15 juillet 2018

Portugal :Le parlement portugais autorise le changement de genre sans diagnostic médical, dès 16 ans

Classé dans : infos,internationnal,Trans — dominique @ 17:23

drapeau-transgenre-450x275Les Portugais pourront changer de genre à l’état civil sans faire l’objet d’un diagnostic médical de perturbation de l’identité, et ce à partir de l’âge de 16 ans, selon une loi approuvée jeudi par la majorité de gauche au Parlement.
Le changement de genre et de nom restera totalement indépendant d’une éventuelle opération de changement de sexe.
La loi en vigueur depuis 2011 exigeait des personnes transgenres un diagnostic médical établissant une dysphorie du genre (quand le genre ressenti ne correspond pas au sexe biologique).
La nouvelle loi doit maintenant être promulguée par le président de la république, le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, qui avait mis son véto à une première version du texte adoptée par le Parlement à la mi-avril.
Le chef de l’Etat avait alors souhaité que l’exigence d’un rapport médical soit maintenue pour les cas concernant des mineurs âgés de 16 à 18 ans, afin d’obtenir des garanties sur la fermeté de leur décision.
Marcelo Rebelo de Sousa s’était néanmoins montré favorable au principe de ne plus considérer l’identité trans-genre comme « une pathologie ou une situation mentale anormale ».
La partie de la loi concernant les mineurs a donc été amendée et prévoit la nécessité d’un rapport médical « qui atteste exclusivement de la capacité de décision et d’une volonté informée, sans référence à un diagnostic d’identité de genre ».
Par ailleurs, la loi adoptée jeudi interdit les interventions chirurgicales sur les bébés inter-sexes, qui naissent avec des organes reproducteurs masculins et féminins, afin que ces personnes puissent elles-mêmes choisir leur genre en grandissant. 

14 juillet 2018

solidarité pour un gendarme de São Paulo par ses collègues LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 21:02

solidarité pour un gendarme de São Paulo par ses collègues LGBT dans infos tumblr_inline_pbv72mICh31uj37u4_540Critiqué et insulté après avoir embrassé son copain dans le métro, un gendarme de São Paulo inspire une mobilisation de ses collègues LGBT dans les services de sécurité du pays.
#Somostodosprior, «Nous sommes tous Prior». La mobilisation s’organise dans les différents corps de sécurité brésiliens après la mésaventure survenue à un membre de la Police militaire de São Paulo. Leandro Prior, un gendarme de 27 ans, est victime d’insultes et de menaces de mort depuis qu’une vidéo privée où on le voit en uniforme embrasser un homme dans un métro de la ville a fuité sur les réseaux sociaux.
Certains des messages de haine émanent de collègues du jeune gendarme. «Il déshonore ma corporation. Il mérite la mort par lapidation. Saloperie de pédé!» écrivait l’un d’eux, membre des commandos de la police militaire, sur Facebook, fin juin (il a entre-temps démenti être l’auteur du post, affirmant que son compte avait été «hacké»). Le gouverneur de São Paulo, Márcio França, s’est mêlé de l’affaire, reprochant au soldat Prior d’avoir «manqué de respect» à l’uniforme: «Je ne vois pas le sens de porter son arme et son uniforme, et en même temps faire des gestes d’amour en public, que ce soit avec un homme ou une femme.»
Réagissant à la polémique, le Réseau national des professionnels LGBT de la sécurité, RenospLGBT, a lancé une campagne de soutien, et à travers elle, une grande opération pour la visibilité. Policiers, militaires, surveillants ou pompiers gays, lesbiennes et trans de tout le pays ont orné leurs photos sur les réseaux sociaux d’un arc-en-ciel. «L’objectif est, outre d’offrir notre solidarité à Prior, de montrer que nous sommes fièrement gay, car nous avons déjà fait l’expérience de situations analogues», explique Paulo Breno Agnes, agent pénitentiaire de São Paulo au site G1.
Prior, très affecté par l’affaire, a été mis en congé maladie, tandis que sa hiérarchie indique vouloir sanctionner les auteurs de menaces contre lui. Il s’est dit réconforté par la réaction de RenospLGBT. «Je trouve que cette une belle initiative, je suis flatté, a commenté Prior, contacté par G1. Cela montre que je ne suis pas seul.»
source :  http://360.ch/

Indonésie: Un couple homosexuel puni à coups de bâton à Aceh pour avoir enfreint la charia

Classé dans : infos — dominique @ 15:44
Résultat de recherche d'images pour "indonésie scènes de flagellation"

scene de flagellation en Indonésie

Un couple d’homosexuels a reçu des coups de bâton en public vendredi pour avoir enfreint la charia à Aceh, seule province d’Indonésie à appliquer la loi islamique dans le pays musulman le plus peuplé au monde.
Les deux hommes ont reçu chacun plus de 80 coups de bâton de rotin dans le dos devant une foule enthousiaste d’environ un millier de personnes, parmi lesquelles des touristes de la Malaisie voisine, prenant des photos avec leur smartphone. Certains criaient « tapez plus fort! ».
Les deux homosexuels faisaient partie d’un groupe de 15 personnes sanctionnées près d’une mosquée pour des infractions à la loi islamique, telles montrer des signes d’affection en public ou vendre de l’alcool.
C’est la deuxième fois cette année qu’un couple d’homosexuels subit une flagellation en public dans cette région à la pointe nord de l’île de Sumatra, où la loi islamique est appliquée strictement depuis 2001.
Aceh s’était alors vu accorder un statut d’autonomie par le gouvernement central de Jakarta, pour mettre fin à plusieurs décennies de rébellion séparatiste.
L’an passé, deux hommes âgés d’une vingtaine d’années avaient subi le même sort pour avoir eu des relations homosexuelles.
Des organisations de défense des droits de l’homme critiquent régulièrement ces pratiques d’un autre âge, tandis que le président indonésien, Joko Widodo, a lancé un appel pour que ces séances humiliantes ne soient plus publiques, mais rien n’a changé jusqu’ici.
Cet appel était intervenu à la suite d’une vague de critiques internationales dénonçant ces pratiques touchant aussi des LGBT, une communauté qui est déjà la cible de discriminations en Indonésie.
Aceh est peuplée de quelque cinq millions de personnes, dont environ 98% sont de confession musulmane. Les non-musulmans interpellés pour avoir enfreint la loi islamique peuvent choisir entre la flagellation ou des poursuites judiciaires.

Corée du Sud: 200.000 personnes demandent l’interdiction de la gay pride de Séoul

Classé dans : infos — dominique @ 15:12

coreePlus de 210.000 personnes ont signé une pétition appelant à l’annulation d’un festival de la gay pride à Séoul. Le signe d’une forte résistance d’une partie de la société coréenne à la visibilité de la communauté LGBT et à ses revendications d’égalité.
Le Festival de la Culture Queer de Séoul en est à sa 19ème édition et se déroulera samedi, avec un défilé de la gay pride sur une grande place de la capitale.
« Nous ne faisons pas de discrimination contre les minorités sexuelles, mais Seoul Plaza appartient à tous les citoyens, affirme la pétition.
Nous ne voulons pas voir ces événements abominables sur cette place où nous devrions pouvoir nous reposer et nous détendre ».
« Chaque année, se tiennent des événements sur le thème queer tels des spectacles de rue, mais aussi boire et fumer sont présentés comme un ‘festivals culturel’, mais ils sont juste des occasions d’actes illégaux et d’hypocrisie », poursuit le texte.
L’homosexualité n’est pas illégale en Corée du Sud, mais la communauté LGBT est toujours confrontée à la stigmatisation et à la discrimination, en particulier de la part de groupes conservateurs.
Le bureau du président sud-coréen Moon Jae-in doit répondre à la pétition maintenant qu’il a atteint le seuil de plus de 200.000 signatures en moins de 30 jours.
Des dizaines de milliers de participants sont attendus pour participer à la gay pride. Quelque 50.000 personnes y avaient pris part l’année dernière et les organisateurs en attendent davantage cette année.
Yang Heezy, l’un des organisateurs du défilé, estime que la Corée du Sud, n’offre pas une protection suffisante pour les minorités sexuelles.
Les droits des LGBT y sont encore très limités. Le mariage et l’adoption entre personnes de même sexe sont interdits et les protections contre la discrimination restreintes.
Le code pénal militaire interdit l’homosexualité dans l’armée et les militants ont récemment mis en lumière les poursuites engagées contre des soldats homosexuels, et décrivent une « chasse aux sorcières ».
source : http://reloaded.e-llico.com

L’argent du VIH détourné par l’administration Trump pour financer la détention des enfants migrants

Classé dans : infos — dominique @ 15:10

trumpLe site Slate rapporte que des documents budgétaires montrent que le financement du programme de traitement du VIH aurait été réaffecté pour financer la politique de l’administration Trump sur les enfants migrants, qui pourrait concerner des milliers de personnes d’ici la fin de l’année.
Selon ces documents, le financement du programme gouvernemental de prise en charge du VIH aux États-Unis est stoppé pour financer les moyens de rétention entrepris par l’Office de réinstallation des réfugiés (ORR).
Slate révèle que « le processus de transfert de ces fonds de lutte contre le VIH / SIDA a déjà commencé ».
Les documents de l’ORR prévoient que 25.400 lits pour les mineurs détenus seront requis d’ici la fin de l’année, ce qui crée un déficit budgétaire de 585 millions de dollars pour l’exercice 2018 et de 1,3 milliard de dollars pour le premier trimestre de l’exercice 2019.
Le programme « Ryan White HIV/AIDS », mis en place en 1990, et dans lequel l’administration Trump veut puiser, a été financé par plusieurs administrations présidentielles successives et vise à « fournir un système complet de soins comprenant des soins médicaux primaires et des services de soutien essentiels pour les personnes vivant avec le VIH ».
Interrogé par le site PinkNews, David Stacy de Human Rights Campaign, a dénoncé ce détournement de fonds.
« La cruauté de cette administration envers les enfants et les familles sans-papiers est inadmissible. Maintenant, nous apprenons qu’ils envisagent de détourner des fonds des programmes pour fournir des soins de santé pour les personnes vivant avec le VIH et un soutien médical vers les réfugiés afin de payer pour l’obsession sans coeur de ce président qui emprisonneme des enfants ».
Le programme Ryan White HIV/AIDS est l’un des plus importants soutien de santé publique aux Etats-Unis. Il est dans le collimateur du vice-président Mike Pence, qui s’est envisagait il y a quelques années de se servir de son budget pour financer les thérapies de « guérison » de l’homosexualité, dénonçant « les fonds fédéraux donnés aux organisations qui célèbrent et encouragent les types de comportements facilitant la propagation du virus VIH ».
La politique de lutte contre le VIH a déjà beaucoup souffert sous l’administration Trump. Le Président a fermé le bureau de la Maison Blanche sur la politique nationale de lutte contre le sida et renvoyé tous les membres du Conseil consultatif du Président sur le VIH.

12 juillet 2018

Radio France obtient le renouvellement de son Label Diversité

Classé dans : infos — dominique @ 18:38

Radio France obtient le renouvellement de son Label Diversité dans infos tumblr_inline_pbrkznm26M1uj37u4_540Radio France obtient le renouvellement de son Label Diversité
« Le Label Diversité est un levier essentiel pour inscrire dans le long terme les engagements de Radio France en faveur de la diversité. Son renouvellement souligne un engagement toujours plus important de l’entreprise et une amélioration continue de sa politique Diversité » explique Radio France. Cette politique, partagée à tous les niveaux de l’entreprise, s’articule autour de quatre axes prioritaires : l’égalité femmes / hommes, l’emploi et l’intégration des personnes en situation de handicap et la diversité des origines et l’équilibre intergénérationnel. « Radio France développera ces champs d’actions d’ici la fin de l’année 2018 en agissant sur un 5
« En tant qu’entreprise de service public, Radio France a un devoir d’exemplarité dans la lutte contre toute forme de discrimination. Le renouvellement du Label Diversité prouve que nous sommes désormais identifiés comme un acteur important de la cohésion sociale et vient ainsi conforter l’engagement quotidien des collaboratrices et collaborateurs de Radio France en faveur de la diversité. Nos actions ont vocation à être renforcées encore ces prochaines années » a précisé Sibyle Veil, Présidente-directrice générale de Radio France.
La commission de labellisation s’est également déclarée favorable à une candidature de Radio France au Label Egalité professionnelle qui permettra à Radio France de souligner encore davantage son engagement et de structurer ses actions.

Québec : Le nouveau rapport sur la prévention de la violence oublie les communautés LGBTQ+

Classé dans : infos — dominique @ 18:35

Québec : Le nouveau rapport sur la prévention de la violence oublie les communautés LGBTQ+  dans infos quebecLe Conseil québécois LGBT deplore que les personnes LGBT victimes de violence soient une fois de plus victime « d’invisibilisée » dans le nouveau rapport du directeur national de santé publique , La prévention de la violence au Québec : une responsabilité individuelle et collective.
« On sait depuis longtemps que les personnes de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres sont surreprésentées dans les statistiques associées aux différents types de violences, rappelle Marie-Pier Boisvert, directrice générale du Conseil québécois LGBT. Pourtant, certaines institutions tardent à nommer cette réalité-là : c’est malheureusement le cas du rapport du Directeur national de santé publique, qui ne mentionne pas les réalités propres des personnes LGBTQ+ dans son rapport de 76 pages. On a pourtant déposé des mémoires sur les violences sexuelles et conjugales au Secrétariat à la condition féminine, entre autres, alors ça donne l’impression que les ministères travaillent en silo, et qu’ils ne reconnaissent pas la détresse vécue par les communautés LGBTQ2+. »
Même son de cloche du côté de Pierre McCann, coordonnateur du groupe de travail LEXIC², une initiative visant à comprendre et à contrer les violences sexuelles vécues par les communautés LGBTQ+ : « Quand on parle de violence sexuelle spécifiquement, différentes études américaines et canadiennes montrent que les personnes de ces communautés sont au moins trois fois plus à risque d’en être victimes. Les risques sont encore plus élevés chez certaines populations, notamment les personnes trans et non-binaires, les personnes bisexuelles et les femmes de la diversité. Nous profitons de la sortie de ce nouveau rapport afin d’inviter le directeur national de santé publique et l’ensemble des institutions à prendre conscience de cette problématique alarmante. Nous espérons pouvoir collaborer pour que ces organisations s’approprient les outils de formation, de sensibilisation et d’intervention qui seront créés dans le cadre du projet. »
Le projet Laboratoire des expériences et des intersections pour comprendre et contrer les violences sexuelles vécues par les communautés LGBTQ+ (LEXIC²) comporte trois volets : réunir un groupe de travail de dix personnes-ressources œuvrant dans la lutte aux violences sexuelles, organiser un forum panquébécois les 24-25 novembre prochains et produire une trousse à l’intention des organisations concernées par les violences sexuelles.
Le Conseil est un lieu de militantisme, d’analyse, de réflexion, de dialogue, de débat, de sensibilisation et de formation. Il agit à titre de porte-parole et d’interlocuteur privilégié auprès des instances décisionnelles, tant politiques que sociales, relativement à la qualité et aux conditions de vie des personnes LGBT et de leur communauté. Il fait la promotion des contributions individuelles et collectives des personnes LGBT et de leur communauté à la société.

Paris :10 logements mis à disposition pour les réfugiés LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 16:14

migrants africainsLa mairie de Paris, l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transgenres à l’immigration et au séjour (Ardhis) ainsi que le bailleur social Adoma se sont alliés po
« 70% des demandeurs d’asile qui se retrouvent sans hébergement sont des personnes LGBT+ », a expliqué Thierry Dumoulin, président de l’Ardhis, à nos confrères de Têtu. En 2017, son association aurait reçu 1093 demandes d’accompagnement. Seuls 187 ont finalement obtenu leur droit d’asile. C’est à eux que seront destinés ces logements. « Lorsqu’ils ont obtenu leur statut de réfugié, ils perdent automatiquement le statut de demandeur d’asile et les aides propres à ce statut. Il s’agit notamment d’aides financières, comme l’Aide aux demandeurs d’asile (ADA). Les trois mois qui suivent l’obtention des papiers sont les plus compliqués. C’est à ce moment là qu’il faut tout reconstruire, s’inscrire au
Pour les autres, demandeurs d’asile, la situation reste compliquée. Pour avoir le statut de réfugié, il faut raconter son histoire et passer un entretien à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). Or l’établissement demande la preuve de la réalité de leur orientation sexuelle, alors que les demandeurs d’asile l’ont souvent cachée à tout prix. Sans compter qu’ils étaient souvent mariés à quelqu’un du sexe opposé dans leur pays et devaient souvent avoir des comportements homophobes pour se protéger. En 2016, 70 à 80% des demandes de personnes LGBT ont été rejetées.

Toulouse : manifestation pour demander la remise en liberté d’un Camerounais gay

Classé dans : infos — dominique @ 16:08

Plusieurs associations, dont Act Up, ont réuni hier après-midi une cinquantaine de personnes pendant une audience devant le palais de justice de Toulouse pour demander la remise en liberté d’un Camerounais.
Cet homme est actuellement détenu au centre de rétention de Cornebarrieu. Ce dernier se trouvait, hier lors de la manifestation, devant le juge des libertés et de la détention.
Arrivé depuis l’Italie, où il a connu l’homophobie des camps de migrants, il risque de devoir y retourner car il aurait effectué une demande d’asile depuis ce pays. Défendu par Me Julien Brel, ce réfugié aurait selon ses partisans de bonne chance pour obtenir une demande d’asile en France.
Ses soutiens réunis hier après-midi le souhaitent surtout qu’il se montre très actif dans le milieu des associations LGBTQI.

Le Conseil d’État propose un cadre en cas d’ouverture de la PMA aux couples de femmes

Classé dans : homoparentalité,infos — dominique @ 15:51

PMADouble filiation maternelle, remboursement par la Sécu: le Conseil d’État propose un cadre en cas d’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, sans pour autant se prononcer pour ou contre la réforme.
Ces propositions figurent dans une étude sur les aspects juridiques de la prochaine révision de la loi de bioéthique, commandée par le Premier ministre Edouard Philippe et rendue publique mercredi.
Une large partie du rapport est consacrée à l’éventuelle ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes, sujet qui déchaîne les passions.
Le Conseil d’État ne se prononce par pour ou contre mais réfléchit au cadre juridique d’une éventuelle réforme. « Le Conseil d’État ne prend pas parti, il n’a pas à choisir à la place du Parlement. Mais il présente toutes les options, celle qui consiste à ne rien changer (à la loi) et celle qui consiste à changer », a expliqué devant la presse le vice-président du Conseil d’État, Bruno Lasserre.
A l’appui de son raisonnement, le Conseil d’État souligne qu’ »il n’existe pas de droit à l’enfant » dont pourraient se prévaloir les pro-PMA. A l’inverse, rien ne prouve que « l’intérêt supérieur de l’enfant » serait forcément de naître dans une famille hétérosexuelle, comme l’assurent les anti-PMA. Décider ou non d’une réforme procède donc d’un choix politique.
Si le Parlement décide de permettre aux couples de femmes homosexuelles d’avoir recours à la PMA, la question de la filiation se posera. Le Conseil d’État propose de la régler par un mécanisme réservé à ces couples. Au moment de la déclaration de naissance, il faudra transmettre à l’officier d’état civil une « déclaration commune anticipée » rédigée devant notaire avant la PMA, afin « d’établir simultanément la filiation à l’égard des deux membres du couple ».
Aujourd’hui, quand un couple de femmes a recours à une PMA à l’étranger, la conjointe de la mère biologique peut adopter l’enfant après sa naissance.

12345...1066

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS