• Accueil
  • > Cinema-DVD gay et lesbien

17 février 2018

« Black Panther »: l’intrigue lesbienne retirée du film

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:30

1Black Panther, le nouveau film de superhéros de Marvel et Disney Studio s’apprête à battre des records de fréquentation dans les salles américaines. Avec sa distribution composée principalement d’actrices et d’acteurs noir.e.s, Black Panther renouvelle un genre habituellement très blanc à Hollywood.
Toutefois, les scénaristes reconnaissent avoir retiré une intrigue lesbienne du film qui laissera sur leur faim ceux qui espéraient que le film aille encore plus loin dans la diversité. Une première version du film laissait pourtant entendre que cette relation serait montrée à l’écran, comme l’explique Splinter.
Dans la bédé, on peut lire l’histoire de Ayo et Aneka, « deux des gardes du corps de Black Panther, qui tombent amoureuses l’une de l’autre, avant de mener un soulèvement féministe. » Bien que l’histoire d’amour entre ces deux personnages soient largement abordée dans les livres, Marvel a annoncé que leur relation dans le film « ne sera pas une relation amoureuse. »
Cela a provoqué la campagne #LetAyoHaveAGirlfriend Twitter, mais on ne sait pas encore si Marvel laissera Ayo et Aneka sortir du placard dans une éventuelle suite ou si elle seront « straight-washée », à l’image du personnage principal de Ghost in the shell, dont la bisexualité a été gommée.
Screencrush a interviewé récemment Joe Robert Cole, co-scénariste du film et lui a demandé si la relation lesbienne avait été effacée du film. Il a répondu « oui » et l’explication est devenue un peu plus confuse par la suite.
Je pense que la réponse courte, c’est oui. Je sais qu’il y a eu un certain nombre de discussions sur différentes choses, des directions différentes pour différents personnages, et les personnages que nous pourrions inclure. Nous nous sommes dits « Eh bien, peut-être que nous allons faire comme ci avec un arc narratif ou peut-être que nous allons faire comme ça avec l’arc narratif »… Quelqu’un peut-il traduire?
Source : https://www.vanityfair.com/hollywood/2017/04/black-panther-gay-danai-gurira

12 février 2018

La bande-annonce française de « Love, Simon » de Greg Berlanti vient d’être dévoilée

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 15:58

love simon   

La bande-annonce française de « Love, Simon » de Greg Berlanti vient d’être dévoilée.
Le film porté par Nick Robinson et adapté du roman de Becky Albertalli sortira dans nos salles le 20 juin.
Dans Love, Simon,Nick Robinson (Jurassic World, La 5ème vague) incarne un lycéen ayant une vie normale .
Cette comédie dramatique sur les premiers émois amoureux et l’acceptation de soi est adaptée du roman à succès de Becky Albertalli, Moi, Simon, 16 ans, Homo Sapiens:  »Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée. 2/ Blue est irrésistible. 3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr… « .
Première sortie : 16 mars 2018 (États-Unis)
Réalisateur : Greg Berlanti
Bande originale : Rob Simonsen
Distribué par : 20th Century Fox
Scénario : Isaac Aptaker, Elizabeth Berger
Sociétés de production : 20th Century Fox, Temple Hill Entertainmen
Love, Simon sortira dans nos salles le 20 juin prochain.

8 février 2018

Roumanie : des manifestants perturbent la projection d’un film jugé « pro-gay »

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,homophobie,infos,internationnal — dominique @ 22:01

Filmul-soldatii-poveste-din-ferentari-1   

À Bucarest, une trentaine de manifestants se revendiquant d’une association religieuse orthodoxe a momentanément perturbé, ce jeudi, la projection du film Soldati. Poveste din Ferentari (Soldats. Une histoire de Ferentari), une co-production roumano-serbo-belge réalisée par la Serbe Ivana Mladenovic en 2017.
Le film est jugét « pro-gay » parce qu’il raconte l’histoire d’amour entre un anthropologue et un ancien détenu rom, dans une banlieue pauvre de la ville, Ferentari.
Un groupe de jeunes spectateurs cagoulés a notamment diffusé de la musique au début de la séance programmée au Musée du paysan roumain. Ils ont ensuite été évacués, et la projection a pu reprendre.
A l’extérieur, une trentaine de personnes manifestait pour « défendre les valeurs millénaires de la nation roumaine. »
Dimanche soir, des manifestants avaient interrompu la projection dans cette même salle du film « 120 battements par minute » du réalisateur français Robin Campillo, fresque sur les années Sida en France vues à travers le combat de l’association Act Up et Grand prix du jury au 70e festival de Cannes.
La direction du musée a défendu dans un communiqué sa décision de diffuser des films « sans censurer leur contenu » et rappelé que « la liberté d’expression est l’un des principaux acquis de la démocratie roumaine » après le renversement du régime communiste fin 1989. 

       1

6 février 2018

Des Images aux Mots: Festival de films LGBT de Toulouse

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 6:53

11     

La 11ème édition du festival Des images Aux Mots (« DIAM ») a débuté ce lundi soir à Toulouse, au cinéma l’ABC avec le film portugais Alberto.
C’est le premier d’une série d’une trentaine de films inédits ou en avant-première programmés à Toulouse jusqu’au 11 février, et en Occitanie du 12 au 24 février.
Venus du monde entier, ces films abordent des thèmes touchant la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre.
Un cinéma sorti de l’ombre ces dernières années, notamment en France, avec L’inconnu du Lac, du tarnais Alain Guiraudie récompensé aux Césars, tout comme 120 battements par minute ou encore la Vie d’Adèle primé à Cannes.

1 février 2018

Les Animaux fantastiques 2 : Dumbledore ne sera pas gay

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 16:54

gay-dumbledoreAlbus Dumbledore, dans ses jeunes années, était amoureux de Gellert Grindelwald.
Une relation que l’auteure britannique J.K. Rowling avait confirmé lors d’une conférence au Carnegie Hall en 2007.
Avec la sortie du second volet des « Animaux Fantastiques » le 14 novembre prochain, les fans de la saga Harry Potter étaient impatients de découvrir ce pan de la sexualité du sorcier, qui n’a jamais été mentionnée dans les livres ou dans les précédents films. Mais dans une interview à Entertainment Weekly, le réalisateur des prequels, David Yates, a coupé court aux espoirs des Potterhead. L’homosexualité d’Albus Dumbledore ne sera « pas explicite » a-t-il livré.
« Mais je pense que les fans sont au courant. Il a eu une relation très intense avec Grindelwald quand il était jeune homme. Ils sont tombés amoureux des idées et de l’idéologie de l’autre. »
Dans une conférence de presse donnée en 2016, J.K. Rowling assurait que le second volet de la saga montrerait un « jeune homme tourmenté et troublé -il n’a pas toujours été sage… Concernant sa sexualité… Affaire à suivre… »
Prise à partie sur Twitter ce mercredi 31 janvier, après la déclaration de David Yates, l’auteure à succès s’est dite surprise des réactions des fans:
« Être prise à partie pour une interview à laquelle je n’ai pas participé, à propos d’un scénario que j’ai écris mais qu’aucun des rageux n’a lu, qui fait partie d’un ensemble de cinq films mais qui ne concerne qu’un seul épisode, c’est vraiment très drôle. Vous voulez savoir ce qui est encore plus drôle? »
Autrement dit, l’homosexualité du personnage de Dumbledore aura tout le temps d’être abordée dans les films à venir de la saga Animaux fantastiques, et il faut juste aux fans un peu de patience

25 janvier 2018

The Miseducation of Cameron :! un film pour dénoncer les programmes de conversion sexuelle pour gays

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:41

1Dans leur nouveau film, Chloë Grace Moretz et Sasha Lane veulent choquer en montrant l’horreur des camps de conversion gay.
Les deux actrices jouent dans « The Miseducation of Cameron Post » réalisé par Desiree Akhavan.
Ces centres proposent d’aider de jeunes gens à « se débarrasser de l’homosexualité par la prière ».
Décriés par l’association américaine de psychologie comme par l’ancien président Barack Obama, ils offrent des séances de conseil thérapeutique, des groupes de soutien, des médicaments, de l’hypnose et même des opérations.
Un nouveau film avec la jeune star Chloë Grace Moretz qui tente d’attirer l’attention sur ce problème a créé l’émotion et enthousiasmé la critique au festival de Sundance.
Dans ce drame, Chloë Grace Moretz joue une adolescente surprise en train d’avoir une relation sexuelle avec la « reine de la promotion » de son lycée au milieu des années 90. Une performance jugée par certains critiques comme la meilleure de sa carrière.
Elle souligne que la pratique des thérapies pour homosexuels est légale dans une quarantaine d’Etats américains, sur un total de 50.
« Il y a deux semaines encore, le (Congrès du) New Hampshire a voté contre son interdiction », insiste-t-elle.
Dans le film, Cameron est envoyée de force dans un centre de thérapie par ses très conservateurs oncle et tante, chez qui elle vit depuis la mort de ses parents.
Elle y rencontre les adolescents rebelles Adam (Forrest Goodluck), un « homme à deux esprits » Navajo, et son amie unijambiste Jane Fonda – probablement un nom d’emprunt, même si le film ne le clarifie pas.
Tous trois fument des joints ensemble et partagent des anecdotes sarcastiques sur leurs instructeurs, parfaitement conscients que ces religieux zélés et psychologues amateurs sont ridiculement incompétents.
Mais le rire fait rapidement place à la tragédie. « The Miseducation » est le deuxième film de la réalisatrice Desiree Akhavan, qui le décrit comme un genre de « Breakfast club » gay.
« The Miseducation » est adapté d’un roman éponyme d’Emily M. Danforth.
La thérapeute qui gère le centre dans le film, interprétée par Jennifer Ehle, est une chrétienne pieuse qui s’est lancée dans les conversions pour homosexuels après s’être fait la main sur son frère.
Elle impose des exercices à ses jeunes patients pour leur mettre dans la tête que leur homosexualité n’est que le résultat d’une confusion des genres et que c’est une maladie mentale.
John Gallagher Jr., qui interprète le révérend Rick, souligne lui aussi que son personnage n’est pas un authentique méchant: « il a fait une thérapie lui-même et l’enseigne à présent aux enfants, leur affirmant +vous aussi vous pouvez vivre heureux si vous suivez juste les étapes du programme comme je l’ai fait+ », explique-t-il, espérant que le film aidera à éradiquer ces programmes.

22 janvier 2018

Que vaut The Assassination of Gianni Versace, la saison 2 d’American Crime Story ?

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 17:38

ricky 3On ne sait pas où il trouve le temps de produire tout ça, de réaliser tout ça, de penser tout ça, mais Ryan Murphy réussit encore une fois à nous bluffer. Le créateur de Nip/Tuck et autre American Horror Story livre avec The Assassination of Gianni Versace une nouvelle histoire criminelle envoûtante, pour ne pas dire impressionnante. Après un seul épisode, on est comme subjugué.
L’histoire, pourtant, est celle qu’on annonçait depuis des mois et des mois. Celle de Gianni Versace, le célèbre designer italien assassiné sur les marches de sa Villa de Miami par le tueur en série, Andrew Cunanan. Pourquoi ce meurtre ? Qui était vraiment Versace ? Et comment le FBI a sombré en traquant le psychopathe ? Voilà ce que va nous raconter Murphy pendant 9 épisodes, avec son style inimitable et une « production value » à tomber par terre.
Judy Becker et Jeffrey Mossa ont fait un travail remarquable dans la direction artistique et les décors, pour reproduire l’opulence dorée du monde de Versace, totalement éblouissant, dans un premier épisode aux allures de fresque italienne, magistralement mise en lumière par Ryan Murphy. La scène d’ouverture, notamment, a de quoi vous laisser sans voix !
Il faut dire que ce que le créateur et réalisateur valorise ici, c’est une certaine atmosphère et – forcément – le style ! Il a aussi soigné sa structure narrative, qui nous balade entre le passé (1990) et le présent (1997). Moins linéaire, moins formaliste que la saison 1, The Assassination of Gianni Versace a quelque chose de plus poétique, tout en conservant l’aspect captivant d’une sordide affaire criminelle.
Alors certes, cette saison 2 d’American Crime Story ne pourra – de toute façon – pas être au même niveau que The People vs OJ Simpson, véritable chef d’oeuvre du petit écran, acclamé en 2016. Rien ne sert de comparer. En revanche, elle en est certainement un digne successeur. D’abord parce que Murphy a encore su s’entourer et semble avoir fait une bonne pioche, en reprenant Darren Crissde Glee. Le jeune acteur fait tout bonnement froid dans le dos dans la peau du tueur, d’un calme et d’une intensité glaciale, qui rappelle par moment Christian Bale dans American Psycho. Edgar Ramirez apporte un charisme et une présence indéniable à Versace, et Penelope Cruz – même si elle galère visiblement un peu entre accent espagnol et accent italien – livre une Donatella brute, méprisante, touchante, insaisissable. Et on le sait déjà, toute la réussite de cette deuxième saison reposera sur leurs épaules, comme le succès de la première reposa très largement sur celles de Sarah Paulson, David Schwimmer et Cuba Gooding Jr.
American Crime Story : The Assassination of Gianni Versace, chaque mercredi soir sur la chaîne américaine FX et en France à partir du mars, sur Canal + Séries.
Source première

17 janvier 2018

Suisse : un nouveau festival LGBT

Classé dans : Art culture litterature,Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:42

01Un nouveau festival voit le jour en Suisse Projections de films et de documentaires, témoignage et table ronde sont au menu de cette manifestation qui aura lieu du 26 au 28 janvier au SAS à Delémont dans le Canton du Jura en Suisse
Plus de visibilité pour la communauté LGBT grâce à un festival. C’est ce qu’a imaginé Juragai, une association homosexuelle, en mettant sur pieds un festival, appelé Bobinette, qui se veut être une plateforme d’échanges sur les thématiques homosexuelles, bisexuelles et transgenres. Bobinette a en partie pour but de toucher des gens qui ne connaissent pas forcément ces sujets. En collaboration avec le SAS, lieu culturel et festif de la capitale jurassienne, cette manifestation débutera le vendredi 26 janvier dès 18h par un apéro. Il sera suivi par la projection du film d’ouverture « La Vie d’Adèle », film d’Abdellatif Kechiche récompensé par la Palme d’or à Cannes en 2013. Autres longs-métrages programmés, « 120 Battements Par Minute » et « Carol ». Tous les films seront diffusés dans leur version originale, sous-titres à l’appui. Outre les films et documentaires projetés durant tout le weekend, une table ronde aura lieu avec le Groupe Sida Jura ainsi qu’avec les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence. Le témoignage d’une personnes transgenre pourra être écouté le dimanche. La participation aux diverses activités est gratuite.
Le comité de l’association Juragai, association qui compte environ 150 membres, souligne que ce festival n’est pas exclusivement réservé aux personnes LGBT (lesbiens, gais, bisexuels, transexuels) mais qu’il est accessible et ouvert à toutes et à tous. L’objectif de cette manifestation est d’échanger, de parler, de poser des questions et de s’intéresser à un sujet considéré encore souvent tabou dans la société. Selon Julien Rondez, membre du comité de Juragai, « avec ce festival, on veut montrer que des choses se passent, que tout le monde est inclus ». Pour Jacqueline Schneiter, organisatrice des arts de la scène au SAS, mettre sur pieds cet événement a été l’occasion de collaborer avec des jeunes de la région ainsi que d’ouvrir les infrastructures du SAS à des personnes qui ne fréquentent habituellement pas ce lieu de la Cour du Château de Delémont. Le festival Bobinette a donc pour but de rassembler la population, d’informer et d’échanger librement sur les thématiques LGBT.
Informations pratiques sur www.juragai.ch

15 janvier 2018

« My Beautiful Laundrette » va devenir une série américaine

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 16:36

0111111  

Le film britannique My Beautiful Laundrette, réalisé en 1985 par Stephen Frears  et qui valut une nomination aux Oscars à Daniel Day-Lewis, sera, peut-être adapté en série
C’est Kumail Nanjianiqui  s’est fait connaître en tant qu’acteur et écrivain qui pourrait écrire la future adaptation télévisée de  » My Beautiful Laundrette  » en cours de développement chez Super Deluxe appartenant à Turner .
Alec Berg (« Silicon Valley ») et Hanif Kureishi (auteur de l’original « Laundrette ») produiront avec Stephen Gaghan (« Traffic ») produiront la série. La mise en série de « Laundrette » sera basée sur le film indépendant de 1985 .
Le synopsis : Omar, jeune pakistanais de la banlieue sud de Londres, prend la gérance d’une vieille laverie automatique appartenant à son oncle Nasser. Il est aidé de Johnny, un loubard repenti qui devient son amant et doivent affronter l’homophobie et le racisme. Quand son cousin Salim blesse un membre de l’ancien gang de Johnny, une bagarre éclate…
Oscar du meilleur scénario pour Hanif Kureishi, ce film, prévu initialement pour la télévision, remporta un succès inattendu à sa sortie et changea la carrière de ses auteurs, propulsant Stephen Frears au pinacle des réalisateurs. Cette petite production filmée en 16 mm, au titre peu évocateur, ne raconte pas vraiment une histoire mais nous invite à partager quelques instants de vie dans une banlieue défavorisée de Londres au sein de la communauté pakistanaise.
C’est le studio Super Deluxe, qui s’est fait un nom en créant des vidéos irrévérencieuses destinées aux jeunes (un peu comme Golden Moustache en France), propriété du groupe américain Turner, qui produira ce projet. Super Deluxe diffuse déjà des projets sur Netflix, Facebook et Sundance Now, les nouveaux réseaux de distribution numérique de films. Dans leur catalogue, on trouve notamment des films LGBTfriendly, comme Bayard and me, un docu-court sur Bayard Rustin, activiste américain pour les droits civils et contre le racisme, très proche de Martin Luther King. Dans les années 80, il avait adopté son partenaire Walter Neagle afin de le protéger juridiquement, comme certains couples gays ont parfois été obligés de le faire.

13 janvier 2018

Cinema : une suite pour Call me by your name et Free Fall ?

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 15:55

call me  

Dans un entretien récent avec The Guardian, le réalisateur de Call Me By Your Name, Luca Guadagnino, annonce que d’autres films pourraient être envisagés.
« Les personnages sont tellement extraordinaires qu’on veut savoir ce qu’il leur arrive. Les quarante dernières pages du roman racontent vingt ans de la vie d’Oliver et Elio. Et ça m’a fait pensé à la série Up de Michael Apted (série documentaire britannique qui, tous les sept ans depuis 1964, suit l’évolution de quatorze personnes, NdlR) et au cycle de films que François Truffaut a consacré au personnage d’Antoine Doinel. Et j’ai pensé que peut-être, il ne s’agissait pas de réaliser une suite, mais plutôt une chronique de l’évolution de tous ceux qui sont dans ce film. Je pense que voir les personnages grandir dans la peau des acteurs qui les incarnent serait assez génial. »
Ce n’est pas la première fois que Luca Guadagnino évoque la possibilité d’une (ou plutôt de plusieurs) suite(s). En octobre déjà, il affirmait que, dans l’idéal, il aimerait que la première de ces suites sorte en 2020. « Si on aligne l’âge d’Elio dans le film avec celui de Timothée, dans trois ans, Timothée aura 25 ans, tout comme Elio dans le deuxième film« , avait-il alors déclaré au magazine Screen Daily.
Dans le roman dont le film est adapté, Elio et Oliver se retrouvent quinze ans plus tard, alors qu’Oliver a une épouse et des enfants. Mais Luca Guadagnino a déclaré que ces éventuelles suites pourraient ne pas être fidèles à l’histoire originale. Il a aussi affirmé qu’il ne savait pas si Elio était gay : « je ne pense pas qu’il va forcément devenir gay. C’est quelqu’un qui n’a pas encore trouvé sa place. Je peux vous dire que, selon moi, il reprendrait une relation intense avec Marzia .
Dans cette interview, Luca Guadagnino faisait déjà référence au cycle de films de François Truffaut autour du personnage d’Antoine Doinel. Même s’il ne nous révèle pas encore tous les détails, il semblerait donc bien que le réalisateur réfléchisse à l’histoire qu’il pourrait développer
Le film allemand Free Fall doit lui aussi avoir une suite : une campagne de crowdfunding a été lancé l’an dernier avec les acteurs Max Riemelt et Hanno Koffler.
« Stephan Lacant, une production à petit budget, Hanno Koffler et Max Riemelt, deux artistes incroyables exceptionnels et une fanbase incroyablement dévouée! Même si le film est sorti en 2013, nous recevons encore des messages de free fall des quatre coins du monde qui demandent une suite, nous motivant, et c’est pareil pour nous. Après avoir vu le film de nombreuses fois, après avoir encore parlé, c’est comme si l’histoire de Marc et Kay n’était pas finie. Nous avons le sentiment qu »une autre histoire a encore besoin d’être racontée, avec une approche différente et toute nouvelle perspective des personnages. « 

 

12345...69

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS