17 août 2017

Ouganda: La communauté LGBT annule la Gay Pride sous la pression policière

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:27

ougandaAprès l’interdiction du gala d’ouverture, les organisateurs ont décidé, par mesure de sécurité, que la parade des fiertés n’aurait pas lieu cette année.
Kasha Jacqueline Nabagesera, la militante ougandaise des droits des LGBT a expliqué au journal Le Monde avoir subi des pressions de la part du révérend Simon Lokodo, ministre de l’éthique et de l’intégrité afin que la Gay Pride prévue le samedi 29 août prochain ne puisse se dérouler.
La communauté LGBT ougandaise s’apprêtait pourtant à fêter sa fierté dans une grande discrétion en évitant la médiatisation.
« Ils ont interdit l’événement en prétextant que nous étions en train de “recruter”, a relaté Kasha Jacqueline Nabagesera au Monde.
Des menaces physiques et d’arrestation à l’encontre des activistes LGBT ougandais ont même été brandies, selon elle.
Mais cela n’aura pas suffi et la police ougandaise a d’abord investi mercredi 16 août le lieu où devait se dérouler le gala d’ouverture de la Pride 2017 avant de s’en prendre à tous les espaces qui devaient recevoir des participants aux événements de la manifestation LGBT.
Devant de telles pressions, les organisateurs ont décidé d’annuler purement simplement la pride et a préféré jouer la sécurité.
L’organisation d’une Gay Pride dans ce pays d’Afrique s’avère très difficile puisque l’année dernière, déjà, une descente de police avait conduit à un report de la date de l’édition 2016 et à sa tenue presque confidentielle au bord du lac Victoria.
L’homosexualité y est passible de prison et plusieurs responsables politiques importants, dont la présidente du Parlement, cherchent à renforcer la pénalisation avec une nouvelle loi plus répressive.

16 août 2017

Un prédicateur homophobe sur l’espace piétonnier de Bruxelles

Classé dans : homophobie — dominique @ 16:41

Une vidéo qui circule sur Facebook suscite l’indignation de l’opinion publique. On y voit, durant 25 minutes, un individu prônant l’homophobie, la transphobie et la haine en plein centre-ville de Bruxelles, près de la place De Brouckère, sur le piétonnier. Voici un extrait des propos tenus :
« Dieu vous aime, mais pas dans votre mauvaise manière de vivre. Aujourd’hui, on vit dans une société pervertie, sans repère, sans sens à la vie. On ne sait plus distinguer un homme d’une femme. Les hommes marchent comme des femmes et les femmes se conduisent comme des hommes. On ne sait plus qui est qui. Jusqu’à aujourd’hui, aucun homme avec un autre homme n’a pu engendrer un enfant, ce n’est pas normal ! »
Olivier Slosse, commissaire de police à la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, a été informé de cette situation ce lundi. « L’information a été transmise en interne afin de sensibiliser nos patrouilles à ce phénomène. Ce n’est pas la première fois que ce genre de prêche est tenu dans la capitale. Nous avons été mis au courant de ce genre d’activités dans les lieux à forte fréquentation tels que sur le piétonnier ou à la rue Neuve et nous avons reçu des instructions à donner à notre personnel. Ainsi, parfois les propos sont couverts par la liberté d’expression même s’ils sont violents. Pour autant que cela ne devienne pas un appel à la violence et que cela reste dans le cadre légal, nous ne pouvons pas intervenir. Nous vérifions dans ce cas tous les aspects administratifs : y’a-t-il une autorisation ? L’ordre public est-il compromis ? Y’a-t’il une amplification sonore ? Etc. S’il n’y a pas d’autorisation, on agit avec les sanctions administratives communales. »
source : lalibre.be

Suisse : aucunes statistiques sur les agressions homophobes

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 1:40

homophobieRépondant à une interpellation parlementaire, les Cantons refusent de dresser une statistique des actes de violences homophobes et transphobes. De telles données ne seraient pas fiables.
La variable homo-/transphobie n’est pas prise en compte dans les statistiques de police. Il y a deux ans, pourtant, une interpellation du PBD avait demandé l’enregistrement des crimes de haine contre les LGBT, comme plusieurs pays du nord de l’Europe. Elle avait semblé susciter l’intérêt du Conseil fédéral.
Mais le projet a été discrètement envoyé aux oubliettes cet été, révèle le site alémanique Watson. Une majorité de cantons s’est opposée à la récolte de données supplémentaires sur les motifs d’actes de violence. «Les arguments principaux sont un rapport coût-revenu défavorable et la difficulté de fournir des données de qualité suffisante», explique le porte parole de l’Office fédéral de la statistique, Stephan Gysi. En clair: le motif d’un auteur de violence n’est pas toujours évident. Comment savoir à coup sûr, par exemple, si un gay agressé l’est à cause de son homosexualité? Des explications qui ne satisfont pas Rosmarie Quadranti, conseillère nationale PBD: «Il est impensable au XXIe siècle que de telles actes de violence soient simplement mis sous le tapis.»
En novembre dernier, les organisations LGBT suisses ont mis en place LGBT+ Helpline, qui vient en aide aux victimes et permet de récolter des données sur la base de signalements volontaires, un peu comme en France, où SOS homophobie dresse des statistiques des crimes de haine (+20% d’insultes et de violences en 2016). Les premiers résultats helvétiques seront publiés prochainement. En attendant, souligne le porte-parle de Pink Cross Bastian Baumann, le renoncement à des statistiques fédérales sur l’homo- et la transphobie «montre comment le gouvernement traite le problème: pas du tout.»
source : 360.ch

15 août 2017

Nouvelle-Zélande : un pasteur souhaite que les homosexuels soient fusillés

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 13:58

1Un pasteur de Auckland, en Nouvelle-Zélande, a demandé, lors d’un sermon , que les homosexuels soient fusillés.
Le pasteur de la Westcity Bible Baptist Church, Logan Robertson, reconnait que ses paroles sont des paroles de haine mais ne les renie pas
La vidéo postée en ligne à la fin du mois de juillet a provoqué de nombreuses réactions jusque dans les rangs de l’Eglise ou les mots du pasteur ont été condamné .
« Mon point de vue sur le mariage homosexuel est que la Bible ne le mentionne jamais, alors je ne suis pas contre ceux qui veulent se marier», commence Robertson. avant d’ajouter «Tant qu’une balle passe par leur tête au moment où ils s’embrassent »
La WestCity est une église indépendante et n’a aucun lien avec l’Eglise baptiste de Nouvelle-Zélande.
Le révérend Helen Jacobi – le vicaire de St-Matthew-in-the-City d’Auckland – a déclaré que la vidéo «incitait ç la violence, aux discours haineux et à la dérive».«Jésus a déclaré en particulier qu’il n’est pas venu vivre par ces anciennes lois mais pour apporter une nouvelle loi qui est une loi de l’amour. Il est donc difficile de voir en ces paroles quelque chose de biblique».
La paroisse St Matthew’s est connu pour avoir plaidé pour les droits des homosexuels.
Le pasteur Robertson a aussi déclaré que si d’autres églises n’étaient pas d’accord avec sa position « c’est parce qu’elles ne croient pas à la Bible».
Mais il a dit qu’il ne faisait que répéter ce que la Bible – en particulier le Lévitique 20:13- explique déjà
(lévitique 20:13 : Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable; ils seront punis de mort: leur sang retombera sur eux).
Robertson a déclaré qu’il ne demandait pas aux membres de l’église de tirer sur une personne et ne s’engageait pas si quelqu’un l’a fait après avoir visionné la vidéo.
Robertson a déjà par le passé envoyé à un auteur gay
, Jim Marjoram, un email ou il lui disait qu’il priait pour l’homme se suicide .
L’Union baptiste avait à l’époque condamné le courrier électronique et  déclaré qu’ils n’étaient pas associé à la WestCity Bible Baptist.
WestCity se veut une église baptiste proche de la Bible et orientée vers la famille L’église compte environ 40 membres.

Tchad :Pressions de l’Union Européenne pour la dépénalisation de l’homosexualité

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,justice,politique — dominique @ 9:55

tchadUnion européenne a salué, dans une déclaration de son porte-parole, les nouvelles dispositions inclues dans le nouveau code pénal tchadien telles que l’interdiction du mariage pour les enfants, des mutilations génitales féminines, la pénalisation de l’esclavage et de la traite des personnes, ainsi que la définition de la torture, du génocide, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité comme actes punissables par la loi.
« La pénalisation des relations homosexuelles prévue dans le code pénal contredit les engagements internationaux du gouvernement tchadien en matière de droits humains », selon l’Union Européenne. Récemment, le Président Idriss Déby avait tranché en déclarant dans un entretien avec un trio de médias que « l’homosexualité, la pédophilie, ça n’existe pas dans nos traditions ».
Toutefois, c’est sur le terrain juridique que l’Union européenne s’en prend au Tchad en soulevant une violation de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples et des conventions internationales. « L’UE souligne l’importance de toutes mesures prises par le Tchad pour renforcer l’égalité devant la loi et la non-discrimination, conformément aux conventions internationales, notamment la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, auxquels le pays adhère », selon la déclaration.
De l’avis du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Ahmat Mahamat Hassan, « il ne faudrait pas toute suite prétendre transformer une société pour laquelle la préservation de ces valeurs sont très chers. Que les uns et les autres nous comprennent. Dans nos sociétés, c’est assez répulsif dans le commun des mortels de la société africaine ».
En effet, selon lui, « la question de l’homosexualité qui était avant criminalisé a été atténué en prenant en compte certaines avancées des droits humains à travers le monde et les conventions internationale mais aussi de la résistance de notre société par rapport à ces types de comportements déviants de l’être humain. Nous avons réduits à titre transitoire la disqualification en délit ».
Pour sa part, l’UE persiste et se dit « prête à poursuivre le dialogue avec les autorités tchadiennes à cette fin. »
source :  http://www.alwihdainfo.com/Pressions-de-l-Union-Europeenne-sur-le-Tchad-pour-la-depenalisation-de-l-homosexualite_a56873.html#k3kTeQJW8CqjuVSZ.99

14 août 2017

Kirghizistan : un mannequin célébre veut faire  » exploser » les LGBT

Classé dans : homophobie — dominique @ 21:35

1

Amina Yusurova, célèbre mannequin du Kirghizstan, un pays d’Asie centrale, a écrit sur son compte Facebook que les gens feraient bien de mettre toutes les personnes non-traditionnelle sur une île afin de les faire exploser..

Selon elle, les personnes ayant “une orientation sexuelle non traditionnelle” devraient être envoyées sur une île car ils déshonorent leur pays et donnent une mauvaise image de la capitale, Bishkek
Les internautes ont condamné son post en déclarant qu’elle allait finir par se mettre tout le monde à dos si elle continuait à utiliser sa beauté pour faire passer ce genre de message au monde.
Même les internautes qui ne sont pas fans des droits LGBT l’ont critiqué en déclarant que même s’ils étaient eux aussi “contre” les minorités sexuelles, c’était aller trop loin que de souhaiter les faire “exploser” sur une île.
Ce n’est pas la première fois que ce mannequin créer des bad buzz autour de sa personne. Récemment, elle s’est faite vivement critiquer pour avoir déclaré que les minorités russes du Kirghizstan devaient être chassées du pays.
Une loi qui criminaliserait toute “propagande homosexuelle” – similaire à celle passée en Russie il y a quelques années – est actuellement en train d’être étudiée au Parlement du Kirghizstan

USA : une footballeuse de l’équipe nationale refuse de porter des maillots LGBT par conviction religieuse

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 15:53

USA : une footballeuse de l'équipe nationale refuse de porter des maillots LGBT par conviction religieuse dans homophobie us-soccer-lgbt-e1502722375958Jaelene Hinkle une joueuse de foot féminin fait partie de l’équipe nationale de football féminin des États-Unis a fait savoir que, par «convictions personnelles», elle ne participera pas aux match lorsque son équipe portera un maillot aux couleurs de l’arc-en-ciel LGBT.
Au mois de juin, la Fédération US Women’s Soccer a annoncé que leurs équipes porteront des maillots « Pride », en l’honneur du mois de la « fierté » de l’homosexualité.
Pour cette chrétienne, pas question de « promouvoir l’homosexualité»
Ainsi, lorsque la Cour suprême des États-Unis a légalisé le mariage homosexuel en 2015,  elle a posté sur Instagram: « Je crois avec chaque fibre dans mon corps que ce qui a été écrit il y a 2 000 ans dans la Bible est sans aucun doute vrai … Ce monde peut changer, mais le Christ et sa parole NE CHANGERONT JAMAIS. »
Elle a appelé les chrétiens à la compassion pour les «hommes et femmes perdues, rejetées et abandonnées»:
Pou Hinkle l’arc-en-ciel adopté par les homosexuels est le signe durable de Dieu de son alliance protectrice avec Noé

12 août 2017

USA: Les crimes homophobes en nette augmentaion

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 15:11

homophobie en russieLe nombre de personnes LGBT, tuées  en 2017, dans ce que les groupes de défense qualifient d’homicides liés à la violence haineuse (LGBTphobies),est plus élevé qu’en 2016, selon les données d’une organisation de droits LGBT.
Les chiffres ont été dévoilés par la National Coalition of Anti-Violence Programs (NCAVP) une organisation nationale dédiée à la réduction de la violence et de ses effets sur les personnes lesbiennes , homosexuelles , bisexuelles et transgenres ( LGBT ) aux États-Unis.
En août 2017, il y avait 33 homicides lié à la violence haineuse des personnes LGBT, selon les chiffres de la NCAVP.
En 2016, 28 étaient victimes de crimes homophobes ( ce chiffre exclut les 49 victimes du massacre homophobe au Pulse, club gay d’Orlando)
Ce qui veut dire que, proportionnellement, il y avait une mort causée par la LGBTphobie tous les treize jours en 2016, et qu’il y en a une tous les six jours cette année. Parmi ces personnes tuées en 2017, quinze étaient des femmes trans de couleur, et au moins douze des hommes gays. Ces meurtres ont été commis à différents endroits des États-Unis, du Texas à New York jusqu’au Wisconsin.
En l’absence de chiffres officiels, l’organisation a rassemblé les données des meurtres rapportés par les médias, les entourages des victimes et les autres organisations du pays. La NCAVP a inclus toutes les morts où il apparaissait que la victime était visée à cause de son identité de genre ou son orientation sexuelle. Pour un chercheur au Centre de Recherche des Homicides, les chiffres de la NCAVP seraient donc en dessous de la réalité : les petites communautés ne communiqueraient pas sur ces décès, et beaucoup de cas de meurtres liés à la haine contre la communauté LGBT sont difficilement identifiables.
Pour la NCAVP, il n’y a pas de raison évidente à cette augmentation, mais la combinaison d’une augmentation de la médiatisation de ces meurtres, une identification plus précise des victimes et une potentielle augmentation de la violence pourrait être en cause. Quoi qu’il en soit, cela constitue clairement d’un « signal d’alarme » pour Beverly Tillery, cadre supérieur du projet anti-violence de la ville de New York, qui travaille avec la NCAVP. Pour elle,
Pour BuzzFeed, cette augmentation de la violence pourrait notamment avoir été partiellement encouragée par l’administration Trump et son retour sur des avancées de l’administration Obama. La « guerre des toilettes » a par exemple été relancée, et l’armée va être interdite aux personnes trans selon une annonce faite par le président Trump sur Twitter. Discriminée par le gouvernement, la communauté LGBT est plus vulnérable face aux LGBTphobies, que les décisions officielles ne risquent donc justement pas d’empêcher.
BuzzFeed rappelle que vingt-huit États américains n’ont pas de lois protégeant les personnes LGBT
Les États du Wisconsin et du New Hampshire, en ont, mais elles s’appliquent uniquement aux discriminations basées sur l’orientation sexuelle, pas l’identité de genre.

11 août 2017

Canada : les associations demandent des excuses pour les rafles dans les bars gays

Classé dans : homophobie,internationnal — dominique @ 16:16

canada gay 01Les associations LGBT aimerait que la Ville de Montréal et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) présentent leurs excuses pour les arrestations massives faites dans les bars homosexuels pendant les années 70 à 90.
En effet, de nombreuses rafles policières étaient menées régulièrement dans les bars homos de Montréal et les clients de ses établissements étaient arrêté sur-le-champ.
Alors que commencent les festivités entourant la fierté gay, Projet Montréal a formellement demandé jeudi que des excuses soient présentées à la communauté LGBT par la Ville de Montréal et le service de police pour ces rafles qui ont perduré jusque dans les années 90,
Questionnés par le 24 Heures à ce sujet, le Conseil québécois LGBT et la Fondation Émergence appuient cette demande et estiment que le geste est nécessaire pour s’assurer que ces événements ne se reproduisent plus.
Jasmin Roy, qui lutte entre autres contre l’homophobie dans les écoles à travers sa fondation du même nom, va même plus loin et estime que ces excuses devraient venir du premier ministre canadien, Justin Trudeau.
Justin Trudeau avait mentionné en mai dernier qu’il était résolu à présenter d’ici la fin de l’année des excuses officielles du Canada à tous les citoyens qui ont été victimes d’injustice à cause de leur identité sexuelle ou de genre.

10 août 2017

USA : Des militaires transgenres poursuivent Trump en justice

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,Trans — dominique @ 14:57

armeeCinq femmes transgenres employées par l’armée américaine ont lancé des poursuites contre le Président Donald Trump et le Pentagone à la suite de la récente annonce par le Président que les personnes transgenres ne pourraient plus travailler dans l’armée.
Dans ces poursuites lancées mercredi devant un tribunal fédéral, les cinq plaignantes – de l’armée de l’air, des garde-côtes et de l’armée de terre – évoquent les incertitudes au sujet de leur avenir, y compris en ce qui concerne un éventuel renvoi ou si elles vont perdre leurs droits post-militaires c’est à dire leur retraiter.
La plainte vise MM. Trump et Mattis ainsi que plusieurs autres hauts responsables militaires. Elle a été déposée par le Centre national pour les droits des lesbiennes (NCLR) et l’Alliance gay et lesbienne contre la diffamation (GLAAD). Aucune des plaignantes n’est identifiée.
Selon la plainte, remettre en vigueur l’interdiction est contraire à la Constitution. D’après les estimations, de 1.320 à 15.000 personnes transgenres servent dans l’armée américaine sur 1,3 million de militaires en service actif.
Depuis l’annonce présidentielle il y a deux semaines, la Maison Blanche n’a pas précisé au Pentagone la marche à suivre par conséquent la politique d’acceptation des personnes transgenres reste en place à ce stade.

12345...242

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS