11 février 2018

Maroc : des activistes s’insurgent contre les lois marocaines

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 18:01

marocLu sur http://www.lesiteinfo.com/
Cinq associations des droits de l’Homme demandent au gouvernement El Othmani de revoir sa copie en ce qui concerne ces citoyens marocains, et fiers de l’être, mais dont la sexualité, « différente », est criminalisée par l’article 489 du Code pénal, ainsi que par des pans non négligeables de la société, voire par la majorité des Marocain(e)s toutes classes confondues.
Ces cinq associations, dans un communiqué commun, tout en s’insurgeant contre la criminalisation des LBGT marocains et contre la discrimination dont ils sont l’objet au sein de notre société, prennent pour témoin une vidéo qui en dit long sur les souffrances subies par ces minorités qui, que l’on veuille ou non, font partie intégrante du tissu social du Maroc. Laquelle vidéo montre la façon humiliante dont des ambulanciers se gaussent d’un homosexuel malade et devant être transféré dans un hôpital pour y recevoir les soins appropriés à son état de santé. Ce qui enfreint, selon lesdites associations, les lois internationales et la déclaration universelle des droits de l’Homme. De même que cela est, de surcroît, tout à fait en flagrant opposé de ce que préconise le préambule de la Constitution marocaine de 2011 qui s’engage « à bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque en raison du sexe, de couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou culturelle, de la langue, du handicap ou de quelque circonstance que ce soit ».
Les associations demandent également que le personnel médical, ayant humilié le patient, juste parce qu’il sembleait efféminé, soit poursuivi en justice, rappelant que l’éthique, la déontologie et le secret professionnel intiment aux blouses blanches de bannir toute discrimination entre les patients. Tout en considérant que cette attitude préconçue et bourrée de préjugée est indigne de la profession et porte préjudice aussi bien aux coupables qu’à leur victime présumée homosexuelle. Comme ces activistes demandent que le gouvernement El Othmani abrogent toutes ces lois discriminatoires, particulièrement les articles 483, 489 et 490 du Code pénal marocain.
source: http://www.lesiteinfo.com/ 

Nantes : la mairie fait appel après l’annulation d’une subvention à un centre LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 17:31

centre nantesLa mairie de Nantes va faire appel d’une décision de justice annulant une subvention de 22 000 euros versée à une association LGBT (lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre). Dans un jugement daté du 7 février, le tribunal administratif de Nantes estimait que cette subvention, attribuée en février 2016, était « entachée d’illégalité ».
« L’attribution de la subvention litigieuse par la ville de Nantes ne peut être regardée comme exempte de tout motif politique », estimait en effet le tribunal. A l’appui de sa décision, le juge rappelait « les prises de position publiques adoptées ou relayées par l’association Centre LGBT de Nantes, notamment en faveur de la GPA (gestation pour autrui, ndlr), contraire à l’ordre public français et pénalement réprimée ».
Le tribunal a enjoint la mairie de Nantes de recouvrer la somme en question « dans un délai de deux mois ».
« Au-delà du motif invoqué, c’est l’ensemble des actions du Centre LGBT (NOSIG) qui se retrouvent mises en cause », estime la ville de Nantes, dans un communiqué. « Cette décision interroge par ailleurs les principes de liberté d’association et de liberté d’expression. C’est à ce titre que la Ville de Nantes soutient et continuera à soutenir le Centre LGBT », ajoute-t-elle.
Une nouvelle subvention de 22 000 euros a été votée vendredi en faveur du Centre LGBT par le conseil municipal de Nantes.

10 février 2018

La marque de sous-vêtements Andrew Christian suspend son contrat publicitaire avec Topher DiMaggio

Classé dans : infos — dominique @ 16:02

L’acteur porno Topher DiMaggio a été une figure importante pour les pubs de la marque Andrew Christian
Après les accusations de viol,  le fabricant américain de sous-vêtements et de maillots de bain a réagi en mettant fin à leur collaboration.
Jusqu’à nouvel ordre, Andrew Christian renonce à travailler avec l’acteur X de 32 ans, a déclaré la compagnie basée à Hollywood dans la nuit de mercredi à jeudi.
« Andrew Christian ne tolère pas plus les abus sexuels que toute autre forme d’abus ou de maltraitance envers les membres de notre communauté », peut-on lire sur la page Facebook d’Andrew Christian.
« Nous prenons les accusations des victimes très au sérieux, donc Topher est suspendu et nous observons l’évolution de l’affaire », poursuit l’entreprise qui précise vouloir assurer un « environnement sûr et accueillant pour notre famille LGBTQ ».
Au total, cinq hommes ont accusé publiquement d’agressions sexuelles DiMaggio au cours des deux dernières semaines.
L’acteur porno Tegan Zayne tout d’abord, puis, eu de temps après, deux hommes qui ne travaillaient pas dans l’industrie du porno et qui souhaitaient garder l’anonymat.
Enfin, il y a seulement quelques jours, deux autres hommes, dont un éminent humoriste de YouTube, ont rapporté des rapports non consentants et agressifs avec la star du porno.
Andrew Christian a été fondée en 2001. L’entreprise s’était engagée politiquement en 2008, peu avant l’élection présidentielle en soutenant Barack Obama. Une partie de ses revenus a été reversée à la campagne électorale du candidat démocrate. 

102 1 10 101

Australie : Nigel Owens répond aux propos homophobes du boxeur Anthony Mundine

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 14:24

mund-600x468Le Gallois Nigel Owens, souvent décrit comme un des meilleurs arbitres du monde, a répondu aux propos homophobes du boxeur australien Mundine, qui a déclaré cette semaine que la peine de mort pourrait amener les gens à penser différemment au fait d’être homosexuel.
 C’est dans le Daily Telegraph qu’Anthony Mundine a proféré ces propos homophobes. Il a d’ailleurs persisté en déclarant que les personnes homosexuels ne devraient pas être autorisées à la télévision afin qu’elles n’influencent pas les jeunes enfants.
 Le boxeur professionnel et ancien joueur de rugby quittait la téléréalité australienne I’m a Celebrity… Get Me Out of Here en faisant encore quelques-unes de ses déclarations les plus controversées, semblant soutenir l’utilisation de la peine de mort pour «dissuader l’homosexualité».
 Répondant au Daily Telegraph dans une interview filmée juste après avoir quitté le camp, Mundine a été invité à répondre à la controverse entourant les commentaires qu’il a faits en entrant dans la jungle sud-africaine, lorsqu’il a déclaré que l’homosexualité était « confuse à la société » et « non naturelle ». .
  »Je me fiche de savoir si vous êtes gay ou non, cela ne m’inquiète pas car le créateur vous jugera plus tard », a t-il déclaré au journaliste Jonathon Moran.
 Sur Twitter, l’arbitre international a souhaité répondre au boxeur australien : « Être gay n’est pas un choix. Je me suis battu pour être vraiment ce que je suis pendant des années mais j’ai réalisé que je n’avais pas le choix. Mais tu as le choix toi de respecter et de traiter tout le monde de la même manière ».
 Nigel Owens a conclu son tweet en écrivant : « Peut-être que ce clown [Mundine] aura un fils qui sera gay un jour. Nouera-t-il le nœud coulant lui-même ? ».

Mister Gay Belgium hospitalisé après avoir été frappé lors d’une soirée

Classé dans : infos — dominique @ 13:35

Jaimie Deblieck, vainqueur du concours Mister Gay Belgium l’année dernière, a été frappé dans la nuit de vendredi à samedi par un inconnu, alors qu’il était de sortie à Roulers, sa ville natale. Hospitalisé le temps d’un contrôle, le jeune homme de 22 ans a finalement pu rentrer chez lui.
 Dès son retour, il a publié une photo sur les réseaux sociaux en y ajoutant un commentaire faisant référence à son agression : « M’attaquer par derrière est une chose, mais me qualifier de « Putain de PD » en est une autre, et tu vas le regretter. Je ne vais pas laisser passer ça, lâche », a-t-il écrit.
 Le jeune homme a porté plainte auprès de la police.

mister belgieum  1 belgium

La Mercedes Classe E Coupé élue voiture gay européenne de l’année 2018

Classé dans : infos — dominique @ 13:28

mercedes-e-300-coupe-2017-15_2La Classe E Coupé, coupé « intermédiaire » de Mercedes, a été distinguée par le vote de plusieurs centaines de gays amateurs d’auto, et prend la relève de la Fiat 124 Spider.
Le prix est attribué par l’association Ledorga, basée en France mais qui regroupe plusieurs centaines de gays amateurs d’automobiles venus de différents pays européens.
Ledorga a dévoilé le nom de la gagnante sur son site et via un bref communiqué envoyé par mail..
Pas sûr qu’un vote à l’aspect communautaire soit la meilleure idée pour distinguer un produit. D’autant qu’à une époque où il faut encore combattre les clichés, les voitures désignées ces quatre dernières années semblent les entretenir, avec des véhicules tournés vers le plaisir, peu pratiques ou qui demandent un fort pourvoir d’achat(en clair, le gay est riche et n’a pas d’enfant) : Ford Mustang, Mazda MX-5, Fiat 124 Spyder et Classe E Coupé.
En 2015, un représentant de Ledorga précisait que seul le critère esthétique entrait en compte. De quoi mieux comprendre le positionnement plaisir des gagnantes, mais c’est peut-être un peu léger pour en faire une « voiture gay », même si Ledorga ne cherche pas à en faire un prix officiel. On se demande de toute manière quels critères peuvent rendre une voiture gay.

Yvelines : deux jeunes homosexuelles agressées dans le RER A

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 7:51

homo-sexualite-drapeauDeux jeunes filles de 17 et 18 ans ont été victimes d’agressions et d’insultes homophobes alors qu’elles se trouvaient dans le RER A, ce vendredi. Il était 13h30 quand les policiers sont intervenus en gare de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Ils sont venus en aide à deux jeunes filles, très choquées d’avoir été malmenées en raison de leur orientation sexuelle.
A l’origine des violences, sept adolescents, tous âgés de 17 ans. Ils s’en sont pris aux deux jeunes filles en leur tirant les cheveux et les vêtements, en les frappant derrière la tête et en les bousculant violemment. Elles n’ont pas été blessées, mais elles sont choquées.
Aucun des protagonistes en cause, arrêtés et placés en garde à vue au commissariat de Conflans-Sainte-Honorine, n’est connu des services de police. Le parquet doit décider ce samedi de la suite judiciaire à donner à cette affaire.

9 février 2018

Dieppe : violentes agressions homophobes

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 16:53

nicolas-bellenchombreLu sur http://www.gayviking.com
De violentes agressions homophobes ont été commises à Dieppe le weekend dernier. Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 février 2018, Nicolas Bellenchombre et son compagnon Alexis ont été pris à partie dans le centre-ville de Dieppe par deux hommes d’environ 24 ans. Nicolas Bellenchombre est le président de l’association Ciné-Deep, organisateur du Festival du Film Canadien dans la ville portuaire. Il a souhaité alerter l’opinion publique.
Dans la presse locale, Paris-Normandie et Les Informations Dieppoises, il relate son agression. Interpellé par les deux agresseurs : « Pourquoi vous nous regardez ? C’est quoi ce parapluie de pédé ? », Nicolas raconte aux journalistes sa mésaventure « Alexis a pris un coup de poing et a réussi à se sauver en courant. Et ils ont dit : On se met sur la grosse tarlouze. Alors, je leur ai proposé de prendre mon argent, mon téléphone, mon sac. Ils ont répondu : C’est pas ça qu’on veut, c’est ta gueule. Ils m’ont frappé au visage, je suis tombé, ils ont continué à me frapper aux jambes et à la tête. Mes oreilles bourdonnaient et un voile blanc est passé devant mes yeux, mais j’ai réussi à me relever. Quand ils ont vu qu’Alexis, un peu plus loin, appelait à l’aide et téléphonait aux secours, ils sont partis en courant.
Le choc de l’agression a été terrible. Nicolas Bellenchombre est en sang, conduit aux urgences. Avec Alexis, ils portent plaintes. La Police n’a pas encore retrouvé les agresseurs.
Nicolas a été traumatisé par cette agression : « ce qui nous est arrivé est inattendu, totalement gratuit et extrêmement violent. Ils auraient pu me tuer. » précise-t’il à Paris-Normandie.
Néanmoins, Nicolas Bellenchombre a souhaité clarifier la situation sur sa ville, Dieppe, qu’il affectionne tout particulièrement et qui « n’a jamais été et n’est pas une ville homophobe. Il s’agit, surtout, de ne pas faire d’amalgame : ça peut arriver n’importe où, Dieppe n’est pas une ville où ça craint. Mais de la misère humaine et de la connerie, on en trouve partout. »
Selon Nicolas Bellenchombre, le même soir, au même endroit, un couple de garçons a vécu la même histoire dont l’un s’est fait agressé, roués de coups et insulté de « pédé ». Il raconte sur sa page Facebook qu’ils étaient également au bureau de police pour porter plainte. 

Nantes :Le tribunal administratif annule la subvention de la Ville au centre LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:31

648x415_vitrines-vandalisees-centre-lgbt-nantesLe Tribunal Administratif de Nantes a annulé mercredi 7 février une délibération du Conseil municipal de Nantes datant du 5 février 2016, attribuant une subvention au Centre LGBT de 22.000 euros.
Cette décision fait suite à un recours déposé par une habitante de Nantes. La municipalité – de gauche – a fait appel de la décision.
Les élus de droite avaient voté contre ou s’étaient abstenus. Certains avaient critiqué cette attribution « versée à une association menant des actions à caractère politique et apportant son soutien à la gestation pour autrui, pratique illicite pénalement sanctionnée ».
Ils faisaient référence à une réunion d’information sur la GPA organisée par le centre LGBT en 2015.
Le Tribunal administratif de Nantes a suivi ce point de vue et annulé la délibération du conseil municipal.
Dans son jugement , le tribunal explique qu’ »eu égard aux prises de position publiques adoptées ou relayées par l’association centre LGBT de Nantes, notamment en faveur de la GPA, contraire à l’ordre public français et pénalement réprimée, l’attribution de la subvention litigieuse par la ville de Nantes ne peut être regardée comme exempte de tout motif politique ».
La Ville de Nantes quant à elle explique dans un communiqué que convention qui la lie au centre LGBT a pour vocation de « soutenir l’ensemble des actions conduites en faveur de l’épanouissement des personnes homosexuelles, bisexuelles et trans ».
« L’association lutte contre toute forme d’exclusion, de discrimination sociale, professionnelle fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre, les moeurs, et les pratiques sexuelles entre personnes consentantes, rappelle la Ville. C’est l’ensemble des actions du centre LGBT (NOSIG) qui se retrouvent mises en cause ».
« Cette décision interroge les principes de liberté d’association et de liberté d’expression », souligne la Ville.
Dans un communiqué, le centre LGBT de Nantes fait part de sa « stupeur » et de sa « consternation ».
« Les accusations portées envers NOSIG ne relèvent pas d’un caractère structurel mais bien d’une attaque frontale envers nos communautés et les valeurs d’égalité que nous prônons, dont le tribunal administratif se rend désormais coupable », estime les responsables du centre.
Le centre LGBT de Nantes a été l’objet de vandalisme ces derniers mois. Des autocollants homophobes ont été placardés sur ses vitrines 

8 février 2018

Roumanie : des manifestants perturbent la projection d’un film jugé « pro-gay »

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,homophobie,infos,internationnal — dominique @ 22:01

Filmul-soldatii-poveste-din-ferentari-1   

À Bucarest, une trentaine de manifestants se revendiquant d’une association religieuse orthodoxe a momentanément perturbé, ce jeudi, la projection du film Soldati. Poveste din Ferentari (Soldats. Une histoire de Ferentari), une co-production roumano-serbo-belge réalisée par la Serbe Ivana Mladenovic en 2017.
Le film est jugét « pro-gay » parce qu’il raconte l’histoire d’amour entre un anthropologue et un ancien détenu rom, dans une banlieue pauvre de la ville, Ferentari.
Un groupe de jeunes spectateurs cagoulés a notamment diffusé de la musique au début de la séance programmée au Musée du paysan roumain. Ils ont ensuite été évacués, et la projection a pu reprendre.
A l’extérieur, une trentaine de personnes manifestait pour « défendre les valeurs millénaires de la nation roumaine. »
Dimanche soir, des manifestants avaient interrompu la projection dans cette même salle du film « 120 battements par minute » du réalisateur français Robin Campillo, fresque sur les années Sida en France vues à travers le combat de l’association Act Up et Grand prix du jury au 70e festival de Cannes.
La direction du musée a défendu dans un communiqué sa décision de diffuser des films « sans censurer leur contenu » et rappelé que « la liberté d’expression est l’un des principaux acquis de la démocratie roumaine » après le renversement du régime communiste fin 1989. 

       1

123456...1023

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS