5 janvier 2020

La justice demande le réaffichage d’une campagne de pub anti-IVG de l’association Alliance Vita dans les gares franciliennes

Classé dans : infos — dominique @ 11:19

imageLa justice a demandé que soient réaffichée dans les gares franciliennes une campagne controversée de l’association Alliance Vita qui milite notamment contre l’avortement, a annoncé cette dernière, une décision immédiatement critiquée par la maire de Paris.
Alliance Vita a fait part, dans un communiqué, de cette décision du tribunal saisi en référé qui « demande à la régie Mediatransports de replacer les deux affiches (de soutien à la paternité et à la maternité) qu’elle avait retirées jeudi 2 janvier sans préavis, et sans même alerter l’association ».
« Très grand étonnement face à cette décision de référé ordonnant la poursuite de la campagne anti-PMA et anti-IVG. J’encourage #Mediatransports à user de toutes les voies de droit possibles pour qu’il soit mis définitivement fin à cette campagne », a réagi Anne Hidalgo sur Twitter, tandis que Mediatransports, sur le même réseau social, a annoncé son intention de faire appel.
Filiale du groupe publicitaire Publicis, Mediatransports est une régie spécialisée dans l’affichage dans les gares ferroviaires, stations de métros et arrêts de bus. Association du mouvement « pro-vie » qui milite notamment contre l’avortement et la procréation médicalement assistée, Alliance Vita a mené une campagne autour de plusieurs visuels avec un slogan, « la société progressera », y ajoutant, selon les cas, « à condition de respecter la paternité » ou « la maternité » ainsi que « la différence ».
Mediatransports, interpellée par la maire de Paris notamment, avait décidé de retirer les visuels jeudi, « avec l’accord de la SNCF Gares & Connexions », avait-elle précisé. « Deux visuels relatifs à la protection de la maternité et à la protection de la paternité peuvent être entendus comme des messages militants excédant le principe de neutralité qui s’impose dans les transports publics », avait expliqué Mediatransports.
Alliance Vita a par ailleurs indiqué avoir demandé à un autre réseau d’affichage, Exterion Media, de « réinstaller immédiatement » dans les rues de Paris « la totalité des trois visuels de la campagne », retirés vendredi dernier, « faute de quoi l’association lancera une seconde action en référé ».

18 décembre 2019

Il agresse violemment son partenaire sexuel quand il s’aperçoit qu’il s’agit d’un homme

Classé dans : infos — dominique @ 17:10

19121705Le procès d’un homme, poursuivi pour « violence commise en raison de l’orientation sexuelle de la victime », se tient actuellement au tribunal correctionnel de Sarreguemines (Moselle). Les faits remontent au mois de novembre 2018 et se sont déroulés à Forbach.
L’homme avait rendez-vous avec une conquête rencontrée via les réseaux sociaux. Les deux partenaires s’étaient retrouvés dans la voiture du prévenu, stationnée sur le parking de la piscine communale.
La victime a fait une fellation consentie au prévenu (40 minutes selon les déclarations de ce dernier aux enquêteurs), et c’est à la suite de cet acte sexuel, lorsque son partenaire s’est mis à parler avec une voix grave, qu’il a compris qu’il s’agissait d’un homme.
Pour justifier le déchaînement de violence subi par la victime, le prévenu a affirmé s’être senti berné, rapporte France Bleu. Il a prétexté un problème sur un phare de sa voiture pour faire sortir son partenaire, et en a profité pour lui porter un grand coup sur la tête.
La violence des coups qui ont suivi ont causé cinq fractures à la victime, qui a indiqué avoir perdu connaissance. Environ 60 jours d’Incapacité totale de travail (ITT) lui ont été délivrés.
Pour la victime, la confusion avec une femme est impossible : la raison pour laquelle le prévenu a agi de la sorte est qu’il n’a pas supporté d’assumer cette expérience homosexuelle. Pour lui, son agresseur ne l’a pas supporté car il a deux enfants et avait une petite amie à ce moment-là.
Le parquet a requis huit mois de prison avec sursis contre l’agresseur.

Les hommes gays regardent plus de porno

Classé dans : infos — dominique @ 16:35

26081703 mec nuSelon des chiffres dévoilés par l’institut de sondage Ifop, 39% des homosexuels, bis et hétéros curieux consomment des films x au moins une fois par semaine, contre 14% chez les hétérosexuels. Plus d’un interrogé sur dix explique également regarder du contenu quotidiennement (essentiellement les moins de 25 ans, environ 33%).
Outre les films pornographiques «classiques», la pratique des webcams semble également prendre de l’ampleur. Près d’un gay sur deux a déjà vu quelqu’un «s’exhiber devant une webcam», contre 20% chez les hétérosexuels.
François Kraus, directeur du pôle Genre, sexualités et santé sexuelle de l’Ifop explique ces chiffres : «pour des hommes qui souffrent souvent d’isolement ou de l’impossibilité d’assumer publiquement leurs préférences sexuelles, ces plateformes d’échanges constituent des espaces de sociabilité virtuels offrant des possibilités de découverte de soi, d’exploration sexuelle ou d’expression de fantasmes sexuels souvent difficilement avouables dans la vie réelle».
Cette consommation va de pair avec la pratique de la masturbation. Ainsi, 62% des gays, bis et hétéro curieux déclarent se masturber au moins une fois par semaine (un peu moins de 50% chez les hétérosexuels). 

Allemagne : vers l’interdiction des thérapies de conversion pour les LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 16:16

therapie-conversion-homosexuelLe gouvernement allemand veut interdire les prétendues « thérapies de conversion » visant à changer l’orientation sexuelle des homosexuels, dont les promoteurs risqueront jusqu’à un an de prison, selon un projet de loi présenté ce mercredi.
Ce texte, qui prévoit en plus de l’emprisonnement des amendes pouvant atteindre 30.000 euros, doit encore recevoir l’aval du Parlement avant une entrée en vigueur espérée mi-2020.
« L’homosexualité n’est pas une maladie. Par conséquent, le terme  »thérapie » est trompeur. Nous voulons interdire autant que possible les thérapies dites de conversion. Là où elles sont effectuées, il y a souvent de graves souffrances physiques et mentales », a affirmé le ministre de la Santé Jens Spahn, lui-même ouvertement homosexuel.
La loi allemande interdira également toute promotion dans l’espace public et privé de ces traitements contraignants. Pourront être punis non seulement les professionnels qui proposent de telles « thérapies » mais également les parents ou tuteurs légaux pour « violation flagrante du devoir de diligence et d’éducation ». En Allemagne, ces thérapies concernent quelque 1000 personnes par an, selon la fondation Magnus-Hirschfeld qui se consacre aux droits des personnes LGBT.
Plus répandus aux Etats-Unis où une étude de 2018 y a estimé à 700.000 le nombre de personnes traitées, ces thérapies visent souvent des adolescents homosexuels ou transgenres.

Le Sénat supprime l’obligation pour les plateformes de retirer sous 24 heures les contenus illicites

Classé dans : infos — dominique @ 16:14

HARCELEMENT-SCOLAIRE-1Le Sénat a voté dans la nuit de mardi à mercredi la proposition de loi controversée de lutte contre la haine sur internet, après l’avoir amputée de sa mesure phare, l’obligation pour les plateformes et moteurs de recherche de retirer sous 24 heures les contenus « manifestement » illicites.
Le texte de la députée LREM Laetitia Avia avait été approuvé largement cet été par l’Assemblée nationale en première lecture. Députés et sénateurs vont maintenant tenter de se mettre d’accord sur un texte commun. En cas d’échec, une nouvelle lecture sera organisée dans chacune des deux chambres, l’Assemblée nationale ayant le dernier mot.
Au Sénat, dominé par l’opposition de droite, la proposition de loi modifiée a été votée à main levée. Les sénateurs ont supprimé le nouveau délit de « non-retrait » des contenus signalés comme manifestement illicites (provocation au terrorisme, incitations à la haine, la violence, la discrimination, injures à caractère raciste, homophobes ou religieuses…).
Le texte adopté par les députés prévoyait que plateformes et moteurs de recherche auraient l’obligation de retirer les contenus « manifestement » illicites sous 24 heures, sous peine d’être condamnés à des amendes allant jusqu’à 1,25 million d’euros.
Les sénateurs ont mis dans la balance la liberté d’expression, pointant un risque de « sur-censure », et le droit européen. Ils sont restés inflexibles, rejetant une proposition de réécriture de la mesure présentée par le gouvernement pour éviter « les effets de bord ».
Au final, le Sénat a adopté un amendement PS visant seulement à inscrire dans la loi la durée de 24 heures fixée comme « objectif » aux plateformes pour le retrait de contenus manifestement illicites.
Le Sénat a en revanche approuvé, tout en le précisant, le renforcement de la régulation des plateformes sous la supervision du Conseil supérieur de l’audiovisuel.
Le texte prévoit une série de nouvelles contraintes pour les plateformes: transparence sur les moyens mis en oeuvre et les résultats obtenus, coopération renforcée notamment avec la justice…

17 décembre 2019

Hallmark présente ses excuses pour avoir retiré une publicité avec un mariage lesbien

Classé dans : infos — dominique @ 18:27

beau mec 18051721L’entreprise de cartes de voeux Hallmark a présenté ses excuses ce dimanche, et a annulé le retrait de quatre spots publicitaires mettant en scène un mariage lesbien de sa chaîne de télévision.
Ces vidéos, diffusées depuis le 2 décembre, faisaient la publicité de Zola, un site d’organisation de mariage, et mettaient en scène deux fiancées s’embrassant lors de leur mariage. La chaîne américaine Hallmark, connue pour ses comédies romantiques et ses films de Noël, était sous le feu des critiques ce week-end, cédé à la pression d’un groupe conservateur, One Million Moms, et retiré ces publicités.
Le PDG de l’entreprise Hallmark, Mike Perry, a déclaré dans un communiqué :
« L’équipe de Crown Media [la maison-mère de la chaîne Hallmark] s’est tourmentée sur cette décision, car nous avons vu le mal qui a été causé malgré nous. Simplement dit, ils pensent que [le retrait de la publicité] était la mauvaise décision. (…) Nous sommes vraiment désolés pour le mal et la déception que cela a causé… Via notre marque, nous continuerons à chercher des moyens d’être plus inclusifs et de célébrer nos différences. Nous continuerons à chercher des moyens d’être plus inclusifs »
Sarah Kate Ellis, la présidente de l’organisation GLAAD, une association de veille médiatique sur les questions LGBTQ, a félicité le retour de cette publicité :
« La décision de la chaîne Hallmark de corriger son erreur envoie un message important aux personnes LGBTQ et représente une perte majeure pour les organisations extrémistes comme One Million Moms, dont la seule raison d’être est de blesser les familles comme la mienne. »
Crown Media Family Networks avait d’abord cédé à des plaintes de groupes conservateurs, dont One Million Mom, qui avait annoncé sur son site avoir parlé avec le PDG de Crown Media Bill Abbot. « L’appel nous a donné l’opportunité de confirmer que la chaîne Hallmark restera un réseau sûr et familial. Loué soit le Seigneur ! », écrit le groupe conservateur, qui avait lancé une pétition contre ces spots TV.
Après le retrait des publicités, un porte-parole de Hallmark avait affirmé au New York Times que les « démonstrations publiques d’affections » étaient contre la politique de la chaîne. Toutefois, d’autres publicités pour Zola mettant en scène des couples hétérosexuels dans une situation similaire n’ont pas été retirées.
Face à cette censure du mariage lesbien, l’entreprise Zola avait décidé de ne plus diffuser ses publicités sur la chaîne Hallmark. Mike Chi, directeur du marketing de Zola, avait déclaré à The Hollywood Reporter : « Tous les baisers, les couples et les mariages sont des célébrations de l’amour à égalité, et nous ne diffuserons plus de publicités sur Hallmark. »
Les communautés LGBTQ américaines, et de nombreuses célébrités, avaient appelé au boycott de Hallmark ce dimanche. Netflix en avait profité pour signifier son soutien aux communautés LGBTQ +, et pour rappeler qu’un film et une série romantique récentes de la plateforme montrent des couples lesbiens.
Des personnalités comme l’animatrice et humoriste lesbienne Ellen DeGeneres; le montréalais William Shatner, acteur et interprète du Capitaine Kirk dans Star Trekd’, ou l’actrice principale de la série Wynona Earp Kat Barrell avaient également pris la parole sur Twitter pour dénoncer la décision de la chaîne Hallmark.

Le Vatican a co-financé Rocketman

Classé dans : infos — dominique @ 18:24

Taron-Egerton-Elton-John-368x228Le film biographique et fantaisiste sur la vie d’Elton John, montrant notamment une scène de sexe entre deux hommes aurait été en partie financé par… le Vatican. C’est ce que révèle le journal italien Corriere della Sera qui a enquêté sur les investissements de la ville-Etat de Rome.
Au centre de l’enquête se trouve Centurion Global Fund, une société d’investissement basée dans la capitale maltaise de La Valette. L’argent du Vatican représente les deux tiers du capital confié à Centurion, ce qui fait de l’Église catholique son principal investisseur.
Ce fonds d’investissement a apporté plus de 4 millions de dollars au financement de productions cinématographiques comme Men in Black International sorti en juin dernier, mais aussi Rocketman, le flamboyant biopic sur Elton John. 850.000 £ auraient été apporté par le fonds d’investissement au développement du film. Malgré les scènes d’amour entre hommes qui figuraient au scénario dès le départ. Et alors que le Vatican condamne encore les relations homosexuelles. Rappelons que Rocketman raconte l’histoire de l’ascension du musicien britannique Reginal Dwight en tant qu’Elton John (interprété par Taron Egerton ) et la spirale descendante dans la drogue, l’alcool. Le film décrit également la relation entre Elton John et son manager, John Reid (un rôle tenu par Richard Madden). Il contient notamment une scène de sexe entre les deux hommes.

Canada: l’interdiction des thérapies de conversion devient une priorité absolue

Classé dans : infos — dominique @ 17:11

justin trudeauLe Premier ministre canadien Justin Trudeau fait de l’interdiction de la pratique des thérapies de conversion sexuelle une « priorité absolue » de son nouveau gouvernement.
Dans une lettre adressée au secrétaire à la Justice canadien, Justin Trudeau a énuméré un certain nombre de priorités qu’il attend des responsables gouvernementaux.
Parmi elles, la modification du Code pénal afin d’interdire les thérapies de conversion des personnes LGBT et la prise de mesures pour mettre définitivement fin à cette pratique dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada.
Les experts médicaux considèrent que les interventions visant à modifier l’orientation sexuelle d’une personne sont pseudo-scientifiques et inefficaces, et souvent profondément nocives pour les personnes qui y sont soumises.
Plusieurs provinces canadiennes ont déjà émis des restrictions sur les formes de thérapie de conversion, mais le pays n’a pas encore d’interdiction pure et simple.
L’année dernière, 70.000 Canadiens ont signé une pétition demandant au gouvernement de les interdire, mais elle a été rejetée par le gouvernement fédéral qui a soutenu qu’il s’agissait en grande partie d’une question provinciale et territoriale.
La décision du Premier ministre récemment réélu d’aller de l’avant avec une interdiction nationale a été saluée par les militants et alliés LGBT canadiens.
Justin Trudeau a également exhorté le secrétaire à la Justice à développer des possibilités de recours juridiques pour les victimes de discours de haine.

Suisse : Début de la campagne contre l’homophobie

Classé dans : infos — dominique @ 17:05

lgbtLe Conseil fédéral et le Parlement Suisse ont lancé mardi leur campagne en faveur de la norme anti-homophobie.
Le Parlement a accepté en décembre 2018 d’étendre la norme antiracisme à la discrimination basée sur l’orientation sexuelle. Cette révision de la loi, partie d’une initiative parlementaire du conseiller national Mathias Reynard (PS/VS), vise à protéger la communauté homosexuelle, bisexuelle, transgenre ou intersexe (LGBTI).
Cette extension de la norme antiraciste ne viole pas la liberté d’expression, a souligné la ministre de la justice Karin Keller-Sutter. «On pourra toujours exprimer son avis, même s’il est critique.» Ce qui est dit dans un cercle d’amis n’est pas visé par la disposition pénale.
Les débats publics et l’expression de points de vue resteront eux possibles pour autant qu’ils ne portent pas atteinte à la dignité humaine ou dénient des droits à une personne. De plus, une personne ne peut être punie que si elle a délibérément cherché à blesser.
Mais il ne sera plus possible de propager la haine et d’appeler à la discrimination ou à la violence contre les personnes homo- ou bisexuelles, précise Mme Keller-Sutter. Les restaurants, les cinémas, les hôtels ne pourront plus refuser de clients pour le motif qu’ils sont homosexuels.
La loi sur laquelle le peuple est appelé à se prononcer le 9 février prochain veut compléter la législation actuelle. Celle-ci ne protège que contre la discrimination et l’incitation à la haine fondée sur l’appartenance raciale, ethnique ou religieuse.
La discrimination fondée sur l’orientation sexuelle n’est aujourd’hui protégée qu’en cas de délits contre l’honneur ou de lésions corporelles. Cette protection ne vaut que pour des personnes individuelles, mais ne permet pas de punir des attaques contre «les homosexuels».

USA: Un navire portera bientôt le nom d’Harvey Milk

Classé dans : infos — dominique @ 16:48

harveyContraint de quitter la marine du fait de son orientation sexuelle, Harvey Milk, ancien conseil municipal de San Francisco et pionnier de la lutte LGBT aux Etats-Unis, va donner son nom à un navire de la marine américaine dont la construction vient de débuter.
Mort il y a un peu plus de quarante ans, Harvey Bernard Milk était un homme politique et un militant pour les droits des homosexuels américains. Premier conseiller municipal ouvertement homosexuel de la ville de San Francisco, il avait été dans sa jeunesse lieutenant au sein de l’armée américaine. La construction du navire de la marine qui portera son nom vient de débuter, rapportent plusieurs médias anglophones, dont le quotidien britannique The Independent.
C’est à 21 ans que le jeune Harvey, originaire de l’Etat de New York, s’engage dans l’armée. Mais malgré une carrière qui semblait prometteuse, il ne renouvelle pas son engagement. Identifié comme homosexuel par ses pairs, à une époque où les militaires interdisaient aux personnes LGBT d’intégrer l’armée, il est contraint à la démission.
Après la Marine, la vie a emmené Harvey Milk à New York, où il a travaillé comme enseignant, analyste boursier et associé de production pour les comédies musicales de Broadway. Puis, il a déménagé à San Francisco en 1972 et a ouvert un magasin d’appareils photo dans le quartier de Castro, connu pour sa communauté gay. Dans cette ville, il est rapidement devenu un puissant militant local. Il a fondé la Castro Village Association pour les entreprises dirigées par des personnes LGBT, a siégé au Conseil des appels de permis de San Francisco et, en 1978, a prêté serment en tant que conseiller municipal.
Harvey Milk était un fervent défenseur des droits des homosexuels. Il s’est joint à d’autres pour s’opposer à une initiative de vote en Californie qui aurait rendu obligatoire le licenciement d’enseignants homosexuels dans les écoles publiques.
Le 27 novembre 1978, Harvey Milk est assassiné avec le maire George Moscone dans la mairie de San Franscisco par l’ancien conseiller municipal Dan White. Harvey Milk et Dan White avaient du mal à s’entendre, s’opposant sur de nombreux projets de loi. Ce soir-là, des milliers de personnes se rassemblent à la lueur de bougies pour pleurer les deux personnalités et marchent à travers le quartier de Castro. En 2008, Harvey Milk a été incarné à l’écran par Sean Penn, dans un film de Gus Van Sant portant son nom.
En 2012, le Conseil municipal de San Francisco exhorte le secrétaire de la Marine à donner le nom d’Harvey Milk à un navire. La réponse n’est venue que quatre ans plus tard. En 2016, l’armée américaine a annoncé qu’un de ses futurs navires porterait son nom. « Maintenant, notre pays dit aux hommes et aux femmes qui servent, et au monde entier, que nous honorons et soutenons les gens pour ce qu’ils sont », a déclaré à l’époque Scott Wiener, élu de San Francisco.

12345...1195

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS