• Accueil
  • > Archives pour décembre 2015

19 décembre 2015

Inde :Le Parlement indien rejette un projet de dépénalisation des relations homosexuelles

Classé dans : infos — dominique @ 16:25

indeLe Parlement indien, sous l’impulsion des députés du parti nationaliste au pouvoir, a rejeté vendredi une proposition de loi visant à dépénaliser les relations sexuelles entre personnes du même sexe, un revers pour les partisans de la liberté sexuelle en Inde.
 Shashi Tharoor, un député du parti du Congrès, principal parti d’opposition, avait proposé une modification du code pénal indien, qui interdit les relations homosexuelles et les qualifie de « contre-nature ». Mais la chambre basse du Parlement indien, où le parti nationaliste de droite du Premier ministre Narendra Modi, le BJP, détient la majorité des sièges, a rejeté cette proposition par 71 voix contre 24, plusieurs députés s’étant abstenus.
  »La question n’est pas celle de l’homosexualité telle qu’elle a été caricaturée », a déclaré Shashi Tharoor à l’AFP. « C’est une question de liberté, de justice, d’égalité de traitement et de respect des valeurs inscrites dans notre Constitution », a-t-il insisté.
 La loi qui interdit les relations sexuelles entre personnes du même sexe « date des années 1860 et n’a pas sa place au XXIe siècle », a-t-il insisté.
 Les relations homosexuelles ont déjà été dépénalisées en 2009 à la suite d’une décision de la Haute cour de Delhi, qui a statué que leur interdiction constituait une violation des droits fondamentaux de la personne. Mais en 2013, la Cour suprême indienne a rétabli cette interdiction datant de l’ère coloniale, et jugé que la responsabilité de changer la loi incombait au Parlement et non à la justice.
 Cette loi prévoit, en cas de relations « contre nature avec un homme, une femme ou un animal », des peines pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement à perpétuité. Mais dans les faits, elle a rarement été appliquée.
 La communauté homosexuelle indienne insiste cependant sur les nombreuses discriminations et le harcèlement policier dont ses membres font l’objet dans un pays resté socialement très conservateur.
 Lire l’article en entier: http://reloaded.e-llico.com

Menacé de mort, Hedi Sahly, vice-président de l’association « Shams » a quitté la Tunisie

Classé dans : homophobie — dominique @ 14:40

Hedi SahlyHedi Sahly, vice président de l’association « Shams » pour la dépénalisation de l’homosexualité a affirmé avoir quitté le pays suite à des menaces de mort. Dès sa création, l’association « Shams » fait polémique quant à sa légalisation suite aux contestations d’une autorisation jugée notamment « dangereuse » pour « la paix sociale », par un ancien ministre et député Ennahdha.
 Les membres de l’association sont apparus dans les médias afin de revendiquer ouvertement l’abrogation de l’article 230 criminalisant l’homosexualité. Une médiatisation qui leur a valu d’être reconnus et menacés.
 Contacté par le HuffPost Tunisie, Hedi Sahly nous explique les raisons de son départ.
 HuffPost Tunisie: Pourquoi avez-vous quitté le pays?
 Hedi Sahly: Ce n’est pas la première fois que je reçois des menaces de mort et je ne suis pas le seul mais cette fois-ci le danger était tel que j’ai été sommé par ma famille de quitter le pays à la hâte. Mon oncle travaillant au ministère de l’Intérieur m’a informé que mon nom figurait dans un rapport contenant le nom de personnes menacées en Tunisie. Je n’ai été informé par aucune source officielle du ministère mais par des circuits officieux. …
 J’ai demandé une protection personnelle de la part du ministère de l’Intérieur mais elle a été rejetée. Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas fournir une protection rapprochée à toutes les personnes menacées.
 Avant moi, Bouhdid Belhadi, porte-parole de « Shams », a reçu des menaces. On a appelé à sa mort lors d’un prêche du vendredi dans une mosquée à Hammamet, sa ville natale au vu et au su des policiers. On le cherchait chez lui et dans la ville. On a été obligé de le cacher et il a dû abandonner ses études à la faculté. Face à ces menaces, le poste de police de Gorjani l’a appelé pour lui dire qu’il devrait se faire discret sans prendre les mesures nécessaires pour le protéger.
 Ahmed Ben Amor, un des membre fondateurs de l’association, reçoit également quotidiennement des menaces. Tabassé, malmené par des inconnus dans la rue, on le harcèle ou le violente gratuitement. Pire encore, quand il est allé porter plainte, il a été traité de tous les noms par les policiers.
 Avez-vous déposé un dossier en vue d’un droit d’asile en France?
 Je suis en train de faire les démarches nécessaires pour obtenir un droit d’asile. Ça ne sera pas forcément en France mais dans n’importe quel pays où je me sentirais en sécurité et où je pourrais terminer mes études.
 Vous ne militerez plus au sein de votre association?
 Je le ferai autrement. …
 J’ai été dupe en croyant qu’on était désormais libre, qu’on vivait dans une démocratie, qu’il n’y avait plus de place pour la peur. Même les partis politiques et les associations qui se disent progressistes nous ont lâchés. Les pratiques policières agressives à notre encontre continuent dans l’impunité. La Tunisie libre est une chimère.
 Lire l’article en entier: « Menacé de mort, Hedi Sahly, vice-président de l’association ‘Shams’ a quitté la Tunisie »

le Parlement européen « condamne la pratique des mères porteuses, La Manif Pour Tous crie victoire

Classé dans : infos — dominique @ 9:33

lmptCe jeudi 17 décembre 2015, le Parlement européen a voté son rapport annuel sur les droits de l’Homme et la démocratie dans le monde 2014 et sur la politique de l’Union européenne.
Dans son paragraphe 114, les parlementaires ont pris pour la première fois dans l’histoire de l’Union européenne une position sur la Gestation Pour Autrui (GPA).
C’est ainsi que le Parlement européen « condamne la pratique des mères porteuses, qui porte atteinte à la dignité humaine de la femme dans son corps et ses fonctions de reproduction utilisés comme une marchandise ; considère que la pratique de la gestation pour autrui qui implique l’exploitation de la reproduction et l’utilisation du corps humain pour un gain financier ou autre, en particulier dans le cas des femmes vulnérables dans les pays en développement, est interdite et considérée comme une question d’urgence dans les instruments des droits de l’homme ».
«Le Parlement européen s’engage fermement contre la GPA dont l’interdiction devient une « priorité » se réjouit la manif pour tous dans un Communiqué :

« La Manif Pour Tous se réjouit de cette condamnation explicite d’une pratique contraire à la dignité de la femme et de l’enfant, quelles qu’en soient les modalités. L’adoption du rapport annuel sur les droits de l’Homme et la démocratie dans le monde, présenté par l’eurodéputé roumain Cristian Dan Preda (groupe PPE), est un coup de tonnerre. Le Parlement Européen réuni à Strasbourg vient de condamner, à une large majorité et de manière on ne peut plus explicite, la pratique des mères porteuses. En outre, cette condamnation, qui évoque les gains financiers comme « d’autres gains », prend bien en compte toutes les formes de GPA, prétendument gratuite ou payante. Cette condamnation porte donc sur la GPA en tant que telle. Le Parlement Européen considère que le recours à une mère porteuse est contraire aux droits de l’Homme et acte donc la nécessite de l’interdire urgemment. Précisément, le Parlement Européen « condamne la pratique de la gestation pour autrui qui va à l’encontre de la dignité humaine de la femme, dont le corps et les fonctions reproductives sont utilisés comme des marchandises; estime que cette pratique, par laquelle les fonctions reproductives et le corps des femmes, notamment des femmes vulnérables dans les pays en développement, sont exploités à des fins financières ou pour d’autres gains, doit être interdite et qu’elle doit être examinée en priorité dans le cadre des instruments de défense des droits de l’homme ». La Manif Pour Tous qui, depuis plus de 3 ans maintenant, lutte contre cette pratique aussi bien au niveau national qu’au niveau européen, se réjouit de cette victoire qui marque une nouvelle étape vers l’abolition universelle de la GPA. Avec ses partenaires, en particulier Europe for Family et No Maternity Traffic, La Manif Pour Tous entend poursuivre sans relâche son action afin de parvenir à une Convention internationale d’interdiction de la GPA, seul moyen efficace de mettre fin à l’exploitation de femmes, au trafic d’enfants et par conséquent, de protéger la dignité de la femme et de l’enfant. »

18 décembre 2015

Tunisie : Après un crime fratricide, l’association LGBT « sans restrictions » appelle à la protection des minorités sexuelles

Classé dans : infos — dominique @ 18:29

sans-restrictionsL’association « Sans restriction » a appelé les autorités à réagir en réformant des lois ne faisant qu’alimenter la haine à l’encontre des minorités sexuelles.
 Les restrictions semblent avoir le vent en poupe. Après la condamnation et le bannissement de six homosexuels de la ville de Kairouan, la ville du Fahs (Zaghouan) a été secoué par un crime fratricide. Un jeune homme de 24 a été tué par son frère parce que homosexuel.
 Face à ce nouveau crime, l’association « Sans restrictions » a lancé une alerte face à ce qu’elle a qualifié d’escalade contre les minorités sexuelles.
 Dans un communiqué diffusé vendredi, l’association « Sans restrictions », a fait porter aux autorités l’entière responsabilité des discriminations subies par les homosexuels.
 Le président de l’association Rami Ayari, a déclaré que le jeune homme tué par son frère à Zaghouan, était homosexuel.
 C’est la maman des deux hommes qui a découvert le corps de l’un de ses fils enterré chez elle.
 Absente du domicile familial depuis un mois, la maman a senti une mauvaise odeur avant de découvrir le cadavre.
 Rami Ayari a ajouté que le tueur avait demandé à son frère de cesser ces pratiques. Il a précisé que l’auteur du crime était ivre le jour du drame quand une dispute s’est déclenchée entre les deux frères. Poignardée à coups de couteau, la victime n’a pas survécu.
 Ayari a tenu les autorités tunisiennes pour responsables de ce genre de crimes. Il a aussi appelé à l’annulation des lois qui portent atteinte à la liberté des minorités sexuelles et a demandé de mettre en place des lois qui les protègent.
 L’association a accusé les autorités d’avoir alimenté la campagne de dénigrement les ciblant en autorisant une propagande poussant à la haine et à la violence.
 « Sans restrictions » a condamné, avec vigueur, un « acte barbare » et a appelé le gouvernement à réagir en instaurant une loi protégeant les minorités sexuelles.
 Aussi, l’association a-t-elle exhorté à mettre fin aux discriminations sur la base de l’orientation sexuelle.

Valérie Pécresse veut continuer la lutte contre l’homophobie et la prévention contre le sida

Classé dans : politique — dominique @ 18:08

valerie-pecresseInterrogée sur France Inter, vendredi 18 décembre, la nouvelle présidente de la Région Ile-de-France a affirmé qu’elle avait l’intention de « continuer la lutte contre l’homophobie et la prévention contre le sida, qui sont des chantiers non seulement d’intérêt régional mais d’intérêt national ».
 Sur la question du mariage pour tous, la PMA et la GPA, Valérie Pécresse a déclaré: « J’ai dit que désormais, on ne pourrait pas humainement abroger la loi Taubira puisqu’il y a des hommes et des femmes qui sont mariés. J’ai dit aussi que j’étais radicalement contre la PMA pour des raisons non médicales et la GPA ».

Suisse : la naturalisation facilitée du partenaire homosexuel à l’étude

Classé dans : infos,internationnal,mariage - union civile — dominique @ 18:06

suisseLa naturalisation facilitée devrait aussi être accordée au partenaire étranger d’un homosexuel suisse « pacsé ».
 Cette réforme, issue d’initiatives parlementaires du PS, des Verts, des Vert’libéraux, du PBD et de la libérale-radicale zurichoise Doris Fiala, nécessite  une modification de la constitution. Celle-ci ne donne actuellement à la Confédération la compétence de régler directement l’acquisition et la perte de la nationalité que dans les cas de filiation, de mariage et d’adoption.
 Selon le gouvernement, l’inégalité de traitement ne se justifie pas. Aujourd’hui, une étrangère mariée à un Suisse ou un étranger marié à une Suissesse peut bénéficier de la naturalisation facilitée après trois ans de vie matrimoniale et cinq ans de séjour en Suisse. .
 Elle n’est en revanche pas offerte aux couples liés par un partenariat enregistré. Pour obtenir un passeport, un étranger bénéficie des mêmes délais raccourcis. Mais il doit passer par une naturalisation ordinaire beaucoup plus fastidieuse, liée notamment à un examen et avec des chances de succès plus réduites. Entre 2010 et 2013, 266 partenaires de Suisse ont été naturalisés de cette façon.
 Le Conseil fédéral ne veut toutefois pas se contenter d’ajouter uniquement le partenariat enregistré dans l’article constitutionnel sur la naturalisation. Il propose au National d’opter, comme le propose une minorité de la commission, pour une formulation plus large qui permettrait d’anticiper et d’englober les prochaines évolutions possibles du droit matrimonial (mariage pour tous, pacs à la française).
 On n’aurait alors pas besoin de modifier à nouveau la constitution. La commission des affaires juridiques du National planche en effet sur un projet de mariage pour tous. Issu d’une initiative vert’libérale, celui-ci devrait permettre aux couples homosexuels de se passer la bague au doigt mais aussi aux couples hétérosexuels de conclure un partenariat enregistré. Le peuple devrait là encore trancher.
 Le Conseil fédéral a quant à lui évoqué dans un rapport la création d’un mariage « light » qui serait inspiré du pacs français et devrait simplifier sur le plan juridique les affaires de vie courante et la vie commune des partenaires.
 28 février
 Le scrutin fédéral du 28 février pèsera déjà dans la balance. L’initiative du PDC sur l’imposition des couples définit en effet le mariage comme l’union durable entre un homme et une femme. Un « oui » à ce texte pourrait être interprété comme un refus d’une ouverture aux couples homosexuels.
 Une autre votation se profile sur l’homoparentalité. Le Parlement est appelé à se prononcer sur un projet permettant aux couples homosexuels de pouvoir adopter, mais uniquement les enfants des partenaires. Cette possibilité devrait aussi être offerte aux concubins.
 Les milieux conservateurs pourraient lancer un référendum. L’adoption, tout comme la naturalisation facilitée et la procréation médicalement assistée, ont été refusées aux couples « pacsés » dans la loi adoptée par le peuple en 2005. Le partenariat enregistré s’inspire pour le reste largement du droit matrimonial. source : presse Suisse

Le Conseil d’État rejette les recours contre le mariage homosexuel

Classé dans : justice,mariage - union civile — dominique @ 17:54

unionLe Conseil d’État a validé, vendredi 18 décembre, les décrets d’application de la loi sur le mariage pour tous.
 Il confirme, notamment, l’obligation faite aux officiers d’état civil de célébrer des telles unions.
 Le Conseil d’État est très clair : les officiers d’état civil ont obligation de célébrer les unions entre personnes de même sexe. Et ce « eu égard à l’intérêt général qui s’attache au bon fonctionnement et à la neutralité du service public de l’état civil ».
 Pour le Conseil, une telle obligation « ne méconnaît pas la liberté de conscience ». On s’en souvient, un certain nombre d’élus, notamment le Collectif des maires pour l’enfance, avaient saisi la haute juridiction sur ce point.
 Lors des débats parlementaires, l’Association des maires de France avait demandé à faire inscrire dans la loi la notion « d’empêchement moral » pour les élus refusant de célébrer des mariages homosexuels. Ce qu’avait refusé le gouvernement.
 Le Conseil d’État a également jugé la loi conforme aux traités internationaux ratifiés par la France. Ces conventions n’imposent pas, selon lui, « que le mariage et l’adoption soient réservés aux couples de personnes de sexe opposé ». Idem pour la convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale.
 Enfin, le Conseil a par ailleurs confirmé que la loi sur le mariage entre personnes de même sexe était applicable dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de Moselle.

Christine Boutin condamnée à 5.000 euros d’amende

Classé dans : homophobie,justice — dominique @ 16:22

boutinChristine Boutin a été condamnée à 5.000 euros d’amende pour provocation à la haine par le tribunal de grande instance de Paris, vendredi 18 décembre. Elle devra de surcroît verser 4.000 euros à deux associations LGBT qui s’étaient portées partie civile dans ce procès (Mousse et Le Refuge), au titre de dommages et intérêts et des frais de justice.
 Le tribunal a été plus sévère que le procureur qui avait requis une amende de 300 euros seulement.
 Dans un entretien au magazine Charles paru en avril 2014, Christine Boutin affirmait que « l’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné ».
 Peu après le dépôt d’une plainte de l’association Inter-LGBT Christine Boutin avait admis dans un communiqué le 11 avril que le terme « abomination », « sorti de son contexte originel et du texte complet prononcé dans lequel il se trouvait, ait été un propos maladroit ».
 Le procès de Christine Boutin avait eu lieu le 23 octobre dernier.
 Repentante à l’audience, l’ex-présidente du Parti chrétien démocrate avait eu bien du mal à justifier sa vision de l’homosexualité devant le tribunal.
  »Ce que l’on entend dans vos propos, c’est que les homosexuels sont une abomination », avait estimé le procureur, indiquant que le parquet avait reçu 500 plaintes de particuliers outrés après sa déclaration.
 L’avocat de Christine Boutin avait plaidé la relaxe, estimant que sa cliente était jugée pour « une opinion ». « Votre décision aura des conséquences énormes sur la liberté d’expression. Si vous suivez les réquisitions du procureur, alors il faut saisir la Bible! », a-t-il lancé.

Tunisie :Peine réduite en appel pour l’étudiant condamné pour homosexualité à Sousse

Classé dans : homophobie,infos,internationnal,justice — dominique @ 7:54

L’étudiant tunisien condamné en première instance à un an de prison pour homosexualité a vu sa peine réduite à deux mois jeudi à Sousse, «la période que mon client a déjà purgée», a déclaré Fadwa Braham, son avocate; précisant qu’il avait également écopé d’une amende de 300 dinars (environ 130 euros).
  »C’est injuste et inacceptable », a martelé Me Braham, en annonçant qu’elle allait se pourvoir en cassation. Le jeune Marwen a été arrêté en septembre puis condamné à un an d’emprisonnement par un tribunal de Sousse, avant d’être remis en liberté provisoire début novembre contre une caution de 500 dinars (230 euros).
 Sa condamnation a été dénoncée par plusieurs ONG locales et internationales, qui ont réclamé une révision du code pénal en se fondant sur la nouvelle Constitution qui fait de l’Etat tunisien le « garant de la protection de la vie privée des citoyens ».
 L’article 230 du code pénal tunisien punit de trois ans d’emprisonnement la sodomie et le lesbianisme. 

17 décembre 2015

Martin Shkreli, l’homme le plus détesté des Etats Unis inculpé pour fraude

Classé dans : infos — dominique @ 23:47

martin-shkreli6Il s’était attiré les foudres du monde politique américain, en septembre, Jeudi 17 décembre, c’est pour une autre affaire que le flamboyant entrepreneur du secteur pharmaceutique
 Martin Shkreli a été arrêté à New York et inculpé pour fraude.Il est accusé d’avoir trompé les investisseurs des deux fonds alternatifs – MSMB Capital Management et MSMB Healthcare Management – dont il était le gérant, il a été inculpé de sept chefs d’accusation, principalement de fraude et de détournement de fonds, pour une période allant de 2009 à 2014. Le ministère public le soupçonne d’avoir, à plusieurs reprises, donné une image de la santé financière de ces deux fonds sans rapport avec la réalité, afin d’attirer de nouveaux investisseurs. En décembre 2010, il avait notamment assuré que MSMB Capital Management avait environ 35 millions de dollars d’actifs sous gestion, alors qu’il ne détenait plus que 700 dollars au total.
 Si son nom ne vous dit rien, il est une des personnes les plus détestées des Etats Unis après avoir fait bondir le prix d’un médicament contre la toxoplasmose et le paludisme et les co-infections du sida, de 13,50 à 750 dollars du jour au lendemain.soit 5 400 % de hausse .
 Martin Shkreli est aussi soupçonné d’avoir contraint le laboratoire pharmaceutique qu’il avait créé, Retrophin, à transférer des titres de la société à ces fonds sans contrepartie financière. Au total, Retrophin et ses actionnaires auraient perdu plus de 11 millions de dollars dans l’affaire, selon le procureur du district est de New York, Robert Calpers.

1...34567...19

cruel |
Au paradis des Yeux, Des fi... |
moseart |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ldelange
| sextoys sexshop - sites de ...
| TEENS