16 avril 2018

« Plus jamais seuls » : Voix LGBT au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 14:12

human rights 

Les activistes lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) des pays arabophones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord défient la répression exercée par certains États et la stigmatisation sociale, ont déclaré Human Rights Watch et la Fondation arabe pour les libertés et l’égalité (Arab Foundation for Freedoms and Equality, AFE) dans une série de vidéos et dans un nouveau rapport de Human Rights Watch publiés aujourd’hui.
Dans le rapport de 75 pages, « L’audace face à l’adversité : Activisme en faveur des droits LGBT au Moyen-Orient et en Afrique du Nord » et dans la série de vidéos « Plus jamais seuls » (« No Longer Alone »), des activistes racontent leurs histoires et décrivent comment ils construisent leurs mouvements. Pour lutter contre les mythes et contrecarrer l’isolement de nombreuses personnes LGBT dans la région, Human Rights Watch et l’AFE se sont associées pour produire des vidéos dans lesquelles des activistes LGBT arabophones décrivent leurs chemins d’acceptation de soi. À travers la série de vidéos, ils envoient des messages de soutien et d’encouragement aux personnes LGBT du monde arabophone.
Le rapport s’appuie sur des entretiens avec 34 activistes de 16 pays arabophones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, réalisés entre juillet 2017 et mars 2018. Dix-huit activistes et artistes de dix pays ont participé à la série de vidéos.
Les activistes encouragent les jeunes LGBT à se défendre. Rima, une femme bisexuelle du Liban, s’adresse directement aux femmes bisexuelles et lesbiennes de la région quand elle déclare : « Des personnalités religieuses, le gouvernement ou vos parents – tous veulent avoir leur mot à dire sur ce que vous faites avec ce que vous avez entre les jambes. Ce que je veux vous dire, c’est que ce n’est pas leur problème, que votre corps, vos désirs, vos idées sont à vous, et à vous seuls. S’ils n’aiment pas ce que vous êtes, ils ont tort ».
Les activistes de la région revendiquent également leurs droits. « Je suis un être humain comme les autres et j’ai des droits. Je vais défendre ces droits », explique Ahmed, un homosexuel libyen.
Pour accompagner les vidéos, Human Rights Watch, dans son rapport, souligne la résilience des mouvements LGBT dans toute la région et la manière dont ils portent les changements. Human Rights Watch décrit les obstacles importants que doivent surmonter les activistes de la région, notamment la criminalisation du comportement homosexuel et de la non-conformité de genre, les arrestations arbitraires et les mauvais traitements, le manque de reconnaissance des personnes transgenres, la violence, les restrictions à la liberté d’expression et d’association, le rejet de la famille ou encore la stigmatisation sociale.
A lire sur https://www.hrw.org/

15 avril 2018

USA: un couple homosexuel violemment agressé pendant la Gay Pride de Miami Beach

Classé dans : homophobie — dominique @ 18:37

1   

« Ils ont commencé à nous frapper, nous tabasser. » Rene Chalarca raconte ce qui lui est arrivé à 7News . Dimanche 8 avril alors qu’il participait à la Gay Pride de Miami Beach (Etats-Unis) avec son compagnon, Dmitry Logunov, quatre personnes s’en sont très violemment pris à eux.
« Les quatre personnes ont proféré des insultes désobligeantes et homophobes en espagnol, a précisé la police de Miami Beach, qui a diffusé les images sur Twitter. Ce qui les a énervés, c’est probablement qu’on marchait ensemble en se tenant la main », a ajouté Dmitry Logunov à NBC6
Peu après, la police a annoncé sur le réseau social que les quatre suspects s’étaient rendus, ajoutant qu’ils seraient jugés.
Le bureau du procureur de l’État de Miami-Dade examine actuellement des preuves pour déterminer si les quatre hommes devaient être accusés de crimes de haine pour cette.
Juan C. Lopez, 21 ans; Luis M. Alonso, 20 ans; Adonis Diaz, 21 ans; et Pablo Reinaldo Romo, 21 ans, font chacun face à trois accusations de coups aggravés dans l’attaque du dimanche

14 avril 2018

Chine : Des contenus gays censurés par Weibo

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:03

 WeiboWeibo, la plate-forme chinoise de blogs, a annoncé qu’elle allait supprimer des contenus sur l’homosexualité.
Weibo a entamé une «campagne de nettoyage» des contenus «illégaux», visant notamment «les mangas et vidéos avec des implications pornographiques, promouvant la violence, ou (liés à) l’homosexualité», qu’il s’agisse «d’amours entre hommes ou d’histoires gay fictionnelles», selon un communiqué vendredi.
Il s’agit du dernier signe en date d’une vague de répression lancée par le Parti communiste au pouvoir afin d’expurger l’internet de tout contenu déviant des «valeurs centrales du socialisme», tout en étouffant les critiques des normes sociales et politiques établies.
Cette campagne, qui durera trois mois, s’attaquera également aux «jeux vidéo violents, de type ‘Grand Theft Auto’», a précisé Weibo sur le compte officiel de ses «administrateurs». La populaire plate-forme, qui revendique 400 millions d’utilisateurs mensuels actifs, a affirmé qu’elle appliquait la nouvelle loi chinoise sur la cybersécurité.
Weibo a indiqué vendredi avoir déjà, dans le cadre de l’opération, supprimé quelque 56240 éléments.
L’annonce suscitait samedi sur la plate-forme un flot de réactions stupéfaites, outrées ou furieuses d’internautes chinois. Les protestataires se sont choisi pour cri de ralliement le mot-dièse «#Je suis gay» (#WoshiTongxinglian).
Celui-ci avait été utilisé à la mi-journée par quelque 170000 usagers de Weibo.ombre des messages protestataires étaient censurés.
Les autorités chinoises encadrent étroitement le web local pour en expurger tout contenu jugé sensible, comme les critiques politiques ou la pornographie. Elles imposent aux sites internet d’avoir leurs propres censeurs.

Le collectif Rouge Direct saisit le CSA après les propos homophobes de Denis Balbir

Classé dans : homophobie — dominique @ 7:40

Le collectif Rouge Direct contre l’homophobie dans le sport et le football a saisi le Conseil supérieur de l’audiovisurouge directel (CSA) après les propos polémiques de Denis Balbir hors antenne. Une vidéo du commentateur de W9 a fuité sur Twitter à peine une heure après le coup de sifflet final du match OM-Leipzig.
Rouge Direct a réagi ce vendredi à ses propos dans un communiqué. « Ce journaliste, légitimement suspendu à titre conservatoire par sa chaîne, reconnaît des propos « déplacés » : nous rappelons qu’ils sont de nature homophobe, ce qui ne les rend pas juste « déplacés », mais injurieux et discriminatoires, et les rend plus graves notamment au regard de la loi », écrit le collectif.
Pour rappel, dans cette vidéo, Denis Balbir insultait des joueurs de Leipzig, battus par l’OM (5-2). « Je suis bien content pour ces pédés-là (sic), arrogants au match aller, comment ils étaient sûrs de gagner… Enfoirés… »

11 avril 2018

Quatre jeunes tendaient des guet-apens à des homosexuels

Classé dans : homophobie — dominique @ 14:37

policeQuatre jeunes de Goussainville, âgés de 17 à 20 ans, ont été interpellés par la police le 4 avril dernier pour avoir organisé des agressions d’homosexuels en vue de les voler.
Cette bande utilisait un site de rencontre, coco.fr, pour fixer des rendez-vous à des homosexuels qu’ils dépouillaient ensuite.
Les guet-apens ont parfois donné lieu à des violences physiques et des mences avec armes blanches.
Ils sont soupçonnés d’avoir fait au moins quatre victimes dans le Val-d’Oise, l’Oise, la Seine-et-Marne et la Somme.
Ces agresseurs ont été déférés devant la justice pour vols en réunion, extorsion avec arme, et escroquerie. Un mineur doit être convoqué par un juge des enfants.
Cette affaire n’est apparemment pas la première à survenir via le site coco.fr. Les policiers de Gonesse ont lis au jour une série d’agressions similaires commises entre le 2 février et le 11 mars, à Goussainville, au foyer Adef .
Quatre suspects ont été identifiés. L’enquête se poursuit afin de déterminer si la bande a fait d’autres victimes.
source : http://reloaded.e-llico.com

6 avril 2018

Cameroun : Deux élèves renvoyées pour homosexualité

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 18:26

1Le principal du célèbre collège Etoile de la ville de Douala renvoie deux élèves de son établissement régulièrement inscrites en classe de Première pour motif d’homosexualité.
Par Steeves Winner
La scène se déroule le 15 février 2018 au lendemain de la Fête de la jeunesse, grandement célébrée dans cet établissement populaire de la ville de Douala.
D’une renommée stricte, Monsieur NDONGO Emile, le principal de ce collège, reste sans ménagement face aux actes de déviance au sein de son établissement. Il dit:
« L’homosexualité est une bassesse animale, mon établissement n’est pas un dépotoir d’homosexuel » .
Sym et Kys (tous les prénoms utilisés dans cet article sont des pseudonymes), toutes deux âgées de 19 ans, faisant la classe de Première au collège Etoile, forment un couple très épanouie.
Depuis la reprise des cours du deuxième trimestre 2018, la complicité et le rapprochement intense des deux filles faisaient ressortir des opinions et constats très mêlées à leur orientation sexuelle dans l’établissement.
Pourtant, aucun acte déplacé n’avait été souligné encore moins témoigné par quiconque dans l’établissement.
Pour Sym:
« Ma copine et moi, respections scrupuleusement le règlement intérieur du collège. Aucune intention déplacée ne nous habitait lorsqu’on se retrouvait au sein de l’établissement ou encore devant nos camarades » .
Kys dit:
« Le 15 février 2018 vers 8 heures, à notre arrivée au collège, le principal nous a invité dans son bureau. D’un air curieux, nous nous sommes rendues sans rechignés. A peine entrées dans son bureau, il nous a tendu des titres d’exclusion définitive sur le motif qu’une source de l’établissement serait venue lui apprendre que nous sommes homosexuelles.
Tombées des nues, nous avons bien voulu lui faire entendre raison tout en lui demandant des preuves de cette accusation. Mais chemin faisant, il est resté très calé sur sa décision et a demandé au gardien de nous expulser de son établissement.
Sans voix ni force, nous n’avons pas pu nous défendre car démotivées par tout ce film qui se dessinait devant nous. Un communiqué a été rédigé et collé à l’entrée du collège nous intimant ‘personae non grata’ » .
Cette malheureuse affaire étant arrivée à l’attention des parents, ces derniers ont jugé nécessaire de ne pas se salir les mains avec de tels motifs et qu’il ne fallait surtout pas qu’elle (affaire) s’ébruite davantage car ça y va de leur réputation.
Kys dit:
« Après quelques jours passés à la maison, j’ai dû supplier mon père et lui faire la promesse de plus jamais rencontrer Sym pour qu’il m’inscrive dans un autre établissement de la place. Malgré cela, je souffre tellement de l’absence de Sym qui aujourd’hui n’a pas pu reprendre les études du fait de la sévérité et la rigueur de ses parents » .
Pour SYM, elle ne fréquente plus le collège pour cette année. Elle reste simplement à la maison.
Steeves Winner, l’auteur de cet article, est un militant pour les droits LGBTI au Cameroun qui écrit sous un pseudonyme.
source : https://76crimesfr.com

4 avril 2018

Indonésie : Quatre homosexuels risquent 100 coups de fouet en public

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 19:17

indonesieQuatre hommes suspectés d’être homosexuels ont été arrêtés dans la région d’Aceh en Indonésie. Il risquent jusqu’à 100 coups de fouet en public.
Cette région d’Indonésie est hostiles pour les populations LGBT.
Quatre hommes ont été arrêté par une milice et les habitants les ont ont remis à la police qui les a arrêté pour « comportement homosexuel ».
Dans cette région qui a rétabli la charia en 2015, la punition serait de 100 coups de fouet en public. Un châtiment qui constitue un acte de torture d’un point de vue du droit international. Graem Reid, le responsable du programme LGBT+ au sein de Human Right WAtch tire la sonnette d’alarme.
Ces raids et détentions arbitraires sont renforcés par le code criminel abusif et discriminatoire de la région d’Aceh. Les autorités doivent relâcher ces quatre personnes et les protéger.
Ces dernières années, les cas de violence se sont multipliés. Un salon de coiffure a ainsi été perquisitionné récemment. Un homme et une femme transsexuelle ont été arrêtés et remis à la police de la charia. En mai 2017, deux hommes avaient reçu 100 coups de cane en public pour avoir eu des relations sexuelles.
Vigilantes ont de nouveau pillé la résidence privée de personnes qu’ils soupçonnent d’être LGBTI en Indonésie.

Australie : Dérapage homophobe pour l’international Folau

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:26

isarael folau Folau, arrière australien aux 62 sélections, est au coeur de la tourmente après avoir tenu des propos ouvertement homophobes. Tout s’est passé sur le réseau social Instagram où le rugbyman a répondu à la question «D’après toi, quels sont les plans de Dieu pour les homosexuels ?», par une phrase sans équivoque, «L’ENFER… A moins qu’ils ne se repentent de leurs pêchés et qu’ils se tournent vers Dieu.»
Fervent croyant, Folau poste fréquemment des versets de la Bible afin de partager sa foi.
L’année dernière, il avait pris position contre le mariage pour tous en Australie, déclarant : «J’aime et je respecte les opinions de tous, mais personnellement je suis opposé au mariage gay». Le mariage pour tous a été adopté en Australie en décembre dernier à la suite d’un large vote en sa faveur lors d’un référendum.

1 avril 2018

Morbihan: Les homosexuels chrétiens inquiets de la venue d’un prédicateur

Classé dans : homophobie,infos,religion — dominique @ 16:55

catho gayL’association arradonnaise Debout Resplendis organise une formation au camping Mané-Guernehué de Baden (56) du 5 au 8 avril, avec Henri Lemay, prédicateur laïc du renouveau catholique canadien, et propose une session de « guérison de la sexualité humaine, délivrance de l’occultisme, les cinq clés de la délivrance ».
Le Centre contre les manipulations mentales, partenaire de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, ainsi que le mouvement homosexuel chrétien David et Jonathan ont interpellé les évêques de Bretagne et notamment Monseigneur Centène, évêque de Vannes et ont fait part de leur inquiétude .
Dans leur courrier, les responsables du mouvement LGBT chrétien souhaitent : « mettre en garde sur les discours de « guérison » de l’homosexualité, y compris lorsqu’il est question de « guérison spirituelle » ou « de thérapie spirituelle ».
« Non seulement, l’homosexualité n’est pas une maladie, ni une quelconque déviance sexuelle mais ce discours est culpabilisant pour les personnes homosexuelles, voire pour leurs parents, puisqu’il y est présupposé une blessure ».
« Nous pouvons témoigner que ce n’est pas l’homosexualité qui est destructrice mais l’homophobie qui pousse à la détestation de soi. Nous pouvons témoigner également du temps qu’il faut aux personnes homosexuelles pour se reconstruire lorsqu’elles ont été meurtries par de tels discours et par la confiance qu’elles avaient mise dans ce qu’elles croyaient être des chrétiens de référence (…) », soulignent les responsables du Mouvement homosexuel chrétien breton.
« Après études des enseignements donnés par Henri Lemay, les évêques suisses romands lui ont demandé de s’abstenir de tout enseignement et prédication en Suisse Romande jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes très inquiets du développement de ces formations psycho-spirituelles », souligne le CCMM, qui demande à l’évêque vannetais de se positionner clairement sur cette formation.

30 mars 2018

Arras : Une partie de la majorité municipale hostile aux minorités sexuelles

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 17:02

lgbt6A Arras, l’association LGBT Artogalion organise chaque année depuis 2013 un festival sur la visibilité LGBT, l’Arras pride, accueillant jusqu’à 5000 participants l’an passé. Néanmoins ce succès, raconte la Voix du nord, n’est pas vraiment du goût d’une partie de la majorité municipale qui a fait cas à part de l’attribution d’une (petite) subvention à l’association lors du dernier conseil municipal. En effet, Artogalion ne va percevoir que 4000 euros du budget annuel estimé à 3 millions d’euros versé aux associations locales.
 Une broutille qui électrise la frange conservatrice de la municipalité, poursuit le quotidien, en raison des combats de l’association, à savoir la lutte contre les discriminations envers les personnes LGBT. «Ils veulent invisibiliser l’association , dénonce le nouveau président d’Artogalion Guillaume Delattre. L’Arras Pride, c’est notre vitrine, sans cela on n’existe plus. On ne pensait pas que le maire allait se ranger du côté de ceux qui veulent détruire l’association.»
 Lu sur la voix du nord 

12345...274

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS