9 février 2019

Irlande : Une entreprise condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,mariage - union civile,politique — dominique @ 17:45

mariage gayUne entreprise de conception et d’impression a été condamnée à verser 2 500 euros à un homosexuel pour son refus d’imprimer des invitations à la cérémonie de partenariat civil de cet homme avec son partenaire de longue date.
Cela fait suite à une décision historique de la Commission des relations de travail (WRC) qui a établi que l’entreprise Beulah Print and Design a fait preuve de discrimination à l’encontre de Jonathon Brennan (33 ans) en raison de son orientation sexuelle lorsque celle ci a refusé d’imprimer les invitations.
Le juge Orla Jones a ordonné à la société  de verser la somme de 2 500 euros à Brennan pour la discrimination visée à l’article 3 de la loi sur l’égalité de statut.
Dans l’affaire, Brennan a contacté Beulah Print and Design en mars 2015 pour l’impression des invitations à la cérémonie du partenariat civil avec son partenaire, John Kierans (39 ans).
Cependant, Brennan a déclaré lors de l’audience au WRC qu’il était « choqué et gêné » lorsque Beulah a refusé de prendre l’affaire, car il avait fait affaire avec Beulah pendant quatre ans avant mars 2015 pour son salon de coiffure et n’avait jamais eu de problème avec eux.
Brennan a déclaré à l’audience que le copropriétaire de Beulah lui avait dit qu’il ne pouvait pas imprimer les invitations, car lui et son partenaire commercial étaient des chrétiens croyant en la Bible, ne croyaient pas en l’homosexualité et ne soutenaient pas le mariage homosexuel.
Brennan a déclaré que Beulah lui avait dit qu’ils refuseraient de la même toute demande pour imprimer des photos d’une femme nue en raison de leurs croyances religieuses.
Brennan a dit à Beulah qu’ils avaient été heureux de prendre son argent pour d’autres commandes, mais pas lorsqu’il s’agissait d’invitations pour son partenariat civil.
Brennan a déposé sa plainte pour discrimination le 29 avril 2015 et lors de l’audience devant la WRC, le copropriétaire de Beulah a expliqué qu’il avait déjà refusé d’imprimer d’autres formes d’imprimerie lorsqu’il s’était opposé à son contenu en raison de ses convictions religieuses.
Le copropriétaire de Beulah a déclaré que le 4 mars 2015, il pensait que Brennan comprenait et acceptait ce qu’il avait dit et qu’il était ensuite allé lui serrer la main, mais Brennan ne lui avait pas rendu la pareille.
Beulah a déclaré à la WRC que le refus de ce service n’était pas dû à l’orientation sexuelle de Brennan, qui lui avait déjà fourni des services d’impression pour son entreprise de coiffure et ne s’opposait pas à lui fournir un service d’impression, mais s’opposait à fournir un service d’impression en ce qui concerne de quelque chose qui était contraire à leurs croyances.
Beulah a déclaré qu’il s’agissait de l’objet de la demande et non de la personne qui avait demandé le service.
union Beulah a déclaré que par le passé, elle refusait d’imprimer des affiches pour un événement de strip-teaseur dans un pub et refusait également d’imprimer des éléments pornographiques, ces demandes étant contraires à leurs convictions religieuses.
Beulah a déclaré qu’ils auraient refusé la même demande si celle-ci avait été faite par une personne d’orientation sexuelle différente et que l’entreprise compte de nombreux clients homosexuels
Dans ses conclusions, Jones a déclaré que Beulah avait confirmé à l’audience que son service d’invitation au mariage était accessible aux couples hétérosexuels. Il était donc clair que Brennan aurait pu utiliser ce service s’il avait été un homme hétérosexuel.
Le Juge Jones a constaté que Beulah avait refusé un service à Brennan qui était librement disponible pour les couples hétérosexuels.
Elle a dit qu’il était clair que quelles que soient les raisons pour lesquelles Beulah avait refusé de fournir à Brennan le service d’invitation de mariage, Brennan aurait pu accéder à ce service sans le fait qu’il soit un homme gay.
Elle a conclu: «Je suis donc convaincue qu’en refusant de fournir le service au plaignant, l’intimé a fait preuve de discrimination à son égard en raison de son orientation sexuelle. »
Dans une déclaration sur les résultats de la WRC, Beulah déclare qu’ils ont rejeté les conclusions de la WRC : «Nous avons simplement agi conformément à la lumière de notre propre conscience en tant que disciples du Christ».
La société a déclaré ne pas avoir refusé le service de Brennan «en raison de son identité ou de la manière dont il a choisi de vivre. En effet, nous étions heureux de le servir par le passé et continuerions volontiers à le servir à l’avenir».
«Nous sommes absolument clairs, et avons maintenu dès le départ, que nous ne discriminions pas notre client en refusant de concevoir et d’imprimer une invitation à un mariage de même sexe.»
«Au fil des ans, nous avons refusé de nombreux emplois uniquement parce qu’ils étaient clairement opposés à notre foi chrétienne.» a ajouté le représentant de la société.
«Nous ne sommes pas contre les personnes qui choisissent de pratiquer l’homosexualité, mais en tant que chrétiens convaincus de la Bible, nous ne pouvons pas, en toute conscience, imprimer des invitations pour des unions de même sexe.
«Si l’État dicte ce qu’une personne peut croire ou ne pas croire et exige la conformité en matière de choix moraux personnels, nous empruntons le chemin de l’intolérance vers le totalitarisme». ont ils conclu

1 février 2019

Japon: La ville de Chiba reconnaît légalement les couples de même sexe

Classé dans : internationnal,mariage - union civile — dominique @ 14:46

Japon: La ville de Chiba reconnaît légalement les couples de même sexe dans internationnal japonLa ville japonaise de Chiba a officiellement reconnu les couples de même sexe.
Chiba, qui abrite un million de personnes, a délivré des certificats à quatre couples de même sexe mardi 29 janvier, selon le journal japonais The Mainichi.
Les documents permettront aux couples d’accéder à de nombreux droits réservés jusqu’alors aux personnes mariées, tels que demander un logement social en tant que couple et rendre visite à un proche à l’hôpital.
Plus d’une douzaine de villes et de municipalités se sont mobilisées pour légaliser les unions homosexuelles au Japon, où le mariage homosexuel n’est toujours pas légal.
Pour pouvoir prétendre à un certificat, les couples doivent avoir au moins 20 ans, ne pas être mariés et habiter à Chiba ou projeter de s’installer dans la ville, à l’est de Tokyo.
Chiba est la dernière grande ville du pays à reconnaître les couples homosexuels, après que Fukuoka ait institué la reconnaissance légale l’année dernière . Fukuoka, avec une population de 1,5 million d’habitants, était la deuxième plus grande ville du Japon à reconnaître les couples de même sexe, après que Sapporo reconnaisse légalement les couples de même sexe en 2017. Sapporo reconnaît également les relations qui impliquent au moins une personne non binaire.
Au moins onze couples de même sexe vont intenter un procès au gouvernement japonais le mois prochain dans le but de légaliser le mariage de même sexe. La poursuite conjointe sera déposée devant quatre tribunaux de district à Nagoya, Osaka, Sapporo et Tokyo. Elle affirmera que l’incapacité des couples japonais du même sexe à se marier dans le pays viole leur droit constitutionnel à l’égalité et à la liberté du mariage. Les avocats des plaignants ont déclaré que cette action en justice était la première au Japon à demander la reconnaissance des mariages de même sexe.

23 janvier 2019

USA: un thérapeute anti homosexuel mormon fait son coming out

Classé dans : coming out,homophobie,infos,internationnal — dominique @ 13:49

USA: un thérapeute anti homosexuel mormon fait son coming out dans coming out tumblr_inline_plsbl9NUvN1uj37u4_540Le mormon David Matheson , qui a passé des années à dire que les thérapies de conversion était une option raisonnable et a écrit un livre dont le titre suggère que les hommes homosexuels ne sont pas «entiers», vient de faire son coming-out. Dans un message posté sur Facebook le 21 janvier, il a assuré vouloir « poursuivre sa vie en tant qu’homme gay ».
On pouvait lire dans le New York Times en 2007 :
M. Matheson, titulaire d’une maîtrise en conseil et orientation de l’Université Brigham Young, pratique les thérapies de conversions
Il  a commencé à exercer à temps plein dans le New Jersey en 2004 et a actuellement quelque 50 clients. Il facture 240 $ pour une séance de 90 minutes.
M. Matheson a été formé par le psychologue Joseph Nicolosi, président de l’Association nationale pour la recherche et la thérapie de l’homosexualité, une organisation laïque de premier plan du mouvement des « anciens gays ».
Les conseils de M. Matheson visent avant tout à aider les hommes – tous ses clients sont des hommes – à développer la « complétude sexuelle » en s’attaquant aux problèmes émotionnels et en établissant des relations saines avec les autres hommes. Il a dit croire que cela aiderait à réduire les désirs homosexuels.
«La thérapie que je fais utilise uniquement des principes thérapeutiques standard et normaux».
Des messages privés sur Facebook révèlent que Matheson a abandonné ces techniques de torture et est à la recherche d’un partenaire masculin . Matheson était marié à une femme depuis plus de 30 ans. « Le temps que j’ai passé dans un mariage hétérosexuel a été une vraie bénédiction pour moi (…) Mais j’avais cessé d’évoluer et je commençais à mourir », explique-t-il. Et d’ajouter :
«Mon temps dans un mariage hétérosexuel et dans le monde des« ex-gays »a été sincère et a été une bénédiction pour moi. Je m’en souviens avec gratitude et pour la joie et la croissance que cela a causées en moi et pour beaucoup d’autres. Mais j’avais cessé d’évoluer et commençais à mourir. Je me suis donc engagé dans une nouvelle voie vitale qui a déjà lancé un tout nouveau processus de croissance. Je ne faisais pas semblant pendant toutes ces années. Je ne renonce pas à mon travail passé ou à ma foi … Et je ne condamne pas les mariages à orientation mixte. Je continue à défendre le droit des individus de choisir la manière dont ils réagiront à leurs attraits sexuels et à leur identité. Avec cette liberté, je choisis maintenant de poursuivre ma vie en tant qu’homme gay. ”
Il ne demande pas pardon et ne rejette pas les méthodes mêmes si il sait maintenant que ça ne fonctionne pas. Juste une annonce privée qui n’est devenue publique qu’après que Wayne Besen, un défenseur américain des droits des homosexuels et fondateur de Truth Wins Out en eut entendu parler.

21 janvier 2019

Égypte : un présentateur télé condamné à un an de prison pour avoir interviewé un gay

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 7:38

egypteUn présentateur d’une émission télévisée a été condamné à un an de prison ferme par un tribunal égyptien pour avoir interviewé un homosexuel en 2018, a indiqué dimanche une source judiciaire.
Ce présentateur, Mohamed al-Gheiti, qui s’était plusieurs fois dit opposé à l’homosexualité, a été reconnu coupable de promouvoir cette orientation sexuelle ainsi que d’outrage à la religion. Le présentateur a également été condamné à une mise sous surveillance d’un an, et d’une amende de 3.000 livres égyptiennes (130 euros), a indiqué Samir Sabri, l’avocat de la partie plaignante.
Mohamed al-Gheiti peut faire appel du verdict, et dans le cas échéant rester en liberté en attendant son nouveau verdit, à condition de payer une caution de 1.000 livres égyptiennes (50 euros), selon Samir Sabri, sans indiquer si Mohamed al-Gheiti avait pris une décision en ce sens. En août 2018, le présentateur avait invité un homme gay dans son émission télévisée sur la chaîne privée LTC TV et avait débattu avec lui sur le thème de l’homosexualité à l’antenne. Durant l’interview, l’invité, dont le visage était flouté pour rester anonyme, avait confié être un travailleur du sexe et avait parlé de sa relation avec un autre homme.
Après la diffusion de cet entretien, le Conseil suprême de régulation des médias, un organisme d’État, avait suspendu la chaîne durant deux semaines pour « violations professionnelles ». Selon un communiqué du Conseil, LTC TV n’avait pas respecté l’interdiction du conseil concernant « la présence d’homosexuels ou la promotion de leurs slogans » à la télévision. Le conseil avait instauré cette interdiction après qu’un drapeau arc-en-ciel – symbole de la communauté LGBT – avait été brandi lors d’un concert au Caire en 2017.
À l’époque, les autorités avaient lancé une large campagne de répression contre les personnes suspectées d’être homosexuelles, s’attirant les critiques des groupes de défense des droits de l’Homme. Le code pénal égyptien ne prohibe pas explicitement l’homosexualité, mais les tribunaux utilisent les incriminations de « débauche » ou de « prostitution » pour condamner les homosexuels.

14 janvier 2019

Tchétchénie: Reprise de la purge anti-gays

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:23

tchechenie_russie_lgbtLa purge anti-gays se poursuit en Tchétchénie. Plusieurs personnes soupçonnées d’être homosexuelles auraient été arrêtées dernièrement. Plusieurs sources font même état de morts.
Le réseau LGBT russe a rapporté lundi que la nouvelle de la persécution des homosexuels et des transsexuels avait repris en Tchétchénie, avec des détails confirmés. Selon ces informations, depuis fin décembre environ 40 personnes ont été emprisonnées en raison d’homosexualité réelle ou présumée.
Le porte-parole de l’association, Igor Kozhetskov, a souligné qu’il était impossible de nommer le nombre exact de victimes. « Nous savons cependant qu’environ 40 personnes ont été arrêtées, hommes et femmes, et qu’au moins deux personnes sont mortes des suites de la torture ».
Les arrestations ont été effectuées par des agents de sécurité et les personnes persécutées ont été arrêtées à Argun. Dans la ville située à l’est de la capitale, Grozny, la plupart des personnes ont été arrêtées dans un ancien bâtiment militaire évacué au printemps 2017.
Le magazine Meduza, basé à Riga a rapporté lundi, sa propre source de plus de 20 morts dans le contexte de la vague de persécution en cours.
La nouvelle a suscité des craintes au sein de la communauté LGBT de voir se répéter la purge anti-gay qui avait eu lieu en 2017 et qui avait vu plus de 100 hommes arrêtés, emprisonnés et torturés par les autorités dans des camps de concentration.
Novaya Gazeta a rapporté que des groupes LGBT en Tchétchénie utilisent le réseau social russe VKontakte pour appeler les citoyens homosexuels à quitter la région.
L’un des messages cités exhortait la population à « fuir la république dès que possible » et « à se tourner vers les défenseurs des droits de l’homme, les médias, des amis qui peuvent vous aider ».
Les observateurs des droits de l’homme et Novaya Gazeta ont signalé pour la première fois en avril 2017 que les autorités tchétchènes procédaient à une purge homophobe. Le gouvernement russe n’intervint pas et déclara plus tard qu’il n’y avait aucune preuve de purge.
Le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov et son administration ont démenti les informations faisant état de détentions anti-gays, insistant à plusieurs reprises sur le fait qu’il n’y avait pas de gays dans la région.
En décembre 2018, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a publié un rapport dénonçant un régime « d’impunité » en Tchétchénie, où des violations « très graves » des droits de l’Homme sont perpétrées.
source : http://reloaded.e-llico.com

10 janvier 2019

USA: un groupe évangélique s’oppose au projet de loi anti-lynchage pour les LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 17:06

bible gayUne association évangélique réclame un amendement au projet de loi anti-lynchage approuvé à l’unanimité par le Sénat américain le mois dernier, exigeant que les protections accordées aux personnes LGBT soient retirées de la proposition avant le vote de la Chambre.
La loi, si elle estvotée, criminalisera l’acte de lynchage au niveau fédéral.
Selon la législation, les politiciens américains ont tenté de lutter contre le lynchage près de 200 fois, mais ont échoué à chaque fois en dépit du soutien de la présidence. Au moins 4 742 personnes – dont la majorité étaient noires – auraient été lynchées aux États-Unis entre 1882 et 1968, indique le projet de loi.
Cette fois, l’acte semble prêt pour le succès. Il a été présenté par les trois membres noirs du Sénat, le sénateur Cory Booker (New Jersey), la sénatrice Kamala Harris (Californie ) Et le sénateur Tim Scott (Caroline du Sud ).
L’adoption du projet de loi constituerait une victoire importante pour les groupes minoritaires aux États-Unis. La législation s’appliquera aux lynchages motivés par la «religion réelle ou supposée de la victime, son origine nationale, son sexe, son orientation sexuelle, son identité de genre ou son handicap».
Le Liberty Counsel, une organisation à but non lucratif qui fait la promotion des litiges liés aux valeurs chrétiennes évangéliques, a un problème particulier en ce qui concerne la protection des Américains LGBT par la loi.
Dans une interview accordée au journal conservateur OneNewsNow mardi, le président de Liberty Counsel, Mat Staver, a averti qu’offrir une protection à la communauté LGBT contre le lynchage permettrait à ses membres d’obtenir davantage de droits à l’avenir.
Staver a expliqué que l’avocat de son association fait maintenant pression sur les membres du Congrès dans le but de faire supprimer les références «d’orientation sexuelle» et «identité de genre» du projet de loi avant qu’il ne devienne loi.
Stephen Peters, porte-parole du groupe de défense des droits civils des LGBT, Human Rights Campaign, a déclaré à Newsweek : «Liberty Counsel s’attaque depuis longtemps aux personnes LGBTQ et à leurs familles en s’employant à ancrer la discrimination dans la loi et à saper les avancées en matière d’équité et d’égalité. Leur tentative de soustraire les personnes LGBTQ d’un projet de loi anti-lynchage montre leur animosité à l’égard des personnes LGBTQ. »
Le Liberty Counsel a été qualifié de «groupe haineux» anti-LGBT par le Southern Poverty Law Center. En novembre, elle a fait pression sur les législateurs pour qu’ils suppriment les discriminations anti-«orientation sexuelle» et «identité de genre» d’un accord commercial avec le Canada et le Mexique.

6 janvier 2019

Suisse : un référendum contre la loi anti-homophobie

suisseL’Union Démocratique Fédérale, le parti politique suisse qui se dit le défenseur des valeurs chrétiennes, a décidé de lancer le référendum contre la révision de la norme pénale antiraciste. Le Parlement a adopté lors de la session d’hiver une modification du Code pénal qui interdit légalement l’homophobie au même titre que le racisme ou l’antisémitisme.
Le parti a pris cette décision lors de son assemblée des délégués samedi à Olten. La loi constitue une atteinte fondamentale à la liberté d’expression, écrit l’UDF dans son communiqué. Des opinions légitimes seront à l’avenir criminalisées et la nouvelle disposition entraînera une avalanche de plaintes.
La norme antiraciste, approuvée par le Parlement, sera étendue à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Elle vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI). Cette proposition est partie d’une initiative parlementaire de Mathias Reynard (PS/VS).
Cette modification était demandée de longue date par de nombreux organes internationaux des droits humains ainsi que plusieurs organisations de la société civile suisse. La coalition «Pour les êtres humains-contre la discrimination» avait envoyé une lettre aux parlementaires juste avant la session d’hiver 2014.
Lors des débats, les Chambres avaient finalement renoncé à inclure le critère d’identité de genre, qui devait permettre de protéger les personnes transgenres ou au sexe non déterminé. Il a été jugé trop flou.
L’UDF a également adopté son mot d’ordre pour la votation fédérale du 10 février. Elle recommande le non à l’initiative Stop mitage des Jeunes Verts. La mesure phare de ce texte prévoit que toute nouvelle parcelle à bâtir doit être compensée par le dézonage d’une parcelle de valeur équivalente ailleurs.

3 janvier 2019

Hong Kong : deux hommes contestent l’absence de loi sur le mariage gay

Classé dans : infos,internationnal,justice,mariage - union civile — dominique @ 17:57

unionDeux hommes habitant Hong Kong ont contesté juridiquement la décision de la ville de ne pas autoriser les mariages entre personnes du même sexe.
Lors d’une audience qui s’est tenue jeudi 3 janvier, il a été révélé qu’un étudiant de 21 ans et un militant de 31 ans avaient présenté deux contestations juridiques distinctes, faisant valoir que la Haute Court n’avait pas le droit d’interdire aux couples de même sexe de se marier.
Ils ont tous deux fait valoir que le fait de ne pas être autorisés à se marier violait leur droit à l’égalité en vertu de la Charte des droits et de la mini-constitution de la ville .
L’avocat Hectar Pun Hei SC, qui représente les deux requérants, a déclaré que l’ordonnance sur le mariage et l’ordonnance sur les affaires matrimoniales étaient «incompatibles» avec les lois sur les droits de l’homme, car elles ne reconnaissaient que le mariage entre un homme et une femme.
L’avocat affirme que le tribunal devrait réinterpréter la définition du mariage en tant qu ‘«union volontaire pour la vie de deux personnes».
Bien que d’autres contestations judiciaires relatives aux visas de conjoint et à l’absence de partenariats civils aient été soumises à la Haute Cour, il s’agissait de la première fois ou la question centrale était de savoir si les couples de même sexe devaient être autorisés à se marier.
À l’heure actuelle, les mariages entre personnes de même sexe sont toujours illégaux et la ville ne reconnaît pas les mariages entre personnes de même sexe.

Mexique : 58% de la population LGBT considèrent que leurs droits ne sont pas respectés

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:48

Mexique : 58% de la population LGBT considèrent que leurs droits ne sont pas respectés dans homophobie 020818-ENDOSIG-3-e154653042963458% des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres estiment que leurs droits ne sont pas respectés au Mexique, selon les résultats de l’ enquête nationale sur la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre (ENDOSIG 2018), réalisée par le Conseil national de prévention de la discrimination ( CONAPRED).
L’un des résultats les plus alarmants de l’enquête indique que 47,8% des participants avaient des idées suicidaires; alors que 21,5% ont tenté de se suicider à un moment donné à cause de la discrimination à laquelle cette population est soumise.
Ces cas concernent principalement des hommes trans (73%), des personnes ayant une autre identité de genre non normative (71,8%), des femmes trans (58,4%), des femmes bisexuelles (51,4%), des personnes ayant une autre orientation sexuelle (51,2%). ), les hommes bisexuels (48%), les gais (43,2%) et les lesbiennes (42,9%).
Selon les résultats, la pratique discriminatoire la plus récurrente envers la population LGBT est l’empêchement à l’utilisation des toilettes publiques en fonction de l’identité de genre des utilisateurs (51%).
83% des sondés ont déclaré que les expressions les plus hostiles auxquelles ils ont été confrontés étaient des blagues offensantes à propos des personnes LGBT. De même, il a été révélé que 3 personnes interrogées sur 5 (60%) se sentaient victimes de discrimination pour au moins une raison au cours de la dernière année.
En ce qui concerne ce point, les principaux motifs de discrimination étaient l’aspect physique et la façon de parler. Afin d’obtenir ces données, une enquête a été menée via Internet, à laquelle ont participé 10 000 personnes LGBT de tout le pays âgées de plus de 16 ans.

Brésil : Bolsonaro contre les LGBT et les groupes indigènes

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 7:18

Brésil : Bolsonaro contre les LGBT  et les groupes indigènes dans homophobieLe nouveau président Brésilien, Jair Bolsonaro, a signé deux décisions polémiques visant les groupes indigènes du Brésil, descendants d’esclaves et à la communauté LGBT, dés les premières heures de son administration.
La bourse de Sao Paulo a quant à elle bondi de 3,56%, atteignant un record de 91 012 points, alors que les nouveaux ministres ont renforcé l’intention de privatiser des entreprises publiques et qu’un fabricant d’armes brésilien a tiré parti du projet de Bolsonaro d’assouplir le contrôle des armes. Des hausses similaires des cours des actions ont également eu lieu pendant la campagne présidentielle.
Dans une ordonnance publiée mardi 2 janvier au Journal officiel, le chef d’État a exclu des prérogatives de son nouveau ministère des Droits de l’homme les préoccupations liées aux personnes LGBT. Une disposition qui fait directement écho à son discours de la veille, au cours duquel il a promis de se battre contre « l’idéologie de genre » affirmant que c’était une menace pour les valeurs chrétiennes du Brésil..
Dans un mouvement favorable à ses alliés du secteur agroalimentaire, qui ont critiqué l’attribution de larges bandes de terres aux autochtones, Bolsonaro a transféré les responsabilités en matière de délimitation des territoires autochtones du ministère de la Justice au ministère de l’Agriculture. La nouvelle ministre de l’Agriculture, Tereza Cristina, fait partie du caucus de l’agroalimentaire à la chambre basse du Brésil et s’est opposée aux demandes des communautés autochtones.
Auparavant, l’attribution de ces territoires réservés aux peuples autochtones était régulée par la Fondation de l’Indien (Funai), organisme publique chapeauté jusqu’à présent par le ministère de la Justice.

12345...280

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS