2 février 2018

court métrage : Ceci n’est pas une burqa

Classé dans : courts metrages — dominique @ 6:59

1   

Au Maroc, être gay, c’est avant tout vivre caché, mentir et jouer la comédie pour éviter les insultes, le qu’en dira-t-on, les persécutions et la prison.
« Ceci n’est pas une burqua » est un court métrage d’Imad Fijjaj.
Pays: Maroc
- Acteur & Scénariste : Imad Fijjaj
- Chef Opérateur & Monteur : Ayoub Ait Bihi
- Mixage Sonore : Fouad Zaari
- Maquilleuse : Khaoula Laraki
Depuis 2005, Le Mobile Film Festival agit pour la détection et la promotion de nouveaux talents au travers l’organisation d’une compétition aux règles du jeu simples et ouverte au plus grand nombre: 1 mobile – 1 minute – 1 film
Choisi par un jury de professionnels prestigieux, le vainqueur reçoit une bourse BNP PARIBAS de 15 000€ et l’accompagnement d’un producteur. Plus d’infos sur www.mobilefilmfestival.fr.
Suivez le Mobile Film Festival sur :
Facebook : http://bit.ly/2eV1ZSc
Twitter : http://bit.ly/2favT9X

Parmi les cinquante films d’une minute sélectionnés par le jury, « Ceci n’est pas une burqa », réalisé par le Marocain Imad Fijjaj, s’attaque à un sujet sensible au Maroc: la lutte contre la violence envers les homosexuels.
« Au Maroc, être gay, c’est avant tout vivre caché, mentir et jouer la comédie pour éviter les insultes, le qu’en dira-t-on, les persécutions et la prison », peut-on lire dans la description de la vidéo que vous pouvez voir ci-dessus.
Caché sous un voile qui ne fait ressortir que ses yeux maquillés, un homme découvre son vrai visage, face caméra. Les plans sont entrecoupés d’images d’un fait divers qui avait particulièrement choqué au Maroc: le lynchage d’un travesti par de nombreux hommes en juin 2015 à Fès.
« Ce sujet me touche vraiment. Vivre en cachette, c’est difficile pour n’importe quel être humain », explique Imad Fijjaj au HuffPost Maroc. « Si tu es caché sous une burqa, personne ne te parlera, ne te frappera. Même sans, tu peux vivre normalement si tu es homosexuel, mais tu devras cacher ton homosexualité », ajoute-t-il.
La vidéo, qui vient d’être partagée sur YouTube, n’a pas encore suscité de débat au Maroc. « On attend de voir si elle va créer quelque chose ou pas », confie le réalisateur.
Le choix de la musique, une reprise de « Ne me quitte pas » de Jacques Brel par le groupe libanais Mashrou’Leila, n’est pas un hasard. « C’est une manière de dialoguer avec le personnage: est-ce que tu veux rester dans ta peau ou te quitter toi-même? », explique Imad Fijjaj.
Le film du réalisateur marocain a été sélectionné avec 49 autres parmi plus de 1.000 courts métrages présentés. Le 13 mars à Paris, le jury du festival, présidé par le réalisateur Patrice Leconte, annoncera les grands vainqueurs.

16 janvier 2018

court métrage LGBT : REJETE

Classé dans : courts metrages — dominique @ 17:53

1  

« Rejeté » raconte l’histoire de Lina, une jeune fille qui, pour se rendre au lycée, empreinte une ruelle déserte. Un matin, alors qu’elle passe par cette ruelle comme chaque jour, elle remarque la présence d’un jeune qui semble avoir son âge et s’être installé dans cette même ruelle. Lina veut en savoir plus et comprendre ce qui lui est arrivé pour qu’il se retrouve là. Elle tente de lui parler avec enthousiasme mais malheureusement le garçon l’ignore. Obstinée, un soir, en revenant des cours elle décide de s’asseoir à côté de lui pour en apprendre plus, tenter de comprendre son histoire…
Steeven (Sur L’homosexualité & L’homophobie) : « J’ai réalisé cette histoire, qui est pour moi plus qu’un court-métrage , car j’en ai plus que marre d’entendre encore en 2018 « Oh c’est dégeu de les voir s’embrasser (…) / Les gays doivent tous mourir, ils ne méritent pas de vivre… » Tous ces propos ignobles, ou bien encore des préjugés autour de cette orientation sexuelle, tout ça, j’en ai plus que marre. Ce que j’ai voulu montrer à travers ce court-métrage c’est plusieurs choses : La première c’est mon propre avis, un avis extérieur vis-à-vis de l’homosexualité, ce que je veux transmettre comme message c’est qu’il n’ait dis nulle part que l’amour se résume à aimé une personne du sexe opposé, l’amour c’est selon moi aimé la personne avec qui tu te sens le mieux, pour qui tu serais prêt à tout. La deuxième c’est mon regard vis-à-vis de l’homophobie, et ce regard on le voit très clairement dans la routine d’Eliot qui a cause de l’homophobie vis dehors, car il n’y a personne dans sa famille et son entourage qui a accepté le fait qu’il soit homosexuel. La troisième c’est la solidarité, et qui de mieux placé pour jouer ce rôle que Margot, qui est une fille, une jeune femme engagée dans ses actions, qui défend les mêmes valeurs que moi, et qui à travers son personnage de Lina, parle et agit pour nous deux. Le message global que j’ai voulu transmettre à travers ce court-métrage, c’est qu’il y à certes pleins de cause à défendre dans le monde, mais s’il y en a bien une à défendre en 2018 c’est l’amour… »

4 janvier 2018

court metrage gay : Félix et le poisson

Classé dans : courts metrages — dominique @ 22:12
 Flix-et-le-poisson-

Année : 2011
Pays : Canada – Cuba- Mexique
Durée du Film : 20 minutes
Dirigé par Chucho E. Quintero
Avec Marco Adrián Cano, Juan Carlos Ceballos

30 décembre 2017

court métrage gay : Leather

Classé dans : courts metrages — dominique @ 9:26

Leather est une comédie qui dépeint la vie de Josemi, un homme soumis, incertain et lâche qui va bientôt avoir 30 ans
Il est coincé entre une mère surprotectrice et un travail hautement compétitif, où il n’y a de la place que pour des «leaders».
Il découvre un fluer qui changera radicalement sa vision de la vie.
[en espagnol avec sous-titres anglais ou allemands mais la traduction en français est assez bonne]
Ecrit et réalisé par Alberto Piedrabuena et Alejandro Bohórquez.
Avec: César Rosado, Charo Badajoz, José Blanco, Nuria Gallego, María Ronda, Alberto Piedrabuena et la participation de Antonio Villa et Víctor Algora.

leather  

30 novembre 2017

Bisou gay : Wentworth Miller et Russell Tovey partagent un baiser

Classé dans : courts metrages — dominique @ 20:00

  Russell-Tovey_  

Hier soir, les parties 3 et 4 du crossover événement,  Crisis on Earth, qui réunie les séries The Flash, Legends of Tomorrow, Supergirl et Arrow ont été diffusées sur CW
Wentworth Miller et Russell Tovey ont partager un baiser dans The Flash, un baiser historique entre deux super-héros ouvertement homosexuels
Dans ce crossover en quatre parties, les super amis se réunissent pour le mariage de Barry Allen à Iris West.
Pour l’occasion, tous leurs amis, qu’il s’agisse de la team Arrow, de Supergirl ou des Legends of Tomorrow sont là . Un tel rassemblement de super-héros attire en général l’attention des méchants et ce crossover des personnages de la CW ne fera pas exception avec une invasion de nazis venus de Earth-X, une terre alternative.
L’épisode de The Flash s’ouvre sur Barry, Oliver, Alex, Stein et Jax pris au piège dans un camps de prisonniers sombre et terrifiant qui regroupe ceux qui ne correspondent pas à l’idéal des Nazis Aryens, y compris un certain Ray Terril (interprété par Russell Tovey) qui a été enfermé pour homosexualité. On y retrouve également Quentin Lance de Earth-X qui est un nazi haut gradé qui a tué sa fille Sara pour avoir été bisexuelle
Ray Terrill est ouvertement gay, il a été fait prisonnier dans un camp de concentration de l’holocauste avec le triangle rose. Il a la capacité de manipuler la lumière.
Dans cet univers, Citizen Gold, Wentworth Miller est Captain Gold, et a une relation avec The Ray. Les deux hommes partagent un baiser .

19 novembre 2017

Daniël

Classé dans : courts metrages — dominique @ 14:05

Daniel (2012)  

Realisation : Vincent Fitz-Jim
Scénario: Martijn Cousijn
Avec: Bas de Vries, Eva Oosters, Frederik Stuut
l y a une beauté, il y a une chaleur … il y a une sensibilité.
Et puis … il y a la mort la plus drôle et la moins attendue!

17 novembre 2017

La Turquie interdit un festival du film LGBT allemand à Ankara

1Les autorités turques ont interdit un festival de cinéma LGBTI lors duquel des films allemands devaient être projetés à partir de jeudi à Ankara, estimant que cette manifestation était susceptible d’ « inciter à la haine ».
Les organisateurs du festival Pink Life Queerfest, le premier festival de cinéma gay de Turquie, avaient prévu de diffuser quatre films allemands sur deux jours dans la capitale turque, un événement sponsorisé par l’ambassade d’Allemagne.
Le gouvernorat d’Ankara a toutefois estimé que le contenu des films « pourrait inciter à la haine et à l’hostilité envers un segment de la société », dans un communiqué publié mercredi.
Estimant en outre que « cette projection cinématographique pourrait être provocatrice et, qu’en raison de sensibilités sociales, certains pans de la société pourraient réagir », le gouvernorat de la capitale a annoncé son interdiction.
Dans le même communiqué, les autorités turques évoquent par ailleurs la situation sécuritaire du pays qui a été frappé ces dernières années par plusieurs attentats perpétrés notamment par le groupe Etat islamique (EI).
Les organisateurs du Pink Life QueerFest ont dénoncé l’interdiction du festival qui, ont-ils estimé, les « prive de (leurs) droits constitutionnels ».
« Au lieu d’interdire ce type d’événements, le gouvernorat devrait faire en sorte qu’ils puissent se tenir en toute sécurité », ont-ils ajouté.
L’interdiction de ce festival survient alors que les relations entre la Turquie et l’Allemagne, deux pays alliés au sein de l’Otan, se sont fortement tendues au cours des derniers mois.
Berlin a notamment dénoncé avec force l’arrestation de plusieurs de ses ressortissants dans le cadre des purges tous azimuts lancées par Ankara dans la foulée de la tentative de coup d’Etat le 15 juillet 2016.

12 novembre 2017

Passer les champs

Classé dans : courts metrages — dominique @ 17:43

passer  

Date de sortie : 15 octobre 2015 (France)
Réalisateurs : Fabien Cavacas, Camille Melvil
Producteur : Laurence Méoc
Bande originale : Romain de Ferron
Scénario : Fabien Cavacas, Camille Melvil
Avec: Pierre Prieur, Maxime Taffanel, Théo Pittaluga
Lucas a vingt-deux ans, il joue en amateur dans le club de football local, vit chez ses parents, et ne semble pas pressé de gagner son indépendance. Son frère Théo, dix-sept ans, est en classe de première et n’a confié son attirance pour les garçons qu’à Lucas. Sa différence le contraint à une pesante discrétion. Un soir, poussé par son besoin d’affection et malgré les mises en garde de son aîné, il décide de rejoindre Henry, un homme rencontré sur Internet.

7 novembre 2017

court métrage gay : Amour Éternel

Classé dans : courts metrages — dominique @ 17:34

 

amour   

Nathan et Lucas sont en couple depuis plusieurs années, et ce dernier prend peu à peu conscience qu’il ne s’agit pas de la vie qu’il souhaite. Lucas va tenter de pimenter le quotidien de son couple. Jusqu’où peut-il aller ?
 
 Un film de Benjamin Ribeaucourt
 Avec Rémi B., Marie Muffat et Guyom Éké.
 Musique originale de Jascha Nakladal.
 Photographie de Florian Blond.

29 octobre 2017

court métrage gay : Non riesco a dormire

Classé dans : courts metrages — dominique @ 18:50

1   

activez les sous titres

12345...93

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS