28 février 2018

USA: une entraîneuse lesbienne forcée de démissionner de l’école parce qu’elle veut se marier

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 17:06

kristenKristen Nelson, entraineuse de softball, (Sport similaire au baseball, mais qui se joue avec une balle plus grosse et moins dure, et souvent joué par des femmes )depuis cinq ans à la West Catholic High School, dans le Michigan, doit choisir entre son job et se marier.
En effet, Nelson veut épouser sa partenaire, et des discutions ont de suite été entamé entre l’école et le diocèse catholique romain de Grand Rapids.
Apres de longuees réunions, les dirigeants catholiques ont posé un ultimatum à Nelson: si elle se mariait avec une femme, elle n’aurait plus son travail.
Kristen Nelson a choisi de démissionner.
Elle a expliqué sa décision dans un post Facebook.
À la suite d’une «conversation désagréable, on m’a fait savoir que mes projets futurs d’épouser ma partenaire, Maria, les« préoccupaient ».
« Bien que je pense, et je crois que vous serez d’accord, que mon orientation sexuelle n’a jamais entravé ma capacité à exercer mes fonctions d’entraîneur, malheureusement, la direction n’est pas d’accord et je ne me sens plus la bienvenue.
Elle a ajouté sa déception et a souhaité «le meilleur pour nos joueuses».
Le dimanche 25 février, la West Catholic High School a publié son propre poste sur Facebook .
Ils ont écrit qu’ils étaient «attristés et déçus» par la décision de Nelson de démissionner.
«Quand quelqu’un vit en dehors de l’Église, enseigne ou participe à un comportement qui n’est pas conforme à l’enseignement de l’Église et le fait connaître publiquement, il ne peut remplir sa mission première de montrer l’exemple».
et d’ajouter: « Cela ne signifie pas que nous jugeons cette personne ou qu’elle n’est pas un membre bienvenu et bien-aimé de notre communauté. Elle l’est. L’acte public du mariage homosexuel, et non son attirance pour le même sexe, est au centre de l’enseignement de l’Église. Ce ne sont pas seulement les personnes qui éprouvent l’attraction du même sexe qui sont appelées à vivre chastement, mais nous tous. Personne n’est exclu de l’appel du Christ. Les enseignements de l’Église sont écrits pour le bonheur.
Cependant, la partenaire de Nelson, Maria Roberts, a critiqué la décision.
«Vos élèves s’en souviendront, leurs parents s’en souviendront. Les joueurs se rappelleront comment vous avez repoussé leur entraîneur, comment vous avez arraché un modèle de leur vie, comment vous avez fait comprendre que vous pouvez prêcher l’amour mais vous contredire encore et encore.»

27 février 2018

Kenya : le procès de l’homophobie

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:33

kenya    

Au Kenya, un groupe d’activistes défie les lois anti-gays. « On plaide pour décriminaliser l’homosexualité au Kenya, qui est condamnée dans nos lois », explique Erick Gitari, activiste. « Notre argument est que c’est anticonstitutionnel, car ça encourage la discrimination, et nos droits fondamentaux sont niés ». En Afrique de l’Est, les violences faites aux homosexuels ne sont pas condamnées.
à lire sur www.francetvinfo.fr/

26 février 2018

USA: Une cour d’appel juge que la loi sur les droits civils protège les travailleurs gays

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 18:50

usaUn tribunal d’appel fédéral de Manhattan a jugé lundi que la loi fédérale sur les droits civils interdit aux employeurs de pratiquer la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle.
 L’affaire, qui découle du licenciement en 2010 d’un instructeur de saut en parachute de Long Island, a été un échec pour le ministère de la Justice Trump, dont les avocats se sont retrouvés dans la position inhabituelle d’argumenter contre les avocats de l’Equal Employment Opportunity Commission,(EEOC),  l’agence fédérale qui administre et applique les lois relatives aux droits civils contre la discrimination sur le lieu de travail .
 L’EEOC avait soutenu que le titre VII de la Civil Rights Act de 1964, qui interdit la discrimination fondée sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l’origine nationale, protégeait les employés homosexuels contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle.
 Mais le ministère de la Justice Trump a pris la position contre en prétendant que la loi n’englobait pas l’orientation sexuelle , et a déclaré que l’EEOC « ne parlait pas pour les États-Unis. »
 Le ministère de la Justice et « Altitude Express », l’employeur de l’instructeur, pourraient demander une révision de la décision par la Cour suprême des États-Unis, bien qu’aucune des parties n’ait eu de commentaire immédiat sur la décision.

USA : les conservateurs veulent retirer les livres LGBTQ d’une bibliothèque

Classé dans : Art culture litterature,homophobie,infos,internationnal — dominique @ 6:58

usaLa petite ville d’Orange City, dans l’État de l’Iowa, se déchire autour des collections de la bibliothèque publique : environ 300 personnes se sont rassemblées autour du révérend de l’église presbytérienne, Sacha Walicord, pour exiger le retrait d’ouvrages abordant l’homosexualité ou la transsexualité des collections de l’établissement. Bien entendu, les militants mettent en avant des valeurs religieuses et morales pour justifier leur charge.
Une centaine de personnes, parmi les 300 signataires d’une pétition réclamant le retrait des livres LGBTQ de la bibliothèque d’Orange City, se sont retrouvées à l’occasion d’une réunion du conseil d’administration de l’établissement de lecture publique de la ville, ce mardi 20 février. Menées par le révérend Sacha Walicord, elles ont dénoncé une politique documentaire qui chercherait à « imposer un programme ».
Le programme, selon ces militants et les quelque 300 personnes qui ont apposé leur signature sur une pétition intitulée « Des documents qui font la promotion des homosexuels et des transgenres à la bibliothèque ! Certains destinés aux enfants du primaire, payés avec vos impôts ! », n’est rien de moins que la perversion de la jeunesse de la ville.
Sur le tract distribué pour accompagner la pétition apparaissent deux ouvrages, Two Boys Kissing de David Levithan, ainsi que Morris Micklewhite and the Tangerine Dress, de Christine Baldacchino, qui raconte l’histoire d’un petit garçon qui aime porter une robe. On trouve également sur ce tract différentes citations, tirées de la Bible ou d’études sociologiques, pour stigmatiser les personnes homosexuelles et transgenres.
Le tract réclame avant tout que les documents LGBTQ soient séparés du reste des collections, une ségrégation documentaire qui paraît assez difficile à mettre en place. Les signataires demandent également qu’un système de notation des livres fasse son apparition, pour évaluer les ouvrages de la bibliothèque, mais aussi que l’équipe attende l’aval des usagers avant de faire une acquisition de document LGBTQ, ou ce que les militants désignent comme tel…
Pour le moment, l’équipe de la bibliothèque tient bon, et reste soutenue par une bonne partie de la ville. « Personne n’oblige quelqu’un à consulter ces documents», souligne ainsi Sue Kroesche, qui a dirigé la bibliothèque d’Orange City il y a quelques années.
via https://www.desmoinesregister.com/

Liban : Un agent de la Sécurité de l’État arrêté pour homosexualité

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 6:51

1L’Orient Le Jour rapporte qu’un agent de la Sécurité de l’État soupçonné d’homosexualité a été arrêté en début de semaine dernière. Dernièrement, certains médias locaux ont laissé entendre qu’une « opération d’épuration » des services de sécurité des agents homosexuels est actuellement en cours.
Ghenwa Samhat, directrice exécutive de l’association Helem (pour la défense des droits des homosexuels), a tenu à préciser que « ce phénomène est malheureusement récurrent au sein des services de sécurité libanais parce que les agents de sécurité sont eux aussi soumis à la loi libanaise qui criminalise l’homosexualité ». L’article 534 du code pénal libanais dispose que « toute union charnelle contre nature sera punie d’emprisonnement pour une durée d’un mois à un an, et d’une amende comprise entre 200 000 et un million de livres libanaises ».
La seule différence entre ces agents et les personnes civiles serait l’autorité compétente pour les juger, puisque les agents de sécurité sont soit déférés devant un tribunal militaire, soit devant un conseil de discipline, explique Mme Samhat. « Cette mesure constitue une atteinte aux individus et une ingérence directe dans leur vie privée, qui, d’ailleurs, n’affecte en rien leur performance au travail », ajoute-t-elle.
En réponse aux rumeurs sur une potentielle « opération d’épuration », la directrice de l’association assure qu’elle ne possède pas d’informations sur ce sujet, mais qu’« il se peut que cette opération soit envisagée pour l’avenir ou qu’elle soit menée secrètement ». 

25 février 2018

Perpignan : Le gagnant d’un loto reçoit des insultes homophobes

Classé dans : homophobie — dominique @ 14:39

1Lu sur https://www.20minutes.fr

Un homme a déposé une main courante à la gendarmerie, après avoir été copieusement insulté, il y a quelques jours, lors d’un loto, dans une commune près de Perpignan.
 Ce militant de la cause LGBT dans la région a remporté une quine, quand une dame s’en est prise à lui, rapporte France Bleu, qui décrit un torrent de propos homophobes.
 À la fin de la partie, la joueuse est revenue à la charge, ses insultes aussi, devant quelque 200 personnes interloquées par son comportement. L’homme a finalement reçu des pions de loto à la figure, avant de quitter les lieux, raconte le site de la station.
 Pour Jean-Louis Thévenot, président de LGBT 66, il y a une « nette recrudescence des propos homophobes » ces derniers temps. « Il faut combattre ce genre de propos mais c’est difficile, c’est souvent parole contre parole. » Les 80 euros remportés lors de la quine près de Perpignan, l’homme les a reversés au Refuge, l’association qui vient en aide aux jeunes homosexuels rejetés par leurs familles en raison de leur sexualité. 

L’homophobie pourrait bientôt être punie comme le racisme en Suisse

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 7:30

lgbtEn Suisse, l’homophobie pourrait bientôt être poursuivie comme le racisme. La motion du conseiller national valaisan Mathias Reynard a passé le cap de la commission des affaires juridiques. Les infractions seraient poursuivies d’office.
 L’homophobie devrait être combattue en Suisse au même titre que le racisme. Par 14 voix contre 10, la commission des affaires juridiques du National maintient son projet visant à compléter la norme pénale antiraciste en ce sens. La droite s’y oppose.
 La commission doit encore adopter son rapport explicatif. Elle souhaite y remplacer le terme “transexualité” par “transidentité”, et “intersexualité” par “intersexuation”, a-t-elle communiqué vendredi.
 La législation actuelle ne permet pas de s’attaquer aux propos homophobes exprimés en termes généraux, comme “tous les homos dans des camps”. Le Tribunal fédéral refuse la qualité pour agir aux associations de protection des droits des personnes homosexuelles dans le domaine des infractions à l’honneur.
 Un gay ou une lesbienne ne peut pas non plus se prévaloir d’une infraction à l’honneur à son encontre lorsque des propos homophobes sont proférés envers la communauté homosexuelle. Le projet de la commission, issu d’une initiative de Mathias Reynard (PS/VS), propose de compléter la norme antiraciste en y ajoutant l’orientation sexuelle et l’identité du genre.
 Ce dernier critère permettra d’inclure les “trans” et les personnes au sexe non déterminé. Ces personnes sont en effet souvent confrontées aux mêmes actes haineux ou discriminatoires que les gays, les lesbiennes ou les bisexuels. Les déclarations et les actes visant des préférences sexuelles pathologiques comme la pédophilie ne seront pas concernés par le projet.
 La droite s’oppose à cette adaptation de la norme antiraciste. Selon le PLR, le code pénal offre une protection suffisante en matière d’atteinte à l’honneur ou à l’intégrité physique. Pour l’UDC, une inscription de l’homophobie dans le code pénal conduirait à prendre en considération “chaque groupe reconnu comme non majoritaire” et à lui façonner une loi ad hoc pour le protéger.
source : www.arcinfo.ch 

23 février 2018

Une marque de costumes critiquée parce qu’elle met en scène des couples gays

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 17:59

suits2-858La marque de costumes néerlandaise Suitsupplyfait face à des réactions négatives depuis qu’elle a dévoilé sa collection printemps-été 2018, ce mardi 20 février
On lui reproche d’avoir choisi des couples homosexuels dans sa dernière campagne publicitaire.
La campagne publicitaire a été exposée dans les 91 magasins de la marque dans 22 pays. Il est également largement diffusé sur Twitter, Facebook et Instagram.
Cette dernière s’intitule « Find your perfect fit » (en français, « trouvez votre coupe parfaite »). La série de clichés montre des hommes qui se caressent, qui se tiennent les mains ou qui se regardent dans les yeux. L’une des photos met en scène deux mannequins en train de s’embrasser dans une pose lascive.
Même si beaucoup de personnes ont été très heureuses de découvrir ces clichés, pour les détracteurs de la marque, ça passe beaucoup moins. Des nombreux clients se sont sentis « offensés » par la campagne publicitaire et demandent même son retrait.
D’après Business Insider, plus de 12.000 utilisateurs d’Instagram se sont désabonnés du compte de l’enseigne après la publication des clichés.
Le fondateur de la marque Fokke de Jong s’était exprimé avant le lancement de la campagne pour justifier son choix artistique: « L’attraction entre deux personnes fait partie intégrante de la publicité dans la mode. » Même s’il évoque ne pas vouloir cibler commercialement la communauté gay, il juge que la mise en scène de l’attirance entre deux hommes est un parti pris pertinent pour l’image de l’enseigne.
Toutefois, ce dernier s’attendait parfaitement à recevoir des remarques de ce genre. « Nous pensons qu’il y a un potentiel à tirer d’un impact négatif, en particulier dans les pays où nous avons une présence significative, connus pour avoir des points de vue contrastés », explique Fokke de Jong, qui souhaite à sa marque plus de diversité.
Ce n’est pas la première fois que Suitsupply fait réagir.
Comme le rappelle la BBC, l’entreprise a été fortement critiquée, en 2016, pour des publicités jugées sexistes. On pouvait y voir des hommes en train de jouer sur des femmes géantes, à moitié habillées. Au mois d’avril 2010, on avait demandé à la marque de costumes de retirer des affiches « érotiques » de ses vitrines dans un centre commercial de Londres.

22 février 2018

Grande Bretagne : nouvelle attaque homophobe

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 20:59

clarkeTrois personnes ont été grièvement blessées après avoir été victimes d’une agression à Blackpool, dans le nord-ouest de l’Angleterre, le week-end dernier.
Joe Clarke, 22 ans, et ses deux amis, Summer Tarrant 20 et David Westworth, 24 ans, ont été violemment attaqués alors qu’ils revenaient d’une soirée.
Le samedi 17 février, vers 17 h 30, heure locale, la police a déclaré que le trio avait été victime d’abus homophobes
Le jeune homme a raconté comment il avait été battu et perdu connaissance avant que l’un des agresseurs ne commence à « piétiner » sa tête.
Joe Clarke a déclaré qu’il ne se sentait plus en sécurité dans sa ville natale: «Nous sommes allés en soiré après le travail. J’étais presque arrivé à la maison quand un homme a crié des insultes homophobes.»
«J’ai été frappé par un homme  et je suis tombé par terre inconscient».
«Mes amis m’ont dit qu’un homme m’avait frappé à la tête. Ça a été vraiment douloureux. Je ne veux pas vivre près de là où c’est arrivé « , a-t-il déclaré à Fleetwood Today .
Summer Tarrant a raconté comment elle a été laissée impuissante et «brisée» après avoir été frappée au visage et frappée au sol.
Pendant ce temps, l’ami de Clarke, David Westworth, a déclaré: Nous étions tous sortis et avons passé une excellente soirée en ville. Nous retournions chez Joe quand ces hommes ont commencé à nous injurier .Ils marchaient vers nous et j’ai essayé de leur parler et j’ai été frappé à la bouche et frappé au visage.»
«Je suis tombé par terre et ils m’ont donné des coups de pied dans les côtes et m’ont frappé partout. J’étais allongé sur le sol,  en essayant de protéger ma tête et mon visage avec mes bras. C’était horrible.
Quand j’ai réussi à m’asseoir, je pouvais voir Joe couché inconscient avec du sang qui coulait sur son visage», précise-t-il.
À la suite de l’attaque, un porte-parole de la police a déclaré: On pense que les délinquants sont des hommes dans la mi-vingtaine.
Les victimes ont subi de nombreuses blessures et ont été soignées à l’hôpital Victoria de Blackpool. Nous croyons que c’est une attaque isolée et non provoquée.

21 février 2018

Irlande : les familles homosexuelles non représentées à la Rencontre mondiale des familles

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 16:38

-irlandeAprès la mobilisation des fidèles catholiques, les évêques irlandais ont décidé de retirer les images de couples homosexuels de la brochure principale publiée à l’occasion de la prochaine Rencontre mondiale des familles (WMF) qui se tiendra à Dublin.
En plus des six images retirées, le paragraphe suivant du guide officiel du WMF a été supprimé :
«Alors que l’Église défend l’idéal du mariage comme un engagement permanent entre un homme et une femme, il existe d’autres unions qui fournissent un soutien mutuel au couple. Le pape François nous encourage à ne jamais exclure et accompagner ces couples avec amour, attention et soutien. «
La décision a provoqué les protestations des principales associations LGBT.

1...34567...274

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS