27 avril 2018

Kenya : un film présenté à Cannées interdit pour « promotion du lesbianisme »

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 17:46

Kenya : un film présenté à Cannées interdit pour « promotion du lesbianisme » dans homophobie 115        

Le film Rafiki a été interdit en raison « de son thème homosexuel et de son but évident de promouvoir le lesbianisme au Kenya, ce qui est illégal et heurte la culture et les valeurs morales du peuple kenyan », justifie dans un communiqué la commission kenyane de censure.
Le patron de la commission, Ezekiel Mutua, qui se présente comme « un fervent croisé de la morale » a déjà interdit d’autres films, publicités et même dessins animés, souvent au prétexte qu’ils promeuvent l’homosexualité.
Rafiki,  ami en kiswahili, langue nationale au Kenya, adapté d’un roman de l’Ougandaise Monica Arac Nyeko, raconte l’histoire d’un coup de foudre entre deux jeunes femmes appartenant à des camps politiques opposés.
« Je suis vraiment désolée d’annoncer que notre film Rafiki a été interdit au Kenya », a déclaré la cinéaste kenyane, Wanuri Kahiu.
Nous pensons que les adultes kenyans sont assez matures et clairvoyants [...] mais leurs droits ont été niés.
Rafiki est programmé dans la sélection Un certain regard au festival de Cannes en mai 2018.
Toujours sous le coup des lois datant du colonialisme britannique, l’homosexualité reste illégale au Kenya.
Dans un entretien télévisé la semaine dernière, le président Uhuru Kenyatta avait déclaré que l’homosexualité allait à l’encontre de la culture et de la société kenyanes, estimant que les droits des gays « n’ont pas grande importance pour le peuple et la république du Kenya ».

26 avril 2018

Turquie : Pour Amnesty, les défenseurs des droits LGBT sont poussés vers la clandestinité

Classé dans : homophobie — dominique @ 14:46

amnestyAmnesty International accuse dans un rapport publié jeudi les autorités turques d’avoir imposé un « climat de peur glaçant » après le putsch manqué de 2016, en s’en prenant notamment aux défenseurs des droits de l’homme. Et en particulier aux militants LGBTI.
L’état d’urgence a été instauré en juillet 2016, quelques jours après une tentative de putsch menée par des militaires factieux, et a été sans cesse renouvelé depuis. Dans ce cadre, des purges sans précédent ont été menées, au cours desquelles plus de 50.000 personnes ont été arrêtées, et plus de 140.000 limogées ou suspendues.
Outre les putschistes présumés, ces purges ont été étendues aux milieux prokurdes et d’opposition, visant des juges, des enseignants ou des journalistes. « Les autorités turques ont entrepris, de manière délibérée et méthodique, de démanteler la société civile, d’enfermer les défenseurs des droits humains, de fermer des organisations et de créer un climat de peur étouffant », selon Gauri van Gulik, directrice du programme Europe d’Amnesty International, citée dans un communiqué.
D’après Amnesty, plus de 1.300 associations et 180 médias ont également été fermés. « La répression soutenue et croissante entrave le travail essentiel des défenseurs des droits humains en Turquie et plonge une grande partie de la société dans un état de peur constante », affirme Amnesty dans son communiqué.
Pour Amnesty, le travail des défenseurs des droits de l’homme a « été piétiné » par les mesures prises sous l’état d’urgence.
Le rapport se penche notamment sur la situation des organisations de défense des droits de la communauté LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres et intersexes), dont les défenseurs sont « poussés vers la clandestinité » selon Amnesty.
Plusieurs rassemblements LGBTI ont été interdits ces derniers mois en Turquie, le gouvernorat d’Ankara ayant même annoncé en novembre l’interdiction « jusqu’à nouvel ordre » de tous les événements culturels organisés par la communauté LGBTI.
source : http://reloaded.e-llico.com/

24 avril 2018

Condamnation de la femme qui avait insulté un couple gay dans un supermarché

Classé dans : homophobie,justice — dominique @ 15:02

1La jeune femme qui avait insulté un couple gay dans un supermarché de Rueil-Malmaison le 3 mars dernier a été condamnée à 4 mois de prison avec sursis et 5.700 euros d’amende par le tribunal de grande instance de Nanterre.
 1.350 euros au titre de dommage et intérêts pour préjudice moral à chacune des victimes et de surcroît 1.500 euros aux deux associations LGBT qui s’étaient constitué partie civile dans le procès.
 L’affaire a été jugée par le tribunal correctionnel de Nanterre hier pour « injures publiques en raison de l’orientation sexuelle » et « menaces de mort ».
 La femme qui souhaitait passer devant eux à la caisse les a insultés en les traitant de « sales gros pédés, tarlouzes et pédales » qui n’ont « pas le droit de vivre en France ».
 Elle avait poursuivi en s’exclamant: « en Algérie, les mecs comme vous on les égorge » puis a appelé quelqu’un de son entourage pour lui dire « qu’il y avait deux clients pédés qui ne méritaient pas de vivre et qu’il fallait les buter ».
 Ni les clients et ni le personnel du magasin Carrefour, témoins de la scène, dont un vigile de sécurité, n’ont réagi, mais les deux hommes avait saisi la justice, soutenus notamment par SOS homophobie.
 Sans doute consciente des risques encourus devant la justice, la prévenue s’était défendue de toute homophobie mettant ses propos injurieux sur le compte la fatigue et sa grossesse.
  »Je ne les ai pas insultés car ils sont homosexuels. Si c’était un gros, j’aurais dit sale gros ! Une blonde, sale blondasse ! Et avec une personne normale, j’aurais réagi pareil », a-t-elle soutenu à la barre

23 avril 2018

Le nombre d’agressions homophobes préoccupant

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 15:28

agression-300x156Si le mariage pour tous a bel et bien été intégré par la société, l’homophobie n’a pas été éradiquée pour autant. Les débats autour du projet de loi en 2012 avaient d’ailleurs cristallisé une hausse nette des agressions homophobes verbales, en ligne ou même physiques. SOS Homophobie reportait ainsi un pic historique de 78 % de témoignages de victimes en plus, dépassant le palier des 2 000 agressions cette année-là. Un chiffre naturellement retombé après le vote en 2013, qui stagnait autour d’une moyenne « normale » de 1 400 agressions, contre 1 200 avant 2012. Mais le taux de témoignages s’est à nouveau envolé en 2016, augmentant de 20 %. En cause, « la réorganisation des mouvements réactionnaires dans un contexte préélectoral de la présidentielle, réactivant la parole publique haineuse et homophobe », en parallèle d’une « libération de celle des victimes », selon Joël Deumier. Si le mariage pour tous a permis « une meilleure inclusion des LGBT », « l’homophobie dépasse les lois », assure le président de l’association. Le rapport 2018 de SOS homophobie doit être dévoilé en mai, mais il l’estime d’ores et déjà « préoccupant ».
source: http://www.bienpublic.com

22 avril 2018

Australie : aucune sanction à l’encontre d’Israel Folau après ses propos homophobes

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 14:42

isarael folauIsrael Folau, un joueur de l’équipe nationale australienne de rugby, les Wallabies, a été très critiqué après avoir déclaré que les homosexuels étaient destinés «à brulé en enfer» sur son compte Instagram personnel.
Quand un utilisateur Instagram a demandé quel était le plan de Dieu pour les homosexuels, l’arrière a répondu: «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Le joueur, qui s’était auparavant prononcé contre les droits du mariage pour les couples homosexuels, a refusé à plusieurs reprises de s’excuser pour ces propos, insistant sur le fait qu’il avait le droit d’exprimer ses croyances religieuses et suggérant qu’il était « persécuté » .
La Rugby Australia a confirmé qu’aucune action ne sera prise contre le joueur.
Dans une courte déclaration, la fédération  a déclaré: « Rugby Australia ne sanctionnera pas Israël Folau pour son commentaire posté sur une plate-forme de médias sociaux le 4 avril. »
Faisant référence à un long article écrit par Folau, Raelene Castle, Directrice Générale de Rugby Australia, a déclaré: «Israël a clairement exprimé ses croyances religieuses et pourquoi sa foi est importante pour lui et a fourni un contexte derrière son commentaire sur les médias sociaux.
Dans ses propres mots, Israël a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de contrarier les gens intentionnellement ou de porter préjudice au jeu. Nous acceptons la position d’Israël.
Rugby Australia profitera de cette expérience pour rappeler à tous les employés leur obligation d’utiliser les médias sociaux de manière respectueuse.»
Le joueur de rugby, qui a joué 62 fois pour l’Australie, nie détester les homosexuels
«Depuis que mes messages sur les médias sociaux ont été publiés, on m’a suggéré que je suis homophobe et fanatique et que j’ai un problème avec les homosexuels. Cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.»

L’ouverture d’un showroom anti-PMA d’Alliance Vita

Classé dans : homoparentalité,homophobie,infos — dominique @ 11:11

showroom_vita-690x460L’association anti-avortement et anti-LGBT Alliance Vita, fondée en 1993 par Christine Boutin, a ouvert un « showroom clandestin » Passage Choiseul, dans le IIème arrondissement de Paris, pour dénoncer l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et la gestation pour autrui (GPA).

Sur leur site on peut lire :  « Comme l’ont expliqué successivement Tugdual Derville, délégué général, Caroline Roux, coordinatrice de ses services d’écoute et directrice de VITA international, Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche, cette initiative vise à prévenir le basculement de notre société dans ce marché qui fait de l’être humain « un produit, une marchandise qu’on fabrique sur commande, qu’on sélectionne et qu’on trie, qu’on achète et qu’on jette ».
La prétendue « PMA pour toutes » dont la France débat cette année vise à abandonner le critère d’infertilité médicale pour accéder aux techniques de procréation artificielles. Alliance VITA démontre qu’il s’agit-là d’un basculement vers un nouveau paradigme procréatif – le droit à l’enfant fabriqué par PMA – qui aurait des conséquences abyssales pour la dignité humaine en général et les êtres humains les plus fragiles en particulier.
Ses représentants y ont organisé une conférence de presse pour mobiliser contre l’ouverture de la PMA, actuellement en discussion dans le cadre de la révision des lois bioéthiques.»

Le maire de l’arrondissement, Jacques Boutault, dénonce une « opération de communication dégradante et irrespectueuse pour les familles dans toute leur diversité ». « Elle reflète une tendance inquiétante à la régression sur ces sujets de société comme le droit à l’avortement menacé en Pologne, après l’avoir été en Espagne, il y a deux ans ».
D’autres élus du IIème arrondissement *, parmi lesquels Catherine Michaud, la présidente de Gaylib se sont joints au maire pour condamner ce showroom. « Nous, élu.e.s du 2e arrondissement de Paris condamnons l’installation du showroom clandestin d’Alliance Vita dans notre arrondissement, passage Choiseul. Nous tenons à rappeler notre attachement au respect de toutes les familles dans leur diversité. », écrivent les élu.e.s.
« Face à cette officine catholique ultra conservatrice, opposée à l’IVG, aux droits et Libertés des personnes LGBT et des familles homoparentales, nous réaffirmons notre vision laïque et républicaine de notre société. La République ne saurait se soumettre aux dogmes religieux. », poursuivent-ils.
En se disant favorables à l’ouverture la PMA à la retranscription intégrale à l’état civil français de la filiation des enfants issus de GPA établies légalement à l’étranger, ils concluent: « Notre rôle d’élu.e.s de la République n’est pas de juger, mais d’accompagner et encadrer les évolutions de notre société pour protéger tous nos concitoyens sans discrimination. »

16 avril 2018

« Plus jamais seuls » : Voix LGBT au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 14:12

human rights 

Les activistes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) des pays arabophones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord défient la répression exercée par certains États et la stigmatisation sociale, ont déclaré Human Rights Watch et la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité (Arab Foundation for Freedoms and Equality, AFE) dans une série de vidéos et dans un nouveau rapport de Human Rights Watch publiés aujourd’hui.
Dans le rapport de 75 pages, « L’audace face à l’adversité : Activisme en faveur des droits LGBT au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » et dans la série de vidéos « Plus jamais seuls » (« No Longer Alone »), des activistes racontent leurs histoires et décrivent comment ils construisent leurs mouvements. Pour lutter contre les mythes et contrecarrer l’isolement de nombreuses personnes LGBT dans la région, Human Rights Watch et l’AFE se sont associées pour produire des vidéos dans lesquelles des activistes LGBT arabophones décrivent leurs chemins d’acceptation de soi. À travers la série de vidéos, ils envoient des messages de soutien et d’encouragement aux personnes LGBT du monde arabophone.
Le rapport s’appuie sur des entretiens avec 34 activistes de 16 pays arabophones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, réalisés entre juillet 2017 et mars 2018. Dix-huit activistes et artistes de dix pays ont participé à la série de vidéos.
Les activistes encouragent les jeunes LGBT à se défendre. Rima, une femme bisexuelle du Liban, s’adresse directement aux femmes bisexuelles et lesbiennes de la région quand elle déclare : « Des personnalités religieuses, le gouvernement ou vos parents – tous veulent avoir leur mot à dire sur ce que vous faites avec ce que vous avez entre les jambes. Ce que je veux vous dire, c’est que ce n’est pas leur problème, que votre corps, vos désirs, vos idées sont à vous, et à vous seuls. S’ils n’aiment pas ce que vous êtes, ils ont tort ».
Les activistes de la région revendiquent également leurs droits. « Je suis un être humain comme les autres et j’ai des droits. Je vais défendre ces droits », explique Ahmed, un homosexuel libyen.
Pour accompagner les vidéos, Human Rights Watch, dans son rapport, souligne la résilience des mouvements LGBT dans toute la région et la manière dont ils portent les changements. Human Rights Watch décrit les obstacles importants que doivent surmonter les activistes de la région, notamment la criminalisation du comportement homosexuel et de la non-conformité de genre, les arrestations arbitraires et les mauvais traitements, le manque de reconnaissance des personnes transgenres, la violence, les restrictions à la liberté d’expression et d’association, le rejet de la famille ou encore la stigmatisation sociale.
A lire sur https://www.hrw.org/

15 avril 2018

USA: un couple homosexuel violemment agressé pendant la Gay Pride de Miami Beach

Classé dans : homophobie — dominique @ 18:37

1   

« Ils ont commencé à nous frapper, nous tabasser. » Rene Chalarca raconte ce qui lui est arrivé à 7News . Dimanche 8 avril alors qu’il participait à la Gay Pride de Miami Beach (Etats-Unis) avec son compagnon, Dmitry Logunov, quatre personnes s’en sont très violemment pris à eux.
« Les quatre personnes ont proféré des insultes désobligeantes et homophobes en espagnol, a précisé la police de Miami Beach, qui a diffusé les images sur Twitter. Ce qui les a énervés, c’est probablement qu’on marchait ensemble en se tenant la main », a ajouté Dmitry Logunov à NBC6
Peu après, la police a annoncé sur le réseau social que les quatre suspects s’étaient rendus, ajoutant qu’ils seraient jugés.
Le bureau du procureur de l’État de Miami-Dade examine actuellement des preuves pour déterminer si les quatre hommes devaient être accusés de crimes de haine pour cette.
Juan C. Lopez, 21 ans; Luis M. Alonso, 20 ans; Adonis Diaz, 21 ans; et Pablo Reinaldo Romo, 21 ans, font chacun face à trois accusations de coups aggravés dans l’attaque du dimanche

14 avril 2018

Chine : Des contenus gays censurés par Weibo

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:03

 WeiboWeibo, la plate-forme chinoise de blogs, a annoncé qu’elle allait supprimer des contenus sur l’homosexualité.
Weibo a entamé une «campagne de nettoyage» des contenus «illégaux», visant notamment «les mangas et vidéos avec des implications pornographiques, promouvant la violence, ou (liés à) l’homosexualité», qu’il s’agisse «d’amours entre hommes ou d’histoires gay fictionnelles», selon un communiqué vendredi.
Il s’agit du dernier signe en date d’une vague de répression lancée par le Parti communiste au pouvoir afin d’expurger l’internet de tout contenu déviant des «valeurs centrales du socialisme», tout en étouffant les critiques des normes sociales et politiques établies.
Cette campagne, qui durera trois mois, s’attaquera également aux «jeux vidéo violents, de type ‘Grand Theft Auto’», a précisé Weibo sur le compte officiel de ses «administrateurs». La populaire plate-forme, qui revendique 400 millions d’utilisateurs mensuels actifs, a affirmé qu’elle appliquait la nouvelle loi chinoise sur la cybersécurité.
Weibo a indiqué vendredi avoir déjà, dans le cadre de l’opération, supprimé quelque 56240 éléments.
L’annonce suscitait samedi sur la plate-forme un flot de réactions stupéfaites, outrées ou furieuses d’internautes chinois. Les protestataires se sont choisi pour cri de ralliement le mot-dièse «#Je suis gay» (#WoshiTongxinglian).
Celui-ci avait été utilisé à la mi-journée par quelque 170000 usagers de Weibo.ombre des messages protestataires étaient censurés.
Les autorités chinoises encadrent étroitement le web local pour en expurger tout contenu jugé sensible, comme les critiques politiques ou la pornographie. Elles imposent aux sites internet d’avoir leurs propres censeurs.

Le collectif Rouge Direct saisit le CSA après les propos homophobes de Denis Balbir

Classé dans : homophobie — dominique @ 7:40

Le collectif Rouge Direct contre l’homophobie dans le sport et le football a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisurouge directel (CSA) après les propos polémiques de Denis Balbir hors antenne. Une vidéo du commentateur de W9 a fuité sur Twitter à peine une heure après le coup de sifflet final du match OM-Leipzig.
Rouge Direct a réagi ce vendredi à ses propos dans un communiqué. « Ce journaliste, légitimement suspendu à titre conservatoire par sa chaîne, reconnaît des propos « déplacés » : nous rappelons qu’ils sont de nature homophobe, ce qui ne les rend pas juste « déplacés », mais injurieux et discriminatoires, et les rend plus graves notamment au regard de la loi », écrit le collectif.
Pour rappel, dans cette vidéo, Denis Balbir insultait des joueurs de Leipzig, battus par l’OM (5-2). « Je suis bien content pour ces pédés-là (sic), arrogants au match aller, comment ils étaient sûrs de gagner… Enfoirés… »

1...34567...278

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS