiration, rassemblement illégal, et appartenance à un groupe anti-social.
Dans le dossier d’accusation, il est indiqué qu’une «équipe de police a arrêté un groupe de personnes qui préparaient la célébration d’un mariage gay dans le motel entre Faruk et Sanusi, tous deux en cavale.»
En fait, il s’agissait d’un anniversaire précise des militants des droits de l’homme à la BBC
L’ex-président nigérian Goodluck Jonathan a fait voter en 2014 une loi qui bannit non seulement le mariage homosexuel, mais aussi la «cohabitation entre même sexe», et condamne de 10 à 14 ans de prison tout témoignage public de «relations amoureuses entre personnes de même sexe».
Dans ce pays, fortement religieux et au sentiment homophobe exacerbé de la part des chrétiens et des musulmans, personne n’a jamais été condamné pour son homosexualité mais la loi en vigueur a créé «un sentiment de peur et des excès de zèle» des forces de sécurité, selon Wendy Isaack, spécialiste des questions de genre pour Human Rights Watch.
Dans certains Etats du nord musulman où est applicable la charia depuis 2000, la loi fédérale est doublée de la loi islamique, selon laquelle l’acte de sodomie peut être passible de la peine de mort. Une condamnation qui n’a jamais été appliquée jusqu’à présent, malgré de nombreux procès.
source https://76crimes.com

20 avril 2017

Russie : Moscou suit l’enquête sur les menaces visant Novaïa Gazeta

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 1:05

gay lgbtLa justice russe a lancé une enquête sur les menaces qui cibleraient des journalistes, après la publication de témoignages de rescapés supposés de «camps pour homosexuels» en Tchétchénie.
«Nous suivons de près les messages publiés dans les médias, mais nous ne pouvons pas les considérer comme des informations vérifiées», a fait savoir le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Il commentait alors l’enquête ouverte par la justice russe sur les menaces qui viseraient les journalistes de l’hebdomadaire russe Novaïa Gazeta, et en particulier Elena Milachina, auteur d’un article-choc portant sur de présumés «camps de concentration» pour les homosexuels en Tchétchénie.
Le 12 avril, Adam Chakhikov, conseiller du président tchétchène Ramzan Kadyrov, a accusé le journal de se livrer à la «calomnie», et qualifié tous ses employés d’«ennemis de notre foi», la Tchétchénie étant une république peuplée majoritairement de fervents musulmans.
«Étant donné les insultes subies envers les traditions, les fondements de la société tchétchène, et envers la dignité des hommes tchétchènes, nous promettons que les instigateurs subiront un châtiment, où qu’ils soient et sans délai de prescription», avait-il précisé devant 15 000 personnes lors d’une assemblée extraordinaire convoquée à la grande mosquée de Grozny.
Pour Novaïa Gazeta, cette déclaration est «un message très clair de djihad», écrit le Washington Post, qui a interviewé Elena Milachina.
La journaliste est l’auteur d’un article publié le 1er avril dans ce journal d’opposition, dans lequel étaient cités les témoignages anonymes d’homosexuels qui se seraient échappés d’un «camp de concentration pour homosexuels» en Tchétchénie. Selon ces témoins, plus d’une centaine de personnes auraient été arrêtées puis torturées dans des «prisons secrètes» de la république caucasienne, partie intégrante de la Fédération de Russie. Toujours selon les victimes supposées citées par Novaïa Gazeta, une de ces «prisons» se trouverait dans un ancien bâtiment militaire de la ville d’Argoun, dans l’est de la région.
«Trois personnes seraient mortes, mais, selon des témoins, il y en aurait beaucoup plus», a rapporté le journal russe. Certains des homosexuels arrêtés auraient été libérés, soit contre une rançon, soit faute de preuves.
Ces allégations de tortures et de meurtres d’homosexuels en Tchétchénie ont déclenché une levée de boucliers au sein des chancelleries occidentales. De nombreux médias et ONG occidentaux ont relayé les allégations du journal russe, appelant à une enquête sur le sujet.

19 avril 2017

Tunisie : premier magazine LGBT pour « libérer la parole et créer un débat sociétal »

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,presse — dominique @ 14:26

shams mag  

Le premier magazine LGBT a été lancé en Tunisie .
Shams Mag est « un média qui peut donner l’opportunité à la communauté LGBT en Tunisie de s’exprimer librement, sans avoir besoin d’être un membre de notre association. On souhaite que le magazine devienne un canal d’expression et de liberté de parole par la communauté LGBT tunisienne. »explique Mounir Baatour fondateur et président de l’association Shams à TETU
L’association a aussi réalisé le documentaire “Au pays de la démocratie naissante” qui retrace la vie des homosexuels en Tunisie.
“Le film contient différents témoignages à visage découvert de personnes LGBT, qui ont été victimes de poursuites judiciaires, d’agressions homophobes ou de rejet familial » a déclaré Bouhdid Belhadi, responsable de la communication externe et des relations publiques et internationales de Shams Mag.
En Tunisie, l’article 230 du Code pénal punit la “sodomie” et le “lesbianisme” de trois ans de prison.

18 avril 2017

USA : Donald Trump signe la loi permettant aux Etats de ne pas financer le Planning familial

Classé dans : infos,internationnal,politique — dominique @ 15:07

trumpDonald Trump a signé vendredi la loi votée par le Sénat le 30 mars permettant aux Etats d’interdire le transfert de fonds publics au « planning familial ».
Dans les derniers jours de sa présidence, Obama avait fait voter in extremis un texte obligeant les Etats à subventionner le « planning familial », alors qu’une quinzaine d’Etats avaient décidé de supprimer leurs subventions .
Le 30 mars, le Sénat a invoqué le « Congressional Review Act » qui permet dans les premiers mois du nouveau gouvernement de revenir sur des dispositions prises pendant les derniers temps du gouvernement précédent.
Le texte a été voté par 50 sénateurs contre 50. Le vice-président Mike Pence, président du Sénat, a dû voter lui aussi pour faire pencher la balance du coté des conservateurs

USA : Washington s’alarme des persécutions d’homosexuels en Tchétchénie

Classé dans : homophobie,internationnal,justice — dominique @ 15:00

2antigay_protester_arrested.size.custom.crop.840x650Plusieurs responsables et élus américains ont interpellé le président russe Vladimir Poutine au sujet des persécutions contre les homosexuels en Tchétchénie.
L’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, s’est dit « troublée », lundi, par les violences présumées contre des homosexuels en Tchétchénie, joignant sa voix à celles d’élus américains qui ont interpellé le président russe Vladimir Poutine sur le sujet.
Deux sénateurs américains ont également dénoncé lundi ces violences présumées et accusé le président russe Vladimir Poutine de laisser faire le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov.
Citant les informations du journal d’opposition russe Novaya Gazeta, le sénateur démocrate Ben Cardin, membre de la commission des Affaires étrangères, s’est dit « très inquiet de la menace croissante dont font l’objet les personnes LGBT dans la République de Tchétchénie de la Fédération de Russie, en raison d’informations sur la détention et la torture de centaines de personnes LGBT, principalement des hommes gays, et sur trois individus tués par les forces de sécurité tchétchènes ».
A droite, le sénateur républicain Thom Tillis, membre de la commission de la Défense, a lui aussi dénoncé Poutine et Kadyrov. « Les responsables tchétchènes kidnappent et torturent des hommes gays. Je condamne cette violation des droits de l’homme », a lancé l’élu conservateur sur Twitter.

17 avril 2017

USA: Le Nouveau-Mexique interdit la thérapie de «la guérison des homosexuels»

Classé dans : infos,internationnal,Sante — dominique @ 13:46

new mexiqueLe Nouveau – Mexique est devenu le sixième état des États-Unis ( à l’ exception de Washington DC, la capitale fédérale)  à interdire les dangereuses et inutiles « thérapies réparatrices » pour les mineurs.
Le sénateur ouvertement homosexuel Jacob Candelaria avait été l’un de ceux qui ont imposé l’interdiction de la pratique avec G. Andres Romero (à la Chambre des représentants)
Avec cette interdiction, tous les «spécialistes» offrant de telles pratiques risquent de perdre leur licence.
Le Sénat du Nouveau-Mexique avait voté pour interdire la soi-disant thérapie de conversion pour les homosexuels, les bisexuels et les transgenres.
Le vote en faveur du projet de loi 121 du Sénat (SB121) était convaincant 32-6. La législation a été transmise à la Chambre des représentants, qui est contrôlée par les démocrates (38 démocrates contre 32 républicains). «Lorsque vous êtes un jeune enfant catholique hispanique qui grandit à Albuquerque et les gens utilisent des mots horribles pour vous décrire, en même temps dans votre visage et derrière votre dos … ça fait mal. C’est l’abus. Et j’espère que nous n’adopterons pas l’hypothèse que la seule forme d’abus est la violence physique », commenta le sénateur homosexuel.
La Chambre des représentants, où la majorité démocrate est plus serré, a approuvé par 44 voix pour et 23 contre le 7 avril dernier ce texte .
Tous sauf un des représentants démocrates (Patricio Ruiloba) ont voté en faveur du texte, tout comme 9 républicains. Le vote, en fait, a montré la division qui existe chez les républicains dans les zones urbaines par rapport aux zones rurales. 

123456...233

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS