10 juillet 2018

Pologne :Le ministre de l’Intérieur veut poursuivre les militants LGBT utilisant le blason national

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 18:09

Pologne :Le ministre de l'Intérieur veut poursuivre les militants LGBT utilisant le blason national dans homophobie pologne-e1531242546645Le ministre polonais de l’Intérieur, Joachim Brudziński, a autorisé les forces de l’ordre à poursuivre les personnes LGBT+. Il les accuse d’avoir « profané un symbole national », l’aigle blanc du blason, en le transformant aux couleurs arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT
Des militants LGBT ont participé samedi au premier défilé de la Fierté à Czestochowa, une ville du sud de la Pologne qui abrite l’un des plus importants lieux de pèlerinage catholique du pays.
Certains d’entre eux ont défilé avec un drapeau représentant le blason national de la Pologne sur un drapeau arc-en-ciel.
Le ministre de l’Intérieur, Joachim Brudziński, a accusé ces militants de provoquer les pèlerins, ajoutant qu’il considérait ce drapeau comme une « profanation ».
Les manifestants qui ont déployé ce drapeau sont donc désormais passibles de poursuites et passibles d’une amende et d’une sanction pouvant aller jusqu’à un an de prison.
Les membres de la communauté LGBT qui ont utilisé l’aigle, symbole national, lors du défilé de la gay pride ne seraient pas les premiers à être poursuivis pour une telle infraction.
Le chanteur du groupe de métal polonais Behemoth a été poursuivi par les autorités polonaises plus tôt cette année pour des faits comparables.
Selon le code pénal polonais, « quiconque insulte, détruit ou endommage un emblème, un drapeau, une bannière ou tout autre symbole de l’Etat, sera soumis à une amende, une restriction de liberté ou une peine de prison pouvant aller jusqu’à un an ».
En juin dernier, 45.000 personnes ont manifesté à Varsovie lors d’un « défilé de l’égalité » annuel pour protester contre la discrimination à l’encontre des personnes LGBT.
Le mariage entre conjoints de même sexe est toujours illégal en Pologne, malgré un soutien public majoritaire.

Grande-Bretagne : La London Pride perturbée par un groupe de lesbiennes anti-trans

Classé dans : homophobie,Trans — dominique @ 16:32

Grande-Bretagne : La London Pride perturbée par un groupe de lesbiennes anti-trans dans homophobie londres-prideUn groupe de féministes a manifesté contre l’autorisation pour les femmes transgenres de se baigner dans un étang réservé aux femmes. A Londres, le parc d’Hampstead Heath qui propose à ses visiteurs trois bassins : un mixte, un réservé aux hommes, et un troisième réservé aux femmes
Mais la présence de femmes transgenres dans le futur, dans l’étang réservé à la gente féminine fait bondir les activistes londoniennes. Les militantes affirment vouloir défendre les conquêtes féministes. Les militants LGBT dénoncent une « hostilité » d’après Le Monde.
« Leur présence change l’atmosphère. L’étang des femmes est un endroit où les femmes viennent nager avec leurs filles dans un environnement sans hommes, explique Amy Desir, à la tête du mouvement de protestation. Elles doivent pouvoir se baigner seins nus sans se trouver aux prises avec une personne dotée d’un pénis. »
Le samedi 7 juillet, le défilé dla gay pride de Londres a été perturbé par une contre-manifestation organisée pa des militantes lesbiennes qui n’acceptent pas les transgenres
Le groupe lesbien a bloqué quelques instants la gay pride. Les militantes lesbiennes avaient déployé des banderoles sur lesquelles ont pouvait lire que le “transactivisme efface les lesbiennes ” ou encore que la lesbienne est une « femelle homosexuelle « . Parmi ce qui était scandé, on pouvait entendre “un homme qui dit être une lesbienne est un violeur ” et “seules des femmes peuvent être des lesbiennes ”.
Il s’agissait de militantes du mouvement Trans-Exclusionary Radical Feminist (TERFS, Feministes radicales excluant les trans), décrit comme très actif au Royaume-Uni ces dernières années.
Ce mouvement milite pour que les transgenres ne soient pas assimilés à de vraies femmes.
Ces militantes lesbiennes avaient aussi réclamé l’exclusion des transgenres sur des listes politiques qui se voulaient à 100 % féminines.

6 juillet 2018

Philippines :Des chrétiens surprennent les marcheurs de la gay pride avec des pancartes s’excusant pour les points de vue anti-LGBTQ

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,religion — dominique @ 18:05

Philippines :Des chrétiens surprennent les marcheurs de la gay pride avec des pancartes s'excusant pour les points de vue anti-LGBTQ dans homophobie 12Lors de la gay Pride de Marikina aux Philippines, des chrétiens tenaient des pancartes pour s’excuser de la façon dont la religion avait blessé la communauté LGBTQ.
Ce groupe de manifestants provient d’une église évangélique et pentecôtiste, l’Eglise de la liberté dans les ministères du Christ. Ils manifestent avec des pancartes similaires depuis quatre ans.
Sur leurs pancartes on pouvait lire « Je suis désolé que les chrétiens vous aient rejeté », « J’étais un homophobe obsédé par la bible. Désolé! », « Dieu vous aime, nous aussi », « Jesus ne repoussait personne et nous non plus »
Sur la plus grande pancarte était inscrit « Nous venons nous excusons de la manière dont les chrétiens ont fait du mal à la communauté LGBT. Je suis désolé: de m’être abrité derrière la religion alors qu’en fait j’avais juste peur, je vous ai méprisé au lieu d’honorer votre humanité ; de ne pas vous avoir écouté ; de vous avoir jugé ; je vous ai regardé comme un rapport sexuel au lieu d’un enfant de Dieu ; j’ai rejeté et blessé votre famille au nom des « valeurs familiales ».
Le pasteur de l’église, Val Paminiani, a déclaré à Buzzfeed: «Nous nous excusons pour la manière dont les chrétiens ont blessé la communauté LGBT, en particulier en utilisant la Bible pour les condamner et les juger.»
«Je croyais que Dieu condamnait les homosexuels, mais quand j’ai étudié les Ecritures, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup à apprendre, y compris la vérité que Dieu n’est contre personne. Dieu ne fait pas de discrimination à partir de l’orientation sexuelle. » at’il ajouté
Les photos publiées sur Twitter sont rapidement devenues virales…

4 juillet 2018

Une lesbienne britannique autorisée à vivre avec sa conjointe à Hong Kong

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 16:27

hong kongLa plus haute juridiction hongkongaise a accordé à une lesbienne britannique, mercredi 4 juillet, le droit de vivre et de travailler dans la mégapole avec sa compagne. Une décision qui devrait faire date et clôt une longue bataille judiciaire.
La Cour d’appel final de l’ex-colonie britannique revenue en 1997 dans le giron chinois examinait le dossier d’une Britannique privée d’un visa marital parce qu’elle est en couple avec une femme.
Dans ce haut lieu de la finance, les plus grandes banques internationales avaient mis leur poids dans la balance pour la défendre au nom des nécessités du recrutement.
La requérante, identifiée seulement sous les lettres « QT », est arrivée à Hong Kong en 2011 après avoir conclu en Grande-Bretagne un partenariat civil avec « SS ».
Cette dernière s’était rendue à Hong Kong pour y occuper un nouvel emploi.
Hong Kong ne reconnaît pas le mariage gay ou les unions entre personnes du même sexe et QT n’avait pu obtenir un visa de dépendant, qui permet de travailler, seulement un visa touristique. Elle avait obtenu gain de cause en septembre auprès de la cour d’appel mais le gouvernement avait contesté le jugement.
Les visas accordés aux gens qui viennent travailler à Hong Kong le sont car « il ou elle a le talent ou les compétences jugées nécessaires ou désirables. Cette personne peut être hétérosexuelle ou gay », a fait valoir la Cour d’appel final.
« La capacité à faire venir les dépendants est un facteur important pour les personnes qui sont en train de décider d’aller ou non à Hong Kong », a poursuivi la Cour, estimant qu’il était « contreproductif » de limiter ce droit aux hétérosexuels.
La plus haute juridiction rend ainsi sa première décision en faveur des droits des couples du même sexe, a souligné l’avocat de QT, Michael Vidler
« Nous espérons qu’elle ouvrira la voie au changement » et à la reconnaissance du mariage gay, a-t-il ajouté.

Europe : l’homophobie est toujours là

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 2:07

big-homophobie-mr-qUn article d’Euroefe.
Les écueils législatifs et les agressions sont les problèmes les plus visibles auxquels fait face la communauté LGBT en Europe. Les difficultés rencontrées se multiplient dans les pays d’Europe de l’Est.
En Italie, la proposition de loi pour définir le délit d’agression homophobe est bloquée depuis 2013, et ce malgré les plaintes du collectif LGBT qui affirme que, selon une enquête du portail www.gay.it, 52 % d’entre eux ont subi des agressions dans leur vie.
Le nouveau ministre italien de la Famille et du Handicap, Lorenzo Fontana, membre du parti d’extrême droite la Ligue, a déclenché l’ire des LGBT en assurant que « les familles formées par des homosexuels n’existent pas. »
En France, 53 % des LGBT disent avoir déjà été victimes d’une agression à cause de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, selon l’enquête publiée par l’observatoire de l’homophobie.
Dans certaines rues, Paris a décidé d’installer de manière permanente des passages piétons des couleurs de l’arc-en-ciel du drapeau gay. Certains ont été peints pour la Gay pride du samedi 30 juin et ont dû être repeints après avoir été vandalisés.
Nombres de pays d’Europe occidentale se reposent sur leurs lauriers en ce qui concerne les droits des homosexuels et ne prennent pas les mesures nécessaires pour les transsexuels et intersexués.
Au Royaume-Uni, le gouvernement a prévu de présenter cette semaine le plan d’action pour améliorer les droits de la communauté LGBTI, mais malgré cette reconnaissance, elle est toujours victime de discrimination et de harcèlement, comme le démontre un sondage publié par Pride in London.
Selon une enquête, 12 % des hommes et 17 % des femmes homosexuels au Royaume-Uni l’ont dit à leur famille. Un pourcentage qui monte à 46 % dans le cas des bisexuels et à 40 % pour les asexuels, les « queers », les pansexuels ou polysexuels.
stop-homophobieAu Portugal, les données les plus récentes viennent d’un rapport que les agressions homophobes enregistrées en 2017 par la plateforme ILGA Portugal selon lequel les principales agressions sont les insultes et les menaces (39 %), suivies de la violence domestique, le harcèlement, les agressions ou tentatives d’agression et les discriminations dans l’accès aux soins.
En République d’Irlande, le collectif LGBT jouit d’une grande visibilité, en partie parce que le Premier ministre, le démocrate-chrétien, Leo Varadkar, est le premier chef de gouvernement ouvertement gay de son histoire.
Leo Varadkar a dirigé le 25e anniversaire de la décriminalisation de l’homosexualité ce mois-ci, lors duquel il s’est excusé au nom de l’État pour les politiques discriminatoires du passé, tout en rappelant que d’autres mesures devaient encore être prises pour faire progresser les droits.
L’Allemagne a enregistré un total de 313 crimes contre l’orientation ou l’identité sexuelle l’année dernière, dont 74 étaient des agressions violentes, selon le rapport de police de 2017.
Dans 99 des crimes contre la communauté LGBT, l’auteur était d’extrême droite, bien que dans la plupart des cas (189) aucune motivation idéologique spécifique n’ait été établie.
En Belgique, selon le Centre pour l’égalité des chances, 84 cas de discrimination ou de violence fondés sur l’orientation sexuelle ont été signalés en 2017.
Aux Pays-Bas, premier pays d’Europe à légaliser le mariage homosexuel, 75 % de la population est désormais « tolérante » et a une attitude « plus respectueuse » et « positive » envers les homosexuels, selon l’Office de planification sociale et culturelle (SCP).
Cependant, les Néerlandais ont encore des « difficultés » à assister, par exemple, à un baiser entre deux hommes ou femmes dans un espace public, indique le SCP, qui porte à 29 % le pourcentage de la population qui considère ce geste comme « offensant ».
En Hongrie, la Constitution de l’ultraconservateur Viktor Orbán exclut la possibilité du mariage homosexuel et fait de la défense des « valeurs familiales traditionnelles » et du « christianisme » un élément fondamental de son programme.
homophobieEn Croatie, les organisateurs de la Gay pride à Zagreb ont mis en garde contre les critiques croissantes et les attaques verbales virulentes des groupes conservateurs liés à l’Église catholique.
Des Gay pride ont été organisées ces dernières années sans incident, mais ont aussi été ponctuées de haine : lors d’un carnaval d’enfants dans une ville croate en février de cette année, la photo d’un livre pour enfants mettant en scène une famille homosexuelle a été brûlée devant des centaines de personnes.
En Serbie, malgré des améliorations juridiques, avec la dépénalisation de l’homosexualité en 1995, les préjugés, la discrimination et les tabous sont très présents dans une société où l’Église orthodoxe a une grande influence.
Selon l’étude d’une ONG, 23 % de la population LGBT a été victime d’une agression physique et la plupart ont été victimes de harcèlement verbal.
à lire sur https://www.euractiv.fr/

la Gay Pride a bien eu lieu à Istanbul

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 2:02

La Gay Pride a bien eu lieu dans la capitale turque dimanche. Un millier de personnes se sont rassemblées place Taksim malgré l’interdiction des autorités.
video : https://www.francetvinfo.fr

3 juillet 2018

un élu de Thiais enchaîne les amalgames autour de l’homosexualité

Classé dans : homophobie,infos — dominique @ 16:12

un élu de Thiais enchaîne les amalgames autour de l'homosexualité dans homophobie tumblr_inline_pbaq6bruB71uj37u4_540Une vidéo de Mourad Ghazli, élu de la ville de Thiais, a été repérée par l’Amicale des Jeunes du Refuge ce lundi 2.
Mourad Ghazli a diffusé cette vidéo sur sa page Facebook samedi 30 juin, alors que se déroulait à Paris la Marche des Fiertés.
Se prenant lui-même en vidéo avec son téléphone alors qu’il était visiblement dans une piscine, l’élu a enchaîné les amalgames autour de l’homosexualité en n’hésitant pas à la comparer à la zoophilie ou bien l’exhibition sexuelle.
Selon lui, cette manifestation relevait de l’obscène. « Je ne vois pas qu’est ce qu’il y a à se mettre à moitié à poil, avec un cuir entre les fesses en pleine rue et à hurler «je suis fier d’être homo» ». « Moi je ne crie pas que je suis fier d’être hétéro, je vis ma vie, ma sexualité en privé », a-t-il poursuivi visiblement un peu énervé.
Mais c’est après que Mourad Ghazli s’est livré à une série de comparaisons particulièrement douteuses.
« Les mec qui sont naturistes ou qui sont partouzeurs, on ne le sait pas », a-t-il affirmé avant d’évoquer « les mec qui vont aux tapins » qui se « (tapaient) des putes et (fermaient) leur gueule ».
L’élu a ensuite jugé bon de donner un conseil au personnes homosexuelles, « vous savez quoi? Tapez vous-même un âne, mais surtout fermez vos gueules », avant d’évoquer sa propre expérience personnelle. Il a ainsi expliqué qu’il avait « connu des gens » dont il avait appris l’homosexualité par des tierces personnes: « ça prouve bien que quand tu vis normalement dans la vie de la cité (…) tu laisses rien transpirer, ça reste ta vie privée ».
Il s’est ainsi senti provoqué par la manifestation organisée dans le but de lutter contre les discriminations dont la communauté LGBT est victime. Il a alors pesté contre le fait que le Parlement avait enlevé le bleu-blanc-rouge pour le remplacer par des drapeaux aux couleurs de l’arc-en-ciel.
« T’enlèves les couleurs de la nation pour mettre les couleurs d’une nation LGBT? Mais vous avez pété un câble », s’est-il insurgé, sûr de lui, alors que même si des drapeaux LGBT ont  été accrochés aux façades de l’Assemblée nationale,les couleurs de la République n’ont pas été remplacées pour autant et les drapeau tricolores étaient toujours présents..
L’élu a ensuite proposé que « tous les homosexuels qui n’ont pas d’enfants paient une sur-cotisation sociale pour les retraites ». Il a expliqué son idée par le fait que les couples homosexuels sans enfants à la retraite allaient être financés par les enfants des couples hétérosexuels. Il a ainsi assuré que c’était bien les hétérosexuels qui étaient discriminés par rapport aux homosexuels et non l’inverse.
Dans la vidéo, longue de quatre minutes, Mourad Ghazli évoquait ensuite les problèmes d’inceste et de pédophilie présents selon lui au sein de certaines familles, que les parents soient hétérosexuels ou pas.
Il a aussi annoncé que si l’un de ses huit enfants était homosexuel, il n’y aurait aucun problème. « Qu’est ce que tu veux que je fasse, c’est mes enfants, c’est mon sang, donc je les aime. Par contre si j’en vois un d’eux sur les chars avec un cuir, un string et un fouet, c’est moi qui vais les fouetter ».
La vidéo relayée par l’association Le refuge, qui vient en aide aux jeunes homosexuels  en difficulté, a fait beaucoup réagir les internautes, choqués par les propos de l’élu.
Depuis celui-ci maintien ses propos et continue à les tenir sur sa page Facebook.
« Vous voyez je suis trop ouvert, je leur ai même proposé d’élargir leur sexualité aux ânes et on m’accuse d’avoir la haine des homosexuels. La réponse à la con, faute d’arguments. Comme une grosse merde il m’a envoyé un message et bloqué, courageux ce monsieur ou madame car je ne sais plus comment les appeler avec leur 3e voir 4e sexes », a écrit l’élu après un message qu’il a reçu de la par d’un homme homosexuel qui qualifiait sa vidéo de « honteuse ».

Indonésie : une hausse des cas de VIH due aux attaques homophobes

Classé dans : homophobie,infos,Sante — dominique @ 5:28

indonesieLes abus contre la communauté LGBT en Indonésie entraînent une hausse du nombre de séropositifs, dans la mesure où les populations à risque renoncent à la prévention ou aux traitements, indique l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans un rapport publié lundi 2 juillet.
Pour  l’ONG Human Rights Watch (HRW) dans son rapport sur la communauté LGBT, intitulé « Effrayés en public, et maintenant plus de vie privée », les personnes LBGT ont peur d’accéder à des services de prévention et de soins.
Une situation désastreuse qui a engendré une multiplication par cinq du nombre de cas de VIH parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. Ils étaient ainsi 5% à être touchés en 2007, contre 25% actuellement, observe HRW, ajoutant que ceux-ci représentent un tiers des nouvelles infections recensées en Indonésie.
Ces craintes des personnes LGBT sont notamment dues aux attaques de conservateurs et de groupes islamistes partisans d’une ligne dure, qui s’en prennent de plus en plus à elles ces dernières années, tandis que des parlementaires prônent l’interdiction des relations homosexuelles dans le pays musulman le plus peuplé au monde.
« L’échec du gouvernement indonésien à réagir à la panique morale provoquée par la rhétorique anti-LGBT a des conséquences désastreuses pour la santé publique », déplore Kyle Knight, auteur du rapport de l’ONG. « Le gouvernement indonésien devrait reconnaître que son rôle dans les abus contre la communauté LGBT compromet considérablement la réponse du pays face au VIH », ajoute-t-il.

30 juin 2018

Metz: L’exposition d’Olivier Ciappa à nouveau vandalisée

Classé dans : homophobie — dominique @ 13:23

Metz: L'exposition d'Olivier Ciappa à nouveau vandalisée dans homophobie ciappa-e1528122543262L’exposition de photographies « Les couples de la République » d’Olivier Ciappa, installée dans un square à Metz et recouverte de tags homophobes au début du mois de juin, a été à nouveau vandalisée.
Les dégradations, constatées jeudi matin, ont vraisemblablement été commises dans la nuit de jeudi à vendredi, a avancé la municipalité.
« Les bâches ont été enlevées de leur support, déchirées sur tout ou partie de leur surface et sont au sol », a décrit à l’AFP le service communication de la ville.
L’exposition, organisée en plein air par l’association LGBT « Couleurs Gaies » au square du Luxembourg dans le cadre d’un festival, montre des couples enlacés, LGBT anonymes, hétérosexuels et de stars. « C’est l’intégralité de l’exposition qui est très endommagée », a-t-on précisé.
La dizaine de clichés du photographe Olivier Ciappa avait été recouverte du mot « NON », inscrit à la peinture rouge, dans la nuit du 31 mai au 1er juin.
En 2015, cette même exposition avait déjà été vandalisée à Toulouse.
En accord avec l’artiste, la ville de Metz et l’association ont décidé de prolonger la durée de l’exposition pendant l’été et de « laisser les photos en l’état ».
Dans un communiqué, le maire socialiste, Dominique Gros, a exprimé sa « condamnation (…) d’autant plus ferme qu’il s’agit de la répétition d’un vandalisme qui constitue un acharnement homophobe ».
Pour le président de Metz Métropole, Jean-Luc Bohl, « cette nouvelle démonstration de bêtise, de haine et d’intolérance ne fait que renforcer notre détermination à lutter sans faille contre les discriminations », a-t-il écrit dans un communiqué.
« La ville de Metz a décidé de financer, avec la direction régionale des affaires culturelles, la réimpression des bâches » et « étudie actuellement les modalités pratiques d’une nouvelle installation de l’exposition » avec l’association « Couleurs Gaies », a précisé Dominique Gros.

28 juin 2018

USA : Il fait son coming out à 10 ans, on le retrouve mort

Classé dans : homophobie,infos,internationnal — dominique @ 16:18

USA : Il fait son coming out à 10 ans, on le retrouve mort dans homophobie 117Anthony Avalos, un jeune américain de 10 ans, a été victime de l’homophobie  de sa propre famille.
Anthony a perdu la vie à l’hôpital jeudi dernier. Il était aux urgences depuis 24 heures : sa mère avait passé un coup de fil la veille.
L’enfant est arrivé dans un état grave et était blessé au crâne, expliquent les services de l’enfance du Département du comté de Los Angeles.
Le jeune garçon était également criblé de brûlures de cigarettes. Le Los Angeles Times explique que le bambin était violenté depuis des années.
Si la cause de la mort du petit garçon n’a pas encore été établie, le service de protection de l’enfance de Los Angeles affirme qu’Anthony venait très récemment de s’interroger ouvertement sur son orientation sexuelle auprès de sa famille. La police enquête donc en ce moment même afin d’établir une corrélation entre le coming-out de l’enfant et sa mort soudaine.
Heather Barron, la mère d’Anthony, et son petit-ami, Kareem Leiva, ont été entendus ce mardi 26 juin par une cour de justice afin de savoir si ces derniers pourraient conserver la garde de leurs six enfants. La justice a alors établi que ceux-ci n’étaient pas en sécurité auprès de leurs parents et ont été placés en foyer d’accueil. Pour l’instant, ni la mère, ni le beau-père d’Anthony n’ont été reconnus responsables de la mort de celui-ci. L’enquête est toujours en cours.
Cependant, nombreux sont les témoignages qui corroborent le fait qu’Anthony était victime de maltraitance. Ainsi, la tante du petit garçon a déclaré à CBSLA qu’elle pensait que sa sœur et son conjoint abusaient de son neveu. Selon les dires de cette dernière, elle avait d’ailleurs informé les services de l’enfance de ces abus dès 2015 mais aucune mesure n’avait été prise pour lui venir en aide.
Selon les informations du Los Angeles Times, pas moins de 16 appels avaient été passés aux services sociaux depuis 2013 à propos de la famille Barron et parmi ces derniers, au moins 13 concernaient Anthony qui semblait être davantage encore la cible de maltraitances de la part de ses parents que ses frères et soeurs. 

12345...280

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS