16 décembre 2019

Le Gabon est devenu le 70e pays à criminaliser l’homosexualité

Classé dans : infos — dominique @ 17:30

afrique gayLe Gabon a rendu les relations sexuelles entre personnes homosexuelles illégales, ce qui en fait le 70ème pays au monde à criminaliser les relations sexuelles consenties entre personnes de même sexe. Les personnes reconnues coupables encourent une amende et une peine pouvant aller jusqu’à six mois de prison.
La peine encourue pour les relations homosexuelles au Gabon est de six mois de prison et une amende de 5 millions de francs CFA (7 600 €).
Le pays est devenu le 70e à criminaliser l’homosexualité, comme le rapporte une source officielle du gouvernement gabonais à Openly. Une loi, passée en juillet dernier et intégrée au code pénal en octobre, définit désormais les relations homosexuelles comme « contraires aux moeurs ». Elles constituent dès lors une infraction pénale qui entraînera une condamnation pouvant aller jusqu’à six mois de prison ainsi qu’une amende de 5 millions de francs CFA (7621 €).
Davis Mac-Iyalla, un militant des droits des LGBT + en Afrique de l’Ouest, a déclaré à Openly que la nouvelle loi « envoie encore la communauté LGBT dans la clandestinité et crée encore plus de harcèlement« .« La police corrompue utilise maintenant cette excuse pour arrêter les gens. Ils doivent ensuite payer des pots-de-vin pour être libéré », a ajouté Mac-Iyalla, bien que ces informations ne soient pas confirmées.

USA: une chaîne télé refuse de diffuser une publicité avec un couple lesbien

Classé dans : infos — dominique @ 17:22

L’entreprise d’organisation de mariage Zola a informé que la chaîne américaine Hallmark ne souhaitait plus diffuser l’une de ses publicités mettant en scène un couple de femmes.
Les deux mariées récitent leur vœux, citant avec humour le nom de l’entreprise qu’elles ont choisi pour héberger leur site de mariage… avant de s’embrasser. C’est la publicité que refuse désormais de diffuser la chaîne américaine Hallmark, connue Outre-Atlantique pour ses films de Noël retransmis en fin d’année.
Un choix qui a conduit Zola, l’entreprise de planification de mariages à l’origine de la publicité, à retirer tous ses spots (six en tout) de la chaîne télévisée. « En tant qu’entreprise, une de nos promesses principales est que n’importe quel couple puisse célébrer son amour et son mariage, et nous l’aidons à le planifier », a confié Mike Chi, directeur marketing de Zola au magazine Insider. « Nous ne sommes pas intéressés par une collaboration avec un média dont les valeurs ne sont pas alignées sur les nôtres ».
Hallmark a justifié son choix auprès de Zola disant qu’elle ne diffusait pas de « publicités polémiques ». « La décision de ne pas montrer de démonstrations publiques d’affection dans nos contenus sponsorisés (…) correspond à notre politique actuelle qui inclut de ne pas retransmettre de contenu de publicité politique, avec du langage grossier, des films interdits aux mineurs ainsi que d’autres catégories », a-t-elle ajouté auprès d’Indy 100.
Une décision qui intervient alors qu’un peu plus tôt, l’association conservatrice One Million Moms avait appelé au boycott de Hallmark précisément pour son « ouverture aux personnes LGBT » à la fois dans ses publicités et dans ses projets de films. Sur son site internet celle-ci s’offusquait notamment des dérives du contenu supposé « familial » de la chaîne américaine en citant la Bible. « Désormais, les parents ne peuvent plus faire confiance à Hallmark. »

Le Mans :Cinq interpellations après des violences d’extrême-droite contre un bar gay

Classé dans : infos — dominique @ 17:06

Cinq membres d’un commando d’extrême-droite ont été interpellés samedi lors de saccages commis contre des cafés réputés « de gauche » du centre-ville du Mans, dont un bar gay, après un rassemblement royaliste visant à commémorer l’un des épisodes les plus meurtriers de la Guerre de Vendée, a-t-on appris auprès de la mairie.
« Tous les ans, le ‘Souvenir vendéen’ commémore le prétendu massacre par les Républicains des Vendéens au Mans en 1793″, a déclaré à l’AFP Christophe Counil, adjoint au maire à la sécurité.
« Hier soir, des membres du milieu traditionaliste de l’Action française ont rejoint la manifestation, ça a assez vite dégénéré, une cinquantaine de personnes dont des gens cagoulés, armés de matraques et de battes de baseball ont pris pour cible des cafés qui ne correspondent pas à leur vision du monde, tels un bar gay-friendly et un bar alternatif. Il y a eu des affrontements avec la police, les gens ont eu très peur », a dit Christophe Counil, ajoutant que la municipalité avait fourni à la police des images de vidéosurveillance.
Selon l’adjoint au maire, cinq personnes ont été interpellées. Contactés par l’AFP, le parquet du Mans et le commissariat de police de la ville n’ont pas souhaité faire de commentaire.
Un groupuscule d’extrême-droite « Ouest Casual » a revendiqué dimanche soir sur sa page Facebook les affrontements avec des militants antifascistes, qui s’étaient rassemblés pour une contre-manifestation.
« Malgré de nombreux appels des ‘antifas’ à venir perturber la commémoration vendéenne, notre événement a bien eu lieu. Une centaine de types présents pour empêcher les perturbateurs… », écrit le groupuscule.
Dimanche soir, une vitrine du café « Le Lézard » était étoilée, tandis que celle du bar gay Heaven’s Café avait été remplacée, a constaté un photographe de l’AFP.
Interrogé par l’AFP, un membre de l’Action Française a rejeté toute implication dans les violences, soulignant que la manifestation était déclarée et qu’elle s’était « bien déroulée ». « Nos consignes sont très claires, nous interdisons toute action violente », a déclaré Camille Berth, secrétaire général adjoint du mouvement royaliste d’extrême-droite.
Le maire du Mans Stéphane Le Foll a lui condamné sur Twitter les « comportements inacceptables » d’une bande « d’extrême-droite » venue au Mans « pour casser ».
source: http://reloaded.e-llico.com/

14 décembre 2019

YouTube interdit les attaques personnelles et le cyberharcèlement contre les LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 18:35

youtubeYouTube a annoncé mercredi que les insultes, les menaces personnelles et le harcèlement en général ne seraient plus tolérés, une nouvelle étape dans le processus d’assainissement de la plateforme de vidéos entrepris depuis plusieurs années.
YouTube, comme les autres grandes plateformes sociales (Facebook, Twitter, Instagram…) s’est vu beaucoup reprocher son laxisme en terme de diffusion de contenus délétères par ses utilisateurs.
En juin dernier le service avait notamment été critiqué pour ne pas avoir retiré des vidéos d’un commentateur d’extrême droite, Steven Crowder, qui s’était moqué à plusieurs reprises des origines et de l’orientation sexuelle de Carlos Maza, un journaliste gay et d’origine hispanique du site d’information Vox.
En plus des insultes, YouTube élargit sa définition du harcèlement. « Désormais, les menaces sous-entendues ou implicites seront interdites au même titre que les menaces explicites », indique Matt Halprin. « Cela comprend les contenus simulant de la violence envers un individu ou des termes impliquant que des violences physiques pourraient avoir lieu », détaille-t-il.
Manipuler une arme en parlant de quelqu’un ou encore placer son visage sur une vidéo de jeu vidéo violent ne seront plus acceptables, par exemple. YouTube prévoit une série de mesures de rétorsion contre les chaînes qui enfreignent de façon répétée le code de conduite anti-harcèlement: impossibilité de générer des revenus, suppression de contenus… Le réseau pourra aller jusqu’à supprimer les chaînes récidivistes.
Mais ce durcissement du règlement n’a pas convaincu Carlos Maza. « Les insultes malveillantes étaient déjà interdites (…) YouTube ne met en place ce genre de mesures que pour distraire les reporters du vrai sujet: la non-application de ses propres règles » a-t-il réagi sur Twitter. Le journaliste estime que les contenus haineux, en général, constituent un problème plus important plus que les insultes personnelles et cite des commentateurs politiques qui « appellent à la haine avec le sourire » contre des groupes de population, les musulmans ou les migrants, par exemple.
En juin, face aux critiques, Youtube a privé les vidéos de Steven Crowder d’accès aux revenus publicitaires. Mais « la démonétisation ne marche pas sur YouTube », insiste Carlos Maza. « Les gens comme Crowder gagnent de l’argent grâce aux ventes de produits dérivés et aux donations. (…) Tant que YouTube leur offre une plateforme gratuite pour trouver de nouveaux clients, ils continueront à déroger aux règles ».
Depuis 2017, et au gré de différentes polémiques et scandales, Google, maison-mère de Youtube, a lourdement investi pour renforcer ses processus de détection et retrait des vidéos ou propos problématiques, avec un mélange de systèmes automatisés (intelligence artificielle) et de ressources humaines.
L’accent a d’abord été mis sur les appels à la haine, les images terroristes, les commentaires pédophiles, etc. Le renforcement des règles présenté mercredi s’applique aussi aux commentaires. La plateforme dit en avoir retiré plus de 16 millions rien qu’au troisième trimestre de cette année, spécifiquement pour des raisons de harcèlement, et s’attend à ce que ce chiffre augmente dans les trimestres à venir.
« Nous donnons aussi aux créateurs le pouvoir d’orienter la conversation sur leurs chaînes », explique Matt Halprin. « Quand nous ne sommes pas certains qu’un commentaire enfreint nos règles, mais semble potentiellement inapproprié, les créateurs ont l’option de l’approuver avant qu’il soit publié sous leur vidéo ». Cet outil, testé depuis quelques mois, sera ajouté par défaut sur la plupart des chaînes d’ici la fin de l’année, mais les YouTubeurs auront toujours la possibilité de ne pas s’en servir.

Des insultes homophobes proférées contre un conducteur de bus non gréviste

Classé dans : infos — dominique @ 18:33

Une vidéo clairement homophobe fait polémique depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux. Les images ont été tournées à un dépôt de bus de la RATP à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), mardi matin.
 On y voit un conducteur de bus non gréviste, qui quittait le dépôt, insulté par des agents grévistes.
 Les non grévistes sont traités de « Gros suceurs de bites ». Quelques instants plus tard, des échanges tendus se sont déroulés entre les deux parties, des agents grévistes multipliant les insultes homophobes comme « suceur de bite », « pédé », ou « enculé ».
 Des forces de l’ordre, qui étaient sur place pour le déblocage du site de dépôt, ont séparé le chauffeur des grévistes.

Des groupes religieux et milieux conservateurs au Brésil ont lancé un appel au boycott de Neflix

Classé dans : infos — dominique @ 18:29

Des groupes religieux et milieux conservateurs au Brésil ont lancé un appel au boycott de Neflix, qui a inclus dans sa plateforme un programme humoristique de Noël où Jésus est présenté comme homosexuel. Mercredi, en fin de journée, près de 800.000 personnes avaient déjà signé une pétition en ligne. « La Première Tentation du Christ », vidéo de 46 minutes du collectif d’humoristes Porta dos Fundos, a été mise en ligne par Netflix le 3 décembre. Elle a déclenché un tollé, notamment chez les évangéliques et certains catholiques.
« Nous sommes en faveur de la liberté d’expression, mais est-ce que ça vaut vraiment la peine d’attaquer la foi de 86% de la population? », a affirmé sur Twitter le député Eduardo Bolsonaro, fils du président d’extrême droite Jair Bolsonaro. L’évêque du Pernambouc, Henrique Soares da Costa, a affirmé avoir annulé son abonnement à Netflix et affirmé que la plateforme était « possédée par un force démoniaque ». Il a qualifié la vidéo de « blasphème vulgaire et irrespectueux ». Contacté par l’AFP, Netflix s’est refusé à tout commentaire. Le collectif Porta dos Fundos, dont la chaîne sur Youtube compte 16,2 millions d’abonnés, a pour sa part célébré sur Twitter « le succès d’une autre création de Dieu, notre programme de Noël ».

9 décembre 2019

Miss Myanmar s’exprime sur son homosexualité et rentre dans l’histoire du concours de beauté

Classé dans : infos — dominique @ 17:27

image Zin Htet, Miss Myanmar et candidate à l’élection Miss Univers qui aura lieu lundi 9 décembre, s’est exprimée sur son homosexualité. Elle est devenue ainsi la première candidate de ce concours de beauté à s’être ouvertement présentée comme étant lesbienne.
Pour le média américain People, elle est revenue sur cette annonce. « J’ai une plateforme via laquelle, si je déclare que je suis lesbienne, cela aura un impact fort sur la communauté LGBTQ en Birmanie (ancien nom de Myanmar) », a-t-elle précisé. « Mais ce qui est compliqué, c’est qu’en Birmanie, les personnes LGBTQ ne sont pas acceptées, regardées de haut par les autres et discriminées ». Swe Zin Htet espère ainsi contribuer à faire changer les mentalités dans son pays. « Je viens de commencer un nouveau chapitre dans ma vie », continue Miss Myanmar.
La jeune femme de 21 ans explique s’être rendue compte de son orientation sexuelle lorsqu’elle était âgée de 15 ou 16 ans. L’accepter a été « plutôt difficile », révèle-t-elle encore. « Mais après quelques temps, je me suis vraiment sentie gay et je l’ai accepté », continue la reine de beauté. Il y a cinq ans, elle en a parlé à ses parents. « Au début, ils étaient en colère. Ils ne l’acceptaient pas. Mais plus tard, au fil du temps, ils se sont davantage renseignés sur la communauté LGBTQ et ils ont fini par m’accepter telle que je suis », ajoute-t-elle.
Peu de personnes de son entourage étaient au courant de la sexualité de Swe Zin Htet jusqu’à son annonce publique. Pourtant, depuis trois ans, Miss Myanmar file le parfait amour avec une célèbre chanteuse birmane, nommée Gae Gae, qu’elle a rencontrée durant une fête.

Bordeaux : Une femme transgenre agressée

Classé dans : infos — dominique @ 17:14

bordeauxUne jeune femme transgenre a été agressée à Bordeaux (Gironde), ce dimanche vers 6 heures du matin. Elle sortait d’une discothèque lorsqu’elle a été poussée par-dessus le parapet d’une voie d’accès à un parking souterrain.
Elle se trouvait avec un groupe d’amis lorsque quatre hommes les aurait approchés. Leur comportement serait devenu violent lorsqu’il ont compris que la jeune femme était transgenre, relate Le Parisien citant une source proche de l’enquête. Des insultes transphobes auraient précédé l’acte de violence. La victime a été jetée d’une hauteur de 2 à 3 mètres au niveau du 6 cours du chapeau rouge.
Les agresseurs ont pris la fuite une fois leur méfait accompli. Les secours sont intervenus et ont pris en charge la jeune femme de 25 ans qui souffrait de multiples contusions. Elle a été conduite au groupe hospitalier Pellegrin.
Les enquêteurs de la Sûreté urbaine de Bordeaux ont été chargés de mener les investigations après la plainte déposée, ce dimanche, par la victime.

Grande Bretagne : incidents homophobes lors de la célébration de la campagne Rainbow Laces

Classé dans : infos — dominique @ 17:11

raimbow lacetDeux supporters présents dans la tribune extérieur du stade Amex de Brighton & Hove Albion ont été expulsés puis arrêtés par la police du Sussex, pour comportement homophobe lors du match nul contre Wolverhampton (2-2), dimanche. L’incident est survenu au moment où les clubs de Premier League célébraient la campagne Rainbow Laces qui soutient la cause LGBT.
L’opération «Rainbow Laces» (lacets arc-en-ciel) est organisée par l’ONG Stonewall pour promouvoir les droits des personnes de la communauté LGBT dans le sport.
Wolverhampton a fermement condamné le comportement de ses deux fans et a déclaré qu’il soutiendrait la police de Sussex dans leur enquête.
Le club d’Everton a annoncé dimanche avoir lancé une enquête sur des chants homophobes qui auraient été entonnés lors du match de samedi remporté contre Chelsea (2-1). L’autre club de Liverpool collabore avec l’association Kick It Out, qui combat toutes les discriminations dans le foot, après des signalements de chants provenant d’une partie du public d’Everton à destination du parcage visiteur.
«L’homophobie n’a aucune place dans notre stade, notre club, notre communauté ou dans notre jeu», a affirmé le club qui est aussi en contact avec la police régionale du Merseyside. Dans la matinée, la police de Manchester avait annoncé l’arrestation d’un homme de 41 ans soupçonné de gestes racistes à l’encontre de joueurs noirs de Manchester United lors du derby dans le stade de City. Une vidéo de cet homme avait circulé sur les réseaux sociaux et permis son identification. Samedi soir, le club de Manchester City avait rappelé que tout supporter condamné pour des actes racistes se verrait banni à vie de son stade et de ses installations.

4 décembre 2019

Geneviève de Fontenay ne veut pas voir concourir une candidate transgenre au concours Miss France

Classé dans : infos — dominique @ 17:32

-Genevieve-de-FontenayCe matin, Geneviève de Fontenay était l’invitée de Jean-Marc Morandini dans « Morandini Live » sur CNews et Non Stop People. La célèbre dame au chapeau est revenue sur les propos de Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France, qui ne « s’opposera pas » à ce qu’une femme transgenre soit candidate au titre de Miss France.
  »Jamais je n’aurais imaginé qu’on puisse accoler transgenre à Miss France. C’est tellement contre-nature ! (…) La seule chose qui est accolée à Miss France, c’est du millésime. C’est tout », a déclaré Geneviève de Fontenay, qui s’est énervée sur le plateau de « Morandini Live ».
 Pour elle, « ça ne colle pas à l’image de Miss France ». « Non, c’est non, c’est non, c’est non ! Je vais me battre jusqu’à ma mort. C’est une injure pour moi. Le mot transgenre ne sera jamais collé à Miss France. Par contre, je leur conseille de faire Miss Transgenre France. Miss Transgenre France ou merde ! », a-t-elle continué, en haussant le ton.
 Et d’ajouter en colère : « Je suis contre des qualificatifs qui ne correspondent pas à un titre que j’estime honorable de Miss France. Qu’une transgenre existe, ce n’est pas mon problème. Je ne suis pas contre, mais ça ne peut pas coller à Miss France (…) C’est insupportable et ça ne peut pas se faire. Ils le feront quand je serai morte ».
 Jean-Marc Morandini l’a également interrogée pour savoir si une Miss voilée pouvait concourrir au titre de Miss France. « Je me suis battue aussi. Une Miss avec un foulard, c’est possible. D’ailleurs, j’aurais voulu une Miss maghrébine », a-t-elle conclu en indiquant que « le foulard aurait remplacé la couronne ».
Source: https://www.jeanmarcmorandini.com/

12345...1195

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS