• Accueil
  • > Cinema-DVD gay et lesbien

16 juin 2018

Love, Simon! : Les hétéros font leur coming out

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 16:24

love simon    

Le 27 juin prochain sortira en salle  » Love, Simon ». Au casting, on retrouve Nick Robinson, vu dans La 5ème Vague ou encore Jurassic World, ainsi que Katherine Langford, l’une des stars de la série Netflix 13 Reasons Why.
Love, Simon nous plonge dans l’histoire d’un jeune homme qui, alors qu’il vit ses premières vraies expériences au lycée, cache un gros secret : Simon est gay et personne ne le sait. Il a beau avoir une famille aimante, des amis présents, il n’arrive pas à faire son coming out et se demande pourquoi seuls les gays/lesbiennes doivent passer par ce moment parfois compliqué.
Il imagine alors ses potes annoncer à leurs parents qu’ils sont hétéros….

21 mai 2018

Le biopic de Queen accusé de cacher l’homosexualité de Freddie Mercury

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 19:13

Le biopic de Queen accusé de cacher l'homosexualité de Freddie Mercury dans Cinema-DVD gay et lesbien mercury 

La première bande-annonce de « Bohemian Rhapsody », long-métrage inspiré de la vie de Freddie Mercury, a été dévoilée le 15 mai 2018. Si elle montre le côté showman du leader de Queen, elle fait l’impasse sur son homosexualité et sur sa fin de vie difficile.
Fin 2017, le réalisateur Bryan Singer a été remplacé par Dexter Fletcher.
Mais dans une série de tweets, Bryan Fuller, le créateur de la série « Hannibal »,  a accusé la 20th Century Fox de cacher l’homosexualité de Freddie Mercury pour des raisons marketing. « Est-ce que quelqu’un d’autre est agacé par le fait que le trailer de ‘Bohemian Rhapsody’ montre la superstar gay/bi Freddie Mercury flirter et virevolter avec une femme sans indiquer qu’il aimait les hommes ? », a-t-il écrit.
Visiblement remonté, il a aussi critiqué le fait que le synopsis stipule que le chanteur souffrait « d’une maladie menaçant sa vie » : « Oui, c’était une maladie possiblement mortelle, mais plus spécifiquement c’était le SIDA. Qu’il a contracté en couchant avec des hommes. Faites mieux que ça. »
Si ces deux aspects de la vie du rockeur ne sont effectivement pas mentionnés dans la bande-annonce, il faudra attendre de nouvelles images ou la sortie du biopic le 31 octobre prochain en France, pour savoir s’ils ne sont pas évoqués du tout dans le film.

1 mai 2018

ARTE : fiertés, la mini-série sur 30 ans de luttes LGBTI

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,TELE — dominique @ 16:26

ARTE : fiertés, la mini-série sur 30 ans de luttes LGBTI  dans Cinema-DVD gay et lesbien fierte-e1525188224655Arte diffuse le 3 mai une série exceptionnelle signée Philippe Faucon : « Fiertés », sur le destin d’un personnage homosexuel de 1981 à nos jours.
« Fiertés »est une série de trois téléfilms de 52 minutes qui sera diffusée jeudi 3 mai sur Arte et qui retrace avec sensibilité et pudeur le destin d’un personnage gay lors des quatre dernières décennies : de la dépénalisation de l’homosexualité consécutive à l’élection de Mitterrand en 1981 jusqu’à l’adoption, en 2013, de la loi Taubira consacrant le mariage pour tous.
Ce personnage, c’est Victor, enfant d’une famille des milieux populaires, politiquement progressiste, mais inconsciemment marquée au fer rouge par les « préventions » envers l’homosexualité, considérée au mieux comme une honte et au pis comme une maladie. En trois époques – 1981, 1999, 2013 -, Philippe Faucon met en scène Victor dans l’affirmation de son identité, dans ses amours et dans ses rapports sociaux complexes, lui, qui, progressivement, s’affranchit de ses origines modestes pour devenir un bobo des quartiers branchés de la capitale… C’est l’occasion pour le cinéaste d’évoquer sans didactisme les événements et les métamorphoses d’une époque : les archaïsmes du début des années 1980 et leur persistance, la violence de la maladie avec l’apparition du sida, le combat des minorités sexuelles pour la reconnaissance de leurs droits.
Remarquablement mis en scène et interprété – entre autres acteurs par Samuel Theis, Frédéric Pierrot et Stanislas Nordey -, « Fiertés » radiographie avec délicatesse l’histoire singulière d’un personnage qui s’inscrit dans les tumultes de son temps. Et confirme la place éminente de Philippe Faucon dans le paysage du cinéma français.
FIERTÉS
De Philippe Faucon
Avec Samuel Theis, Stanislas Nordey, Frédéric Pierrot… 3 × 52 min. Diffusion des trois épisodes sur Arte le 3 mai à 20 h 55.

22 avril 2018

Elton John : bientôt un biopic sur le chanteur, avec Taron Egerton

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,musique,people — dominique @ 16:09

Taron-Egerton-Elton-John-368x228L’acteur de la saga « Kingsman », Taron Egerton, a été choisi pour jouer le rôle de Elton John dans « Rocketman », le biopic consacré au roi de la pop britannique. Produit par la société de production américaine « Paramount Pictures », le film retracera la carrière fulgurante de la légende aux 250.000 de disques vendus dans le monde.
Aux manettes de ce biopic, on retrouve le réalisateur britannique Dexter Fletcher qui co-réalise également un film qui sortira en 2018, axé sur le parcours de Queen et de son leader Freddie Mercury.
Le scénario a été écrit par le dramaturge britannique Lee Hall, également auteur du texte de la comédie britannique des années 2000, « Billy Elliot ».
Selon le magazine en ligne « Deadline Hollywood », le début du tournage est prévu cet été. Une œuvre du septième art produite par « Marv Films » et « Rocket Pictures », la société de production fondée par Elton John en personne en 1996.
Après plus de 4000 concerts dans plus de 80 pays, le chanteur de 71 ans a annoncé qu’il mettrait fin à sa carrière après une ultime tournée géante qui s’achever en 2021. 

3 avril 2018

« Fiertés » : une fresque familiale sur l’homosexualité

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,Series,TELE — dominique @ 15:15

01 fierteArte présentera, le jeudi 3 mai prochain dès 20h55, sa nouvelle fiction en 3 x 52 minutes, Fiertés.
Née de la collaboration de José Caltagirone et Niels Rahou avec Philippe Faucon, la mini-série dresse le portrait de trois destins sur plusieurs décennies. De la dépénalisation tardive de l’homosexualité au début des années 80, dans la foulée de l’élection de François Mitterrand, à l’adoption de la loi Taubira – sur le mariage pour tous – en 2013, le cinéaste aborde une fois encore des thématiques qui lui sont chères, comme le combat pour les droits des minorités sexuelles. Au premier plan de ce récit émouvant et plein de finesse, Samuel Theis (Un village français), Stanislas Nordey (directeur du Théâtre National de Strasbourg) et Frédéric Pierrot (Les Revenants) constituent le trio de tête d’un casting de choix auréolé par les participations de Chiara Mastroianni, Jérémie Elkaïm et Emmanuelle Bercot.
L’intrigue démarre au printemps 1981. Victor (Benjamin Voisin), 17 ans, prépare son bac entre sa petite amie et le chantier sur lequel il travaille les week-ends. Un jour, il noue une relation amoureuse secrète avec Selim (Sami Outalbali), le fils du contremaître. Après les avoir pris sur le fait, Charles (Frédéric Pierrot), le père, rejette aussitôt la responsabilité sur Selim qu’il licencie. Au lycée, la rumeur et les sarcasmes se répandent à l’encontre de Victor. Perdu et blessé, le jeune homme s’efforce de refouler ses désirs et finit par s’aventurer un soir vers un lieu de rencontres entre hommes. Il y rencontre Serge (Stanislas Nordey), un militant de la cause gay de vingt ans son aîné. Leur relation va peu à peu obliger Victor à assumer son homosexualité. Charles, contrairement à sa femme, exige que son fils choisisse entre eux et Serge…
Scarlett Production / 13 Productions Victor (Benjamin Voisin) confronté à l’incompréhension de son père (Frédéric Pierrot) et au silence de sa mère (Emmanuelle Bercot).
La mini-série de Scarlett Production et 13 Productions entend rendre hommage à toutes les personnes qui se sont battues, au fil des décennies, pour pouvoir aimer qui elles voulaient. Sans honte. Pour être acceptées dans un premier temps, puis traitées à égalité. Honorée du Prix de la meilleure série au dernier festival des créations télévisuelles de Luchon, Fiertés sera accessible sur la plateforme arte.tv du 26 avril au 17 mai, et disponible en DVD/VOD à compter du 25 avril.

27 mars 2018

sortie DVD : Le Temps d’un été

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:37

Après une fête qui a presque détruit sa maison, Miku, âgé de 17 ans, est condamné à passer le reste de l’été dans le chalet familial, où ses deux parents sont confrontés à une crise dans leur relation. Dans le calme de la campagne finlandaise, il fait la rencontre d’un jeune homme de son âge, Elias. Les garçons n’ont rien de commun à l’exception de leur âge et de leur famille dysfonctionnelle. Mais quelque chose les rapproche. Ils tombent amoureux. Elias va obliger Miku à s’assumer et à faire face à sa sexualité réprimée.
Basé sur l’expérience personnelle de son jeune écrivain-cinéaste, ce film est un drame distinctement sensuel, magnifiquement tourné et sensibilisé sur l’éveil sexuel d’un jeune homosexuel

sortie DVD : Le Temps d'un été dans Cinema-DVD gay et lesbien 1 

 

Première sortie : 19 juin 2017 (États-Unis)
Réalisateur : Nils-Erik Ekblom
Montage : Osku Tuominen
Producteur délégué : Tom Norrgrann
Scénario : Nils-Erik Ekblom, Tom Norrgrann
Producteurs : Tom Norrgrann, Marko S. Eronen
avec : Juho Keskitalo Sami Huhtala Sanna Majuri Valtteri Lehtinen Mikko Kauppila

SÉLECTION OFFICIELLE Zefestival Festival du Film LGBT de Nice + Marseille
SÉLECTION OFFICIELLE Chéries Chéris Festival du Film LGBTQ+ de Paris
SÉLECTION OFFICIELLE Des Images aux mots Festival du Film LGBT Toulouse 2018

film – Optimale – Accord parental souhaité – sortie : le 19 avril 2018

La lettre d’amour de Xavier Dolan au film Love, Simon

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:22

love simonDans un long post publié sur Instagram, le réalisateur Xavier Dolan a dit tout le bien qu’il pensait du film Love, Simon (sortie en France le 27 juin). Ce n’est pas tant la qualité du film en elle-même qui a touché le réalisateur, mais le message qu’il représente pour les jeunes homosexuels partout dans le monde.
  »Après avoir vu Love, Simon, je me suis senti comme si je faisais mon coming out auprès de ma mère Jennifer Garner, et que je marchais dans le couloir de mon lycée avec un regard perdu, et pourtant sensuel. Félicitations à mon ami Nick Robinson, si généreux et authentique que j’ai rempli un véritable formulaire d’adoption. J’ai rangé mon passeport une ou deux fois dans le congélateur Nick, mais je peux être un bon parent pour toi.
 Plus sérieusement, ne parlons pas du film en lui-même, mais concentrons-nous sur son existence, et le fait qu’un studio important ait sorti un film sur le coming out d’un adolescent.
 Une porte s’est ouverte, elle s’était déjà ouverte, mais cette fois, je peux voir la lumière. J’ai vu tellement de films LGBTQ quand j’étais enfant, cherchant désespérément des réponses, enfermé dans ma chambre, téléchargeant des films faute de magasin vidéo décent. La plupart étaient brillants et vivifiants pour le jeune artiste que je rêvais d’être, mais laissait peu d’espoir au jeune homme que j’étais. Suicides, ruptures, harcèlement, dénigrement des gay… Avec tout son sérieux, sa normalité, Love, Simon montre les difficultés de faire son coming-out, mais avec une conclusion inspirante pour les adolescents qui verront Love, Simon parce qu’ils ne se sentent pas « normaux ».
 Peut-être que cela leur apprendra que, même s’ils n’ont pas la même vie privilégiée que Simon, ils peuvent avancer. Et peut-être que cela nous apprendra, en tant qu’industrie, qu’il est temps d’arrêter de reléguer les personnages LGBTQ aux rôles négligeables, généralement des personnages secondaires comiques, mais plutôt leur offrir des histoires créées pour eux, et autour de l’opposé de ce qui se référe habituellement aux « gens normaux ».
 La normalité est une notion changeante. Si un film comme celui-là avait existé quand j’avais 15 ans, je n’aurais peut-être pas menti à mon père au sujet d’un poster d’Ashton Kutcher, que j’avais prétendu donner à ma cousine Stefanie devant lui, alors qu’il était à moi. Si je l’avais vu, les choses auraient été différentes.
 Je suis heureux de la façon dont les choses ont évolué, et malgré la solitude que tu ressens quand tu es un adolescent qui fait son coming-out, je me suis senti soutenu. J’ai été chanceux. Mais la plupart des jeunes ne le sont pas. Love Simon est un grand pas pour eux, et pour nous. Merci à tous les artistes et personnes impliquées. »

20 mars 2018

Love, Simon: le film qui fait du bien

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 7:16

 love simon    

Love, Simon, comédie romantique sur les aventures d’un adolescent gay, est sorti aux Etats Unis ,et arrive directement en cinquième place au box office, avec 11,5 millions de dollars. Réalisé par Greg Berlanti (marié au joueur de foot Robbie Rogers), et adapté d’un roman pour adolescents de Becky Albertalli, ce film produit par un gros studio a été conçu pour un vaste public familial
Le film, qui raconte l’histoire d’un coming out, a eu aussi des conséquences sur les histoires personnelles de son public.
Le film, qui suit un élève de terminale indécis quant à sa volonté de faire son coming out, a inspiré des gens dans la réalité.
Ainsi, un jeune garçon a en effet avoué sur son compte Twitter avoir révélé son identité sexuelle à ses proches en plein visionnage du film :
« J’ai fait mon coming out pendant Love, Simon. Mes amis étaient là, mes parents étaient là, une salle comble était là. Les gens ont ri, chanté, pleuré, applaudi tout au long du film. Je n’ai jamais vu un long-métrage rapprocher autant. Je me suis fait des amis là-bas. Les adolescents ont besoin de ça. »
Le long-métrage a également encouragé l’un de ses jeunes acteurs, Keiynan Lonsdale (The Flash), à dévoiler son homosexualité sur le tournage même du film, preuve de l’importance d’un tel long-métrage, qui s’est montré terriblement nécessaire et était visiblement attendu.
Love, Simon , sortira en France en juin .  

26 février 2018

La fin heureuse de « Call me by your name » proposée par un fan

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien,courts metrages — dominique @ 18:12

call me       

une fin heureuse pour  « Call me by your name », de l’Italien Luca Guadagnino (« A bigger splash », « Amore »)qui  signe un film délicat et langoureux sur un premier amour. 
 La fin d’origine de CMBYN est très belle mais déchirante. spaceyume a  donc essayé de faire cette version heureuse juste pour s’amuser :) Appréciez cette version heureuse d’Elio et Oliver.
Elio Perlman, 17 ans, passe son été dans la torpeur italienne avec son père, spécialiste de la culture gréco-romaine (Michael Stuhlbarg) et sa mère, traductrice (Amira Casar), dans la demeure familiale, une villa du XVIIe siècle nichée dans un paysage enchanteur. L’adolescent lit, joue de la musique et flirte avec son amie Marzia (Esther Garrel) pour passer le temps.
Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt se rapprocher.

17 février 2018

« Black Panther »: l’intrigue lesbienne retirée du film

Classé dans : Cinema-DVD gay et lesbien — dominique @ 17:30

1Black Panther, le nouveau film de superhéros de Marvel et Disney Studio s’apprête à battre des records de fréquentation dans les salles américaines. Avec sa distribution composée principalement d’actrices et d’acteurs noir.e.s, Black Panther renouvelle un genre habituellement très blanc à Hollywood.
Toutefois, les scénaristes reconnaissent avoir retiré une intrigue lesbienne du film qui laissera sur leur faim ceux qui espéraient que le film aille encore plus loin dans la diversité. Une première version du film laissait pourtant entendre que cette relation serait montrée à l’écran, comme l’explique Splinter.
Dans la bédé, on peut lire l’histoire de Ayo et Aneka, « deux des gardes du corps de Black Panther, qui tombent amoureuses l’une de l’autre, avant de mener un soulèvement féministe. » Bien que l’histoire d’amour entre ces deux personnages soient largement abordée dans les livres, Marvel a annoncé que leur relation dans le film « ne sera pas une relation amoureuse. »
Cela a provoqué la campagne #LetAyoHaveAGirlfriend Twitter, mais on ne sait pas encore si Marvel laissera Ayo et Aneka sortir du placard dans une éventuelle suite ou si elle seront « straight-washée », à l’image du personnage principal de Ghost in the shell, dont la bisexualité a été gommée.
Screencrush a interviewé récemment Joe Robert Cole, co-scénariste du film et lui a demandé si la relation lesbienne avait été effacée du film. Il a répondu « oui » et l’explication est devenue un peu plus confuse par la suite.
Je pense que la réponse courte, c’est oui. Je sais qu’il y a eu un certain nombre de discussions sur différentes choses, des directions différentes pour différents personnages, et les personnages que nous pourrions inclure. Nous nous sommes dits « Eh bien, peut-être que nous allons faire comme ci avec un arc narratif ou peut-être que nous allons faire comme ça avec l’arc narratif »… Quelqu’un peut-il traduire?
Source : https://www.vanityfair.com/hollywood/2017/04/black-panther-gay-danai-gurira

12345...70

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS