31 mai 2016

Inde: Ian McKellen dénonce la législation anti-gay héritée de la colonisation

Classé dans : infos — dominique @ 19:27

630x800-noticias-ian-mckellenEn tant que représentant de « British Film Institute » (l’Institut du film britannique), et à l’occasion des 400 ans de la disparition de William Shakespeare, Sir Ian McKellen a profité de son escale à Bombay pour débattre droits des homosexuels .
Les LGBT sont victimes en Inde de l’article 377 du code pénal, qui punit de dix ans de prison « les relations sexuelles contre-nature ». Une législation établie en 1861/62 sous l’égide de l’empire britannique, puis annulée en 2009, pour être finalement réintroduite en 2013 par la Cour suprême indienne.
« Je suis venu à Bombay pour célébrer Shakespeare et pour célébrer les liens entre le Royaume – Uni et votre pays. Et aussi pour soutenir ceux qui veulent  se débarrasser de l’ article 377»  a déclaré Sir Ian McKellen lors de l’inauguration , le mercredi 25 mai, de la septième édition du Festival international du film Queer de Bombay , le plus important événement communautaire.   .
« Vous possédez une loi archaïque mais toujours en vigueur pour laquelle je tiens à m’excuser, car ce n’est pas une loi indienne, mais un texte britannique, » a déclaré le comédien dans un entretien au Mumbai Times : « Et vous devriez vous en débarrasser une bonne fois pour toutes ! »
« L’Inde est en train de traverser une phase que le Royaume-Uni a connu il y a trente ans. C’est quand même follement ironique que l’Inde utilise une loi coloniale pour opprimer ses citoyens homosexuels. Le pays a besoin de grandir un peu, l’Inde a besoin de se rendre compte qu’elle n’a plus à suivre la législation britannique. Il y a bien évidemment d’autres pays dans le monde où la situation est plus grave encore. Mais ce n’est pas non plus le meilleur argument… »
Si les condamnations pour homosexualité sont rares, l’esprit de la loi est invoqué, notamment par la police, pour discriminer et harceler la communauté.
« Tout le monde a peur, » souligne encore l’acteur sur le magazine Scroll : « L’homme politique se dit : « Qu’est-ce que les gens vont penser si je vote pour abroger la section 377, est-ce que je vais être réélu ? » Le professeur : « Est-ce que je vais réussir à contrôler ma classe si mes élèves savent que je suis gay ? » L’acteur : « Est-ce que je vais avoir des rôles, est-ce qu’on va me laisser jouer une scène d’amour si les gens savent que je suis homosexuel ? » Tout le monde s’inquiète toujours de quelque chose. Il faut arrêter d’avoir peur ! »

Mexique : le mariage homosexuel est adopté par le Congrès de l’État de Colima

Classé dans : internationnal,mariage - union civile — dominique @ 17:02

unionUn autre nouvel État mexicain vient d’adopté à l’ unanimité la réforme de son Code civil pour légaliser le mariage homosexuel. Il s’agit de l’Etat de Colima, sur la côte du Pacifique.
Cette décision est intervenue après que le président du Mexique, Enrique Peña Nieto, ai annoncé son intention de réformé =la Constitution mexicaine et le Code civil fédéral pour assurer la pleine jouissance de l’ égalité du mariage dans l’ ensemble du Mexique. Une réforme qui mettra un terme à la situation particulière du Mexique, un pays dans lequel coexistent le Code civil fédéral avec les différents codes civils des Etats
historique : Le 14 juin 2013, un juge du second district de l’État de Colima juge que le Code civil de l’État est inconstitutionnel dans sa limitation du mariage aux seuls couples de sexes opposés11. Face à cela, le 4 juillet 2013, le Congrès d’État approuve un amendement à l’article 147 de sa Constitution permettant d’introduire l’union civile dans l’État et de changer la définition du mariage comme étant l’union d’un homme et d’une femme, interdisant constitutionnellement le mariage homosexuel12. Dans les 30 jours, 7 des 10 municipalités de Colima approuvent cette interdiction. Un appel à cette modification est effectué devant la Cour Suprême de la Nation en août 2014 qui accepte de l’étudier.
Le 18 mars 2015, un juge de district énonce « Le traitement séparé mais égal est discriminant et inconstitutionnel », il statue également que la section 201 du Code civil qui définit le genre social de l’homme et de la femme est discriminatoire et réitère que le droit à l’adoption homoparentale des couples hétérosexuels mariés doit être également ouvert aux couples de même sexe. Peu après l’énoncé de la décision de ce juge, un groupe LGBT local annonce qu’il aidera tout couple homosexuel engagé dans une union civile à recevoir un certificat de mariage. Le 17 juin 2015, la Cour Suprême juge qu’une « séparée mais égale union est inconstitutionnelle ». Depuis cette décision, le gouvernement a annoncé que les unions civiles cesseraient d’exister le 10 juillet 2015, le PRD soumettant un projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe devant le Congrès.
Le Congrès d’État de Colima décide à l’unanimité d’abroger la loi créant l’union civile dans l’État ainsi que l’interdiction constitutionnelle du mariage homosexuel, réformant ainsi l’article 147 du Code civil, le 5 mai 2016.
Le 25 mai 2016, le mariage homosexuel est adopté par le Congrès de l’État de Colima à l’unanimité, par 24 voix favorables20,21,22 et est en attente de sa promulgation officielle ( wikipedia)

Rennes : Des élus n’apprécient pas les propos des organisateurs

Classé dans : infos — dominique @ 15:07

1La municipalité rennaise n’a guère apprécié le communiqué adressé lundi par les organisateurs de la Marche des Fiertés, qui doit se tenir à Rennes samedi. Ces derniers critiquaient la décision de la préfecture d’interdire l’accès du cortège au centre historique de la ville.
«Mettre des mots sur des maux»
Dans une lettre ouverte rédigée mardi, Didier Le Bougeant, élu du quartier centre, et Geneviève Letourneux, conseillère municipale déléguée à l’égalité, ont fait part de leur « consternation ». « Ce communiqué laisse entendre que la Ville de Rennes serait opposée à ce que la Marche des Fiertés se déroule dans les rues de la ville. C’est tout le contraire, et vous le savez », lancent les élus.
Lundi les organisateurs avaient été virulents dans leurs propos, dénonçant l’attitude de la ville. « Nous respectons ce choix mais nous voulions mettre des mots sur nos maux. Nous voulions surtout alerte la municipalité sur la gestion des récents événements », justifie Julien Fleurence, du centre GBLT de Rennes.
Dans le texte, les organisateurs avaient fait la comparaison avec Moscou, Belgrade et Saint-Pétersbourg. « Comparer Rennes à des villes ou des pays où la Lesbian & Gay Pride a toujours été interdite, où les exactions violentes contre les représentants LGBTI sont plus que quotidiennes, et où la loi punit les homosexuels pour le seul motif qu’ils le sont, est choquant et inacceptable », répondent les élus.
Après des débordements lors de manifestations contre la loi Travail, le préfet a interdit l’accès au centre historique pour les rassemblements. « C’est pour tenir compte du contexte exceptionnel que connaît notre ville depuis de trop longues semaines, et pour garantir la sécurité de votre rassemblement », expliquent les élus. Les organisateurs ont fait savoir qu’ils respecteraient le tracé établi. De leur côté, les élus assurent que le rainbow flag sera déployé sur la façade de l’Hôtel de ville.

Belgique : Un candidat gay de « l’Amour est dans le pré »

Classé dans : TELE — dominique @ 14:55

maximLa huitième saison de « L’Amour est dans le pré » ne débutera qu’à la rentrée prochaine en Belgique  mais les dix agriculteurs de cette nouvelle édition vont  être présentés ce mardi (à 20h20 sur RTL-TVI).
Et, cette année, l’un des candidats, Maxim, est homosexuel. Ce n’est pas la première fois qu’un candidat gay apparaît au casting de « L’Amour est dans le pré » mais ce n’est pas habituel pour autant. Depuis la création de l’émission, en juin 2009, il n’y a eu qu’un précédent. C’était dans la troisième saison. Le candidat s’appelait Lionel Plaquette, fermier à Houyet.
Maxim (26 ans), lui, tient un manège dans le Brabant wallon. « On ne cherchait pas spécialement un candidat homosexuel », raconte Anne Franck, productrice de l’émission. « Les copains de Maxim avaient déjà déposé sa candidature il y a deux ou trois ans, sans préciser qu’il était gay. À l’époque, je le trouvais un peu jeune mais il était très beau garçon, il parlait très bien et son nom a continué à trotter dans ma tête. Je l’ai recontacté et il était célibataire. C’est un peu réducteur de dire qu’on le prend parce qu’il est gay donc. Mais, bien sûr, on aime amener de la nouveauté sur chaque saison.
En France, Guillaume, le premier agriculteur gay de « L’amour est dans le pré », avait décidé de mettre un terme à son aventure après les speed-datings.

Nouvelle Zélande : prêt pour un «All-Black gay»

Classé dans : Sportifs — dominique @ 14:25
Steve Tew, le directeur exécutif de la Fédération néo-zélandaise de rugby, pense que la Nouvelle-Zélande serait prête à avoir un joueur de rugby gay et aimerait faire avancer les choses. : «Notre travail est de favoriser une culture d’équipe et un environnement dans lequel tout le monde peut venir et être le meilleur athlète possible, la meilleure personne possible», a-t-il déclaré dans une interview accordée à Newshub.
Pour Steve Tew, les supporters néo-zélandais seraient aussi prêts à encourager un joueur gay.  Le directeur exécutif de la Fédération néo-zélandaise de rugby a notamment fait référence, à l’équipe féminine de rugby à sept de la Nouvelle-Zélande, dans laquelle «il y a un grand niveau de diversité sexuelle.»

 «Parmi les All Blacks, personne n’a encore dit qu’il était gay. Un jour, ça arrivera, et j’ose espérer que la Nouvelle-Zélande est plus que prête», a-t-il précisé.
En 2009, Gareth Thomas, capitaine du Pays de Galles, avait annoncé son homosexualité. Il a été le premier joueur de rugby professionnel à le faire. «Je ne veux pas être vu comme un joueur de rugby homosexuel. Je suis d’abord et surtout un joueur de rugby», avait-il indiqué dans le Daily Mail. L’ancien du Stade Toulousain a raconté son histoire dans son autobiographie, «Proud» (Fier, en français), sortie en 2014. 

Suisse : Un référendum pour le droit des homosexuels à adopter

Classé dans : homoparentalité — dominique @ 6:30

homoparentaliteA une majorité des deux tiers, le Conseil national a accepté hier de faire un pas vers l’homoparentalité.
Il devrait ainsi être possible pour un gay ou une lesbienne d’adopter l’enfant de son ou sa partenaire, pour autant que le parent biologique donne son aval. La gauche, le PLR et le centre ont dit oui, la droite conservatrice s’est opposée.
Les milieux conservateurs ayant échoué à freiner la réforme au parlement, ils tenteront de la combattre en votation. Un référendum est d’ores et déjà annoncé. En première ligne, l’Association interpartis et interreligieuse pour la famille traditionnelle. Créée l’an dernier, elle regroupe des membres de l’UDC, du PDC et de l’UDF. «C’est une question de principe, explique Jean-Philippe Gay-Fraret, son coprésident, membre de l’UDC valaisanne. Avec l’adoption pour les couples homosexuels, on franchit la ligne rouge. On part de cas mineurs pour faire une norme. C’est la tactique du salami.»
L’association compte sur le soutien de parlementaires fédéraux.
En face, les partisans du texte n’ont pas peur d’aller devant le peuple. «Les Suisses sont favorables, explique Laurence Fehlmann-Rielle (PS/GE). En 2010, un sondage montrait que 65,8% de la population approuvait la possibilité pour un homosexuel d’adopter l’enfant de son partenaire. Ce projet n’enlève rien aux familles traditionnelles, mais donne plus de sécurité à tous les enfants.»

Rennes :La marche des fiertés interdite dans le centre historique

Classé dans : infos — dominique @ 6:19

1Le défilé, organisé chaque année depuis 1994 à Rennes par la communauté LGBT ne devrait pas se dérouler dans le centre historique comme à son habitude.
Prévue le 4 juin, avec un départ sur l’esplanade Charles de Gaulle, la gay pride organisée par le centre gay et lesbien-bi-trans de Rennes (CGLBT) devra éviter le centre historique et modifier son tracé sur ordre de la préfecture, rapporte 20 minutes.
Selon le communiqué du centre, diffusé sur Twitter, la préfecture souhaiterait en effet éviter le centre historique en raison des récents débordements survenus lors des manifestations contre la loi Travail.
Une décision « inacceptable » pour le centre LGBT, qui exhorte, malgré l’interdiction, les participants à la marche à se rassembler sur l’esplanade Charles de Gaulle samedi.

People : Le sexe gay ? « Je ne dirai pas que j’en ai pas fait… » explique Nick Jonas

Classé dans : people — dominique @ 6:07

nick jonasLe « je suis gay mais pas trop » est à la mode .Alors que James Franco joue à brouiller les pistes , Nick Jonas, lui, dit avoir déjà eu des relations homosexuelles  . Enfin presque
L’acteur et chanteur, qui a toujours affirmé être hétéro, était interviewé par le journal The Sun, sur le personnage homo Nate Kulina qu’il incarne dans la série Kingdom, il a répondu : « Dans Kingdom j’ai une scène de sexe gay avec un mec. Est-ce que moi, Nick, c’est toujours ce genre de choses que je pratique ? Non. Mais ce sont mes lèvres, mes mains, mon corps, même si je joue un personnage. Alors techniquement je l’ai fait, donc je ne dirai pas que j’en ai pas fait car ce serait mentir. » avant d’ajouter : « En tant que Nick, je suis très ouvert sur qui je suis et je n’ai rien à prouver. Je sais qui je suis, j’ai toujours été honnête sur cela. »
Nick Jonas avait aussi récemment raconté à l’animateur James Corden qu’il avait fait l’expérience du bondage dans un club gay de Londres mais que même s’il avait trouvé cela très érotique ce n’était pas sa tasse de thé…

mardi

Classé dans : photos — dominique @ 0:22

beau mec a poil 08041602beau mec nu 05051602- mec a poil 22081601

30 mai 2016

court métrage gay : Ayoye

Classé dans : courts metrages — dominique @ 17:21
 01
12345...26

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS