23 octobre 2017

Le Paraguay interdit la propagande gay

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 5:53

paraguayLe Paraguay a interdit aux écoles publiques d’utiliser ou de diffuser des matériaux sur «l’idéologie du genre», selon NBC News .
Tout comme l’interdiction en Russie de la «propagande homosexuelle» qui encouragerait les «relations non traditionnelles», l’interdiction de «l’idéologie du genre» empêche les écoles d’enseigner un programme d’études LGBT.
« Nous respectons naturellement toutes les différentes options, mais nous n’allons pas les inculquer dans nos écoles publiques », a déclaré le ministre de l’Education, Enrique Riera, lors d’une conférence de presse.
Riera, qui dit que le gouvernement a la responsabilité de promouvoir les «familles traditionnelles» composées d’un «père, mère et enfants», a également dit qu’il allait brûler tous les livres qui répandent «l’idéologie du genre».
Somosgay , une organisation paraguayenne de défense des droits des LGBT, a condamné l’interdiction, affirmant que le terme «idéologie du genre» avait été «inventé par des groupes conservateurs pour continuer à justifier la violence et la discrimination».
La nouvelle interdiction défie le Consensus de Montevideo, adopté par le Paraguay et d’autres pays latino-américains en 2013, qui exige que les pays mettent fin à la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.
« Sous le couvert de l’expression malveillante » idéologie du genre « , ce qui se passe réellement, c’est la suppression de l’éducation sur l’égalité et la discrimination, qui est une obligation internationale de l’Etat paraguayen », déclare Erika Guevara Rosas. « Exclure l’éducation sur l’égalité des programmes équivaut à promouvoir la violence et la discrimination, avec des conséquences extrêmement graves. Cette décision représente un pas en arrière extrêmement dangereux pour les droits de l’homme dans notre pays.  »
Alors que l’activité sexuelle entre personnes de même sexe est légale au Paraguay, il n’y a pas de reconnaissance légale des couples de même sexe ou des lois anti-discrimination protégeant les personnes LGBT.
En 2013, le candidat présidentiel paraguayen, Horacio Cartes, qui est actuellement au pouvoir, a été obligé de s’excuser après avoir déclaré qu’il se tirerait dessus si son fils était gay.

22 octobre 2017

Tchétchénie : le chanteur russe Zelimkhan Bakaev aurait été tué dans un camp

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:08

zelim-bakaev-russiaZelimkhan Bakaev, serait selon les informations du site NewNowNext, repris par Back2stonewall.com, mort après avoir été torturé en Tchétchénie…
Porté disparu depuis le mois d’août, le chanteur Zelimkhan Bakaev était soupçonné d’avoir été enlevé par les autorités tchétchènes, qui mènent une lutte violente et cruelle contre la communauté LGBT et a même ouvert des camps dans le pays.
Une source proche des milieux activistes dans ce pays dirigé depuis déjà dix ans par le dictateur Ramzan Kadyrov a délivré la terrible nouvelle. « Il est arrivé à Grozny, où il devait assister au mariage de sa soeur, et a été arrêté par la police dans les trois heures qui ont suivi.
Dix heures plus tard, il était tué », a confié la source à NewNowNext. Le jeune homme, suspecté par le régime d’être homosexuel, aurait été torturé pendant des heures…
Igor Kochetkov, fondateur du Russian LGBT Network, et Human Rights First avaient récemment confirmé que Zelimkhan Bakaev avait bien été retenu par la police tchétchène.
Bien sûr, après les révélations médiatiques de cet été sur la chasse aux LGBT, les autorités font profil bas et ont démenti tout lien avec la mort du chanteur, tout en reconnaissant qu’il était entré dans le pays.
Ils ont réalisé un montage vidéo avec un individu se faisant passer pour le chanteur et affirmant s’être installé en Allemagne. Un trucage repéré par les militants LGBT qui ont noté tout un tas de détails incohérents, comme des produits alimentaires typiquement russes, dans la vidéo…
La télévision russe a elle rapporté que le chanteur aurait écrit un message à sa mère et sa tante sur WhatsApp, en septembre, disant être vivant et à l’étranger avant de débrancher son téléphone…

20 octobre 2017

Russie : une loi homophobe utilisée pour persécuter une militante LGBT

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 1:59

Amnesty InternationalLes autorités russes doivent abolir leur absurde « loi sur la propagande homosexuelle » et mettre fin à la persécution des défenseurs des droits humains, a déclaré Amnesty International après la condamnation d’une militante à une lourde amende pour avoir posté sur des réseaux sociaux des liens vers des articles sur les LGBTI.
Evdokia Romanova a été déclarée coupable de l’infraction administrative de « promotion des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs utilisant Internet » et condamnée à une amende de 50 000 roubles (740 euros environ) par un tribunal siégeant à Samara. Les accusations portées contre elle concernaient des liens qu’elle a partagés sur Facebook en 2015 et 2016, notamment un article du Guardian sur le référendum irlandais sur le mariage entre personnes de même sexe et un article de Buzzfeed sur une exposition LGBTI à Saint-Pétersbourg.
« Les accusations absurdes portées contre Evdokia Romanova sont une triste illustration de la situation dramatique à laquelle sont actuellement confrontés les militants qui travaillent sur les questions LGBTI en Russie. Même une liberté aussi simple que celle de partager un article en ligne avec des amis est désormais limitée par une législation manifestement discriminatoire et homophobe », a déclaré Denis Krivosheev, directeur adjoint pour l’Europe et l’Asie centrale à Amnesty International.
« La loi sur la propagande homosexuelle n’est pas seulement exploitée pour prendre pour cible des personnes comme Evdokia Romanova. Elle est également utilisée comme outil pour répandre la peur et le sentiment d’insécurité parmi les militants LGBTI du pays. Nous appelons à nouveau les autorités russes à abroger cette loi et à respecter le droit de chacun et chacune à la liberté d’expression. »
Evdokia Romanova est membre de l’antenne locale du mouvement LGBTI Avers et un membre actif de la Youth Coalition for Sexual and Reproductive Rights (YCSRR). Le 26 juillet, elle a été convoquée au poste de police local sous le prétexte qu’elle devait témoigner dans une affaire dont elle n’avait jamais entendu parler. À sa grande surprise, la police l’a informée qu’elle faisait l’objet de poursuites judiciaires pour « propagande homosexuelle », mais a refusé de lui en dire davantage sur la procédure à son encontre.
Pendant des semaines, Evdokia Romanova et son avocat se sont vu refuser des précisions sur les motifs exacts des poursuites engagées contre elle. Ils ont finalement eu accès à son dossier le 5 septembre, quelques jours seulement avant le procès.
Dans le cadre de la procédure judiciaire contre Evdokia Romanova, le Centre de police pour la prévention de l’extrémisme a ordonné l’« expertise » d’un lien vers le site web de la YCSRR qu’elle avait relayé, qui appelait les jeunes militants à faire campagne pour les droits des LGBTI. Les « experts » ont conclu que ce lien renvoyait vers de la « propagande pour les relations sexuelles non traditionnelles », visant à « former une orientation sexuelle non traditionnelle » et à « donner une image attractive de l’orientation sexuelle non traditionnelle ».
Evdokia Romanova a déclaré à Amnesty International :
« Je ne me sens plus en sécurité dans ce pays. Je reçois des menaces de personnes que je ne connais pas. Cette loi a entraîné une augmentation des crimes de haine envers les personnes LGBT dans tout le pays. Elle empêche les organisations LGBT d’apporter un soutien juridique et psychologique aux jeunes LGBT, qui restent marginalisés et privés de protection ».
Complément d’information
La loi prohibant la « promotion des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs » – également connue sous le nom de « loi sur la propagande homosexuelle » – a été adoptée en Russie en juin 2013. Elle a introduit dans le Code des infractions administratives l’article 6.21, qui prévoit de lourdes amendes pour les personnes qui, du point de vue des autorités, promeuvent les « relations sexuelles non traditionnelles ».
Amnesty International estime que cette loi est contraire au droit à la liberté d’expression et milite pour son abolition. En juin 2017, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a statué que cette loi était discriminatoire.
source :  Amnesty International

Tchétchénie :un chanteur populaire russe placé dans un camp anti-gay

Classé dans : homophobie — dominique @ 1:31

zelim-bakaev-russiaUn important groupe de surveillance des droits des homosexuels a affirmé qu’un chanteur, disparu en août, avait été arrêté par les autorités dans le cadre d’une campagne visant les homosexuels dans la région sud de la Russie.
Zelimkhan Bakayev,  jeune chanteur russe populaire, est porté disparu
Sa famille n’a plus de nouvelles de lui et il a été vu pour la dernière fois le 8 août, à Grozny, en Tchétchénie.
Lors d’une conférence de presse le 16 octobre à Moscou, Igor Kochetkov, fondateur du Russian LGBT Network, a déclaré publiquement que la disparition du chanteur Zelimkhan Bakayev était liée à la prétendue campagne de détention et de torture de dizaines d’hommes en Tchétchénie cette année.
« À la fin du mois d’août, nous avons reçu la confirmation de notre présomption première selon laquelle Bakayev était détenu par les autorités tchétchènes, qui le soupçonnent d’homosexualité », a raconté Igor Kochetkov.
Igor Kochetkov affirme que le gouvernement tchétchène du dictateur Ramzan Kadyrov a repris ses purges contre la communauté LGBT et que les hommes de l’industrie du divertissement sont particulièrement visés. Les autorités procèdent à des arrestations et torturent les individus dans des prisons ou des camps…
Les autorités du pays ont démenti leur implication dans la disparition de Zelimkhan Bakayev et affirment qu’il a simplement quitté le pays.
Au cours des trois derniers mois, le Canada a accordé l’asile à 22 réfugiés fuyant le régime. L’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas et la France ont aux aussi accueillis des homosexuels persécutés.

19 octobre 2017

Tadjikistan: 367 homosexuels présumés sommés subir des «tests»

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:52

homo-sexualite-drapeauAprès les rafles en Tchétchénie russe et plus récemment en Azerbaïdjan, la menace se renforce contre les gays et lesbiennes du Tadjikistan. Les autorités de cet Etat autoritaire d’Asie centrale (8,5 millions d’habitants coincés entre la Chine et l’Afghanistan) auraient dressé une liste de 367 homosexuels présumés devant subir des «tests» pour éviter «la propagation de maladies sexuellement transmissibles», rapporte l’AFP. Pas moins de 319 hommes et 48 femmes sont qualifiés de «vulnérables» par les autorités.
L’information émane d’une publication du Ministère public tadjik, qui souligne que les noms ont été recueillis à la suite d’«opérations» conduites l’an dernier, et baptisées «moralité» et «purge».
L’homosexualité n’est pas formellement illégale, mais elle est très largement rejetée dans la société musulmane conservatrice tadjike. Comme dans d’autres Etats d’Asie centrale, des militants locaux ont dénoncé des formes de harcèlement et d’extorsion de la part de la police. En 2005, plusieurs centaines d’homosexuels présumés y auraient été arrêtés.
source : 360.ch

Tanzanie: 12 personnes arrêtées dans un hôtel de Dar es Salaam

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:16

afrique gayDouze homosexuels présumés, parmi lesquels deux Sud-Africains et un Ougandais, ont été arrêtés dans un hôtel de Dar es Salaam, a annoncé mercredi la police tanzanienne, soulignant qu’elle les interrogeait avant de les déférer devant un tribunal.
Il n’a cependant pas précisé la date de l’arrestation. « La loi tanzanienne interdit cet acte aux gens de même sexe, c’est une violation de la loi dans notre pays », a martelé le chef de la police de Dar es Salaam, Lazaro Mambosasa,, expliquant que parmi les 12 personnes arrêtées, figurait le gérant de l’hôtel Peacock. « Nous l’avons arrêté pour interrogatoire. C’est en connaissance de cause qu’il a mis une salle à leur disposition ».
« Je prie les Tanzaniens de continuer à nous donner des informations, comme cela s’est passé à l’hôtel Peacock, pour que nous agissions à temps », a ajouté le commandant de police.
Vingt personnes accusées d’homosexualité, dont douze femmes, avaient été arrêtées en septembre dans un hôtel de l’archipel autonome de Zanzibar, qui fait partie de la République unie de Tanzanie.
Selon la police à Zanzibar, ces personnes suivaient une formation de l’ONG internationale Bridge Initiative Organization, officiellement enregistrée par le gouvernement de Zanzibar pour dispenser des programmes d’éducation à la lutte contre le sida.
En février, la Tanzanie avait ordonné la fermeture de certains centres de santé spécialisés dans la lutte contre le sida, les accusant de promouvoir l’homosexualité, une décision critiquée par les États-Unis.
Le gouvernement tanzanien a par ailleurs promis d’expulser les étrangers défendant les droits des homosexuels.

Egypte : Les arrestations continues

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,justice — dominique @ 6:17

gay egypteLes forces de sécurité ont fait des descentes dans les cafés du centre-ville du Caire et plusieurs tribunaux ont infligé de lourdes peines de prison.
Selon un militant des droits de l’homme, depuis l’organisation d’un concert de rock le mois dernier durant lequel certains membres du public avaient déployé le drapeau de la communauté LGBT, plus de soixante personnes homosexuelles ont été arrêtées . 20 personnes ont été condamnées à des peines de six mois de prison et quatre autres à trois ans.
Plusieurs établissements de la communauté LGBT ont été fermés.
On dénombre de nombreux passages à tabac et autres mauvais traitements. Des activistes des droits de l’homme ont également dénoncé l’application d’examens anaux forcés par les forces de l’ordre.
De nombreux mouvements internationaux de défense des droits de l’homme dénoncent depuis un certain temps l’attitude du gouvernement égyptien exigeant la fin de la répression. Les Nations Unies ont qualifié ces raids anti-homosexuels en Egypte ainsi que les violences semblables en Azerbaïdjan et en Indonésie de violation du droit international.
Cette opération coup de poing est le dernier exemple en date de la vague de répression envers les libertés politiques et sociales du gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi. On constate une véritable recrudescence des exécutions extrajudiciaires et des arrestations d’opposants politiques. Des centaines de sites internet ont également été fermés.
Selon les activistes des droits des homosexuels, cette campagne est une manière de détourner l’attention des problèmes économiques et politiques du pays.
En Egypte, la population est majoritairement conservatrice, rappellent les militants. Musulmans et chrétiens considèrent l’homosexualité comme un péché. 95 % des citoyens estimeraient que l’homosexualité est inacceptable, selon un sondage de Pew Research de 2013.
L’homosexualité n’est pas illégale mais les autorités s’en prend à cette communauté en s’appuyant sur une loi anti-prostitution des années 60 qui condamne la débauche, comportement considéré propre à l’homosexualité par les tribunaux.
Depuis quatre ans,  environ 550 personnes homosexuelles ont été arrêtées.

18 octobre 2017

Irlande : Un évêque invite à accueillir les couples homosexuels à la Rencontre mondiale des familles

catho gayTous les trois ans, l’Église catholique organise une grande rencontre internationale des familles. C’est l’Irlande, pays où l’identité catholique est encore forte , qui a été choisie pour accueillir la prochaine, en août 2018 à Dublin.
Alors que les évêques irlandais ont lancé les préparatifs dans leurs diocèses, Mgr Brendan Leahy, évêque de Limerick, affirme que la Rencontre mondiale des familles serait une occasion manquée si l’Église ne rassemblait pas les familles dans toute leur diversité et que les couples homosexuels doivent être les bienvenus à cette rencontre mondiale.
« Mon espoir pour la rencontre de l’an prochain, c’est qu’elle soit pour toutes les familles : les familles traditionnelles, monoparentales, les personnes engagées dans une deuxième union, divorcées remariées, les croyants comme les non croyants, les personnes d’autres religions, ceux qui sont en phase avec l’Église et ceux qui ne sont pas d’accord avec elle », a-t-il expliqué, , en marge du lancement des préparatifs dans son diocèse, selon le quotidien irlandais The Independent.
« Nous vivons à une époque de changement et la famille aussi change », a-t-il dit, tout en soulignant l’importance d’une telle rencontre en Irlande où « la famille a un sens très fort ».
Les Irlandais ont voté massivement en faveur du mariage homosexuel, lors d’un référendum organisé le 22 mai 2015 (le « oui » l’avait emporté à 62 %). « Beaucoup ont participé à ce vote, a rappelé Mgr Leahy. Et nous sommes tous les bienvenus pour nous joindre à cette célébration de la famille. Chacun doit se sentir accueilli l’an prochain. Nous voulons construire un bon réseau de soutien familial à tous les niveaux ».

Grande Bretagne : Un néo-nazi révèle qu’il est gay et juif

Classé dans : coming out,homophobie,infos,internationnal,justice — dominique @ 15:34

Kevin-Wilshaw-Le militant neo nazi Kevin Wilshaw vient de faire son coming-out  sur la chaîne anglaise Channel 4.
Aujourd’hui, il ne se reconnaît plus dans dans le mouvement suprématiste blanc.

« A une ou deux occasions récemment, j’ai été la cible de la haine du groupe de personnes à qui je veux appartenir, a-t-il expliqué lors de son intervention publique. Si vous êtes gay, c’est acceptable dans la société, mais avec ces groupes de gens, ce n’est pas acceptable (…) Quand j’étais suspecté d’être gay, j’étais victime d’abus. C’est vraiment égoïste de dire ça mais c’est vrai : c’est lorsque c’est dirigé contre vous que vous réalisez soudainement que ce que vous faites est mal ». La majorité d’entre nous serait pourtant à même de concevoir qu’être homosexuel et militer dans une organisation ouvertement homophobe n’allaient pas vraiment de paire.

Il a été une figure éminente du National Front, une organisation fasciste bitannique, depuis les années 1980, avant de rejoindre le British National Party.
Wilshaw affirme avoir été en contact avec des homophobes extrêmes pendant son engagement à l’extrême droite, et notamment David Copeland, le terroriste qui a tué trois personnes et blessé plus de 70 autres en plaçant une bombe dans le pub gay londonien Admiral Duncan en 1999.
Il désavoue aujourd’hui son passé en faisant son coming out en tant qu’homosexuel et en reconnaissant également des origines juives.
Kevin Wilshaw est d’origine juive, par sa mère, ce qui ne l’a pas empêché de prôner pendant de longues années l’extermination de la « race impure »
En Mars, il avait d’ailleurs été interpellé à la suite d’injures raciales.
Dès l’âge de 11 ans, il a suivi l’exemple de son père, « très à droite », et s’est alors intéressé au nazisme. A sa majorité, il s’est encarté au National Front, le FN britannique. En quelques temps, il est devenu au sein de ce parti l’un des plus hauts responsables. Las, le « conformisme » des idées et discours l’ont finalement rapproché d’un autre groupe de la mouvance ultra-nationaliste, à savoir le British National Party.
Son homosexualité semble être la cause profonde de sa tardive prise de conscience.
« Je veux nuire à ces gens qui propagent ce genre de conneries. Je veux leur faire mal, leur montrer ce que c’est de vivre dans le mensonge et d’être le réceptacle d’une telle propagande. Je veux réellement leur faire mal », explique-t-il.
Wilshaw précise aussi qu’il n’était pas le seul homme gay du mouvement néo-nazi.

17 octobre 2017

La Région Ile-de-France s’engage auprés de l’autre cercle

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 18:55

valerie-pecresseEn début de semaine, l’Autre Cercle publiait : « Le 16 octobre sera une grande journée pour l’Autre Cercle. En plus de la présentation des recommandations de l’ONU , la région Ile de France s’engagera auprès de notre association et deviendra ainsi la première région signataire. »
Un engagement qui provoque l’indignation des partis proches des catholiques très à droite ;
Communiqué des élus du PCD au Conseil Régional d’Île de France au sujet de la signature de la charte de l’autre cercle (LGBT) par la Région Île de France :
« La Région Île de France est la première région de France, par l’action de sa Présidente Valérie Pécresse, à avoir signé le 16 octobre 2017, la charte LGBT de l’Autre Cercle qui a pour but de « faire progresser les questions relatives à l’orientation sexuelle et à l’identité sexuelle ou de genre dans un contexte professionnel ». Or la Loi nº 2006-340 du 23 mars 2006 art. 13 II Journal Officiel du 24 mars 2006) définit déjà ce qui constitue une discrimination, à savoir,
« toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ».
Nous déplorons la signature de cette charte qui, sous la présentation d’une lutte contre les discriminations en milieu professionnel, porte un agenda politique. Ces associations LGBT veulent faire progresser par leur prosélytisme leurs revendications par une pression constante sur l’opinion publique. Parmi ces revendications, la PMA sans père figure en bonne place, ce qui entraînera ultérieurement par la « rupture d’égalité » entre couples, l’acceptation et la reconnaissance de la GPA. Ceci est en opposition avec le droit de tous les enfants d’avoir un père et une mère, et crée des ruptures anthropologiques insidieuses.
La décision de signer la charte n’a malheureusement fait l’objet d’aucun débat avec les élus régionaux, pas même avec le groupe de la majorité. Nous le regrettons profondément car, au vu de la portée militante de cette charte, ce débat est indispensable sur le fond. Les franciliens qui nous ont apporté leurs suffrages attendent un positionnement sans ambiguïté sur les sujets de société. »

1...34567...255

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS