11 décembre 2017

le tribunal de grande instance d’Evry rejette des demandes d’adoption d’enfant né par GPA

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 17:04

couple-de-lesbiennes-avec-enfant-adoptePar deux fois, le 4 septembre et le 2 octobre, le tribunal de grande instance d’Evry a rejeté des demandes d’adoption d’enfant né d’une gestation pour autrui, présentées par le conjoint du père de l’enfant. Les enfants, âgés de 18 mois et 3 ans, sont nés par GPA aux Etats-Unis ; leurs actes de naissance « indiquent le père biologique comme père, aucune filiation maternelle n’étant établie ».
Pour le tribunal d’Evry, « l’état du droit français contient toujours l’interdiction de la gestation pour autrui en France » et « il est contraire au principe de l’indisponibilité de l’état des personnes, principe essentiel du droit français, de faire produire effet au regard de la filiation, à une convention portant sur la gestation pour autrui ». En effet « si l’enfant est sur le papier adoptable puisqu’il n’a pas de filiation maternelle établie, c’est parce que la mère a été délibérément écartée et la filiation maternelle rendue vacante par le contrat de GPA », explique Aude Mirkovic. Il s’agit d’un « détournement de l’institution de l’adoption ». Le tribunal rappelle par ailleurs que « l’enfant a une filiation paternelle établie à l’égard de son père biologique (…) qui l’élève depuis sa naissance », et que le conjoint du père, « reconnu comme un second père par l’entourage », peut bénéficier de différents statuts vis-à-vis de l’enfant : délégation d’autorité parentale, tuteur testamentaire, enfant légataire successoral… Ces différents moyens juridiques confirme que « l’absence de lien juridique de filiation entre le demandeur et l’enfant n’est aucunement préjudiciable à l’enfant ».

10 décembre 2017

Australie : des couples homosexuels déposent leurs demandes en mariage

Classé dans : homoparentalité,infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 11:06

mariage australieLa Chambre des représentants a adopté la loi ouvrant le mariage aux couple de même sexe jeudi à une majorité écrasante.
Seuls quatre de ses 150 élus se sont opposés au texte qui avait déjà été voté la semaine dernière au Sénat par 43 voix contre 12.
La réforme autorisant le mariage homosexuel a reçu vendredi le feu vert de la Couronne britannique quand le gouverneur général Peter Cosgrove, le représentant en Australie de la reine Élisabeth II, a apposé son paraphe sur le texte, étape ultime d’un processus entamé en septembre avec un vote postal.
Des couples homosexuels australiens se sont empressés samedi de déclarer leur intention de se marier, alors que la nouvelle loi australienne entre en vigueur à peine 24 heures après son adoption au Parlement.
Pour marquer ce moment historique, les bureaux d’état civil de certaines régions du pays ont exceptionnellement accepté les nouvelles demandes de mariage samedi, alors qu’ils ne sont normalement ouverts que pour les mariages.
Les couples pouvaient déposer un avis de mariage dès samedi mais ils devront attendre un mois avant de pouvoir se dire « oui », les premiers mariages étant attendus le 9 janvier.
Les couples du même sexe qui se sont déjà mariés à l’étranger verront leurs unions officiellement reconnues dès samedi en Australie.
Daniel Barnett et Daniel Gray-Barnett ont été les premiers à s’inscrire. « Nous nous sommes juste levés et nous sommes venus ici pour signer les papiers et oui, c’est une bonne journée », a dit Daniel Barnett.

30 novembre 2017

Belgique : le couple gay qui doit rendre l’enfant qu’ils ont élevé ne pourront plus le voir

Classé dans : homoparentalité,infos — dominique @ 20:17

1 Manish et Michaël, deux habitants de Schaerbeek, vont devoir rendre l’enfant qu’ils ont adopté il y a un an et demi.
La mère ne veut finalement plus que les deux hommes qui se sont occupés de son fils pendant 19 mois jouent un rôle dans sa vie future.
Les deux hommes avaient accueilli Manaël en avril 2016. Le bébé n’était âgé que de cinq jours. Sa mère biologique avait souhaité le faire adopter et ne s’était pas opposée à l’idée qu’il le soit par un couple homosexuel. 19 mois plus tard, elle a fait marche arrière et a décidé de récupérer son enfant. Un droit que la justice lui accorde.
La mère biologique s’est exprimée par le biais de son avocat Arnaut De Schreye. Elle regrette le traitement médiatique qui a été donné à cette affaire privée et assure avoir « tous les moyens d’élever son enfant ».
Sur décision de justice, pour que la transition soit la plus facile possible pour l’enfant, Manish et Michaël doivent laisser le petit Manaël à sa mère une fois par semaine. La mère souhaite que « sa vie privée et celle de son fils soient respectées car c’est un problème délicat pour toutes les parties impliquées ».
Si elle se dit « reconnaissante » envers les deux hommes qui ont élevé son fils jusqu’à aujourd’hui, elle envisage de couper les ponts avec eux après avoir récupéré son enfant.
« Ma cliente avait espéré que le couple pouvait jouer un rôle dans l’avenir de son fils. Mais en raison de l’attitude actuelle qu’ils affichent aujourd’hui, c’est très difficile », conclut l’avocat.

27 novembre 2017

Belgique : deux papas obligés de rendre leur enfant à la mère biologique

Classé dans : homoparentalité,infos,internationnal — dominique @ 17:12

adoptionIl y a 19 mois, deux belges sont devenus papas d’un petit garçon. Mais la mère biologique a changé d’avis en cours de procédure d’adoption et la justice a tranché : ils vont devoir se séparer du bébé.
En avril 2016, Manish et Michaël avait pu être père grâce  à l’agence d’adoption Adoptie Huis, basée à Anvers
La maman du Bébé ne s’opposai pas au fait qu’il soit adopté par un couple homosexuel, rapporte la RTBF. C’est ainsi que quelques jours après, les jeunes papas ramènaient le petit Manaël chez eux, à Schaerbeek.
Trois mois plus tard, la mère biologique a remplit devant un notaire les papiers officiels pour consentir à l’adoption et donné à Adoptie Huis l’autorisation pour continuer la procédure sans elle.
Le fait que Manish et Michaël adoptent Manaël doit encore être confirmée par le tribunal de la famille, mais les deux hommes se considèrent déjà comme les papas du petit garçon avec qui ils vivent déjà.
Seulement, en Belgique, la maman biologique a un délai de six mois pour se rétracter entre le dépôt du dossier et la confirmation de la décision pour le tribunal. Pour le couple, la mauvaise nouvelle tombe en février 2017, alors que Manaël vient d’avoir 10 mois. La mère retire son consentement et la justice a validé en appel le fait que les papas doivent lui rendre le bébé, une décision très difficile pour eux. « Le juge estime que l’intérêt de l’enfant est de retourner dans sa famille biologique et il ne prend pas en compte le temps qu’il a déjà passé avec nous, ni le fait que la maman a changé d’avis aussi tard dans la procédure. Aucune enquête sociale n’a été demandée », commente Michaël.
Officiellement, les deux Belges sont ainsi devenus la « famille d’accueil » du petit garçon, maintenant âgé de 19 mois. Pour que les retrouvailles avec la maman se passent bien, ils sont actuellement en transition et elle voit Manaël tous les mercredis avant de pouvoir le récupérer d’ici quelques temps.
Pour les papas, cette épreuve est un vrai déchirement. Manish se confie à la RTBF : « On n’arrive pas à se mettre dans la tête qu’il n’est plus notre fils, ni qu’un jour, il ne vivra plus avec nous. » Cependant, pour le bien-être du petit garçon, ils ont décidé d’accepter cette situation   »
Les deux hommes ont décidé de rendre leur histoire publique pour avertir d’autres candidats adoptant : « Tant que l’adoption n’est pas officielle, les parents adoptifs n’ont que très peu de droits. »

23 novembre 2017

La Manif pour tous appelle Macron à agir contre la GPA

Classé dans : homoparentalité,infos — dominique @ 16:16

manif pour tous vs gpaLa présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, a appelé jeudi Emmanuel Macron à « agir » contre la gestation pour autrui (GPA), « une violence faite aux femmes » qui est, selon elle, aujourd’hui « en plein essor ».
« Nous appelons Emmanuel Macron à agir contre cette pratique, comme il l’a annoncé. Nous l’invitons à revoir et à réétudier la question du lien entre la GPA et la PMA sans père »"La GPA est en plein essor », a-t-elle affirmé. « Plus nous attendons, plus il sera difficile de mettre fin à cette pratique », a-t-elle ajouté, qualifiant cette pratique de « trafic d’êtres humains » a déclaré Ludovine de la Rochère lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de la Journée de lutte contre les violences faites aux femmes.
Elle a également dénoncé les GPA « pratiquées à l’étranger » par des couples français et la retranscription à l’état civil français des enfants nés de cette manière.
Opposée à la PMA comme à la GPA, Ludovine de la Rochère s’est à nouveau dite contre toute loi qui viserait à encadrer la GPA, interdite en France par la loi de bioéthique de 1994.
Cette Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes est le moment de rappeler le Président à ses engagements car la dignité des femmes et des enfants n’a pas de frontières » affirme Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous
Les questions de l’élargissement de la PMA à toutes les femmes, une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, et la GPA, à laquelle il s’est toujours dit opposé, doivent être examinées dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique en 2018.

22 novembre 2017

Canada : deux capitaines de Hochey accueille leurs premier enfant

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 7:58

Caroline-Ouellette-Julie-Chu-Hockey-750x430Caroline Ouellette et Julie Chu, anciennes capitaines, respectivement, des équipes canadienne et américaine de hockey, ont accueilli leur premier enfant au début du mois. Le couple a publié des images de la petite Liv Chu-Ouellette sur Instagram.
« Je suis tellement choyée de vivre ce moment incroyable avec l’amour de ma vie et ma meilleure amie, Julie », a écrit Ouellette. La Montréalaise a précisé qu’elle était enceinte lorsqu’elle et Chu ont gagné ensemble la Coupe Clarkson, en mars, avec les Canadiennes de Montréal, dans la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).
Ouellette était capitaine aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014. En finale, l’équipe canadienne avait battu en prolongation la formation américaine, dont faisait partie Chu.
Ni l’une ni l’autre ne joue dans la LCHF cette saison. Chu est entraîneuse de l’équipe de hockey de l’Université de Concordia, tandis que Ouellette est « en congé depuis quelques mois », selon un message Twitter des Canadiennes de Montréal.

9 novembre 2017

Les enfants élevés par des parents homosexuels développent une identité genrée similaire à celle des enfants éduqués par des couples hétérosexuels

Classé dans : homoparentalité,homophobie,internationnal — dominique @ 1:45

couple avec enfantLes enfants élevés par des parents homosexuels ont-ils une identité genrée modifiée ? La question a été souvent soulevée, parfois instrumentalisée par les opposants au mariage pour tous. A tort, visiblement. Selon une étude menée sur 106 couples ayant adopté un enfant et publiée dans la revue Sex Roles, il n’y aurait pas de différence d’identité concernant le genre entre les enfants issus de couples homosexuels et ceux élevés par des parents hétérosexuels.
Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs, de l’Université de Kentucky, ont suivi des couples homosexuels (gays et lesbiens) et hétérosexuels ainsi que leurs enfants pendant dix ans. Les enfants ont été interrogés et leur comportement a été analysé par les chercheurs – alors que les études précédentes s’étaient attelées à interroger les parents, et non les enfants eux-mêmes.
Les auteurs ont passé en revue plusieurs critères permettant d’évaluer l’adoption par les enfants des normes sociales du genre. Parmi ces critères figurent le choix des jouets, des habits ou encore des ambitions professionnelles.
Or, les résultats montrent que la sexualité des parents n’a pas d’influence sur la manière dont l’enfant construit son identité de genre. Par exemple, les petites filles de couples homosexuels jouaient pour la plupart aux poupées et les garçons, aux camions, à l’image des enfants adoptés par des parents hétérosexuels. Difficile de dire s’il faut s’en réjouir, ce n’est d’ailleurs pas le propos de l’étude.
En tout cas, les quelques enfants qui manifestaient des comportements moins conformes à leur genre avant d’entrer à l’école étaient aussi ceux qui aspiraient, quelques années plus tard, à des carrières moins typiques de leur genre. Ce qui montre que le choix des jouets constitue un indicateur plutôt pertinent de la manière dont les enfants s’identifient aux normes sociales du genre, expliquent les chercheurs.
« L’orientation sexuelle des parents et la structure familiale n’avaient aucun impact significatif sur la conformité ou la non-conformité des enfants à leur genre, écrivent les auteurs. Nos résultats suggèrent que le développement de l’identité de genre chez les enfants adoptés par des parents lesbiens ou gays s’opère selon des voies habituelles, et est similaire à celui des enfants adoptés par des couples hétérosexuels « .
Ainsi, «le fait d’avoir un modèle féminin et masculin au sein du foyer ne facilite pas nécessairement le développement d’une identité conforme au genre chez les enfants adoptés, pas plus que cela décourage la non-conformité au genre ».
Par ailleurs, les auteurs expliquent que les travaux précédents qui ont conclu à une modification de l’identité de genre chez les enfants ayant été élevés par des coupes homosexuels manifestent certains biais. Elles ont en effet porté sur des familles « non-traditionnelles », alors que ces derniers travaux ont été menés au sein de couples aisés, issus de la classe moyenne et plutôt traditionnels. Ce qui induit que l’identité de genre est bien plus une affaire d’éducation que d’orientation sexuelle.
source : fugues.com

29 octobre 2017

Nantes : manifestation pour la PMA

Classé dans : homoparentalité,infos — dominique @ 14:52

Nantes : manifestation pour la PMA dans homoparentalité 14-e1509285117329À l’appel de NOSIG, le centre LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) nantais, de l’Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL) et de SOS homophobie Pays de la Loire, environ quarante personnes ont manifesté ce samedi après-midi dans les rues de Nantes.
« PMA Égalité ! scandaient les participants à la marche en faveur de la PMA
« Lors de sa dernière déclaration, Emmanuel Macron a dit qu’il ne voulait pas heurter les consciences. On craint tous des relents d’homophobie, explique Visakha Kiem-Heng, de SOS Homophobie. La PMA, c’est une mesure d’émancipation, comme l’IVG (Interruption volontaire de grossesse). On la veut maintenant, pas demain ! »
Pour Émilie Bourdon, vice-présidente de NOSIG, la PMA est une urgence : « Ça fait des années qu’on nous la vend, mais ce ne sont que des belles paroles. Il n’y a pas d’actes. La PMA, c’est l’égalité. »

24 octobre 2017

Agnès Buzyn plutôt favorable à la PMA

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 6:01

1La ministre de la Santé Agnès Buzyn s’est dite dimanche « plutôt favorable à titre personnel » à la procréation médicalement assistée (PMA) ouverte à toutes les femmes, affirmant en revanche son opposition à la gestation pour autrui (GPA).
La ministre était interrogée au « Grand Jury » RTL/Le Figaro/LCI sur sa conviction personnelle quant à l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires et aux couples de lesbiennes qui sera débattue dans le cadre de la révision de la loi bioéthique en 2018.
« J’y suis plutôt favorable à titre personnel, mais il m’a fallu du temps pour savoir ce que vraiment je pensais sur ce sujet », a répondu Agnès Buzyn. « J’écoute les arguments des uns, des autres. Je vois que ce droit ne retire rien à personne, je vois qu’il y a une immense différence entre la PMA et la GPA, qui elle, traite de la marchandisation du corps de la femme », a-t-elle poursuivi.
La ministre a rappelé que des discussions auraient lieu en 2018 dans le cadre d’états généraux de la bioéthique. « L’exécutif écoutera l’avis du Comité d’éthique qui s’est dit favorable, écoutera l’avis qui émergera des états généraux de la bioéthique et si cet avis est favorable, évidemment l’exécutif proposera un projet de loi », a-t-elle détaillé, appelant comme le président Emmanuel Macron à un « débat apaisé ».
« Prenons le temps de discuter, prenons le temps de nous écouter », a-t-elle exhorté. En revanche, la ministre de la Santé a affirmé son opposition à la GPA. « Pour moi, jamais. Je comprends totalement le désir d’enfant (…) Mais je sais ce que c’est que de porter un enfant pendant neuf mois dans son ventre ». « Indépendamment du fait que l’on paye, à titre individuel c’est quelque chose que je n’imaginerais pas pouvoir faire », a-t-elle dit.

23 octobre 2017

Le Centre LGBT de Touraine devient membre de l’Union Départementale des Associations Familiales d’Indre-et-Loire

Classé dans : homoparentalité,infos — dominique @ 15:17

centre-lgbt-de-touraineUne victoire pour le centre LGBT Touraine. L’association Lesbiennes, Gays, Bi et Trans vient d’être admise au sein de l’Union départementale des associations familiales.
Une reconnaissance symbolique puisque l’Udaf est chargée notamment de représenter les familles auprès des pouvoirs publics.
Communiqué de presse :
Nouvelle avancée pour le Centre LGBT de Touraine : l’association est désormais membre de l’Union Départementale des Associations Familiales d’Indre-et-Loire.
Après avoir été reconnu d’intérêt général et avoir intégré les cérémonies de la déportation en 2016, le Centre LGBT de Touraine poursuit, en 2017, son travail de reconnaissance et d’inclusion des personnes et des familles LGBT. Le Centre LGBT de Touraine devient ainsi l’un des premiers Centre LGBT français à intégrer une UDAF (Union Départementale des Associations Familiales).
Les UDAF sont des associations départementales chargées de représenter les familles auprès des pouvoirs publics. Elles ont notamment pour mission de gérer l’observatoire des familles et de défendre les intérêts de toutes les familles dans leur diversité.
Devenir membre associé de l’UDAF est donc un symbole fort qui permet de reconnaitre non seulement les familles LGBT, les transformations de la famille au XXIe siècle, mais également le travail de prévention du mal-être et du suicide des jeunes mené par l’association.
Le Centre LGBT de Touraine est l’un des premiers Centre LGBT français à intégrer une UDAF. L’occasion pour l’association de mettre en lumière son travail constant de sensibilisation du public et des institutions sociales. 

12345...18

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS