23 septembre 2017

Azerbaïdjan : arrestations massives de personnes LGBT

Classé dans : infos — dominique @ 15:29

1   

La police aurait arrêté des dizaines de personnes gays et transsexuelles en Azerbaïdjan suite après des raids autour de Bakou, et des cas de personnes tabassées, insultées et soumises à des examens médicaux forcés ont été rapporté. Une femme transsexuelle aurait aussi été tondue selon le témoignage de militants LGBT locaux
Les ONG rapportent qu’au moins 100 personnes ont été détenues pendant plusieurs jours.
« Soudainement, sans aucune raison claire, les policiers du ministère de l’Intérieur ont organisé des raids contre les homosexuels et les transsexuels », a déclaré Javid Nabiyev, président de l’Alliance Azerbaïdjanaise Nefes LGBT, dans un message vidéo publié le 22 septembre.
«Les gens ont peur… les policiers ont leur propre idée de l’homosexualité, et ils arrêtent sans raison, puis ils demandent de l’argent en échange d’une libération», explique Javid Nabiyev
«N’acceptez pas de rendez-vous, ne révélez pas votre orientation sexuelle et votre identité de genre à des personnes que vous ne connaissez pas, ne répondez pas à des appels d’inconnus, restez dans l’ombre quelques temps.» demande t’il
Nabiyev a déclaré que les arrestations ont eu lieu dans des maisons privées et des lieux publics où les homosexuels e rassemblaient. Certaines personnes détenues ont été contraintes d’informer leurs amis. Les membres de la famille et les avocats se sont vu refuser l’accès aux détenus.
L’Organisation internationale des droits de l’homme de Suède (Sweden’s International Human Rights Organisation) a pu parlé à plusieurs militants de Bakou restées anonymes.
« Les militants signalent que les détenus ont été victimes de coups, d’abus verbaux et d’examens médicaux forcés, ainsi que les femmes transsexuelles ont été tondu », a déclaré le groupe dans un communiqué . « Beaucoup ont été libérés seulement après avoir abandonné les adresses de membres de la communauté LGBTI, qui ont ensuite été arrêtées et soumises au même traitement. Un nombre indéterminé de personnes détenues ont été condamnées à 20 ou 30 jours de détention administrative.  »
Les autorités ont reconnu que de nombreuses personnes gay et transsexuelles avaient été interpellées. Un porte-parole du ministère de l’Intérieur a nié toute persécution contre les minorités sexuelles
L’opération serait motivée par «des plaintes pour prostitution».
Réagissant aux protestations émanant des défenseurs des droits humains, le vice président du petit Parti de la Justice s’est félicité des arrestations: «En défendant ces créatures qui sont sources d’immoralité, de maladies dangereuses et qui sont maudites par Dieu, les cercles pro-occidentaux essaient de détruire nos traditions nationales.»

Liban : une video pour bien utiliser un préservatif

Classé dans : infos — dominique @ 14:49

 teaser_liban  


Hamed Sinno, chanteur du groupe de rock alternatif libanais Mashrou’Leila et homosexuel assumé, a été choisi par l’ONG Marsa  pour expliquer comment bien mettre un préservatif. À ses côtés, c’est l’actrice libanaise Yumna Ghandour l’aide pour la démonstration. La vidéo indique, avec humour et pédagogie, comment utiliser un préservatif et les erreurs à éviter.
Sur les réseaux sociaux, des messages ont salué l’audace de la vidéo. D’autres ont condamné son manque de pudeur, agaçant Hamed Sinno, qui a déploré que parler de santé sexuelle soit plus offensant que l’augmentation du nombre de cas d’infections transmissibles. Selon Ismaël Maatouk, dermatologue spécialiste en MST à Beyrouth , il y a  » une augmentation du nombre de cas d’infections sexuellement transmissibles, comme la syphilis, depuis quelques années ».
Pour Diana Abous Abas, directrice de Marsa, l’essentiel est là : sa vidéo fait réagir.
« Il faut encourager la discussion : la sexualité reste un sujet difficile à aborder publiquement »
Le centre de Marsa est ouvert à tous, quel que soit le sexe et l’orientation sexuelle. Les visiteurs restent anonymes et peuvent accéder à des tests VIH gratuits, des consultations médicales et psychologiques. On ne veut pas que les patients craignent d’être stigmatisés ou renvoyés, comme ça peut être le cas dans des hôpitaux pour des hommes et des femmes non mariés et qui présentent des symptômes de MST. 

une pétition pour que Wonder Woman soit définie comme bisexuelle dans le film « Wonder Woman 2″

Classé dans : infos — dominique @ 14:26

wonder-woman-cover-195x300L’héroïne DC Comics, incarnée par Gal Gadot au cinéma, est au cœur d’une pétition. Lancée par l’Américaine Gianna Collier-Pitts, ancienne ambassadrice sur son campus pour l’association américaine GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation), elle demande à ce que Wonder Woman soit définie comme bisexuelle dans la suite de ses aventures, comme le rapporte le huffingtonpost.com
« Certains d’entre vous pensent peut-être que cette particularité ne fait pas de différence. Mais, pour les gens comme moi qui sont rarement représentes dans les médias, croyez-moi, c’est important », écrit Gianna Collier-Pitts dans la pétition qui compte 2.500 signatures.
Et cette pétition fait complètement sens par rapport aux propos de Greg Rucka, l’un des auteurs ayant repris le flambeau après Charles Moulton, le créateur de Wonder Woman. L’année dernière, il avait confirmé la bisexualité de l’héroïne dans un entretien pour le média Comicosity, dédié à l’actualité des comics : « Pouvons-nous dire que Diana a déjà été amoureuse et en couple avec d’autres femmes ? Selon moi, la réponse est évidemment oui ». 

 

22 septembre 2017

Enquête sur l’attachement des Européens de confession musulmane au pays dans lequel ils vivent

Classé dans : infos — dominique @ 17:33

islamUne enquête qui vient d’être publiée par l’Agence européenne des droits fondamentaux de l’Union européenne révèle l’attachement des Européens de confession musulmane au pays dans lequel ils vivent.
Les résultats ont été publiés jeudi 21 septembre par l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA). Il porte sur 10 527 personnes qui ont déclaré être musulmanes, interrogées dans quinze États membres de l’UE.
Ainsi, 76% des personnes interrogées se disent « fortement attachées » et plus encore dans les pays comme la Finlande, la Suède, le Royaume-Uni, la France et la Belgique, mais dans une moindre mesure en Grèce, Italie, Pays-Bas ou encore en Autriche. Etonnement, en France et aux Pays-Bas, cet attachement est moins fort chez les enfants que leurs parents.
Près de la moitié des interrogés (48% exactement) se sentent « totalement à l’aise » à l’idée d’un mariage d’un membre de leur famille avec quelqu’un d’une autre religion.
Les Européens musulmans se disent, quant à eux, très « ouverts » à la différence : autour de 80 % d’entre eux affirment avoir des amis d’une autre origine ethnique ou appartenant à la population majoritaire, et même 88 % d’une autre religion. Ils se disent « très à l’aise » (9 points sur une échelle de 1 à 10) avec l’idée d’avoir « des voisins de différente religion, origine ethnique ou présentant un handicap ».
Le niveau d’acceptation est cependant « plus faible en ce qui concerne les lesbiennes, les homosexuels, les bisexuels, ou les transsexuels ».
Contrairement aux idées reçues, comme en France par exemple, la très grande majorité (76%) des personnes interrogées fait confiance aux institutions comme la justice et la police, taux plus élevé que le reste de la population. Toutefois, ce taux est moins élevé chez les enfants que leurs parents.
L’enquête révèle également que 39% des musulmans européens sondés se sentent discriminés par rapport à leurs origines ou leur religion et 27% déclarent que cette discrimination a pris la forme d’un acte de harcèlement et 10% ont dénoncé cet acte ou décidé de porter plainte.

les victimes de la biphobie

Classé dans : infos — dominique @ 17:12

biUn questionnaire consacré aux discriminations envers les personnes bisexuelles et pansexuelles (attirées sexuellement ou sentimentalement par tous les genres) a été dévoilé ce jeudi par plusieurs associations.
« Beaucoup de personnes continuent à penser que la bisexualité n’existe pas », ajoute Vincent-Viktoria Strobel, président de l’association Bi’Cause. « Ce qui revient à nier l’autobiographie sexuelle des personnes bisexuelles », souligne Catherine Deschamps.
« Les personnes bisexuelles vivent une sorte de double peine »
Dans son rapport annuel 2017, SOS homophobie déclare d’ailleurs avoir enregistré une augmentation de 32 % des témoignages de personnes qui se disent victimes de biphobie. 86% de ces victimes déclaraient souffrir de rejet et ou de l’ignorance, 40% d’entre elles percevaient des discriminations à leur égard et 30% avaient vécu des violences verbales.
En juin dernier, le 21e rapport annuel de SOS Homophobie informait que 32% des LGBTphobies recensées en 2016 étaient des actes biphobes. Le nombre de témoignages avait doublé.  Trop souvent considérée comme un «effet de mode», une «transition» ou un «moment d’indécision», la bisexualité «dérange parce qu’elle questionne la norme», analyse le président de SOS Homophobie Joël Deumier. «Les stéréotypes et autres discriminations à l’égard des bi ou pan peuvent provenir d’inconnus comme de l’entourage, des amis comme du partenaire, des personnes hétérosexuelles comme des personnes homosexuelles. C’est la double peine», poursuit-il.
« En l’absence d’autres sources chiffrées, c’est difficile d’en conclure que la biphobie augmente en France, mais cela prouve qu’elle existe bien. Elle s’exprime via des remarques blessantes, des insultes, et va jusqu’à l’agression physique dans les pires cas », constate Joël Deumier
Sans annoncer officiellement de date de publication, les cinq associations espèrent pouvoir dévoiler le rapport de cette enquête le 17 mai prochain, lors de la journée mondiale de lutte contre les LGBTphobies. S’ensuivra alors «une bataille institutionnelle contre la biphobie en France», que Vincent-Viktoria Strobel et ses associés espèrent remporter face aux autorités publiques.

64% des Français favorables à la PMA pour toutes

Classé dans : infos — dominique @ 16:08

PMASelon un sondage paru ce vendredi, au moins 64% des Français sont favorables à l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples lesbiens. (Enquête réalisée en ligne les 20 et 21 septembre auprès de 1.009 personnes de 18 ans ou plus. Marge d’erreur de 1,8 points)
Parmi les répondants à cette enquête réalisée par l’Ifop pour le site my-pharma.info, 64% sont favorables à l’élargissement de la procréation médicalement assistée aux couples lesbiens et 65% à la PMA pour les femmes célibataires.
L’évolution est marquante depuis 1990, quand à peine 24% de personnes interrogées se déclaraient en faveur de la PMA pour « les couples homosexuels féminin », la catégorie qui divise le plus, rappelle l’Ifop.
Cette proportion était passée à 47% en janvier 2013, avant le vote de la loi Taubira sur le mariage pour tous, puis à 59% en août 2016.
Les femmes (66%) soutiennent plus cette mesure que les hommes (62%), les moins de 35 ans y étant davantage favorables que leurs aînés, avec respectivement 70% et 62% des personnes interrogées. 80% des sondés se disant politiquement de gauche sont pour, contre 63% des sympathisants de la majorité présidentielle et 39% des militants de droite.
Seuls 56% des Français sont favorables au remboursement par la sécurité sociale de l’insémination artificielle, l’une des techniques procréatives uniquement accessible aujourd’hui aux couples hétérosexuels infertiles.
L’opposition à la GPA, soit la gestation pour autrui, va en revanche de pair avec l’orientation sexuelle des requérants, d’après cette enquête, qui voit 61% des sondés se déclarer favorables au recours à une mère porteuse pour les couples hétérosexuels, contre un taux d’approbation de 48% pour les couples homosexuels.
Autre chiffres que l’on trouve sur certains sites catholiques :
- 72% des Français estiment que l’Etat doit garantir aux enfants nés par PMA le droit d’avoir un père et une mère.
- 77% des électeurs d’Emmanuel Macron au 1er tour de la présidentielle sont favorable à ce que la PMA repose sur la filiation père-mère-enfant.
Les priorités sont la lutte contre le chômage (47%), le terrorisme (38%), l’insécurité et la délinquance (29%), le rétablissement des comptes publics (29%), la politique migratoire (24%) …
L’ouverture du débat sur la filiation n’est attendue que par 3% des Français. 

Tunisie : fin des tests anaux sur les homosexuels

Classé dans : infos — dominique @ 15:41

shamsLa Tunisie a annoncé devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à Genève  la fin des tests anaux auxquels la police et justice soumettent les homosexuels, mais refuse de dépénaliser les relations entre hommes.
Ces tests humiliants sont censés « prouver » l’homosexualité des personnes qui y sont soumises.
Le Conseil de l’ordre national des médecins de Tunisie réclamait le consentement des accusés pour ces tests et l’association Shams se bat depuis le retour de la Tunisie à la démocratie pour qu’il y soit mis fin.
Le refus de se soumettre à ces tests humiliants est considéré comme une preuve de culpabilité et le suspect est écroué sur la base de l’article 230 du code pénal, qui interdit la sodomie.
Les Nations Unies classe ces examens comme des actes de torture
L’imam de la mosquée de Mnihla en Tunisie, arrêté le 11 septembre 2017 pour homosexualité a refusé de se soumettre au test anal et la justice l’a libéré.
Le jeune homme arrêté en même temps que l’imam pour les mêmes raisons et qui s’est présenté comme son petit ami a également été libéré.
Par contre n enseignant et un arbitre de football ont été récemment reconnus coupables d’homosexualité après avoir refusé de se prêter à ce test.

Genève : le Maroc s’oppose à la dépénalisation de l’homosexualité

Classé dans : infos — dominique @ 6:06

marocCe 21 septembre à Genève,le ministre d’Etat des droits de l’Homme du Maroc, Mustapha Ramid, a présidé la séance consacrée à l’adoption du rapport de groupe de travail de l’Examen périodique universel du Maroc. Lors de son intervention devant le Conseil des droits de l’Homme le ministre a fait part de l’ »engagement résolu » du Maroc de mettre en œuvre les recommandations émises par ce mécanisme onusien. Celui-ci en avait fait 244, parmi lesquelles 191 ont été acceptées par le Maroc.
Parmi elles, 168 sont en cours d’application selon le document remis au département interministériel des droits de l’Homme aux responsables onusiens. Elles concernent notamment les cadres légaux et institutionnels relatifs à l’égalité homme/femme, la lutte contre la violence faite aux femmes. Les recommandations acceptées par le Maroc concernent également la lutte contre la torture et la mise en place d’une politique nationale pour l’immigration, l’asile et la lutte contre le trafic d’être humain.
44 propositions ont été partiellement rejetées par le Maroc. L’une d’entre elles concerne la ratification par le royaume du statut de Rome instaurant la Cour pénale internationale (CPI). Pour justifier son refus, le département de Mustapha Ramid indique que « la Constitution condamne tous les crimes figurant dans le Statut de Rome. Le projet de Code pénal criminalise tous les crimes figurant dans le Statut, génocides et crimes contre l’humanité inclus ». On rappellera que les chefs d’État des pays membres du Statut de Rome peuvent être poursuivis par la CPI. C’est notamment le cas du président soudanais Omar El Bechir.
Autre proposition partiellement rejetée par le Maroc, celle relative à l’abolition de la peine de mort. Dans sa réponse aux responsables onusiens, le département de Mustapha Ramid rappelle qu’aucun condamné à mort n’a été exécuté depuis 2013 et signale que « des réformes légales ont été entreprises réduisant le nombre de crimes punis par la mort et déterminant les conditions pour cette sentence ». Le département interministériel des droits de l’Homme signale également que le « dialogue national pour l’abolition de la peine capitale est toujours en cours ».
Le royaume a également rejeté les recommandations relatives à la décriminalisation de l’homosexualité. Pour justifier ce rejet, le département interministériel des droits de l’Homme a expliqué que ces recommandations sont en contradiction avec l’Article premier de la Constitution faisant de l’islam modéré une « constante » de la nation marocaine. Le rejet des recommandations relatives à l’égalité dans l’héritage sont justifiée par le même texte.
Lors de son intervention devant le Conseil des droits de l’Homme, le ministre a mentionné « les progrès enregistrés » par le royaume dans la « consolidation du cadre juridique et institutionnel » depuis l’examen du rapport national soumis en mai dernier à l’institution onusienne. Le prochain Examen périodique universel du Maroc aura lieu en mai 2022. Entre temps, le royaume devra soumettre un bilan d’étape au mois de novembre 2019.

21 septembre 2017

Bisous gay : Drink me

Classé dans : infos — dominique @ 17:54

drink  

James et Andy sont un couple de tout ce qu’il y a de plus heureux et profitent d’une vie tranquille à deux. Mais tout semble sur le point de changer. Quand Andy perd subitement son travail, les amants décident d’accueillir un nouveau locataire pour arrondir les fins de mois et rencontrent alors le beau et sexy Sebastian. Mais dès son arrivée dans la maison, de mystérieuses choses se passent et Andy fait de plus en plus de cauchemars étranges. Troublé, Andy commence à douter de Sebastian et le soupçonne de cacher un lourd secret. Serait-il en fait le tueur qui sème la panique dans les rues du voisinage depuis quelques semaines ?

 

Le centre LGBT Touraine a récolté 4200 euros de dons

Classé dans : infos — dominique @ 16:37

centre-lgbt-de-touraineLe centre LGBT Touraine a récolté 4200 euros en 10 jours.
On se souvient, qu’au début du mois, l’association des Lesbien- nes, Gays, Bi et Trans a fait appel à la générosité du public après avoir pris connaissance de la baisse de subvention qui lui est habituellement attribuée par l’Agence régionale de santé (ARS).
Sans préavis, celle-ci est passée de 4.300 à 1.500 €, mettant, du même coup, le centre LGBT dans l’impossibilité de poursuivre l’ensemble de ses missions. L’appel aux dons lancé dans la foulée a dépassé les espoirs des responsables de l’association qui espéraient recueillir 2.800 euros.
44 donateurs se sont mobilisés en dix jours. Parmi eux, de nombreux Tourangeaux anonymes mais aussi des personnalités politiques comme la députée Sophie Auconie, le conseiller municipal de Tours, Jérôme Tebaldi, ou les conseillers départementaux Dominique Lemoine, Rémi Leveau et Laurence Cornier-Goehring.

12345...965

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS